AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1718115822
Éditeur : Auto édition (11/08/2018)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 18 notes)
Résumé :
"Il n’y a rien devant. La forêt et les collines, loin loin loin, et c’est tout. Ils ont laissé la voie ferrée derrière eux et sont partis vers la gauche, dans les plaines. Ils suivent les courbes molles du relief au milieu de rien. Pas de chemin ou de route, quelques arbres tordus, des ordures éparses, et de la terre aux herbes sombres pleine de pierres creuses qui craquent sous leurs semelles.Une heure passe. Ou Deux.La lune dans sa phase descendante éclaire le déc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  19 novembre 2018
Comme tous les jours, Francis prend le métro pour se rendre à son travail. Comme tous les jours, il sait déjà comment sa journée va se dérouler : boulot, métro, dodo...
Alors, quand sa rame de métro s'arrête au milieu du tunnel, Francis au lieu de faire comme tous les jours et d'attendre que tout se remette en place... il décide de descendre de sa rame et de remonter le tunnel. Une marche de quelques minutes qui deviennent des heures....

🐴 HÜ est une sorte d'Alice aux pays des merveilles sans les couleurs bonbon, l'ambiance déjantée et drôlissime. Ici, l'auteur nous offre un univers aux antipodes avec des couleurs sinistres, des personnages étranges et dangereux. Dans ce roman, notre personnage, Francis, être débonnaire et effacé se retrouve dans un monde dangereux où les règles ne sont plus de mises. Entre Oscar, un gamin de quelques années maniant le couteau et aimant tuer ; Sasha, le "prêtre" appréciant les animaux et ayant des pulsions sexuelles dérangeantes ; une Reine pyromane et procréatrice ; Artémius poète et philosophe et, Pénélope, une jeune femme belle, mais spéciale.

David Dolo nous offre dans ce roman une métaphore poussée à l'extrême de l'Homme en général. Francis incarne l'homme lambda, se soumettant et se satisfaisant de sa vie. Son arrivée dans cet univers qualifié de "Poubelle du monde" et le masque de cheval dont Oscar l'a affublé permettent de transposer cette personnalité soumise à sa version animale. Petit à petit, ses désirs les plus cachés comme la liberté, courir, faire ce que bon lui semble vont se révéler au travers de l'attitude équine qu'il va sentir monter en lui.🐴

Le roman dans son ensemble est bon, avec de bonnes idées, mais cette plongée dans un autre univers manque de panache. de nombreuses maladresses sont présentes, le roman par moment manque de dynamisme. Par contre, le côté absurde et décalé est vraiment sympathique.
Personnellement, ce n'est pas trop mon genre de littérature, mais j'ai apprécié ce moment de lecture.

Je remercie David Dolo pour cette découverte ainsi que Masse Critique de Babelio. Comme toujours, des lectures inattendues qui permettent d'ouvrir les yeux sur d'autres univers.🐎
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          990
Ambages
  17 novembre 2018
Vous souvenez-vous de la série télévisée "Alfred Hitchcock présente" qui passait en noir et blanc ? Remarquez, chez moi à cette époque le poste télé n'avait que du noir et blanc... Il y avait toujours un truc bizarre dans cette série. Ah c'est dingue, je me rappelle encore la musique du générique "palapala pam pam" (je ne suis pas douée en musique, toutes mes excuses. C'est pour l'ambiance) et le petit accent british de la voix du doubleur qui assurait l'ouverture de l'épisode sur les paroles d'Hitchcock. Eh bien ce petit roman a le même charme. Il ouvre sur un univers qui ressemble au nôtre, à quelques détails près. Et le personnage principal Hü, enfin je veux dire cet homme, Francis, va passer dans la twilight zone sans comprendre ce qui lui arrive. de l'autre côté... Enfin, presque pas tout, parce qu'il va bien sentir la lourdeur de ses jambes après des kilomètres de marche, harcelé par la faim et la soif. Ce grassouillet banlieusard ("Merci mon Dieu je suis toujours laid, je suis toujours moi."), marié avec Daphné au comble du bonheur ("Le moins que l'on puisse dire à voir la grimace amère de sa bouche peinturlurée, c'est qu'elle ne semble pas ravie de le voir") est content d'avoir une vie bien rangée : métro boulot dodo. Jusqu'au matin où le train qui l'emmène au travail, s'arrête en pleine voie. L'inconscient. Il en descend. Et les consignes de sécurité, bordel ? Oups, pardon. Je m'égare.
Il va se retrouver pris dans une aventure qui ne lui ressemble pas, dans un environnement qu'il découvre hostile, moyenâgeux, peuplé d'individus qui vont lui rendre la vie intolérable, sauf Pénélope, qui aime bien les chevaux. Allez Hü ! Vole, saute et galope vers ton nouveau destin Francis... Euh ?! Tu ...galopes, trottes ? Etonnant. Est-ce que tu es certain de ne pas faire partie de ce monde ? Après tout il y a bien une reine qui s'accouple avec un rocher, des enfants qui aiment les lapins noirs et un vieil homme, philosophe et écrivain à ses heures, qui creuse, creuse pour rentrer chez lui. Ah oui, il y a aussi Oscar, le fougueux. Il t'as bien marqué ce petit. "Qui sait quand on est susceptible de se faire brûler le cul au fer rouge ?"
"Il se dit qu'il faudrait qu'il se fabrique une pancarte 'Je suis un homme' pour éviter les malentendus et ça le fait rire, jaune."
J'ai bien aimé ce roman, j'aime beaucoup l'idée de ce monde composé de nos poubelles, de tous nos déchets, ou présumés tels, que nous rejetons et espérons ne plus voir, de l'autre côté. Je remercie Babelio et David Dolo, pour ce cadeau, livre qui a reçu le prix du Jury des Plumes Francophones 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Ichirin-No-Hana
  02 décembre 2018
Je suis assez embêtée.
Reçu dans le cadre d'une masse critique, je dois remplir ma part du marché et donc faire un retour sur cette lecture, chose que je n'aurais pas fait habituellement, car Hü est un roman, qui de par son intrigue assez abstraite, ne m'a pas parlé et je suis malheureusement restée totalement extérieur à cette histoire. En même temps, il ne faut pas m'en vouloir, avec une intrigue aussi singulière, difficile de parler à tout le monde.
J'ai même de grandes difficultés à résumer cette histoire. On y découvre un héros assez lambda, transparent et a la vie professionnelle et personnelle assez fade. Un jour, il se lance un défi personnel, histoire de mettre un peu de piquant dans son quotidien. Son trajet de train quotidien se retrouve aujourd'hui bloqué sans raison apparente. Allez hop, notre héros prend son courage à deux mains et saute du train pour finir son trajet à pied. Alors qu'il connait son trajet maison-boulot par coeur, notre protagoniste se retrouve perdu dans un monde inconnu avec pour seul guide, un jeune garçon avec un sac sur la tête qui le force à porter une tête de cheval mort.
Hü est donc un roman singulier qui ne parlera pas à tout le monde. Je n'ai malheureusement pas réussi à m'intéresser à ce que je lisais, je n'ai d'ailleurs pas réussi à finir le roman. Je suis consciente d'être surement passée à côté de nombreuses métaphores ou messages. de nombreuses critiques élogieuses ont été faites et je suis heureuse de voir que le roman ait plu et ait réussi à parler à d'autres personnes, car il est plutôt bien écrit et j'admire le cran de l'auteur !
Je tiens malgré tout à remercier Babelio et à David Dolo pour l'envoi de ce roman dans le cadre d'une masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
saigneurdeguerre
  29 novembre 2018
Vous connaissez Francis ? C'est un brave gars. Il voudrait qu'on l'aime, mais qui, circonstance aggravante, s'intéresserait à un gros comme lui ? Qui ?
Francis, c'est métro, boulot, dodo ! Bref ! Francis est un personnage, certes gentil, mais terne. Rien de remarquable ! Aucun talent exceptionnel ! Rien qui mériterait qu'on s'y intéresse.
Et puis, ne voilà-t-il pas qu'un beau jour, ce train qu'il emprunte depuis dix ans, s'arrête à 200 mètres du prochain quai. Francis a chaud, le chauffage de la voiture où il se trouve dégage une chaleur qui le déshydrate. Il se sent mal. Il est près d'une porte. N'en pouvant plus, se faisant violence car Francis tient à son train-train quotidien, il appuie sur le bouton qui permet d'ouvrir la porte… Et celle-ci cède sous son gros doigt… L'air froid s'engouffre. Les autres passagers râlent. Francis décide l'impensable dans une vie de Francis : il descend de la voiture et décide de rejoindre le quai à pied. En deux minutes, ce devrait être chose faite… Mais ne voilà-t-il pas que la porte du train se referme et que celui-ci démarre, noyant Francis dans un tourbillon de poussière. Qu'à cela ne tienne : Francis peut marcher. Deux minutes et il sera sur le quai… Les minutes passent, Francis ne reconnaît plus le décor le long de cette voie qu'il emprunte depuis une dizaine d'années… Des heures se sont écoulées. Aucun train n'est passé et ce maudit quai où est-il ? Francis a faim. Francis a soif. Francis décide de faire demi-tour. Cela fait des heures qu'il marche. La nuit est tombée. Pas âme qui vive alors que Francis suit toujours les rails. Mais où donc tout cela va-t-il le mener ?

Critique :
Hü est le livre le plus étrange qui me soit passé entre les mains depuis des décennies. Ce n'est pas un roman à proprement parler, ou alors, un roman fantastique. Je le verrais plutôt comme un conte ubuesque. En tout cas, une oeuvre hors norme. Kafka n'est pas loin…
L'auteur, David Dolo, a une écriture qui parvient à retransmettre parfaitement les émotions de ses personnages et à les rendre si pas attachants du moins humains, alors même qu'ils n'ont rien qui plaide pour eux ! Francis est un individu sans la moindre personnalité qui est au sommet de la jouissance parce qu'il dispose d'un bureau et de sa propre machine à café.
Oscar est un individu dont la croissance s'est arrêtée lorsque ses parents l'ont abandonné dans un lieu désert où il s'est retrouvé cruellement seul. C'est devenu un assassin de personnes égarées, non dénué de cruauté, qui n'éprouve aucun remord de ce qu'il fait subir aux malheureux, perdus, qui atterrissent dans cet univers parallèle où l'on peut marcher des jours sans rencontrer personne. Chaussette est aussi grand qu'Oscar est petit. C'est le seul ami de ce dernier. C'est lui qui lui a donné ce canif exceptionnel, doté d'un ressort qui fait jaillir une lame aux reflets bleutés qui coupe et découpe les chairs comme s'il s'agissait de vulgaire papier.
Et puis, il y a Pénélope, tombée du ciel ! Elle est belle. Oscar et elle s'aiment. Ils partagent une cabane qui est un vrai petit paradis. Oscar ferait n'importe quoi pour Pénélope ! Vraiment n'importe quoi pour la rendre heureuse.
Malgré l'invraisemblance de l'histoire, je me suis laissé prendre au jeu et ai vécu les émotions de Francis, mais je doute que tout le monde se laisse emporter par ce conte fantastique qui conduit à une métamorphose. Je comprends parfaitement que cette histoire puisse déplaire à de nombreuses personnes qui n'iront pas jusqu'au terme de l'histoire. Ça passe ou ça casse ! David Dolo a produit une oeuvre pour le moins originale et je comprends qu'il ait été récompensé par le Prix du Jury 2018 « Les Plumes francophones ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
alberthenri
  27 novembre 2018
Depuis que j'ai reçu ce livre dans le cadre d'une "masse critique privée", (Merci Babelio !) j'ai lu plusieurs critiques enthousiastes à son sujet.
Et bien, je suis au regret de dire que je ne partage pas cet enthousiasme..!
Pour être bien honnête, le fait que le livre soit un produit Amazon (auto édition via ce "géant de la distribution"), avec une présentation ultra minimaliste; pas de préface ni d'avant-propos, pas de note biographique, mais quelques coquilles (mots manquants notamment), m'a sans doute influencé de manière négative.

Cela étant dit, je ne me suis pas arrêté à la forme, mais il se trouve que je n'ai juste pas du tout accroché !
Le personnage central, ce Monsieur tout le monde, ou personne, aurait pu m'être sympathique, je l'ai simplement trouvé banal et fade.
Enfin bref, je ne veux pas m'appesantir sur la négativité de mon ressenti ; je n'ai pas aimé voilà tout !
Partant du principe, et j'espère que vous serez d'accord, que la lecture doit être avant tout source de satisfaction, et non quelque chose que l'on s' (vous) impose, j'ai renoncé à poursuivre ma lecture, et j'ai décroché aux alentours du chapitre 8 !
Désolé, car croyez-moi, je n'aime pas "descendre" un livre, mais puisque Babelio me presse de donner mon avis -"même négatif", je remplis ma part du contrat !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   28 novembre 2018
C'est injuste.
Et il déteste l'injustice, à son égard surtout.
Commenter  J’apprécie          60
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   27 novembre 2018
La dignité c'est facile quand on n'a pas faim, ni soif, quand on n'est pas captif et forcé à marcher des dizaines de kilomètres les mains attachées, déguisé en bête, martyrisé, moqué.
Commenter  J’apprécie          30
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   26 novembre 2018
Pourquoi cet arrêt ? Est-ce que quelqu'un s'est à nouveau jeté sous les roues du train? Ce serait le deuxième en un mois, ça arrive plus souvent en hiver, et souvent aux heures de pointe, mais quand même. Les suicidés aiment bien impliquer leurs anciens compagnons de trajet dans leur mort, semble-t-il.
Commenter  J’apprécie          50
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   26 novembre 2018
Sa femme, Daphné, le méprise. Il la soupçonne même de le tromper, mais il ne sait pas avec qui et il s'en fiche. En fait, il pense même qu'elle a raison. A sa place, il se tromperait aussi probablement, un gros plein de soupe inutile dans son genre ne mérite pas mieux.
Commenter  J’apprécie          30
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   26 novembre 2018
Francis se soucie souvent de ce que l'on pense et dit de lui, il voudrait qu'on l'aime, qu'on le respecte, il se rêve impeccable.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : contes philosophiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..