AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266187954
256 pages
Éditeur : Pocket (08/01/2009)
3/5   2 notes
Résumé :

Jean-Philippe Domecq fait partie de ces esprits libres qui portent un regard lucide et sans parti pris sur la création artistique contemporaine et démontent la part croissante d'imposture dont elle est victime ; il décrit ici la manière dont s'est mis en place cet ensemble de productions vides - poubelles renversées, trous creusés dans le sol, ampoules de 60 watts - pourtant fondées sur les intuitions géniales des g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
pleasantf
  19 février 2018
Jean Philippe Domecq est un mélange de Don Quichotte et de croisé parti à l'orée des années 90 à l'assaut des moulins à vent fortifiés que constituent selon lui l'art contemporain.
Je lui reconnais un certain talent de polémiste et de la suite dans l'argumentation et dans les idées. Mais je ne partage absolument sa vision de l'art qui me semble caricaturale et surtout limitée à une certaine frange de la création contemporaine. Oui, tous les artistes ne sont pas des génies et beaucoup d'oeuvres d'art aujourd'hui exposées dans des institutions prestigieuses passeront un jour prochain par pertes et profits dans les poubelles de l'histoire, comme l'ont été avant elles les oeuvres de l'art pompier de la seconde moitié du XIXème siècle. Elles en ressortiront d'ailleurs peut-être un jour.
Mais l'art contemporain est beaucoup plus divers que ne laisse penser JP Domecq. Et beaucoup de fils relient cet art à celui du passé, même si un spectateur pressé et manquant de culture artistique a du mal à les identifier. La très grande majorité des artistes contemporains possèdent une culture large et profonde, largement supérieure à celle du spectateur moyen.
Le seul véritable intérêt de ce livre est pour moi d'illustrer le combat sur l'art contemporain entre les pros et les antis, combat qui a d'ailleurs perdu beaucoup de sa vivacité depuis le sommet de la polémique atteint il y a une vingtaine d'années. La crise et l'effondrement maintes fois annoncés ne se sont jamais produits. Il n'y a jamais eu autant d'amateurs et de collectionneurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
pleasantfpleasantf   18 février 2018
...il y eut bien oppression, culturelle, au cours de ce demi-siècle d'art.
Qui de nous ,n'a vu ces enfants des écoles que l'on fait défiler, au nom de l'initiation à l'art-qui-rompt, devant les œuvres que j'ai mentionnées au chapitre précédent, carrés de métal au sol (Carl André), télégramme de On Kawara indiquant à son galeriste qu'il est à telle heure à tel endroit, série de chiffres qu'aligne de toile en toile Roman Opalka, toiles lacérées de Fontana, retournées de Rutault, rayées de Barré, peintes à l'envers par Baselitz, et le bleu Klein, et le néon de Flavin, la savonnette géante de Fabrice Hybert, grand prix de la biennale de Venise, le carrelage du précédent lauréat français de la même biennale, les horloges identiques, alignées sur le mur et indiquant chacune l'horaire sur tel point de la planète, avec marteau à côté de chaque horloge (Vilmouth), les photos du couple Gilbert et George, le pigeon naturalisé que Dietman a posé sur un tas de fiente en bronze - bref, qui n'a vu ces générations de jeunes qu'une " pédagogie d'éveil" et de "formation à l'art vivant" a traînés devant ces produits les plus cotés et commentés de l'art dit contemporain? Et il fallut admirer, apprécier, "s'ouvrir"...
Mesure-ton bien la restriction des facultés réflexives sensibles et imaginatives, la fermeture d'esprit et de désir que de telles œuvres entraînent, et la responsabilité qu'on a prise pour l'avenir ? Sent-on bien que ce n'est pas sans conséquences qu'on soumet le boîtier crânien à pareilles œillères, et qu'on y soumet d'autant plus efficacement qu'on le fait avec les meilleures intentions démocratiques du monde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jean-Philippe Domecq (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Domecq
13e édition du Prix Psychologies-Fnac de l'Essai 2019. le Prix Spécial est décerné à Jean-Philippe Domecq pour son livre "L'amie, la mort, le fils" dédié à Anne Dufourmantelle (éd. Thierry Marchaisse). "Un texte d'une qualité extraordinaire, d'une sensibilité, d'une poésie, d'une profondeur et, j'ose le mot, d'une spiritualité – qui ne dit pas son nom – étonnante. Un livre absolument bouleversant, très difficile à qualifier, hors de tout, et je pense même hors de lui-même" (Christilla Pellé-Douël, Psychologies Magazine, extrait du discours de remise du Prix).
Présentation du livre : Anne Dufourmantelle a péri le 21 juillet 2017 pour sauver des enfants de la noyade en Méditerranée, dont le propre fils de l'auteur. Elle était psychanalyste, philosophe, romancière, auteure d'une oeuvre reconnue de par le monde. Sa notoriété culturelle ne suffit pourtant pas à expliquer l'émotion considérable qui s'est répandue à l'annonce de sa mort, en France et au-delà, jusqu'auprès de gens qui ne l'avaient jamais lue ni entendue. Ce récit de chagrin livre le portrait d'une femme exceptionnelle, en même temps qu'il médite sur les rapports père-fils, l'origine du sacré et l'aura d'un être qui avait « la passion de l'amitié »
En savoir plus : http://www.editions-marchaisse.fr/catalogue-lamie-la-mort-le-fils.html
+ Lire la suite
autres livres classés : art contemporainVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
840 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre