AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 291864711X
Éditeur : Goater Editions (28/06/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Dans un monde ravagé par les Guerres Mécas et la pollution, Jimmy et son père, tous deux des humains augmentés, vivent à Détroit avec leur meute de robots, leurs armures mécaniques, et leur collection de reliques de l’ancien temps.

La pièce maîtresse de cette dernière est le Carrousel du Progrès de Walt Disney, une attraction du vingtième siècle qui narre l’avancée technologique au sein d’une famille américaine moyenne, dont la musique nous promets de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
nebalfr
  02 octobre 2018
Il y a quelques années de cela, j'avais été très enthousiasmé par différentes publications de l'auteur (et blogueur/essayiste/etc.) canadien Cory Doctorow – tout particulièrement son roman Dans la dèche au Royaume Enchanté, qui avait suscité comme une hype, et qui m'avait vraiment, vraiment intéressé : je n'adhérais pas à tout ce qui s'y trouvait, loin de là, mais ça n'en était pas moins un bouquin d'une grande richesse et d'une grande pertinence – une lecture à même de faire envisager le monde différemment, ou du moins à même de susciter des questionnements qui nous auraient échappé sans cela ; d'une certaine manière, l'essence de la meilleure science-fiction. le très geek (enfin, plus encore, quoi) recueil Overclocked, en anglais, m'avait fait peu ou prou le même effet. Si le roman « young adult » Little Brother m'avait moins emballé (mais il a semble-t-il été décisif dans l'orientation de l'auteur vers ce registre), je l'avais néanmoins trouvé très recommandable, tout particulièrement pour initier nos petites têtes pas nécessairement blondes à certaines thématiques science-fictives et plus. Depuis, cependant, je n'en avais rien lu…

Et je suis tombé tout récemment sur cette publication française aux éditions Goater – dans la collection « Rechute », qui s'inscrit ouvertement dans la filiation de l'antique collection « Chute libre » des éditions Champ Libre ; la (chouette) couverture signée Pierre Bunk en témoigne assez, parfaitement dans l'esprit. Bon, « Chute libre », c'était y a un bail, et je ne peux pas prétendre avoir « connu » la chose, même a posteriori – et je suppose que le « mythe » qui nimbe certaines expériences éditoriales passées justifie toujours une certaine méfiance, au cas où. L'allure mise à part, je ne saurais donc vous dire si de beaux et grands lendemains est bien dans la continuité de « Chute libre ». Mais il est probablement plus utile de relever que cet ouvrage, et semble-t-il d'autres de « Rechute », est la traduction d'un volume en anglais de la collection « Outspoken Authors » des éditions californiennes PM Press – d'où sa composition assez particulière : la novella-titre, qui occupe environ 150 pages, est suivie d'une conférence datant de 2010 et intitulée « Créativité vs. Copyright », où Cory Doctorow monte avec toujours autant d'enthousiasme son dada sur les DRM et autres impostures supposées protéger les droits des auteurs quand elles ne protègent que les bénéfices des grands groupes (il se montre plutôt convaincant, pour être franc, mais je ne peux pas prétendre être vraiment partie prenante à ce débat), tandis qu'une interview de Cory Doctorow par son collègue Terry Bisson, interview qui m'a globalement laissé indifférent, conclut l'ouvrage. Il n'a rien d'un puzzle anarchique pour autant : en fait, la conférence (probablement) et l'interview (très certainement), même sans que cela débouche sur de la citation explicite, peuvent éclairer certains aspects de la novella.



… qui aurait bien besoin d'être éclairée ? Parce que, comme souvent chez l'auteur, elle comprend plein de choses intéressantes… mais je ne suis pas bien certain de comprendre ce que Cory Doctorow voulait y dire au juste. Au point où c'est un peu frustrant – d'une certaine manière, j'y ai retrouvé ce qui m'avait tant plu dans Dans la dèche au Royaume Enchanté, mais le ressenti a pourtant été très différent…

Présenter cette histoire n'a du coup rien d'évident – et la résumer serait très malvenu, je suppose, en plus d'être passablement difficile… Cela tient pour une bonne part à son univers, que j'ai du mal à saisir. D'une certaine manière, cette anticipation post-cyberpunk, ou post-singularité, ou en tout cas post-quelque chose, évoque l'anticipation assez proche de Dans la dèche au Royaume Enchanté – au point peut-être du clin d'oeil, parce que ce monde se situe ouvertement quelque part entre le post-Disney et le, euh, para-Disney ? méta-Disney ? ou peut-être anti-Disney ? truc ? avec en tout cas des transhumains qui kiffent les antiques attractions de la bande à Walt, en l'espèce le Carrousel du Progrès, relique absurde en même temps que fascinante d'un lointain passé lorgnant sur le futur en chansons, et qui fournit à elle seule un commentaire perpétuel à l'action de la novella, et, bordel, le héros s'appelle Jimmy Yensid, et ça, non, mon Cory, faut pas, c'est pas bien. Faut pas. C'est interdit.

Mais ce monde, donc, quel est-il ? Transhumain ou post-humain pour une part, si on s'en fie à notre héros Jimmy et à son papounet. Et, oui, définitivement post-singularité, sans trop en dire (mais on s'en doute). Au-delà, il ne rentre pas bien dans les cases : la novella s'ouvre quand même sur un Jimmy pilotant un mécha qui mitraille des wumpus, des sortes de robots fous endémiques, et tout ça nous a quand même un air post-apo prononcé – surtout quand on navigue ainsi dans les ruines de Détroit avec la conviction qu'il n'y a rien autour. Bien loin de la bombe humaine par ailleurs, on a aussi l'impression d'un monde où l'humanité se limite à quelques communautés extrêmement restreintes, et plus qu'à leur tour sectaires, ce qui rentre dans les cases du post-apo, mais elles ont aussi une dimension utopique, libre et volontaire, en même temps, qui ne vire peut-être pas systématiquement au dystopique – c'est compliqué. Cela dit, ces petites communautés, en attendant de se faire ravager par les wumpus d'ici quelques années ou quelque décennies, semblent vivre dans une relative insouciance tranquille et paisible, qui nous éloigne pour le coup de Mad Max ou Fallout… Même si nous aurons droit à des milices combattant désespérément les wumpus. OK, post-apo, alors ? Mais ce monde est en même temps connecté, et très avancé technologiquement : Jimmy et ses proches communiquent régulièrement, via une sorte d'Internet, avec des cols blancs partout de par le monde, notamment en Inde, et, dans ces scènes, on n'a clairement pas le même ressenti qu'avec les ruines de Detroit : l'humanité ne s'en sort pas si mal, alors ? Eh bien, je n'en sais rien. Il y a sans doute plein de choses intéressantes dans cet univers, qui m'intriguent et régulièrement me séduisent, mais sa cohésion d'ensemble me laisse passablement perplexe – du moins jusqu'à ce que les toutes dernières pages viennent régler la question en changeant tous les termes de l'équation, hein.

Mais ce souci de cohésion vaut probablement pour la novella dans son ensemble – qui aborde vraiment plein de choses différentes ; et c'est ici que la sensation de patchwork se fait la plus prégnante, bien plus que dans le format même du livre, novella + conférence + interview. Une scène cruciale attrape le lecteur par le col et lui braille dans les oreilles : « LA CLEF POUR COMPRENDRE L'HISTOIRE SE TROUVE ICI !!! » Il s'agit d'une petite dissertation sur les notions de progrès et de changement – avec le sentiment que le monde de Jimmy est post-progrès (tout est ici très post-truc, décidément), il ne connaît plus que le changement. Les connotations de ces deux termes orientent le débat vers l'éthique, mais la réponse n'est probablement pas si claire – ce qui n'est au fond pas plus mal, je suppose. de mes anciennes lecture doctorowiennes, j'avais hérité l'image peut-être infondée d'un auteur, disons, « technophile raisonné » : plutôt favorable et optimiste quant au progrès technologique et scientifique, associé éventuellement à une forme de progrès moral (or on sait que ces deux progrès ne sont pas nécessairement liés, outre que le progrès quel qu'il soit n'a donc rien d'une certitude, loin de là, cachez cet historicisme que je ne saurais voir, et plus encore cet évolutionnisme au sens de l'anthropologie sociale), mais tout disposé à soulever les difficultés, voire les périls, que ces paradigmes d'évolution comportent nécessairement. Cette idée est peut-être fausse – et une projection de ma part, car je suppose que je suis quant à moi ce technophile raisonné, intrigué positivement par le transhumanisme, même si pas au point de l'aveuglement religieux, et qui pique en revanche des colères noires au moindre soupçon de luddisme, il plaide coupable…

Ceci étant, cette problématique du changement et du progrès se concrétise dans la novella au travers du personnage même de son héros-narrateur, Jimmy. Jimmy n'est pas qu'un pilote de mécha qui takatakatake les wumpus : il est un post-humain ; virtuellement (enfin…), selon ses termes qui sont ceux de son papounet, un « immortel ». Et ça lui pose comme un souci – parce qu'il est encore un enfant, au moins physiquement : il a l'allure d'un gamin de onze ans, à peu près, et ne vieillit que très, trèèèèèèèès lentement. Ce qui est frustrant. Peut-être pas tout à fait au sens propre, car son corps décide pour une part de sa mentalité : les hormones ne le perturbent pas, la sexualité ça n'est pas encore ça – la copine Lacey est très jolie, mais elle n'a plus onze ans, elle, Jimmy s'en rend bien compte… Et il soupçonne quand même que le monde serait beaucoup plus intéressant s'il avait, mettons, dix-huit ans ? Allez ? Alleeeeeeeeeeez ! Or ça ne semble pas prévu avant un bon moment. Changement/progrès, tout ça… La perfection utopique, statique par essence, a ses inconvénients – illustrés de la sorte dans leur mode le plus absurde. Jimmy n'est donc pas très satisfait de sa condition d'immortel – il aimerait vieillir, au moins… au prix à terme de la mort, le cas échéant. Sa vie, oui, serait quand même beaucoup plus intéressante…

Seulement de beaux et grands lendemains (oui, ce titre vient ironiquement d'une chanson du Carrousel du Progrès) contient plein d'autres trucs – sans revenir sur les détails d'ambiance de l'univers. Et, à terme, via les wumpus qui l'emportent (oups, je l'ai dit ? mais je ne crois pas spoiler quoi que ce soit...), la novella associe à ce premier discours sur le progrès et le changement un second discours qui pousse les notions de post-singularité et de post-humanité bien au-delà, en les accompagnant plus que jamais d'un commentaire éthique que je n'ose pas dévoiler ici, mais qui n'est pas à son tour sans une certaine ambiguïté.

Mais, oui, plein, plein d'autres trucs – et une novella d'autant plus difficile à appréhender dans sa globalité. Un héros pré-ado mais pas « young adult », dans une utopie qui est une dystopie qui n'en est pas une, un futur post-apo mais pas post-apo, de beaux et grands lendemains terriblement ironiques ou en fait pas du tout ironiques… Et dans l'ambiance, et dans la forme, les ruptures sont brutales : nous parlons d'un récit somme toute subtil et « philosophique », si cela veut dire quelque chose, mais avec quand même un gosse dans un putain de mécha qui massacre robots tueurs fous et pillards bikers clonés mutants (oui, aussi). Et c'est plus ou moins convaincant selon les passages – parfois un peu trop « forcé », en tout cas, au point regrettable de la dispersion.

Cela tient peut-être au format de la novella ? Je fais banalement partie des science-fictionneux qui prisent ce format intermédiaire – que les mauvaises langues, du coup, diraient le cul entre deux chaises. Régulièrement, devant un roman, je me dis que tailler dans le gras aurait été profitable, et qu'il aurait mieux valu en faire une novella. Plus rarement, devant certaines nouvelles, je me dit que davantage d'ampleur, mettons celle d'une novella, eh, aurait été également profitable. Ici, nous somme dans une tout autre situation : pour une fois, je le crains, c'est le format de la novella qui se montre assez peu adapté… Parce qu'il y a beaucoup de choses dans de beaux et grands lendemains, on pourrait en déduire qu'un peu plus de place aurait été une bonne chose – d'autant que les dernières parties du récit tendent au laconisme, probablement un peu trop. Un roman, alors ? Pas dit, car je tends à croire, finalement, qu'il aurait mieux valu scinder tout ça – en plusieurs nouvelles, en fait.

Ce en quoi je me gourre peut-être totalement, hein. Ce qui illustrerait avant tout que je suis passé totalement à coté du propos. Pas impossible, ça… Parce que si je vois plein de choses intéressantes dans de beaux et grands lendemains, je ne suis vraiment pas certain de ne serait-ce qu'entrevoir ce que Cory Doctorow voulait dire au juste dans cette affaire.

Un sentiment mitigé, du coup – et, hélas, cette édition française tire un peu plus le bouquin vers le bas… La traduction est parfois un peu lourde, et, surtout, la relecture est défaillante : beaucoup de coquilles, de mots « oubliés », de phôtes diverses et variées – au début ça va à peu près, mais, plus on avance dans le bouquin, plus c'est rude ; ça l'est tout particulièrement dans la conférence et l'interview, ai-je l'impression…

Oui, sentiment mitigé – c'est bourré de choses intéressantes, mais il n'y en a pas moins beaucoup à redire.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Luniver
  29 octobre 2018
Percer le secret de l'immortalité dans un monde ravagé. Quelle ironie !
Jimmy vit en effet dans un monde post-apocalyptique : les grandes villes sont devenues des immenses ruines vides. Seules quelques communautés humaines éparses semblent avoir survécues ; si elles parviennent à utiliser correctement les derniers vestiges technologiques, elles paraissent incapables de construire quelque chose de comparable : ce qui se casse est perdu à jamais. On ne sait pas très bien ce qui s'est passé, mais vu que certaines de ces communautés pratiquent un terrorisme écologique extrême, on se doute que l'industrialisation a du jouer un petit rôle néfaste dans l'histoire.
Visiblement, il restait suffisamment de techniques et suffisamment de connaissances pour faire de Jimmy un post-humain : son père a en effet bidouillé son code génétique pour ralentir son vieillissement. de longs siècles, voire de longs millénaires (après tout, il est un des premiers, on ne sait pas très bien ce qu'il va donner) s'offrent à lui.
Mais voilà, à quoi ça sert d'être immortel dans un monde pareil, à vivre dans les glorieuses ruines d'une civilisation disparue? Et où une bonne partie de l'humanité restante le considère comme la dernière monstruosité d'un système devenu fou à lier ?
J'aime beaucoup ce type de romans, qui en dit assez pour nous questionner et nous mettre mal à l'aise avec nos propres convictions, mais qui se tait aussi suffisamment tôt pour nous laisser trancher ces questions tous seuls ensuite. On aborde d'ailleurs une foule de thèmes sensibles : l'écologie, le vieillissement, le post-humanisme, …
En tout cas, force est de constater qu'aujourd'hui, les beaux et grands lendemains, il n'y a plus grand monde pour les rêver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Lysette
  03 novembre 2018
Une belle découverte.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en ouvrant ce livre, et j'avoue que ce n'est pas plus mal, car j'ai été totalement désorienté, troublé et j'ai adoré !
Car oui, cette nouvelle à de quoi perdre le lecteur, en nous plongeant directement dans l'histoire sans nous donner trop de contexte, en nous offrant un monde post-apocalyptique très SF, bourré de technologie et de mots nouveaux sans nous offrir de références, cela crée quelque chose de vraiment immersif.
J'ai été troublé, troublé par les sujets qu'aborde ce livre, entre trans-humanisme, technologie, avancée, différence, écologie, vie humaine, bref, ce livre demande de s'interroger, de plonger dans son univers afin de se questionner sur le notre...
Enfin j'ai adoré, adoré cette fin abrupte qui m'a prise au dépourvue et qui m'a demandé de la réflexion. Afin de mieux comprendre cette nouvelle atypique, l'auteur ajoute un entretien et un texte qui permettent de mieux aborder ce livre.
J'ai été touché par le personnage de Jimmy, un personnage qui s'interroge, qui subit, qui mûrit, un personnage qui m'a complètement happée et avec qui j'aurais aimé passer encore plus de temps, ce qui est clairement ironique au vu de la longévité de Jimmy !
En bref, une nouvelle qui à des choses à dire et des personnages convaincants, mais qui pourra peut-être perdre les lecteurs les moins à l'aise avec la SF et les moins concernés par le sujets.
Bonne lecture à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Natiouschka
  30 octobre 2018
Dans un monde post-industriel et presque post-apocalyptique, les villes ont disparu, grignotées progressivement par des robots avides de métal. Quelque part près de Détroit, Jimmy et son père tentent de préserver quelques reliquats de la civilisation passée. Leur pièce majeure est le Carrousel du Progrès, développé par Walt Disney en 1964 et rapatrié de Floride (et dont la chanson thème s'intitule "There's a Great Big Beautiful Tomorrow" - d'où le titre du livre). Comme son père, Jimmy est immortel ou presque, vieillissant beaucoup plus lentement que ses comparses humains. Lorsque leur 'musée' est attaqué, Jimmy n'aura d'autre choix que de s'enfuir avec le Carroussel. Évoluant désormais seul, son périple l'amènera à s'interroger sur sa condition d'immortel et à tenter de s'en défaire.

Environnement, transhumanisme, homme augmenté, vie et sauvegarde virtuelles: ce sont toutes les thématiques abordées dans ce court mais riche récit. L'auteur soulève des questions sans forcément engager pleinement une réponse, sans jugement de valeur, laissant le lecteur développer son propre avis. Difficile d'en dire plus sans dévoiler l'intrigue, mais l'on peut dire que l'histoire tient la route: les réflexions de Jimmy sont cohérentes et sans fioritures, son évolution et sa progression dans l'histoire et au fil du temps sont intéressantes.

Un roman intéressant donc, mais qui nécessiterait un travail d'édition un peu plus poussé. Je m'interroge en effet sur le choix des ajouts en fin de livre: le plaidoyer concernant le copyright sort totalement du thème fictionnel abordé juste avant, tandis que l'interview de Cory Doctorow s'adresse à un public déjà fan de l'auteur ou sensibilisé à la question de la singularité. Pour les autres? Et bien vous n'en tirerez pas grand chose! Enfin, une dernière relecture de l'ensemble du livre aurait probablement permis de corriger les 4-5 coquilles qui parsèment encore les lignes du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   21 octobre 2018
Le problème est que la technologie est toujours en faveur de l'attaque plutôt que de la défense. Une personne qui se défend doit échafauder une défense parfaite. Celui qui attaque doit trouver un simple trou dedans.
Commenter  J’apprécie          80
LuniverLuniver   29 octobre 2018
À chaque changement dans notre histoire, certains disent toujours « Demi-tour. Demi-tour. » Mais il n'y a pas de retour possible. Pas pour nous. Pas pour le Carrousel. Les défis se trouvent toujours dans l'avenir. Et tant que les hommes rêvent, travaillent et construisent ensemble, ces années-là peuvent être aussi les meilleurs moments de nos vies...
Commenter  J’apprécie          40
NatiouschkaNatiouschka   29 octobre 2018
Je vivais dans le futur dont on parlait dans l'attraction, mais le progrès n'existait plus. Nous avions surpassé le progrès. Ce que nous avions était le changement. Les choses pouvaient changer quand quelqu'un le désirait. On pouvait créer et répandre une armée de wumpus, ou trouver un moyen de vous implanter une antenne émotionnelle dans la tête, ou créer une flotte de robots-tueurs; on pouvait tout aussi bien inventer l'immortalité ou modifier sa chèvre pour qu'elle produise de la soie. Faites-le. Cela deviendra populaire ou non. Ou, peut-être, ça marchera tout seul. Puis le monde... change. Et quelqu'un change le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuniverLuniver   30 octobre 2018
De beaux et grands lendemains sont à venir
Et nous attendent à la fin de chaque jour.
Commenter  J’apprécie          92
LysetteLysette   03 novembre 2018
Le truc à propos de l'immortalité, c'est que cela est compliqué. Ce n'est pas vraiment une bénédiction.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2553 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre