AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782915099775
72 pages
Le Murmure (01/01/2013)
4.5/5   2 notes
Résumé :
Il existe peu d'images aussi marquantes, dans le cadre de l'esthétique contemporaine de l'extrême, que la surenchère transmédiatique et véritablement planétaire des morts vivants. Après une décennie (1985-1995) qui avait connue la "fin du zombie" dans le média qui lui avait été jusque-là le plus propice - le cinéma -, la créature, fidèle à elle-même, renaît de plus belle au tournant du nouveau millénaire, envahissant les plus divers recoins de l'iconosphère globale.... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Elilawenn
  03 novembre 2014
Cet essai universitaire est un panorama assez large de tout ce qui sort, culturellement parlant, sur les zombies depuis une cinquantaine d'années. L'auteur part du début du zombie avec les films de Roméro et compare tous les zombies modernes à ceux du cinéaste. Cet écrit permet de se rendre compte de tout ce qui existe sur le sujet, des bandes-dessinées, d'innombrables films ou séries, des livres, des jeux-vidéo,… tous les loisirs culturels (ou presque) ont un jour été envahi par des hordes de mangeurs de chair fraîche. Dans ses comparaisons, il évoque également la Bible, les récits de certains apôtres et l'Apocalypse selon Saint-Jean.
Enfin, la bibliographie permet d'avoir un aperçu des différentes références sur le sujet.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2
  13 novembre 2016
Dense, fouillée et néanmoins alerte, une excellente analyse du zombie dans la culture contemporaine.
Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2016/11/13/note-de-lecture-invasion-zombie-antonio-dominguez-leiva/
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ElilawennElilawenn   03 novembre 2014
Ce qui frappe au premier abord dans cette invasion néo-zombie c’est la fidélité au modèle romérien, fixation iconographique qui parachève sa véritable cristallisation mythique dans l’imaginaire collectif […]. Le zombie post-romérien relève avant tout de l’esthétique macabre, n’étant plus un vivant cataleptique mais un cadavre ramené à la vie. Fusion du mutant radioactif des craintes nucléaires et de l’imaginaire ancestral du mort-vivant, le zombie parasite ainsi la symbolique chrétienne de la résurrection des morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   13 novembre 2016
C’est précisément Romero qui transforme radicalement le zombie, le dissociant de l’imaginaire colonial (tout en réactivant sa symbolique raciale dans le contexte militant des années 1960) et l’inscrivant dans l’Amérique de l’âge atomique, dominée par la hantise de l’apocalypse nucléaire. Il prolongeait en cela l’aggiornamento radical que la science-fiction des années 1950 avait effectué envers les mythes gothiques, s’inspirant notamment de l’œuvre de Richard Matheson (Je suis une légende, 1954) qui faisait des anciens vampires aristocratiques des masses de cadavres urbains infectés et assoiffés de sang. Dans le nouveau cadre apocalyptique, la dépossession zombie changeait de sens : une mystérieuse radiation, issue de la hantise atomique qui marquait aussi The Earth Dies Screaming de Terence Fisher (1964), venait substituer la manipulation vaudou, réanimant les morts en une dépersonnalisation ultime qui faisait écho à la science-fiction paranoïaque de la Guerre froide. De l’esclave primitif on passait ainsi à la masse aliénée de la modernité atomique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   13 novembre 2016
Émergeant timidement dans la littérature sous la plume du poète-galérien Pierre-Corneille de Blessebois dans son étrange roman colonial, libertin et sceptique Le Zombi du Grand Pérou ou la Comtesse de Cocagne (1697), la figure du zombie, initialement issue des brumes du syncrétisme religieux afro-caribéen, intrigue durablement la conscience coloniale occidentale. Héritier des traditions africaines de corps réanimés en guise de serviteurs par les sorciers du Bénin, de Zambie, Tanzanie ou Ghana, le zombie (du kimbundu nzúmbe qui veut dire « esprit ») s’intègre dans le conglomérat hybride de croyances et de rites qui peu à peu configure le Vaudou haïtien. Emblème de la logique de la peur qui régit la société esclavagiste, il devient à la fois instrument de contrôle, métaphore vivante de l’esclavage (il est de fait un esclave élevé au carré) et menace désespérée des dominés à l’égard de leurs maîtres. D’où la profonde bivalence du regard colonial à son sujet, à la fois sceptique de ce qu’il juge comme une superstition primitive et néanmoins anxieux à l’égard de son éventuelle efficacité, ne serait-ce que comme croyance subversive de résistance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   13 novembre 2016
Après le déclin des monster movies hollywoodiens nés à l’ombre du Krach boursier, le zombie survivra péniblement comme les autres « évadés des ténèbres » qui l’avaient accueilli dans leur sinistre panthéon (vampires, lycanthropes, momies et autres Frankensteins). Il hantera avec eux le limbe des productions psychotroniques du Poverty Row avant de trouver refuge dans les bandes dessinées d’horreur telles que l’éphémère Voodoo dont le titre était un clair hommage à l’imaginaire de l’horreur coloniale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : morts vivantsVoir plus





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6598 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre