AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Muriel Djéribi-Valentin (Éditeur scientifique)
ISBN : 2715220944
Éditeur : Mercure de France (02/04/1998)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 15 notes)
Résumé :
" Depuis que nous sommes nés, c'est fantastique d'être sur terre, en ne sachant pas ce qu'il y a après ! Vous n'êtes pas comme moi, avec une curiosité extraordinaire ? Non ? Moi, si ! J'ai une curiosité vraiment extraordinaire de ce que cela sera, comme si j'étais un fœtus qui attend de naître. J'ai toujours été très pressée de savoir. Et c'est la même chose pour la mort : savoir ce qu'il y a après. "
Sur le ton de la confidence, François Dolto, avec des mots... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
TCHITAT92
  03 février 2019
Tout petit essai traitant de la mort, et du dire la mort, notamment aux enfants. Lecture étonnamment apaisante, Françoise Dolto nous permet de prendre une certaine distance avec la mort, d'évoquer un deuil plus serein, d'aborder notre propre fin en la dédramatisant. J'ai aimé cette approche pleine de sagesse.
Par contre, il m'a semblé que ce texte était plus destiné à appréhender la mort en tant que phénomène naturel, normal, donc plutôt la fin du cycle de la vie pour une personne âgée. Je ne pense pas que ces paroles soient aussi bien acceptables (sur le plan psychologique) dans des situations beaucoup plus éloignés de "ce qui doit / devrait être", dans le cas d'une mort brutale, cruelle, par exemple, ou bien d'une maladie très douloureuse, déclarée en pleine jeunesse... Comment dire à un enfant qui perdrait un de ses parents, ou un de ses frère/soeur/ami(e) dans une de ces situations, que cette personne a "fini de vivre" ... Je reste sceptique.
Mais les mots de Françoise Dolto me paraissent très bien choisis en revanche pour expliquer à un enfant la mort de son grand-père / sa grand-mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
malau
  12 avril 2010
C'est un tout petit livre : tant par son format que son nombre de pages (56). Il s'agit en fait de la retranscription d'une conférence que donna Françoise Dolto le 16 octobre 1985. On retrouve son parler franc, son style direct : "Je dois dire que je suis étonnée ! Je ne connais pas un mot de plus que vous sur la mort, et vous venez m'écouter comme si je savais quelque chose." (p.9) J'ai sorti de ma bibliothèque et lu ce livre avec un but précis : j'avais à parler de la mort à mes élèves, l'un d'entre eux ayant un parent proche mort brusquement. de ce point de vue, il ne m'a pas été trop utile : je n'avais pas de nouvelles armes pour en parler. C'est sûrement un peu présomptueux de ma part, mais je connaissais l'essentiel de ce qui est dit : "tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir de communiquer avec les autres" ; "on ne meurt que quand on a fini de vivre" ; "l'inconscient ne connaît pas la mort." Ce fut une lecture rapide, facile, mais pas essentielle.
Lu en avril 2010
Commenter  J’apprécie          80
Bruno_Cm
  14 novembre 2018
Critique :
Petit livre qui est le texte adapté de conférence de Dolto, elle s'adresse à des adultes, pour s'occuper mieux d'adultes et aussi d'enfants. Mais ce livre n'est pas exclusivement ciblé enfants !
La mort n'existe pas dans notre inconscient, affirme plusieurs fons la Françoise, en tout cas notre mort, celle des autres bien, seules sont présentes la souffrance, le risque de blessures.
La vie serait une sorte de moment entre deux "morts", la naissance comme expulsion d'un état de non existence... vie... jusqu'à un retour dans l'état primordial.
Une mort qui se mérite, donc, à travers cette vie que l'on a et que l'on mène.
Une mort qui arrive quand il est bien qu'elle arrive, quand on est prêt quand on sait qu'on a fini de vivre, cette idée peut soulager, même et surtout un enfant qui s'interroge. de même qu'il est fondamental de mettre de la parole sur cette mort qu'on ne peut pas connaître et qui donne du sens à notre vie.
J'ai bien aimé l'idée que chez les enfants, les garçons joue avec la mort (pan t'es mort) et les filles joue avec la vie (bébé en plastoc etc) mais qu'au fond, nous dit Dolto, ça revient au même. Ca revient-il au même. Ca me perturbe-parle.
Ce livre est trop court évidemment, il ne dresse que quelques idées de base, à approfondir partout, par ailleurs, si on veut, si on a le temps, si on veut prendre le temps. Courage, fuyons.
Je n'aime pas spécialement Dolto, mais force est de reconnaître qu'il y a pas mal de justesse dans ses propos et qu'ils peuvent utilement faire réfléchir qui les lira...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Bruno_CmBruno_Cm   13 novembre 2018
Evidemment, j'ai peut-être, comme tout le monde, très peur du
vieillissement, très peur de n'avoir plus les moyens de communiquer? Je
suis désolée quand je vois que je perds un peu la mémoire, surtout celle
des noms - c'est un commencement de vieillissement - et je me dis :
"Qu'est-ce que je gagne en échange ?" Pas beaucoup, je trouve. J'espère
qu'il y a quelque chose que je gagne en échange, je ne sais pas, mais comme
théoriquement je le pense, alors je me dis ;: "Ca doit être vrai." (Rires.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bruno_CmBruno_Cm   14 novembre 2018
... les fantasmes sadiques, ce n'est pas de la méchanceté de quelqu'un, pas du tout, c'est quelqu'un qui a subi - peut-être au moment de sa naissance ou peut-être plus tard - des souffrances qui n'ont pas été parlées, et qui à cause de ça est obligé de les revivre, en développant plus tard comme une petite cicatrice qui devient très grande, quand le corps se développe. C'est la même chose avec ces fantasmes d'agression que quelqu'un a subis, et qu'ensuite il fantasme dans sa vie quand il n'a pas eu la possibilité de faire de psychanalyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   13 novembre 2018
C'est important pour les psychologues qui reçoivent des gens soi-disant déprimés, et qui disent : "Ma vie n'a plus de sens..." Demandez-leur : "Mais alors, pourquoi survivez-vous ? Qu'est-ce qui vous fait vivre puisque vous dites que c'est tellement triste de vivre ?" C'est très important de les faire parler du sentiment de mort qu'ils ont, et c'est comme cela que vous les aiderez à en sortir, ce n'est pas du tout en remontant le moral des gens. Remonter le moral, c'est tout le contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   13 novembre 2018
... il est certain que les humains ont besoin de jouer avec la vie, en donnant la mort et en jouant à être mort. Tous les enfants jouent à être morts et à donner la mort. Justement parc qu'ils sont dans la vie, et ils ont tout à fait raison parce que c'est en donnant la mort imaginaire que la vie, dans sa réalité, prend tout son sens, toute sa verdeur, seulement c'est une mort imaginaire. "Pan pan ! je te tue. - Ah, ça y est, je suis mort !"

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Bruno_CmBruno_Cm   13 novembre 2018
... chacun de nous le saura quand il aura fini de vivre. [...] ... c'est
vrai. Ce qu se passe chez chacun de nous, cette lutte pour survivre, dans
laquelle tout est usé de ce que sont les forces de notre corps, et
qu'alors, peut-être, nous touchons au Réel que nous ne pouvons pas
connaître dans un corps, dans le temps et dans l'espace. Il est abordable
par l'art, quel que soit cet art : la musique, la peinture, l'architecture,
la danse. Il est abordable dans des moments de grâce extraordinaire, où l'on éprouve quelque chose de l'ordre d'une beauté, d'une découverte inconnaissable dans notre chair habituelle. Je pense que c'est de cet ordre-là, le Réel, que je vous souhaite à tous de découvrir après une vie bien terminée, et aidée jusqu'au bout à pouvoir se parler avec ceux qui nous entourent le jour où nous penserons en parler, et où nous aurons, en effet, le plaisir d'avoir un interlocuteur qui voudra bien en parler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Françoise Dolto (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Dolto
Qui était Françoise Dolto? La psychanalyste Caroline Eliacheff raconte une journée fictive mais réelle de la vie de Françoise Dolto. Elle retrace les apports connus et méconnus de celle qui a révolutionné notre vision de l'enfant.
Disponible en librairie. En savoir plus : https://bit.ly/2uHdaIo
Dans la catégorie : MortVoir plus
>Epistémologie, causalité, genre humain>Le genre humain>Mort (17)
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
301 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre