AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782378991043
40 pages
Éditeur : Les Editions du Vénasque (30/05/2019)

Note moyenne : 4.68/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Sommes-nous libres de nos choix ou faisons-nous le jeu de nos aînés ? Lorsque le Sage du village vous choisit un prénom censé refléter votre personnalité et votre avenir, devez-vous vous y conformer ? Ou alors, existe-t-il une échappatoire à votre destinée ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Chroniqueuse
  23 août 2019
Tout d'abord, je remercie Céline Dominik-Wicker de m'avoir proposé ce service de presse.
Qu'est-ce que j'ai pris du plaisir à lire ce conte qui s'adresse aux enfants dès l'âge de 3 ans que même à mon avis les adultes peuvent bénéficier de cette lecture douce par la plume sensible de l'auteure, qui nous parle d'une réalité existante et ô combien dévastatrice sur la nature humaine qui ne s'attarde que sur les choses superficielles de son existence et non les choses qui seront le point de départ d'un avenir basé sur l'honneur le respect et la fidélité préférant hypocrisies et bassesses par amour pour la gloire le pouvoir et l'argent.
Un conte qui s'accompagne d'illustrations qui divulgue la beauté de chacun des personnages Persévérance une jeune fille à la beauté sauvage et à la noblesse de coeur pour les sacrifices déployés pour subvenir aux besoins de sa famille plus précisément sa mère et sa soeur au détriment de sa jeunesse qui ne voit pas le jour. Par contre Insatiable est une jeune fille qui ne vit et ne pense que pour ELLE et ce avec l'aide de son infâme de mère qui différencie ces deux filles par cupidité et égoïsme.
De nos jours, ce genre de situation dans notre société est devenue quasi permanente. L'excentricité, la vantardise font oublier les bases importantes d'un bonheur accompli et durable.
Et dans ce livre, l'auteure transmet toutes ces précieuses valeurs qui se perdent et s'envolent dans la nature faisant une place à l'ignorance et la bêtise en choisissant intentionnellement des prénoms qui s'harmonisent avec chaque personnage.
Cette courte histoire en dit long , et éveille notre conscience sur ce à quoi nous devons nous reporter à savoir bonté, bienveillance, gentillesse, partage, sincérité, gratitude, entre autres qui sont la richesse de l'être humain pour lui éviter de tenter le diable…
Une lecture décrite avec soin et qui se lit d'une traite. Je n'avais pas envie que l'histoire se termine de sitôt pour vous dire à quel point elle était agréable.
La démarche de l'auteure visant à transmettre aux enfants l'importance de certaines valeurs mises aux oubliettes est très intéressante, et ce dès leur plus jeune âge pour s'en imprégner. Un conte qui se qualifie de fée très utile à ne pas manquer.
Lien : http://chroniqueuse6.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Saiwhisper
  23 septembre 2019
Lorsque Céline Dominik-Wicker m'a proposé de découvrir sa réécriture de Cendrillon en plus féministe, j'ai accepté avec grand plaisir, car je suis très friande des contes revisités ! Pourtant, j'avais quelques craintes, car il s'agissait d'un livre numérique. Or, je n'ai pas de liseuse et ne suis pas spécialement à l'aise avec la lecture sur écran… Heureusement, le livre était assez court (une cinquantaine de pages), tandis que l'histoire était aussi fluide qu'intéressante ! Par ailleurs, j'en ai pris plein les mirettes avec les superbes illustrations d'Anna Horváth Annabies. J'ai adoré son style ainsi que sa façon de représenter les personnages. Nul doute que cela plaira aussi bien aux grands qu'aux petits lecteurs.
L'univers dans lequel se déroule l'histoire m'a plu, notamment avec cette idée de nomination. En effet, à la naissance de chaque être vivant, ce n'est pas aux parents de choisir le prénom de leur enfant ! C'est au Sage du village qui se charge de cette tache : le prénom va représenter le trait de caractère du porteur, tandis que le nom va représenter sa profession ! Par exemple, l'ami de l'héroïne se prénomme « Amène Tavernier » et travaille avec son père dans une taverne… le concept m'a charmé et a fait écho au roman « le mot d'Abel » de Véronique Petit où l'on retrouve l'idée de mot influençant le destin des personnes… Ici, la pauvre Persévérance est malheureuse. Elle n'accepte pas son avenir aux côtés de sa mère et aspire à la liberté ! Hélas, cet horizon lui semble bien loin, car elle n'a absolument pas le temps de rêvasser. Chaque jour, la pauvre jeune femme se tue à la tâche en confectionnant des paniers, en préparant les repas, en s'occupant du jardin et des animaux et en prenant soin de sa soeur Insatiable, alias « Sassi »… Elle fait véritablement tout au sein du foyer et ne récolte aucun remerciement, comme si sa détermination, son courage et sa gentillesse étaient un dû ! Il est difficile de ne pas éprouver de l'empathie pour cette demoiselle qui a tout d'une esclave… La situation est d'autant plus révoltante que Sassi a une vie très oisive : elle se contente d'être belle et d'attendre un beau parti pouvant l'entretenir sans qu'elle doive bouger le petit doigt ! de plus, sa mère soutient la plus jeune de ses filles et espère garder Persévérance pour elle, car celle-ci représente son seul revenu… L'auteure a très bien su me faire ressentir l'injustice de la situation ainsi que la détresse de son héroïne, complètement à bout…
Comme dans Cendrillon, c'est le passage du bal ainsi que la rencontre du Prince qui fera tout basculer ! La façon dont Céline Dominik-Wicker a décliné la soirée m'a satisfaite, en particulier les échanges entre les danseurs… Son interprétation et sa manière d'avoir amené Persévérance à se remettre en question furent très intéressantes ! Elle pointe également du doigt des réalités actuelles, tout en prônant de très belles valeurs comme la générosité, le labeur, la sincérité et le bonheur ! L'ensemble est abordable, même dès le plus jeune âge. le vocabulaire est d'ailleurs riche, mais compréhensible. En revanche, même s'il m'a plu, je regrette que le dénouement soit aussi brutal ! J'aurais souhaité avoir la réaction de Sassi ou celle de leur mère… Cependant, cela reste une bonne réécriture de conte qui a su me divertir et qui saura sans doute trouver son lectorat !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          247
gabrielleviszs
  07 novembre 2020
Je remercie Céline pour m'avoir offert ce conte revisité une nouvelle fois. Avec les trois sorcières, nous partions au pays des fées, ici nous retournons au temps de la marâtre par définition et de deux soeurs que tout oppose. L'ainée, Persévérance souvent nommée Persé travaille dur pour subvenir aux besoins de sa famille. Grande, un peu gauche peut-être, elle n'est pas commune, mais un coeur énorme et par-dessus tout elle est douée pour créer des paniers en osier. Insatiable, Sassi, est diablement belle et ne s'occupe que de sa peau. Quant à leur mère, Patience, elle ne travaille plus et voudrait garder Persé afin d'avoir une servante jusqu'à la fin de ses jours.

Cendrillon n'a qu'à bien se tenir ! Les deux soeurs aspirent à plus, pas forcément la même chose, mais laisser leur coeur battre fort pour un amour vrai pour l'une et pécuniaire pour l'autre. Un bal, la magie du moment, une fête qui fait rêver... Cette histoire nous emporte dans un conte de fées où le pouvoir n'est pas forcément celui de l'argent, bien au contraire. La beauté est dans le regard de l'autre, celui qui fait battre notre coeur, il ne s'agit pas de la beauté que "tout le monde" voit, que les magazines ou la mode pourraient obliger. Être différent ne signifie pas être laid ou informe. Tout est subjectif, les valeurs peuvent se perdre malgré tout.

Une mère qui ne s'occupe que d'une de ses filles, Insatiable qui est à la fois cupide et prête à tout pour avoir un prince dans ses filets. La méchanceté gratuite par des mots est journalière, ces mots qui font mal et embourbe Persé dans un cercle vicieux. L'endroit où elles vivent, leur royaume, est régi par des Sages, qui prévoient l'avenir en quelque sorte. Cette société qui, de nos jours, est restée dans ses valeurs de superficialité : le paraître est toujours plus important que ce qui est réellement fait. Se vanter d'être meilleur que les autres parce que c'est beau, cela ne sert à rien, mais la beauté est là alors c'est ça qui est devant les yeux. Alors que ce qui est pratique devrait être le plus important.

