AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211214096
Éditeur : L'Ecole des loisirs (12/09/2013)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Quand sa famille quitte la Californie pour s’installer à Reno, une ville vouée aux casinos et aux activités de loisirs en plein désert du Nevada, David Belting passe beaucoup de temps à s’occuper de ses quatre frères et sœurs plus jeunes. Rien ne le prédispose à s’intéresser à l’art. Et pourtant… David a un don. Il dessine formidablement. Sans avoir jamais appris. Ses parents en sont convaincus : il sera un grand artiste, et fera fortune. C’est ainsi qu’ils le pouss... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Jumax
  11 septembre 2013
Un jour David Belting découvre qu'il sait dessiner, et qu'il dessine vraiment bien. Son père décide alors d'investir pleinement dans son talent. Il quitte leur ville, achète une tonne de matériel et le pousse à dessiner, peindre l'inscrit à des cours... Mais David lui aime surtout dessiner des enfants, ses frères et soeurs, il n'a pas vraiment d'imagination et n'aime pas l'abstrait ou le modernisme. Quand son père l'inscrit dans la toute nouvelle école d'art de Reno il va être déchiré entre un prof qui l'adule et un qui le rabaisse, il est alors difficile de se trouver et de choisir sa route.
Commenter  J’apprécie          170
zity
  20 avril 2014
Ça ressemble fortement à un conte : c'est assez court, on navigue perpétuellement entre le merveilleux (un enfant qui sait dessiner parfaitement sans avoir besoin d'apprendre) et l'étrange (le portrait est affiné la nuit grâce au somnambulisme de David) ; enfin, sous la thématique principale se cachent de nombreux enjeux simplement évoqués et passionnants (le rapport père-fils, la trahison du maître, l'amour, etc.). J'ai beaucoup pensé à Italo Calvino en lisant ce roman, mais on pourrait également faire référence à toute cette tradition du manga où le personnage principal découvre un univers qu'il maîtrise déjà parfaitement (les Gouttes de Dieu par exemple).
Le roman se lit d'une traite, non pas parce qu'il y aurait un suspense insoutenable mais parce que l'écriture est tellement fluide et l'histoire en même temps si banale et étrange que l'on ne peut pas s'arrêter. La thématique principale est effectivement très rare et pourrait rebuter de prime abord : quelle idée de faire se dérouler un roman jeunesse dans une école d'art où s'affronte un prof épris de la peinture italienne des XVe et XVIe et un prof qui ne jure que par l'art contemporain, Andy Warhol et Marcel Duchamp en tête ? le roman n'est jamais didactique même s'il est très précis sur certains pans de l'histoire de l'art.
Enfin, les personnages sont caricaturaux, mais très justes, encore une fois comme dans un conte. Un gros gros gros coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Virgule-Magazine
  16 juin 2015
Un jour, le jeune David Belting demande une feuille et un crayon et dessine le bébé de ses voisins. le dessin est tellement parfait que la mère du bébé en pleure d'émotion. À l'évidence, David, qui n'a jamais appris à dessiner, et qui n'a que sept ans, est un véritable petit prodige… Et pour M. Belting, l'avenir de son fils est tout tracé : David sera un artiste, un grand artiste. le problème, c'est que David n'a aucune envie de suivre cette voie : les peintres ne vivent-ils pas tous dans la misère, à l'image d'un certain Van Gogh, qui, en France, « s'est coupé l'oreille tellement il crevait la dalle ? »
L'avis de Zoé, 14 ans : L'écriture de ce livre avec ses belles descriptions des dessins de David est très agréable. On suit avec intérêt le cheminement de David et sa rencontre avec Rocio. J'ai beaucoup aimé la fin, touchante et drôle à la fois. 
L'avis de la rédaction : À la fois roman d'apprentissage et réflexion sur l'Art, ce livre se dévore jusqu'à la surprise du dénouement.
Commenter  J’apprécie          20
Himbereis
  21 novembre 2014
David Belting découvre par hasard qu'il  possède un don pour le dessin. Ce qu'il dessine semble prendre vie. Alors qu'il se passionne pour ses frères et soeurs, son père cherche à lui faire développer son don en le faisant intégrer de force une école d'art. Adulé ou rejeté selon les professeurs, David va chercher à trouver sa voie qui n'est pas forcément dans l'art.
Commenter  J’apprécie          50
Athanase45
  02 juillet 2018
David découvre incidemment à quinze ans qu'il est doué pour le dessin. Son père, qui aurait mieux aimé être architecte que grutier, fait tout pour que son fils « exploite » ce don tombé du ciel. Il ira jusqu'à encourager le maire de Reno (Nevada) à construire une école vouée aux arts, dont son fils sera évidemment le premier et le plus jeune élève. Dans cette Académie, David est pris entre deux feux, plus précisément deux professeurs aux goûts artistiques radicalement opposés. L'Ancien, Maestro Priviletti, l'Italien, ne jure que par le classique et fait de David son chouchou alors que le Moderne, Jonathan Deems, dit « le pape », considère que le dessin où excelle David n'est pas de l'art, qui, selon lui, commence (ou finit ?) avec l'urinoir de Marcel Duchamp. L'école devient logiquement un champ de bataille permanent entre les deux hommes et les élèves qui les soutiennent, David étant tantôt génie de l'un, tantôt bouc émissaire et martyr de l'autre, deux conditions extrêmes qui ne l'attirent guère... Ce qui l'attire, en revanche, et il ne va plus penser qu'à ça, c'est Rocio Mendes, une somptueuse Mexicaine qui débarque un beau - vraiment beau - jour à l'Académie. David parviendra-t-il à se faire remarquer d'elle, voire - soyons fous - à s'en faire aimer ?
