AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221255605
252 pages
Éditeur : Robert Laffont (26/08/2021)
3.84/5   32 notes
Résumé :
« Sans même s'en rendre compte, on marche vers ce qui nous rend vivant. »

Sans le savoir, Camille et Jérémy marchent l’un vers l’autre depuis leur naissance. Devenus adultes, ils s’aiment sans parvenir à être heureux ensemble, Jérémy s’efforçant de cacher à Camille les ombres qui le hantent. Le jour où Camille lui confie le désir de porter leur enfant, Jérémy ne parvient plus à tenir debout face aux possibles sur le point de s’écrire. La perspective d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 32 notes
5
8 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Yvan_T
  02 septembre 2021
Ayant déjà souvent eu envie de lire les romans pour ados d'Antoine Dole, je n'ai pas longtemps hésité en voyant ce titre parmi ceux de la rentrée littéraire 2021.
« Six pieds sur terre » invite à suivre les pas de Camille et Jérémy, dont les destinées s'unissent après avoir vécu une jeunesse difficile. Malgré tout l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre, les deux trentenaires ne parviennent cependant pas à être heureux ensemble. le jour où Camille lui annonce qu'elle désire un enfant, les démons qui dévoraient Jérémy refont brutalement surface… Comment donner la vie alors que l'on peine soi-même à trouver sa place parmi les vivants ? Comment transmettre le goût de vivre quand on a soi-même envie de disparaître ?
En plongeant dans l'intimité de deux écorchés vifs, l'un ne trouvant pas sa place dans son couple et dans la vie, l'autre colmatant les brèches avec un surplus d'amour, Antoine Dole nous emmène sur le chemin de la dépression. En disséquant les émotions de ces deux personnages meurtris depuis la plus tendre enfance, il lève le voile sur cette gangrène invisible qui ronge lentement l'espoir, l'envie d'avancer… l'envie de vivre. Mieux vaut prévenir le lecteur qu'en se mettant à table, il risque l'indigestion car le menu proposé par l'auteur sera particulièrement lourd à digérer : Traumatismes de l'enfance, mal-être, maladie mentale, dépression et idées suicidaires, le tout servi dans un environnement sombre et baignant dans une grande tristesse.
Si je referme ce roman totalement abattu, percuté par l'écriture poignante et riche en métaphores d'Antoine Dole, il me manque cependant un ingrédient pour pouvoir parler de véritable coup de coeur. J'ai en effet eu trop souvent l'impression d'assister au naufrage de ce couple en tant que spectateur. Pourtant, régulièrement, au détour de quelques phrases en italique prononcées par les personnages on se rapproche un peu d'eux, mais sans avoir le temps de s'attacher de trop, car l'auteur effectue très vite un zoom arrière, revient à une narration à la troisième personne et nous éloigne à nouveau de la scène. Alors même si le cadrage est excellent et que le narrateur qui se substitue aux protagonistes utilise des mots extrêmement justes pour décrire cette lente descente aux enfers, je regrette tout de même cette distance qui empêche le véritable coup de coeur…
Un roman très sombre que l'on referme au bord de la dépression… malgré ce mince filet de lumière offert par l'auteur en fin de roman, donnant tout son sens à ce titre finalement très beau de l'ouvrage.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          836
Kittiwake
  16 octobre 2021
L'auteur de la célèbre BD Mortelle Adèle et de nombreux romans pour la jeunesse se lance dans le roman adulte. Six pieds sur terre met en scène Jérémy, depuis sa naissance laborieuse jusqu'à ce qu'il devienne à son tour père.
Mis au monde par une femme peu aimante, l'enfant vivra une jeunesse chaotique, ponctuée d'absence et de deuil.
Camille de son côté n'est guère mieux lotie, auprès d'une mère bipolaire mais la jeune fille réagira aux difficultés en faisant de la réparation un but de sa vie.
On n'est donc pas surpris lorsque ces deux-là unissent leur destin, relation fondée sur un équilibre précaire, que le souhait de maternité de Camille va faire voler en éclats.
L'opposition des deux personnages est intéressante, pour démontrer que l'adversité n'est pas synonyme d'échec programmé. Camille est ainsi le personnage lumineux du roman, qui allège un tout petit peu l'ambiance générale.

Il n'en reste pas moins que l'on feuillette un catalogue du malheur : dépression, suicide, deuil, il est certain qu'il vaut mieux être en forme pour aborder le roman.
Pas de reproche sur l'écriture, ni lyrisme ni mise à distance et l'alternance des personnages conduit naturellement à ce que l'on attend : leur rencontre et ce qu'il adviendra de leur union.
Avis en demi-teinte , donc, pour ce premier roman adulte.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
calypso
  07 octobre 2021
Je ne le fais que très rarement mais j'ai lu des critiques au cours de ma lecture. J'étais plus ou moins convaincue par certaines car en désaccord avec les propos tenus, mais je comprends vraiment, maintenant que j'ai terminé Six pieds sur terre, que ce roman ne pourra pas plaire à tout le monde. Par son style, très imagé, par son ton, trop sombre. Mais puisqu'il est question ici de dire ce que j'en ai pensé, voici : ce que j'ai lu, moi, dans ces pages écrites par Antoine Dole, c'est l'expression d'une détresse pure qui prend aux tripes parce qu'elle est réelle. Cette détresse est violente, elle envahit tout à l'image de cette tache sur le plafond de l'appartement de Camille et Jérémy. C'est une détresse qui ne s'apaise pas et ne peut s'apaiser. le personnage ne s'y complaît pas, il ne peut simplement pas s'en extraire. Il reste englué dans le traumatisme qu'il a vécu enfant et ne peut construire sa vie d'adulte. C'est profondément triste, et c'est profondément beau, cet attachement absolu à celle qui a été perdue, et c'est profondément difficile aussi pour le lecteur d'être confronté à cette dépression qui ne lui laisse pas la possibilité de reprendre son souffle. Impossible de ne pas être dans l'empathie. Alors, on souffre avec Jérémy. Et on espère aussi, car oui, elle est bien présente, cette lueur d'espoir, annoncée en réalité dès le titre. Les mots d'Antoine Dole sont des flèches qui vous transpercent le coeur, son style est fulgurant et sa sincérité incontestable. Un grand auteur.
Je remercie chaleureusement Babelio et les Editions Robert Laffont pour cette lecture !

Lien : http://aperto-libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Ziliz
  25 septembre 2021
Six pieds sur terre
et mon moral dans mes deux chaussettes.
Pire, même, comme si j'avais six pieds de plomb couverts de chaussettes trempées.
.
Elle : Camille, élevée par une mère célibataire bipolaire, donc habituée depuis toujours à arrondir les angles et 'réparer les gens'.
Lui : Jérémy, détruit à 15 ans par la mort brutale et violente de sa mère.
Ces deux-là ont eu la bonne idée de s'aimer, ou de faire comme ci.
Jérémy va mal, tourne autour de son nombril, se demande ce qu'il fout là - avec Camille, et vivant, même, tout simplement.
.
L'auteur fait un tour assez complet des métaphores de la dépression, on s'y croirait. On a même la tâche humide et crado au plafond de la chambre, qui prend de l'ampleur et obsède. Cela m'a rappelé les images de la maladie de Chloé dans 'L'Ecume des jours' (Vian).
Effet Guignol : envie de crier à Camille 'Casse-toi, sauve ta peau, ce mec est irrécupérable et t'entraîne vers le fond'. Je lui en ai voulu, à ce Jérémy "lâche & égoïste", j'ai eu envie de le secouer, de lui botter les fesses : 'Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour ceux qui t'aiment.'
Ok, maman ne lui a pas donné l'exemple, mais bon. La répétition des erreurs de nos parents et de ceux qui les ont précédés, c'est obligé ?
La rencontre entre Camille & Madeline m'a un peu calmée et ouvert l'esprit.
.
Un roman trop sombre, lent, lourd, désespérant, agaçant.
J'ai eu beaucoup de mal à ne pas abandonner la lecture.
Mais Antoine Dole écrit très bien, aucun doute.
.
« On apprend, c'est tout. A vivre. Les années abattent autour de nous les obstacles et les imprévus. Et on choisit : passer au travers ou se laisser tomber. (...)
Notre place n'existe pas, on se la fait, c'est tout. Elle est là cette vie à vivre, elle est droit devant soi. (...)
Le temps qui nous est accordé, on fait du mieux qu'on peut pour le gorger d'espoir. Petit à petit, une montagne après l'autre, un caillou, une poussière, on prend ce qui nous pèse, on le laisse derrière soi, on se libère, on apprend. »
.
Y a qu'à, quoi... Très joliment dit, tellement vrai, mais des propos qui sonnent creux pour ceux qui sont au plus bas et n'arrivent plus à croire que le tunnel a une issue.
....
PS : j'aime beaucoup le billet de Didjmix :
https://www.babelio.com/livres/Dole-Six-pieds-sur-terre/1328749/critiques/2684351
-------
https://www.youtube.com/watch?v=PO-ZDKKugSo ♪♫
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
MarcelineBodier
  14 septembre 2021
Pourquoi lire ce livre ? Parce que le titre est à lui seul tout un programme : comment vivre quand sa mère est six pieds sous terre ? le simple fait d'essayer de maintenir la tête hors de l'eau est une douleur… alors se hisser six pieds plus haut, est-ce possible ? Antoine Dole excelle à décrire cette enfance infiniment mortifère et à nous faire ressentir l'étouffement dans lequel bascule Jérémy à quinze ans. Mais il n'y a pas de complaisance dans la souffrance, car mettre des mots sur une douleur indicible, c'est la condition nécessaire pour espérer la surmonter : le véritable enjeu du livre est là.⠀⠀⠀
⠀⠀⠀
Un premier roman, sur lequel j'ai foncé dans la jungle de la rentrée littéraire. Premier, quoique… vous connaissez déjà Antoine Dole, mais sous le nom de Mr. Tan, auteur de la série Mortelle Adèle. Sa carrière est bien installée, mais il se réinvente là où on ne l'attendait pas. Et c'est sans doute cela, un artiste… car Six pieds sur terre montre qu'il est un grand écrivain qui n'a pas besoin du support graphique pour nous faire voyager au coeur brûlant d'émotions extrêmes.⠀⠀⠀
⠀⠀⠀
Et vous, est-ce que cet étonnant parcours vous donne envie de lire cet envoûtant roman ?⠀⠀
Lien : https://www.20minutes.fr/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   16 octobre 2021
On fait ce qu'on peut, avec ce qu'on a. C'est ça la vérité. La seule chose à comprendre.
Pour le deviner il faut s'être tenu à la frontière de soi. Cet endroit des limites solides, celles auxquelles on se heurte un jour, malgré toute la bonne volonté, tout le courage. On découvre l'évidence : cette vie n'est facile pour personne et elle nous doit rien. Tout en est l'écrin, on ne peut pas faire le tri. On habite, seul, nos douleurs autant que nos possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
hashtagcelinehashtagceline   18 octobre 2021
Vivre, c'est courir après l'espoir d'être vivant, accepter en soi une faim que rien ne peut éteindre. S’essouffler à croire, vouloir, à demeurer dans le mouvement. Mais les chances sont minces et les miracles n'arrivent pas: on vit les uns au détriment des autres, on se mange, on se dévore. C'est la jungle ici, c'est lutter qui nous tue.
Commenter  J’apprécie          00
hashtagcelinehashtagceline   18 octobre 2021
C’est vivre qui nous tue, oui.
C’est vivre qui nous tue.
Parce qu’on souffre et elle s’en fout, cette vie, que l’on s’accroche ou non.
Commenter  J’apprécie          00
ZilizZiliz   20 septembre 2021
Tandis que le train ralentit à l'approche d'une nouvelle station, les gestes sont impatients. Et déjà les anonymes se pressent contre les portes pour en actionner frénétiquement la poignée. Jérémy se lève, bouscule une fille qui ne réagit pas. Les corps se positionnent, c'est à celui qui sera le premier à sortir. On passe notre temps à chercher à s'enfuir. Toutes les portes qui se dressent devant nous ne sont que des issues de secours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
ZilizZiliz   21 septembre 2021
Il en avait parlé avec des psys, là encore rien n'était venu que des paroles creuses, des mots réconfortants dénués d'effets sur la durée. On lui avait répété qu'il faudrait du temps, que la dépression était difficile à appréhender. Il le sait. Il l'a compris très vite. Qu'elle naît tout au fond, à un endroit de soi où les pensées et la chair sont liées, à ce point de fusion qui n'obéit à rien de tangible. Ni à la volonté ni au plaisir.
(p. 120)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71

Videos de Antoine Dole (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Dole
Rencontre avec Antoine Dole, auteur de "à copier cent fois" à la médiathèque intercommunale Maurice Pic de Montélimar agglo, le 23 mai 2014. [© Thierry Trial 2014 pour la médiathèque intercommunale de Montélimar-agglo]
autres livres classés : vieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Ce qui ne nous tue pas

Comment s'appelle les deux amies de Lola ?

Clémence et Cali
Lola et Simone
Juliette et Claire
Mathilde et Adélaïde

7 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Ce qui ne nous tue pas de Antoine DoleCréer un quiz sur ce livre

.. ..