De nombreuses valeurs précieuses sont évoquées dans le texte, contrairement à l'ignorance et le surfait. Si les femmes de cette histoire ont un prénom particulier, ce n'est pas pour n'importe quoi. Les Sages avaient raison sur plusieurs points et même si voir l'avenir est peut-être imaginaire, ils ont trouvé les valeurs de chacune d'entre elles. L'avenir n'est pas tout tracé, il se forme à coups de pied dans le derrière, à coup d'espoir et de compréhension, à coup d'échange pour faire prendre conscience que rien n'est inéluctable, que tout peut changer si nous avons la volonté de faire ce pas qui nous libérera de ces chaînes.

Les mots utilisés ne sont pas pour les plus petits, il faudrait s'arrêter régulièrement pour expliquer une expression ou une tournure de phrase, par contre je me vois très bien modifier quelques mots afin qu'ils puissent découvrir ce qui est le plus important : la persévérance est capitale et à un moment donné, la roue tourne dans le bon sens. Il y a peu de pages, pourtant j'ai eu l'impression d'avoir quelque chose d'épais, dans le sens où de nombreux échanges, de nombreux événements surviennent et nous amènent à réfléchir un peu plus encore sur ce qui est juste. Il n'y a pas besoin de chaînes physiques pour être enfermées, pas besoin de mur sans porte, il n'y a que l'esprit qui peut amener une personne à rester dans l'ombre et à flétrir. Prendre le courage à deux mains et enfin décider de sa vie est un beau message également.

Je trouve juste dommage sur le final, ne pas savoir ce qu'il y a après, même si nous nous doutons forcément ce qui va arriver. Je pense que c'est mon côté sadique qui aurait aimé lire la nouvelle vie de Sassi et de sa mère, de découvrir enfin ce bonheur tant attendu de Persé. La générosité de ce personnage est réelle, les conditions de vie sont décrites et apporte des questions-réponses sur le fait de travailler en dehors de la maison en plus du ménage, du jardinage, des enfants (même si ici il n'y en a pas). La charge mentale, la place dans une société où l'apparence compte plus que la passion, ce récit nous plonge dans une réalité qui existe toujours. En parlant du final, la chute est bien trouvée, vu de loin, mais bien trouvée et sincèrement j'ai adoré.

Les illustrations sont plus matures que celles des trois sorcières, et plus précises encore avec des détails. Il y en a plusieurs que j'ai beaucoup apprécié et celle-ci est ma préférée. La fougue, la liberté, les cheveux flottant dans le vent, le moindre détail, c'est cette image qui donne tout son sens à l'histoire sans possible retour en arrière. Il se dégage quelque chose de plus dans cette image, un regain d'espoir pour toutes femmes qui souhaitent aller plus loin.

Les prénoms vont bien avec les caractères des personnages, monsieur Sautille, le professeur de danse et ainsi de suite. Il y a beaucoup de travail sur chacun d'entre eux, sur les émotions, les sentiments, les actes également. 40 pages certes cela peut sembler court, mais elles sont intenses. le courage d'aller au-delà, mais aussi la manière dont on se voit en fonction des autres.
En conclusion, un conte revisité qui apporte à la fois du rêve et un questionnement sur la valeur réelle de la personne. Ce fut un réel plaisir de découvrir ce livre.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/deux-soeurs-perseverance-et-trahisons-celine-dominik-wicker-a204093456
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AMR_La_Pirate
  23 septembre 2020
Je remercie Céline Dominik-Wicker qui, via ma page Facebook, a confié deux de ses livres à La Pirate pour lecture et avis…
Alors, sans trop savoir quel était ses genres d'écritures, j'ai tout simplement décidé de commencer par le premier dans l'ordre des publications… Deux soeurs, Persévérance et trahisons est un conte « revisité », à la tonalité féministe revendiquée par l'auteure.
Je ne vais pas raconter ici l'histoire que Céline Dominik-Wicker nous donne à lire ; même si ce n'est pas facile, je veux éviter de divulgâcher tout en publiant mon ressenti…
L'auteure respecte les codes du conte qui vise à distraire et nous plonge dans un bel imaginaire, sans réelle surprise en apparence : un royaume lointain, un village isolé où Le Sage choisit le prénom des enfants en fonction de leur personnalité et de l'avenir qui leur est destiné, une famille modeste, deux soeurs aux caractères et aux physiques opposés, un père mort prématurément, une mère inquiète pour l'avenir et calculatrice car égoïste et égocentrée, un bal où vont se mêler nobles et roturiers, un prince à marier, un valet prêt à tous les subterfuges…
Nous retrouvons ici les épreuves à surmonter, mais actualisées autour de réalités pragmatiques, des nécessités quotidiennes, économiques ; il est question du travail des femmes et de la charge mentale, de leurs places dans la société, de leurs rêves et aspirations…
L'élément perturbateur est naturellement l'annonce du bal, inspirée de la fête des fous ou du carnaval où certains ne seront plus ce que l'on croit qu'ils sont…
Céline Dominik Wicker travaille également la veine éducative et nous propose des pistes de réflexion : sommes-nous libres de nos choix ou faisons-nous le jeu de nos aînés ? Les filles doivent-elles se conformer à ce que l'on attend d'elle ou choisir leur destinée ?
J'ai adoré les choix des prénoms et patronymes, miroir de celles et ceux qui les portent, tels des étiquettes douloureuses, parfois drôles cependant. le sous-titre, « persévérance et trahisons » peut se lire de plusieurs façons, si l'on réfléchit au singulier et au pluriel, si l'on considère le premier terme comme le prénom de l'héroïne ou comme l'ensemble de ses qualités, si les trahisons sont perçues comme venant des autres ou vis-vis de soi-même…
L'écriture est belle, fluide, vivante et soutenue à la fois… S'il y a quelques redondances, je les mets au crédit de la nécessaire oralité du conte, qui rappelle, tel un refrain, des récurrences pour donner un rythme, une musique…
Même si la chute est annoncée ou, du moins, prévisible, le dénouement reste ouvert sur de nombreux possibles. Si Céline Dominik-Wicker commence son récit par le traditionnel « il était une fois », elle est bien loin de le conclure par « ils vécurent heureux etc… ».
Personnellement je suis très sensible aux revisites pertinentes et, ici, c'est particulièrement réussi.
Ce récit est illustré par Anna Horváth Annabies qui a saisi les caractéristiques des personnages et l'ambiance du conte, mêlant portraits et décors, figures statiques et mouvements. J'ai relevé la manière dont elle fait ressortir certains détails, comme les paniers du vannier, les chevelures des filles, leurs morphologies… Ses dessins sont vivants, fluides et suivent l'écriture ; les extérieurs invitent à pousser les portes et à découvrir l'intime tandis que les ouvertures laissent voir le dehors et, par-là, le jugement des autres ; les cailloux sur le chemin disent que ce ne sera pas facile…
Vous l'aurez compris : j'ai adoré !
https://www.facebook.com/piratedespal/
https://www.instagram.com/la_pirate_des_pal/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
soniaboulimiquedeslivres
  23 février 2020
L'avis de Maëlys 12 ans :
Ce livre c'est un petit bonbon. Déjà la couverture est magnifique, c'est l'emballage. Ensuite l'intérieur se déguste et s'apprécie. Il y a du texte, qui nous raconte l'histoire de deux jeunes filles, Persévérance et Insatiable (au début j'ai cru que c'était Javotte et Anastasie, mais pas du tout en fait). Et il y a aussi, ici et là, une couche de guimauve qui apporte de la douceur, ce sont les images, vraiment magnifiques. le nom de l'artiste est bizarre, mais elle est très douée.
Tous les noms de cette histoire sont bizarres, eux aussi !! La maman s'appelle Patience (ce nom là n'irait pas du tout à Maman, qui n'a pas de patience du tout 😀). le professeur de danse du village s'appelle Monsieur Sautille, ça m'a trop fait rire ! On s'est amusées avec Maman à trouver quel nom le sage nous aurait donné (mais on va pas vous le dire, c'est hors sujet 😀).
J'ai aimé cette histoire, elle permet de réfléchir sur notre vie, sur ce que l'on est, et comment se comporter avec les autres. J'ai retenu qu'il est dangereux de mentir, cela peut se retourner contre nous. L'un des personnage du conte en a fait les frais. Et c'est bien beau d'avoir des ambitions dans la vie, mais si elle sont trop importantes, on risque d'être déçu.
On a lu ce conte rapidement, il ne fait pas beaucoup de pages, mais après, on a pris un temps avec Maman pour en discuter, et ça c'est top.
Il y a des mots que je n'ai pas compris pendant la lecture, mais bon, avec un dictionnaire, ça pose pas de soucis, au contraire, cela permet d'apprendre de nouveaux mots.

Mon avis :
Cendrillon est mon conte de fée préféré. Je l'ai vu et revu des millions de fois, j'ai apprécié l'adaptation cinématographique avec Josiane Balasko, bref, team Cendrillon à fond ! J'étais donc ravie de découvrir ce conte revisité à la sauce Céline !
Nous faisons connaissance avec Patience, 42 ans, mère de Persévérance, 20 ans et d'Insatiable, 18 ans. Elles vivent au royaume de Herdda, travaillent dur, sont pauvres mais assez unies. Enfin, en apparence…Ici, c'est le sage du village qui donne son prénom à chaque bébé, en fonction de sa personnalité future. le Bal des Communs se prépare, il s'agit d'un bal regroupant à la fois les nobles et les petites gens. Voilà pour les grandes lignes.
J'ai aimé la sensibilité avec laquelle Céline a décidé d'appréhender ce conte. Elle y insuffle de belles valeurs, telles que le travail, la générosité, la franchise, mais également des réalités sociales que je trouve bien actuelles. le paraître, la réussite sociale, nous dominent encore de toutes leurs grandeurs.
Quant aux illustrations d'Anna Horvàth, elles sont sublimes. Cela donne l'occasion de découvrir une artiste pleine de talents et donc, de dévier sur l'art et la représentation.
Un conte qui plaira aux plus petits et aux plus grands, chacun y trouvant son compte, sans jeu de mots, permettant de poser les bases d'une discussion sur les valeurs importantes à acquérir pour se construire.
Nous remercions Céline pour cette très belle lecture !
#deuxsoeurspersévéranceettrahisons #CélineDominikWicker #AnnaHorvàth #ÉditionsDuVénasque
Lien : https://soniaboulimiquedesli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   22 septembre 2019
- Oh, cela suffit, finissait toujours par dire Patience, je commence à avoir mal à la tête. Persé, ta sœur a raison. Cesse de te donner des airs importants parce que tu prétends faire beaucoup de choses à la maison. Tu n’es pas en compétition avec Sassi. N’oublie pas que, dans la vie, nous sommes des alliées et chacune effectue la tâche pour laquelle elle est née.
- Alors, vous, Mère, que faites-vous exactement ? demanda narquoisement Persévérance.
- Ah, moi, je ne travaille plus. Je n’ai pas votre âge et, après tout, je vous ai déjà élevées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SaiwhisperSaiwhisper   22 septembre 2019
- Quand même, Mère, j’ai vingt ans, il me faudra bien un jour quitter la maison, répétait Persévérance avec lassitude.
- Oui, bien sûr, ma chérie, quand tu seras aussi accomplie que ta sœur. As-tu vu le délicieux col en dentelle qu’elle a réalisé pour madame Gentille des Prés ?
- Mais je travaille plus qu’elle et je vends plus de paniers qu’elle ne vend de dentelle.
- Certes, certes, mais la dentelle de ta sœur nous amène du beau monde à la maison. Tu pourras te vanter que tu connais la comtesse des Prés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SaiwhisperSaiwhisper   22 septembre 2019
Les épreuves laissent des marques profondes, telles des cicatrices, même si elles restent invisibles pour qui ne les a pas vécues.
Commenter  J’apprécie          150
SaiwhisperSaiwhisper   22 septembre 2019
Ah, le devoir ! Voilà bien un mot magique qui permet au parent abusif d’exiger tout et n’importe quoi de son enfant pour l’indemniser de la corvée de l’avoir mis au monde. Et puis, elle travaillait tellement qu’elle ne prenait pas le temps de penser. Malgré elle, elle laissait donc à sa famille le soin de lui former ses opinions.
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   22 septembre 2019
Elles avaient un autre point commun en cela que la vie ne leur apportait aucune satisfaction. Insatiable s’ennuyait constamment. Elle obtenait, certes, toujours volontiers ce qu’elle voulait, mais une fois la chose acquise, celle-ci perdait immédiatement de son attrait. Quant à Persévérance, elle se résignait, non sans amertume, à ne jamais pouvoir se procurer ce que sa sœur se voyait offrir si facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre