AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072987830
352 pages
Gallimard (25/08/2022)
3.74/5   151 notes
Résumé :
"Je veux respirer sur scène, entendre les trois coups chaque soir, commettre des crimes, des infanticides, des adultères, aimer éperdument, haïr follement, voyager à travers les époques, changer de sexe, m'empoisonner, mourir, renaître."

Romy, vingt ans, arrive à Paris avec le rêve d'être comédienne. Pour subsister et payer le Cours Florent, elle travaille dans un club de strip-tease à Pigalle. Odette, vieille fille de quatre-vingt-neuf ans, la loge c... >Voir plus
Que lire après Chienne et louveVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 151 notes
5
9 avis
4
15 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis
Romy a vingt ans et, originaire de Toul, elle « monte » à Paris pour s'inscrire au Cours Florent et réaliser son rêve de devenir comédienne. Dénuée de toute ressource financière, elle est obligée de travailler dans un club de strip-tease à Pigalle où parfois les danses dans des salons privés se transforment en passes. Lassée de squatter à droite à gauche, elle réussit à se faire colocataire d'Odette, une quasi-nonagénaire confite en dévotion et à l'esprit devenu fragile. Les deux femmes cohabitent de façon chaotique, tressant leurs névroses dans des rapports où l'humiliation règne, dans un sens ou dans l'autre. ● La description des rapports entre les deux femmes, notamment par l'intermédiaire de petis animaux en cristal avec lesquels elles « jouent », est remarquable. Ces rapports oscillent entre le plus mauvais, les humiliations, les rosseries, les coups bas, de part et d'autre, et des moments d'apaisement. La narration de ces fluctuations est remarquablement maîtrisée. ● Parallèlement, on mesure les sacrifices auxquels doit consentir la jeune provinciale pour réaliser son rêve de théâtre, alors que pour d'autres élèves du Cours Florent, il suffit que les parents signent un chèque. ● L'investissement dans un rôle est lui aussi très bien décrit. On voit combien un rôle ne se limite pas à des mots à apprendre mais doit emporter le corps entier, la chair, le sang. ● le style est très dynamique et il n'y a pas un seul moment d'ennui à la lecture de ce roman, alors que l'histoire aurait pu donner lieu à des répétitions ; l'autrice sait avec brio éviter cet écueil. ● La sincérité du propos est déconcertante, c'est là un roman écrit avec ses tripes et qui emporte le lecteur avec une force singulière. Seule la fin, trop floue, m'a un peu moins plu. ● Je n'avais pas lu l'année dernière le premier roman de l'autrice, Une histoire de France, ne souhaitant pas lire une nouvelle histoire de pédophilie, mais devant la puissance de son écriture, je vais le lire. ● Je recommande chaudement Chienne et louve.
Commenter  J’apprécie          556
Romy, 20 ans, s'effeuille chaque soir dans un club pour payer ses cours de théâtre et survivre. Après des années d'errance, elle pose ses valises chez Odette, 89 ans qui demande un peu de compagnie en échange d'un loyer modéré.
Ce récit va donc alterner entre la difficile cohabitation entre ces deux êtres que tout semble opposer et les cours de théâtre. Chacun des trois chapitres correspond à une année que Romy, apprentie comédienne, passe au cours Florent. C'est sans aucun doute pendant ces répétitions que le livre prend son envol, tant l'auteur sait nous immerger dans la passion de Romy pour le théâtre, elle nous décrit parfaitement le fastidieux travail où le comédien doit s'imprégner de son texte, devenir son personnage, jusqu'à oublier sa propre personnalité. Par petites touches, Joffrine Donnadieu fait remonter les douleurs du passé ; séjour en psychiatrie, tentatives de suicide, abus sexuel.

Ce roman est troublant, l'écriture est superbe, le sujet abordé très intéressant et pourtant je n'ai pas réussi à entrer dans la douce folie d'Odette.
Merci infiniment aux éditions Gallimard et à Babelio pour leur confiance.
Commenter  J’apprécie          370
Romy a 20 ans et quitté sa famille pour rejoindre Paris et tenter de devenir comédienne et pour cela elle est prête à tout. Elle est entrée au célèbre cours Florent et afin de payer ses cours, elle occupe un emploi  de strip-teaseuse à Pigalle où elle s'offre aux regards des hommes en s'effeuillant et davantage pour quelques euros supplémentaires. Jusqu'à maintenant elle squattait à droite et à gauche mais lui est offert l'opportunité d'occuper, contre une présence et une aide, une chambre dans l'appartement d'Odette, 89 ans. La cohabitation va alterner entre rapprochements et confrontations durant les trois années où elles vont vivre côte à côte devenant tour à tour chienne ou louve. Romy est prête à tout pour réaliser son rêve de comédienne et tourner la page d'une enfance martyrisée.

Je n'ai découvert que presqu'arrivée à la fin du roman qu'il était finalement la suite d'un précédent roman de Joffrine Donnadieu, Une histoire de France, qui évoquait l'enfance douloureuse de Romy, alors âgée de 9 ans et subissant de la part d'une voisine, France, d'abus sexuels, partagée entre son attachement à sa tortionnaire et l'indifférence de ses parents.

Chienne et Louve peut se lire sans pour autant avoir lu le précédent, comme je l'ai fait, car Romy évoque de temps à autre son passé qui peut d'ailleurs éclairé sur son comportement que ce soit dans la manière "extrémiste" de trouver de quoi payer ses cours mais également dans sa manière de vivre que ce soit à travers l'anorexie dont elle souffre mais également dans son rapport aux hommes et à son corps.  Mais un jour, Jean, la soixantaine va croiser sa route...

"Je ne suis vraie que lorsque je me tiens sur le plateau ou que je m'y projette. le reste du temps, je me mens et je mens aux autres. (p192)"

L'amour du théâtre et à travers lui vivre d'autres vies que la sienne, être prête à tout pour assouvir sa passion comme une bouée de sauvetage après une enfance abusée et entre une mère caissière, malade et un père militaire et alcoolique, tel est le but de Romy, acceptant de se vendre pour pouvoir assouvir sa passion, pour pouvoir endosser d'autres identités comme celle de Blanche dans Un tramway nommé désir, de Mirandoline dans La Locandiera ou en Sabina Spielrein, pionnière de la psychanalyse et qui entretint une relation avec Jung.

"Je joue comme je fais l'amour, avec la même intensité, la même urgence. J'épouse un texte à la façon d'un corps pour ne faire plus qu'un. Si j'y arrive mon visage recouvre alors toute sa pureté, toute son innocence d'une fillette. Les vagues dans mon ventre se soulèvent, je jouis. Là, je sais que j'ai tout donné. (p98)"

Joffrine Donnadieu possède une écriture de grande qualité pour traduire les situations et états d'âme de Romy avec une précision pour relater ce qu'elle vit, voit, ressent et ce en particulier dans les deux premières parties : Blanche, Mirandoline chacune relatant une année à la fois au cours Florent mais également chez Odette.

Je dois avouer que je me suis laissée entraîner dans le devenir de cette jeune femme "paumée" relaté sans artifices restituant ce que l'on imagine être la vie des filles s'exhibant dans les pool dances et l'acharnement dont fait preuve Romy pour atteindre son but. Le duo formé par Odette et Romy passe d'opprimé à oppresseur, chacune fourbissant ses armes et ruses, transformant l'appartement en ring ou refuge, chacune jouant le rôle de chienne ou de louve (surnoms qu'elles se donnent), luttant ou s'adoucissant, ignorant parfois le lien qui les unit, leurs solitudes.

J'ai été un peu déstabilisée dans la dernière partie que j'ai trouvé un peu trop rapide, Romy devant faire face à une nouvelle épreuve et de retour sur les traces de son passé mais il y a un indéniable travail d'écriture et de restitution d'ambiance même si parfois les scènes sont très crues.

Même s'il peut apparaître beaucoup d'affrontements, de conflits entre les deux femmes, ce sont deux générations qui s'affrontent, l'une totalement investit dans son devenir, l'autre dans la solitude de son isolement de fin de vie, l'une et l'autre s'ancrant à l'autre pour survivre.

Merci à Babelio et aux Editions Gallimard pour cette découverte de la rentrée littéraire 2022;
Commenter  J’apprécie          263
J'ai publié cette critique avant la date de sortie et je m en excuse une fois de plus, elle a été retirée, je la remets ce jour, il est donc normal que certains aient l'impression de l'avoir déjà lue.
Je ne serais pas allée spontanément vers ce livre je remercie donc encore plus sincèrement les éditions Gallimard et babelio (MCP) pour l envoi de ce roman qui m'est allé droit au coeur.
L écriture très dynamique nous fait entrer avec une facilité déconcertante dans l'histoire de Romy et Odette.
C'est un roman que l'on vit autant qu'on le lit.
Romy rêve de jouer sur scène, les cours Florent sont chers elle va alors travailler en tant que strip-teaseuse la nuit puis va être hébergée chez Odette, vieille dame de 90 ans en échange d'un petit loyer et surtout d'un peu de temps passé ensemble.
Parallèlement elle suit avec beaucoup d'acharnement les cours Florent qui sont dispensés.
Voilà pour le pitch qui ne reflète pas toute la richesse de ce livre. Parce que oui ce livre est riche en thèmes, riche en émotion, riche de par son écriture.
Comme ce livre ne sort officiellement qu'en août, je ne veux pas trop en dire mais je souhaite vraiment qu'il se retrouve en tête de gondole car il le mérite et peut séduire un large public. En tout cas c'est un coup de coeur pour moi.
Je suis curieuse maintenant de me procurer le premier roman de Joffrine Donnadieu, auteure que je ne connaissais pas.
Commenter  J’apprécie          352
C'est un roman intense et bouleversant !
Joffrine Donnadieu m'a encore bien secoué, même si j'ai trouvé son récit un petit peu moins trash que le premier. Mais peut-être que je m'habitue au style vif, parfois cru et sans fioriture de l'auteure.
*

Pour moi, « Chienne et louve » ne peut pas être lu indépendamment du premier roman « Une histoire de France ». Il en est indissociable.
Parce qu'il faut lire le premier roman « coup de poing » et déchirant de Joffrine Donnadieu. Déjà pour en apprécier et en apprivoiser son style moderne, sans tabou, très percutant et son histoire des plus audacieuses et des plus dérangeantes.
Il permet aussi de connaitre et de mesurer, ce que furent les drames épouvantables que Romy le personnage principal, a vécu dans son enfance et son adolescence.
*

Avec « Chienne et louve » , Joffrine a gardé toute la force dans ses mots et décoche toujours des uppercuts avec ses descriptions imagées. L'auteure a continué aussi de creuser davantage et admirablement bien, la personnalité troublée et troublante de Romy.

Lire le premier roman, permet aussi de comprendre ce qu'est devenue Romy aujourd'hui, avec ses choix d'une vie parfois débridée, ses attitudes parfois irresponsables et irrationnelles.
Il m'a permis, une fois de plus, de me projeter et me placer au plus près de la jeune fille, pour vivre avec elle ses joies mais aussi ses peines.
*

J'ai donc retrouvé la petite fille Romy qui a bien grandi. Qui est devenue une jeune femme de dix-neuf ans, mais qui demeure encore fragile, encore déstructurée et désordonnée dans sa tête et dans son coeur. Romy est surtout très marquée par son passé tenace qui refait souvent surface.
J'ai frissonné lorsque j'ai entrevu en Romy, les dégâts irréversibles et leur ampleur, ceux qui furent causés par France, ce personnage cruel et pervers apparu dans le premier roman.

La jeune fille m'a semblé par moment, au bord de la rupture.
*

Romy qui continue de maltraiter son corps, comme si c'était lui le responsable de ses maux et de ses angoisses intérieures, a quitté Toul et ses parents.
Elle est venue « s'installer », qui est un bien grand mot, à Paris pour étudier au Cours Florent. Car la jeune fille en quête d'identité, a peut-être trouvé son échappatoire comme un gros pansement à ses blessures à l'âme. Elle rêve de devenir comédienne.
Romy rêve d'incarner celle qu'elle n'est pas, celle qu'elle ne sera jamais, celle qu'elle ne veut plus être, ou celle qu'elle espère devenir un jour, à travers différents personnages de théâtre qu'elle admire.

La jeune fille s'acharne chaque jour à répéter ses rôles, s'use à se glisser dans la peau de ces personnages fictifs, dont certains sont déjà eux-mêmes bien perturbés, parfois au bord de la folie.
J'ai cru par instant, que Romy l'instable, allait se perdre dans ces rôles miroir si déstabilisants à jouer.
*

Mais le rêve a un prix et les cours Florent ont un coût. Un rêve qui pousse Romy à avoir une double vie.

Lasse de sa vie de bohème et pour continuer à payer régulièrement ses cours, Romy va donc chercher une colocation.
Elle trouvera l'endroit où poser enfin ses valises, chez d'Odette.
Odette est une vieille dame étrange de quatre-vingt-neuf ans qui vit seule. Elle proposera à Romy qu'elle lui tienne compagnie en échange de partager l'appartement où elle vit, avec un loyer modéré.


Et c'est à ce moment que Joffrine Donnadieu donne de la magie à cette rencontre improbable entre ces deux êtres que tout oppose.
La cohabitation entre la jeune fille et la vieille dame m'a semblé être une autre représentation théâtrale. Celle du théâtre de la vie, celle du théâtre d'improvisation où chacune devait par moment, se réinventé, adapter son rôle et son jeu en fonction du jeu aussi imprévisible que pervers qu'adoptait l'autre.
C'était comme une étrange chorégraphie où Romy la louve et Odette la jument, s'épiaient, se toisaient, se défiaient, parfois s'insultaient doucement, se brusquaient.

C'était comme une danse quotidienne, sur un fond d'une musique désaccordée, par des notes rauques de chantage, des notes éraillées d'humiliation, des notes enrouées de petites vacheries.
L'une et l'autre inséparables dans leur duo, avançait de quelques pas, sous l'impulsion des sentiments d'amour qui les traversaient parfois.
A d'autres moments, c'était des pas en arrière qui étaient effectués, lorsque se dressaient entre Romy et Odette, des sentiments de haine, de colère, de jalousie, de rancoeur ou de convoitise.
*

Il y a tout ce que j'aime dans les romans comme ceux qu'écrit Joffrine Donnadieu et qu'écrivent bien d'autres talentueuses auteures de sa génération.
Des histoires fortes, sombres, mais écrites avec une grande luminosité.
Des histoires qui me troublent, qui me font vibrer et qui me transportent dans une autre dimension par la beauté et la force de leur écriture.

Merci Joffrine Donnadieu.



Commenter  J’apprécie          2111


critiques presse (2)
RevueTransfuge
15 novembre 2022
Les fétichistes seront gâtés par Chienne et louve. La romancière y déploie toute la panoplie de l’emploi : rouge à lèvres irisé noir, perruque fuchsia, soutien-gorge à franges perlées, cache-tétons, string, plateformes, etc.
Lire la critique sur le site : RevueTransfuge
LeFigaro
14 octobre 2022
Chienne et louve de Joffrine Donnadieu est une gifle absolue.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
D'aussi loin que je me souvienne le silence, fait partie de ma vie. Mes parents m'ont appris à parler le silence. Celui de mon père était empli de violence et de colère, celui de ma mère transpirait les regrets et la tristesse. Au milieu, j'ai trouvé le mien, sauvage et frontal. Il s'impose de lui-même.
Commenter  J’apprécie          181
"Je joue pour ne pas me frapper jusqu'au sang. Je joue pour ne pas hurler. Je joue pour donner une forme à ma rage. Je joue pour disparaitre, pour m'oublier, pour me trouver."
Commenter  J’apprécie          100
Je ne suis vraie que lorsque je me tiens sur le plateau ou que je m'y projette. Le reste du temps, je me mens et je mens aux autres.
Commenter  J’apprécie          130
Je joue pour ne pas me frapper jusqu'au sang. Je joue pour ne pas hurler. Je joue pour donner une forme à ma rage. Je joue pour disparaitre, pour m'oublier, pour me trouver.
Commenter  J’apprécie          90
Elle essayerait de faire bonne impression. Je lui en voudrais d'être cette petite chose qui m'a transmis le gène de l'asservissement. Il est inscrit profondément dans mon caryotype, une anomalie greffée à je ne sais quel chromosome. Le chromosome de l'esclavage, de la débâcle, de la gêne, de la honte qui oblige mes lèvres à articuler le mot merci à tout-va, avec le sourire et une légère inclination de la tête.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Joffrine Donnadieu (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joffrine Donnadieu
« J'écris pour donner une forme à ma rage, pour disparaître, pour m'oublier, pour me trouver. J'écris pour me vider, j'écris pour me remplir. »
Léna Olszewski est partie à la rencontre de Joffrine Donnadieu, autrice de "Une histoire de France" (2021) et de "Chienne et louve" (Prix de Flore 2022).
Ce film a été réalisé en partenariat avec le Master Scénario, Réalisation, Production de l'École des Arts de la Sorbonne Université Paris 1.
autres livres classés : strip teaseuseVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Autres livres de Joffrine Donnadieu (1) Voir plus

Lecteurs (393) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
796 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..