Il y a chez le jeune héros de Chris Donner, un quelque chose d'étonnamment crâne et pur, comme l'assurance d'une candeur que rien ne peut arrêter et qu'illustre parfaitement la couverture du livre, ce ruban d'asphalte qui coupe droit - straight - dans le désert américain. C'est sur cette route que David va devenir un homme, recueillant au passage l'héritage paternel. L'écriture elle aussi va droit au but, sans fioritures, d'une seule traite.
Lien : http://littejeune.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   05 février 2014
Un récit touchant et intimiste sur une parcelle de vie adolescente.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   10 septembre 2013
Est-ce que les dessins d'enfant appartiennent à leurs parents ? Est-ce qu'ils peuvent en faire ce que bon leur semble ? Est-ce qu'il y a une loi qui leur donne ce droit ? Franchement ça m'étonnerait.
C'est pourtant ce qui s'est passé.
Commenter  J’apprécie          170
luocineluocine   20 novembre 2014
Et le défilé des projets continua, tous pleins d’invention, d’imagination, de mo-der-ni-té. C’est celui de Catherine Donkins qui produisit la plus forte sensation: elle proposait de déféquer dans une boîte de fer-blanc, genre boîte de conserve, qu’elle scellerait selon la méthode que son père utilisait dans son usine de conditionnement de corned-beef. Elle avait déjà dessiné l’étiquette sur laquelle on pouvait lire : »Merde d’artiste » ; Dissimulant son dégoût derrière un sourire d’une fausseté patente, Mr Deems accepta le projet de Catherine , tout en lui rappelant que l’exploit avait déjà été réalisé par Piero Manzoni en 1961. Catherine le savait , mais argumenta qu’aucune artiste femme ne l’avait encore fait.
- Il fallait y penser, dit Mr Deems.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
luocineluocine   20 novembre 2014
Vous dessinez comme un Dieu, vous le savez, je vous l’ai dit. Trop. Et maintenant , je veux vous dire une chose, il faut que vous sachiez que ça ne vous servira à rien. Il y a encore un siècle, vous auriez triomphé partout, mais aujourd’hui dans le monde de l’art, il n’y a pas de place pour des garçons comme vous. C’est fini. J’ai essayé d’expliquer ça à votre père plusieurs fois. Il ne peut pas le comprendre. Il voit ce que vous faites et il se dit : »Mon fils est un génie », et il a raison. Mais c’est quoi un génie malheureux, un génie au chômage, un génie dont personne n’achète les œuvres? C’est juste un futur clochard. Je n’ai pas envie de vous retrouver un jour à la sortie d’un musée en train de faire le portrait à des touristes pour cinq dollars.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lorette22Lorette22   28 mars 2015
Mes débuts dans l'art est un livre fantastique qui parle d'art, de dessin, de talent, de fraternité, du premier amour mais surtout de la difficulté d'avancer dans le milieu artistique surtout quand on s’appelle David Belting et que l'on devient le souffre douleur de notre professeur d'art moderne qui nous humilie a longueur de journée. David est très attaché a sa famille, il s'occupe beaucoup de ces quatre frères et ne veut surtout pas décevoir son père qui la presque obliger a rentrer a l'Académie de Reno, grande et nouvelle école d'art. J'ai adorée ce livre, de plus le texte est très simple et facile à comprendre. Ce livre ce lit très vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
HimbereisHimbereis   21 novembre 2014
Si je vous ai raconté cette histoire, a repris Mr Priviletti, c'est parce qu'elle montre la place de l'art dans la destinée des hommes. Et dans la destinée des femmes. Vous êtes le plus grand peintre du siècle et vous mourez assassiné par des voyous. L'art n'accorde aucun privilège, il n'apporte ni reconnaissance ni fortune. Il ne pèse dans la balance d'aucune sorte de justice et ne connaît pas la mesure de l'égalité. Il n'est même pas éternel. Et s'il est la consolation des hommes, et des femmes, c'est seulement pour ceux et celles qui veulent et savent l'apprécier. A l'amour que vous voudrez lui porter, l'art ne vous rendra rien. p.101
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christophe Donner (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Donner
"Au clair de la lune" : c'est sur ces quelques notes, objet du premier son jamais enregistré que se penche Christophe Donner dans cet impressionnant récit. En 1857, Edouard-Léon Scott de Martinville réussit cette prouesse de fixer sa propre voix chantant le célèbre petit air, un enregistrement resté muet jusqu'à il y a dix ans. À travers son histoire mais aussi celle de Nicéphore Niepce, des frères Montgolfier ou encore de Firmin-Didot, c'est tout un siècle, celui des révolutions et des inventions, que raconte l'écrivain.
En savoir plus sur "Au clair de la lune" : https://www.hachette.fr/livre/au-clair-de-la-lune-9782246817154
+ Lire la suite
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les lettres de mon petit frère

Est-ce que le grand frère est gentil avec son petit frère?

Non, il ne l'aime pas
Oui, il est même attentionné
Il ne le précise pas

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Les lettres de mon petit frère de Christophe DonnerCréer un quiz sur ce livre
.. ..