AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072846922
272 pages
Éditeur : Gallimard (22/08/2019)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 43 notes)
Résumé :
« France adore laisser ses doigts entortiller les boucles blondes. Elle sait apaiser Romy en caressant ainsi son crâne pour l’entraîner dans un semi-coma où le corps gringalet sera à sa merci. »

Toul, 1999. À neuf ans, Romy est abusée pour la première fois par France, une voisine.
Son enfance soudain se déchire comme une robe de princesse. Romy entre en guerre. De neuf à dix-neuf ans, nous la voyons se battre contre le chaos qui grandit, contre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  30 octobre 2019
Ce livre a reçu « Le Prix Feuille d'or » de la ville de Nancy lors « du Livre sur la place », Première manifestation littéraire de la rentrée, le 13 septembre 2019 et le Prix DES Médias 2019 , France trois Lorraine etc....
Je l'ai acheté comme je l'avais fait pour «Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu , qui avait reçu les mêmes prix l'an dernier avant , lu bien avant qu'il ne soit consacré par le prix Goncourt ....
Je viens de recevoir un coup de poing en pleine face, tranchant, IMPLACABLE, RADICAL, dur,cru, sans concession , cet ouvrage claque et dérange! Il glace ! Fait froid dans le dos....
Au début , le lecteur se dit «  Vais- je continuer ? »
Qu'est ce que l'amour ?
On VIOLE Romy , enfant de neuf ans, visage d'ange, fille d'Hélène, caissière au Cora à Toul, en 1999 , atteinte de la maladie de Crohn, de temps en temps à l'hôpital, son père Philippe , militaire souvent en mission, « Epervier,Tempête du désert,Manta, etc,... » ...grand alcoolique, indifférent.....
Il n'aime que la guerre et les missions .
Qui viole Romy ?
France , femme d'Eric , militaire , ami de Philippe et d'Hélène, s'occupe de Romy lors des absences forcées de sa mère ....en quelque sorte mère de remplacement, monstre redoutable, perverse, bourreau féminin, manipulant le corps et l'esprit de la fillette jusqu'à plus soif ....à sa merci..

Et personne ne suspecte ces horreurs !


Dans cette région de Meurthe et Moselle, étouffante d'ennui, ce quartier dévolu aux militaires de la base et aux usines Kléber, des zonards du canal , tout le monde se connaît , s'épie, médit , ment ,se cache, sauve les apparences...
Hélène ne comprend pas sa fille et pour cause ...
De 9 à 19 ans Romy luttera contre l'attachement invivable qu'elle ressent pour France .
Elle se contrôle, alterne boulimie , anorexie, passe sa vie à vomir, à se vider, se remplir, perdue, confuse, déteste son corps de femme, se détruit en silence , entre TS et prostitution , —-s'auto—-détruit —— Apprend à se faire toute petite, à s'effacer et se faire oublier , crève de vivre .....Un ENFER..Son corps devient son ennemi principal.
.Elle s'appelle alors : « La fille du canal. »
«  La fille du canal est bonne a être souillée , dégradée , humiliée , salie, insultée, prise, la fille du canal n'est qu'un trou , un puits sans fond . »
Elle haïra la femme .C'est tout ce qu'elle exècre : mensonge, jalousie , trahison....séduire , jouer, manipuler , tuer à petit feu, répandre son venin longtemps après son départ( France et sa famille sont partis à la Réunion pour cause militaire ) .
Et Personne n'a rien vu !
L'amour n'existe pas !

L'auteur montre avec une force et une rigueur implacable, une minutie sourcilleuse , ce milieu géographique et social.
Comment un acte pédophile détruit une vie , détraque, salit à jamais , fait perdre tous les repères , infecte l'innocence? .....
Un roman terrible , abouti, Social et Radical, qui déchire, touche et révolte .
J'avoue que j'ai longtemps hésité avant d'écrire ce billet .
Fallait - il l'écrire ou pas ?
Dur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4213
Tostaky61
  16 octobre 2019
Coup de poing dans l'estomac.
Penché sur la cuvette à se vider les tripes.
Dès les premières lignes Joffrine Donnadieu vous saisit par le bras et vous oblige à regarder.
C'est une enfant qu'on viole.
C'est une enfance qu'on vole.
1999, dans l'est de la France.
Romy a tout juste 9 ans.
Sa mère, Hélène, souffre de la maladie de Crohn, elle est régulièrement hospitalisée.
Son père, Philippe, est militaire et part fréquemment en mission.
Il faut trouver quelqu'un pour s'occuper de Romy pendant ces absences.
Pas de soucis, Éric, un copain de garnison de Philippe, propose France, sa femme, elle a ses deux garçons à gérer mais la fillette est la bienvenue.
Très vite, entre les bras de France, Romy va perdre son innocence.
Murée dans son silence, la petite fille subit.
Et quand France part sous d'autres cieux, la vie de Romy bascule.
Les années qui suivent sont une lente agonie, une descente aux enfers.
Joffrine Donnadieu ne brode pas.
Elle vous décrit la souffrance, elle vous fait vivre au plus près l'horreur d'une vie brisée.
L'incompréhension autour de celle qui grandit sans en avoir envie.
L'impuissance des proches.
L'abandon de Romy qui s'offre à qui veut d'elle, mais attention, à ses conditions.
On lui a volé son enfance ?
Elle offre son adolescence.
C'est quoi l'amour ?
Jusqu'à ses 9 ans, elle croyait savoir.
Après ce jour funeste elle pensait avoir compris.
Maintenant elle sait.
L'amour n'existe pas. Pas pour elle en tout cas. Elle n'y croit plus. Elle ne croit plus en rien d'ailleurs.
Elle fuit.
Personne ne peut comprendre parce que personne ne sait son terrible secret.
Sa mère voudrait l'aider.
Son père refuse de voir et sombre dans l'alcool.
Et pourtant, peut-être existe-t-il une lumière d'espoir.
Un roman d'une violence inouïe.
Un roman d'une vérité éprouvante.
Le père et le grand-père que je suis, révoltés, ont souffert avec ce personnage entraîné dans une chute vertigineuse. J'aurais voulu être là pour l'aider.
On ne touche pas aux enfants.
Et pourtant, dans ce monde, dans notre monde, il en existe qui souffrent et malheureusement, ceux qui les aiment le plus, ceux qui sont au plus près d'eux, ne comprennent pas toujours d'où vient leur détresse.
Il y a des caresses empoisonnées.
Parfois, la main qui se pose sur l'enfant ne lui veut pas que du bien et parfois, cette main elle a du vernis sur les ongles.
Ce livre va vous déranger.
Ce livre va vous choquer sans doute.
Ce livre est un miroir de notre société.
Ne cherchez pas à l'éviter.
Ne fermez pas les yeux.
Allez au-delà des premières lignes.
Bravo à l'auteure et à l'éditeur qui ont pris le risque de se faire détester.
Un premier roman percutant pour une jeune romancière qui a de l'avenir.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
Litteraflure
  19 octobre 2019
Implacable et dérangeant. Que se passe-t-il quand le démon a le visage de l'ange ? On sombre. Un clown peut tuer, une mère peut commettre un infanticide, un individu à l'apparence inoffensive peut blesser à mort. Dans le livre de Joffrine Donnadieu, l'improbable s'appelle France et personne ne la suspecte. Et pour cause. C'est une femme, une amie, une mère de remplacement. On ne se méfie pas des figures maternelles. On a tort, ce sont des monstres redoutables parce que la société les place au-dessus de tous soupçons et qu'elle refuse de leur attribuer le visage du mal. Comment s'en méfier ? Romy n'y prend garde. Plus son père s'éloigne et plus sa mère est malade, plus elle se rapproche de cette France, incarnation totale et fascinante de la perversité. le bourreau féminin manipule l'âme autant que le corps à un âge où la traduction physique des sentiments s'avère hors de contrôle, où la frontière entre l'éveil de la sensualité et la sexualité prématurée est indicible, où l'enfant ne sait pas donner un sens aux gestes qu'on lui prodigue. Dans cette Meurthe-et-Moselle qui étouffe, qui confit, qui macère dans son ennui, les psychopathes s'épanouissent, les victimes sont à portée de main. Ce livre est une réussite en ce qu'il montre avec force, réalisme et subtilité comment un acte pédophile détruit la vie d'un être humain. Pour prendre une analogie informatique, les agressions de France agissent comme un virus dans l'esprit de la petite Romy. Elles détraquent son système, en détruisent tous les repères, en infectent l'innocence. Pour quels résultats ? Prostituée, criminelle, pédophile à son tour, Vous le saurez en lisant ce premier roman très abouti.
Bilan : 🌹🌹
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Bonnynic
  20 novembre 2019
Un roman non pas sur un pays mais sur une femme
Un roman sur un sujet doublement tabou. La pédophilie d'une part et surtout la pédophilie féminine d'autre part. Une triste réalité qui existe et qui est encore plus méconnue que la pédophilie masculine.
Attention il s'agit d'un roman au vocabulaire très cru et explicite ou les scènes de sexe sont narré sans aucun tabou .Cela rend le récit très réelle et donc assez sordide. On sent que l'auteure veut d'emblée choquer sont lecteur pour le plonger dans un univers incestueux avec une ambiance pesante. Je dois dire que ce point est assez bien réussi .La victime perd alors les repères qu'elle devrait avoir à son âge et souffre même plus tard de troubles alimentaire et sexuel assez grave.
De manière assez soudaine la femme qui abusait d'elle sort totalement de sa vie, et il s'ensuit alors une espèce de flottement émotionnelle ou la jeune vie éprouve en quelque sorte un manque assez morbide.
Ce qui est intéressant dans ce livre, c'est que l'auteure arrive à totalement supprimer un personnage principal sans jamais y revenir et en donnant au lecteur le même sentiment de manque que la personne abusée. On a envie de savoir ce qu'elle est devenue, mais on n'obtient jamais réponse.
En plus de la déviance sexuelle ce livre parle aussi de solitude, de pauvreté, d'alcoolisme, de maladie. Bref un mélange sur une réalité méconnue mais bel et bien réelle.
A réservé à un public très averti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Isa0409
  05 mars 2020
⭐️ « Il était une fois toi et moi ... N'oublie jamais ça ... Toi et moi ... » (Michel Polnareff - Lettre à France)
⭐️ Elle s'appelle Romy, elle a 9 ans. Son père est militaire, sa mère est malade, elle végète sur son canapé, s'occupant très peu de sa fille, refourguée aux voisins comme un vulgaire animal dont on ne saurait quoi faire, sinon qu'il est impossible de l'abandonner. Alors on s'en débarrasse comme on peut.
⭐️ Elle, c'est France. La voisine. La fameuse. Elle a deux enfants et un mari. Et elle est folle. Je voudrais en faire une description moins subjective, mais c'est impossible, cette femme est complètement barge, elle est dégueulasse. Elle abuse de Romy, la réifie, elle brise tout en elle. Romy n'est plus qu'un objet sans âme. Perdue à jamais. A neuf ans.
⭐️ La suite de l'histoire, c'est la vie de Romy, une vie brisée, marquée par le sexe, les hommes, les filles, les tentatives de suicide, le mal-être, l'anorexie et l'envie de mourir chaque jour que Dieu fait. C'est une sombre et tragique histoire, celle d'une fille qui ne s'en sortira jamais, qui n'obtiendra jamais le soutien de qui que ce soit. Ni de son père, ni de sa mère ... Mais savaient ils seulement...?
⭐️ Comment vous parler de cette lecture ? J'ai eu envie de vomir les cent premières pages, la forme a largement pris le pas sur le fond, c'est trop hardcore et cru pour moi. Pourtant, j'ai voulu savoir et comprendre. Ce roman transpire le malaise, il dérange, il trouble, je l'ai fermé maintes fois et rouvert tout autant de fois. Âmes sensibles, s'abstenir. J'ai eu bien du mal à accepter cette histoire, ces mots, mais il fallait que j'en connaisse la fin. Pour que Romy mette France KO une fois pour toutes ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   30 août 2019
Seuls les coiffeurs, les opticiens, les boulangers, les auto-écoles et les pharmacies survivent ici. Les boutiques de vêtements et de lingerie, les papeteries et les restaurants gastronomiques déposent le bilan au bout de trois mois. Parfois un local vide sert de permanence à un parti politique le temps des élections. Dans la vieille ville, les volets restent clos comme dans une cité fantôme. Les vieux sortent seulement pour les besoins du chien. Les jeunes se planquent dans des maisons en ruine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
RenodRenod   31 août 2019
Philippe rejoint les hommes qui en sont déjà au deuxième verre. Parmi eux, une seule femme surnommée tendrement Tati Ricard. Elle commence l'apéritif à l'heure du goûter. Son rire enroué de vieille fumeuse est reconnaissable entre tous. Elle n'attend personne pour se resservir, sa bouteille à portée de main. Au troisième verre, elle entonne "Au pays de Candy" avec des guirlandes sur la tête.
Commenter  J’apprécie          70
Annette55Annette55   29 octobre 2019
Romy fatigue.Ne t’arrête pas,Ne t’arrête pas.
Elle se donne des ordres du matin au soir:

« Mange, vomis, apprends, lis, nage, cours, remercie, souris, sois polie, punis -toi, fais plaisir, sois gentille, , pas D’ Histoires. Merciiiii.
Commenter  J’apprécie          90
Pivoine29Pivoine29   03 décembre 2019
Elle crève de vivre. Chaque jour, elle lutte et se bat pour faire partie des vivants. Elle se raccroche à ce qu'elle peut : l'espoir, ses rêves, ses envies de danser, d'être sur scène, ses créations de costumes, Martin, sa mère, Charlou, les étrangers des sites de rencontres. Comme une sangsue, elle pompe l'énergie qu'elle troue. Peu importe d'où elle provient. Elle donne rendez-vous à des inconnus au bord du canal juste pour discuter, être prise dans des bras et sentir la vie couler dans les veines de celui qui la tient. Beau, moche, gros, maigre, chauve, hirsute, vilain, poilu : elle se moque du physique. Tout ce qu'elle veut c'est un peu de chaleur, un contact, un peau-contre-peau rassurant, un souffle, une respiration. Percevoir le désir, l'envie bestiale de celui qui la rejoint derrière la maison de l'éclusier. Elle ne couche pas, refuse les fellations, mais accepte d'être touchée. A la tombée de la nuit et à l'abri des regards, elle ouvre les cuisses. Dans l'herbe, sur du gravier, sur une marche du poste de surveillance, elle écarte sa culotte et présente son sexe. Elle se laisse masturber et domine la situation. Aux cris de jouissance se mêlent des images de celle qui l'a initiée.

p.244
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RenodRenod   31 août 2019
Rentrer dans le moule, faire comme tout le monde, se lever, trimer, gagner trois sous, se marier pour moins galérer, trouver un logement social, ne plus avoir de quoi vivre le 5 du mois, tomber en cloque, remplir les papiers de la CAF, quémander pour trouver des vêtements de bébé, ne pas supporter la maternité, baby blues, échecs, frustrations, séparation, mère célibataire, attendre la fin. Quelle fin?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Joffrine Donnadieu (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joffrine Donnadieu
A l'occasion du salon "Le livre sur la place" à Nancy, rencontre avec Joffrine Donnadieu autour de son ouvrage "Une histoire de France" aux éditions Gallimard . Rentrée littéraire Septembre 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2342320/joffrine-donnadieu-une-histoire-de-france
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : anorexieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les figures de style dans la littérature

"Adieu veaux, vaches, cochons, couvée" Quelle figure ici utilisée par La Fontaine et marquée par la juxtaposition de mots vise généralement à donner du rythme à la phrase ou à mettre en valeur l'abondance.

L'allitération
L'énumération
L'anacoluthe
L'anaphore

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thème : Les figures de style de Henri SuhamyCréer un quiz sur ce livre

.. ..