AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Frog Music (29)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
DoVerdorie
  24 avril 2015
Pas trop enthousiaste finalement pour ce roman à la thématique abondante. Histoire ancrée dans le San Francisco subissant une grosse vague de chaleur et une épidémie de variole en cet année 1876, presque trente ans après le "Gold-rush", et ses immigrés venus de tout horizon, dont les français(es), comme Blanche. Ancienne écuyère de cirque a Paris, reconvertie dans la danse burlesque aguicheuse et "michetonneuse" afin d'entretenir son amant et l'ami de ce dernier.

Cette Blanche, justement, personnage principal avec son caractère de girouette, m'a souvent énervée ! Elle aurait bien mérité un pair de coups de pied aux miches pour la faire réagir. Or, le jour où Blanche se heurte au grand-bi de Jenny Bonnet, cette dernière s'en chargera en ne se gênant surtout pas pour remettre les yeux de Blanche en face de sa conscience. Saisie alors d'un sentiment de culpabilité, l'instinct maternel bien enfoui de Blanche se réveillera (un tantinet) et elle cherchera à récupérer (enfin) son bébé rachitique dans une "ferme" de nourrissons. Mais la présence de ce fils braillard dans leur appartement, situé dans le quartier chinois (et donc négligé par les autorités sanitaires), ne plaira pas au mac-amant de Blanche (habitué à sa belle vie de bohème payée sur les turlutes de Blanche)... et causera au final (...je prends beaucoup de "raccourcis")...la mort de Jenny Bonnet.

Les relations amicales, comme celles de l'amour, ne s'expliquent pas. Blanche ne sera jamais devenue ma copine ! Mais entre elle et Jenny se créera un lien très fort... lien qui poussera Blanche a essayer de trouver le meurtrier de.. et la justice pour son amie sauvagement flinguée.

Basé sur un fait divers, d'ailleurs jamais élucidé, le roman aborde aussi (et approfondit parfois) grand nombre d'autres sujets liés à ce San Francisco du 19ème siècle et la vie de tous les jours : l'immigration et ses problèmes sous-jacents, les transports, les laissés-pour-compte de la guerre civile et la ruée-vers-l'or, les conditions sanitaires...etc.
C'est peut-être là où le bât m'a blessé : le voyage historique (par ailleurs bien documenté) était très intéressant, mais a également instauré, avec ses quelques longueurs, une distance malvenue avec l'histoire de Blanche et Jenny. J'aurai franchement aimé me sentir plus proche d'elles.

Le texte est en outre émaillé de chansons d'époque, principalement anglaises, et traduites (sans aucun sens de poésie) en bas des pages. Elles amènent encore une autre "dimension" au récit qui déborde déjà d'un "trop plein".

Je refuse néanmoins de quitter ce livre sur une note négative, parce que Jenny Bonnet, fille au passé bigarré, aurait été une femme a mon coeur : chasseuse de grenouilles (pour les restaurants français à Frisco), jeune femme se promenant en costume-pantalon (interdit à l'époque...comme aujourd'hui en France, puisque la loi n'a jamais été changé), n'ayant pas peur de dire tout haut ce que lui passait par la tête (récoltant ainsi des coquards de la part de la gent masculine) et surtout clamant son désir de vivre en tant que femme libre... "Cute froggy", cette Jenny !

Je remercie Babelio et les éditions Stock pour cette exploration bien différente du "Far West".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          489
Sando
  13 mai 2015
San Francisco, 1876. La ville connait un épisode de canicule sans précédent et doit faire face à une épidémie de variole des plus virulentes... Dans le quartier chinois, où les drapeaux jaunes signalant la contamination foisonnent, se regroupent tous les immigrés sans le sous qui ont fui leur pays en espérant faire fortune dans le pays du « tout est possible »… Blanche Beunon, une ancienne écuyère française, est arrivée depuis un an, accompagnée de ses deux michetons : Arthur, son compagnon, et Ernest. Danseuse vedette au House of Mirrors, un bordel populaire, la jeune femme vend ses charmes afin d'entretenir les deux bons à rien qui l'accompagnent et qui s'empressent de flamber son salaire dans des jeux d'argent ainsi que son fils d'à peine un an, placé en pension « à la campagne » et qu'elle ne voit que rarement.

Cette vie-là semble parfaitement convenir à Blanche, qui ne se pose pas trop de questions quant à sa situation et à son avenir, jusqu'au jour où elle fait la connaissance de Jenny Bonnet… Cette chasseuse de grenouilles, qui revend le fruit de sa chasse aux restaurants français de San Francisco, détonne dans le paysage. Elle se déplace sur un grand-bi volé, porte des pantalons au risque de se faire arrêter et de prendre une amende, vit au jour le jour et respire la liberté et l'indépendance. Une rencontre qui va venir perturber l'équilibre fragile de Blanche et remettre en questions ses choix de vie. Mais alors que la jeune femme commence à prendre son envol, sa nouvelle amie se fait assassiner sous ses yeux…


A la fois roman de moeurs, portrait d'une époque et peinture sociale, « Frog music » s'inspire d'un fait divers pour nous dépeindre la vie dans le San Francisco de la fin du XIXème siècle. le récit se déroule en deux temps. Il s'ouvre sur la rencontre entre les deux femmes et bascule ensuite sur le moment où, un mois plus tard, Jenny est tuée lors de la fusillade et où Blanche se retrouve livrée à elle-même avec le désir de venger la mort de son amie et de récupérer son fils. Un récit alterné qui nous permet de découvrir progressivement les éléments qui ont débouché sur cet assassinat et d'en apprendre plus sur tous les tenants et les aboutissants de cette dramatique affaire…

Mais derrière le fait divers se cache deux très beaux portraits de femmes. Jenny avec son exubérance, son grain de folie et son humour est un personnage particulièrement dense, intéressant et attachant. On regrette que son rôle soit si bref tant son charisme est contagieux et apporte une bouffée d'oxygène et de bonne humeur dans cet univers crasseux et malsain. Néanmoins, même si Blanche paraît plus fade et plus agaçante, on assiste avec elle à une véritable métamorphose, celle d'une femme légère, inconsciente et soumise en une femme émancipée, libérée du joug des hommes et enfin prête à accepter la maternité. Blanche est un personnage qui ne cesse d'évoluer et que l'on prend plaisir à suivre.

Emma Donoghue prend soin de poser le décor et d'installer ses personnages dans un San Francisco qui n'a pas vraiment de quoi faire rêver ! On sent le souci du détail chez l'auteur, quitte parfois à provoquer quelques longueurs… Les thèmes sont nombreux, trop peut-être pour être traités avec profondeur. On côtoie les laissés-pour-compte de la société et ceux qui en profitent : les immigrés, les malades, les prostituées, les macs, les policiers corrompus… Emma Donoghue y parle des déracinés, de la condition des femmes, du rapport des parents aux enfants, de la violence quotidienne… Son écriture est agréable et fluide et permet de passer un bon moment de lecture, même s'il m'a manqué un petit quelque chose pour être vraiment emballée…


Je tiens à remercier vivement Babelio et les éditions Stock pour ce partenariat !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
tynn
  14 avril 2015
1876: Blanche a quitté Paris pour un avenir meilleur dans le grand Ouest américain, cherchant fortune à San Francisco avec deux compagnons, anciens artistes du Cirque d'hiver.
Elle est devenue danseuse de bastringue (et bien plus si affinités), a mis sans état d'âme un fils en nourrice, et entretient par ses charmes tarifés de danseuse un brin putain, cet improbable ménage à trois.

Quand Jenny, jeune femme originale, chasseuse de grenouilles, clown androgyne et sauvage, apparait dans la vie de Blanche, l'amitié va bousculer la routine. Et l'équilibre "familial" précaire de la danseuse et de ses "macs" va voler en éclats, en un été de canicule, jusqu'au drame le plus extrême.

San Francisco post ruée vers l'or: plongée sordide dans les cloaques de la ville, ses bordels, ses salles de spectacles, ses trafics, ses "fermes à bébés", ses blanchisseries chinoises, ses immeubles de rapport de Chinatown et Downton.

Emma Donoghue ne nous épargne rien, on s'y croirait!
Cette lecture est édifiante, hyperréalisme, vivante et canaille!
S'appuyant sur des faits véridiques et une documentation unique, elle nous offre un roman puissant, une plongée dans un melting pot grouillant où étrangers et aventuriers pullulent, avec la chaleur étouffante de l'été 1876, l'épidémie de variole, la pestilence urbaine, la violence des rapports humains et l'émigration qui transforme une ville en plein essor.

Drame de la jalousie, concupiscence masculine et prostitution, statut de la femme dans ces temps de pionniers... le décor est en place, odorant et musical de multiples airs de tout horizon. C'est palpitant, cinématographique.
Frog Music m'a maintenue captive, concentrée sur un montage littéraire original, mêlant les journées sans chronologie.
Une réussite!

Clin d'oeil de fin: la consommation des grenouilles jambes-rouges de Californie faillit provoquer l'extinction de la race à la fin du XIXe. Fin d'un mythe: les froggies ne sont pas simplement des français!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Tostaky61
  26 octobre 2015
San Francisco 1875.
Frog music est un roman qui parle d'amitié.
Celle de deux jeunes femmes, l'une danseuse dans un bordel, Blanche, l'autre, affublé d'un costume masculin et qui exerce le métier de "chasseuse de grenouilles", Jenny.
Une amitié ambigüe et éphémère, car Jenny est bientôt assassinée.
Blanche n'aura de cesse de faire arrêter et condamner les coupables dont elle croit connaître l'identité.
Un roman sur fond de pauvreté, de maladie (l'épidémie de variole qui ravagea la région), de violence...
Un roman où les mensonges et les trahisons se multiplient, où chacun vit de combines pour essayer de s'en sortir, allant jusqu'à se vendre parfois, où l'héroïne traine son mal être et un lourd secret.
Tiré d'un fait divers réel, Emma Donoghue nous livre un ouvrage où domine le drame, mais avec , parfois, heureusement quelques scènes plus légères.
Une narration rendue complexe par les aller-retours permanent entre passé et présent, une sensation de lenteur, de répétition également.
Etait-il nécessaire de saupoudrer son histoire de nombreux refrains, qui plus est, en anglais ?
Il y a des interrogations qui persistent, des points qui mériteraient un complément d'information pour donner plus de crédibilité au récit.
Au final, un roman dur, dans lequel la vie de l'époque est parfaitement restituée et où les personnages sont plus vrais que nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
lyoko
  06 novembre 2015
Il y a des amitiés, qui comme ça, naissent au détour d'un coin de rue. C'est ce que Blanche et Jenny ont véçu, et c'est ce qui a changé leur vie.
Blanche , danseuse burlesque aux moeurs légères fait le rencontre inopinée de Jenny, femme extravertie et excentrique.
Blanche par son côté déluré va causer la perte de Jenny. Cette dernière aura tout fait pour que Blanche retrouve son fils qu'elle avait laissé en nourrice et pour qu'elle fasse enfin face à ses responsabilités de mère et de femme.
Mais l'amant et souteneur de Blanche ne verra pas cela d'un bon oeil.
Blanche fera son possible pour que le meurtre de son amie ne reste pas impuni.

Un livre sympathique, à l'écriture agréable. néanmoins, les trop nombreux extraits de chansons ont géné ma lecture. L'histoire, quant à elle, est intéressante, une belle leçon d'amitié, mais qui au final n'a rien de transcendant.
Commenter  J’apprécie          320
Mimeko
  23 août 2018
Septembre 1876, dans une chambre d'auberge à quelques miles de San Francisco, Jenny Bonnet vient de recevoir plusieurs balles alors qu'elle allait se coucher, son amie Blanche réchappe par miracle à cette tuerie...
Aout 1876, Blanche fait la connaissance de Jenny et sa vie va prendre une nouvelle tournure. En fréquentant Jenny, jeune femme un peu rebelle qui s'habille en homme pour mieux attraper les grenouilles qu'elle vend aux restaurants de San Francisco et qui circule en Grand-bi, Blanche va devoir réfléchir sur sa vie avec Arthur son amant et proxénète, et Ernest, leur ami de longue date...Tous les trois étaient acrobates de cirque jusqu'à l'accident d'Arthur ; depuis, Blanche est danseuse de cabaret et arrondit ses fins de mois en se prostituant.
En alternant les deux périodes, Blanche, persuadée que c'est elle qui était visée, va essayer de reconstituer les évènements qui ont conduit au drame.

Grosse déception après cette lecture, dont la quatrième de couverture semblait très tentante...Après un début accrocheur, le récit alternant les deux périodes m'a semblé assez confus, me perdant quelque fois dans les deux époques. J'ai trouvé la psychologie des personnages assez déroutante, en particulier celui de Blanche qui tantôt paraît maternelle avec son fils (un bébé d'un an) tantôt le traitant de petit con.
Sur le style ce n'était guère mieux, écrit à la va-vite avec une liste de mots en français (mac, micheton, connard, cigare - pour désigner le sexe masculin) qu'Emma Donoghue a disséminé tout le long du récit pour faire bien j'imagine - ou donner un côté coquin au langage des personnages (Blanche et Jenny étant françaises). Il y a également de nombreux anachronismes : elle n'a pas de stylo (inventé en 1890), elle parle "d'enfant star", alors que cette notion naît avec le cinéma, et elle invoque cosa nostra pour expliquer le silence de certains témoins (mafia tout juste naissante à NY et la Nouvelle Orléans mais pas encore à San Francisco). Pour alourdir le tout, les nombreuses répétitions et beaucoup de forme interrogative pour, à chaque paragraphe, recadrer la situation, des fois que le lecteur soit un peu bébête.
Frog Music me paraît être une commande pour évoquer des faits divers historiques et en faire la trame d'un roman avec des héros / héroïnes qui permettent d'évoquer le contexte historique comme Tous les vivants : le crime de Quiet Dell ou le Diable dans la ville blanche, malheureusement Emma Donoghue qui s'y est collée, n'a pas réussi à me convaincre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
JaneEyre
  24 avril 2015
Le résumé et la couverture donnaient vraiment envie, mais j'avoue etre un peu passée à coté, en partie à cause des personnages caricaturaux qui peuplent ce livre. Si le principe est plutôt sympa, tout comme le cadre historique, j'ai trouvé que le tout manquait de maturité et de réalisme...
L'auteur a le mérite de s'etre inspirée de personnages réels, et de s'attaquer à un style hybride, entre le western, le policier, le roman social. J'aime beaucoup ce type de melange.
Cependant le personnage principal m'a énervé de début à la fin. J'ai trouvé qu'elle donne une image glorifiée de l'exploitation du corps de la femme, et qu'elle devient de plus en plus stupide au fil des pages... Elle manque de crédibilité: par exemple elle a abandonné son enfant pendant des mois et des mois et soudain elle se découvre une vocation et se bat envers et contre tous pour le garder: l'element déclencheur c'est juste que quelqu'un lui a demandé qui etait le gamin sur la photo... Ca me laisse assez dubitative. Tout comme sa capacité à se détacher d'un pervers narcissique en une demie seconde, alors qu'elle a vécu sous sa coupe toute sa vie.
Bref, j'ai peut être eu du mal à lâcher prise pour me laisser porter par ce roman, mais j'avoue etre curieuse de découvrir Room, l'autre roman du même auteur!
Merci à Babelio ét aux exitions Stock pour m'avoir permis de découvrir ce roman tres original et singulier!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
traversay
  16 mai 2015
Découverte avec Room, décevante avec Egarés, Emma Donoghue revient avec un roman fleuve, Frog Music, chronique du San Francisco de 1876, qui partant d'un fait divers non élucidé (voir la postface, passionnante), se matérialise en une fresque puissante et viscérale dans laquelle sont explorés les bas-fonds d'une ville qui a à peine trente ans d'âge. Plus que d'un western, il s'agit d'une sorte de roman policier où l'aspect social occupe tout l'espace. Avec l'accent français puisque son héroïne, Blanche, est une ancienne écuyère qui après avoir émigré est devenue michetonneuse, avec deux souteneurs à ses basques, lesquels ont pour activité unique d'encaisser les gains et de le dépenser au jeu. Frog Music est un roman dense et enchevêtré dont la qualité première est son pouvoir d'évocation et son défaut principal de raconter l'histoire au plus près de Blanche alors que le personnage le plus intéressant est manifestement son "amie" Jenny, chasseuse de grenouilles et provocatrice aux bonnes moeurs. Son assassinat précoce n'empêche pas de la retrouver tout au long du livre puisque la romancière use et abuse de flashbacks mais le portrait reste inachevé. Ce qui n'est pas le cas de la description haute en couleurs de Frisco entre épidémie de variole, chaleur étouffante et sinophobie. Frog Music est un roman féministe, sans doute, mais qui donne parfois l'impression de montrer l'inverse avec l'émancipation et l'instinct maternel de Blanche qui semblent plus contraints que voulus. On peut reprocher au livre une certaine complaisance dans le malsain et le turpide (La "ferme" des bébés) mais dans cette ville de lucre et de stupre, son foisonnement baroque fournit à Emma Donoghue un cadre idéal pour déployer un style direct, vif et tranchant. Frog Music est un roman mal élevé qui reste cohérent dans sa ligne de conduite. Violent moralement et physiquement. Mais difficile à lâcher si l'on aime à être bousculé et à ne pas lire systématiquement une littérature "agréable" et propre sur elle.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ahasverus
  01 mai 2015
La romancière irlandaise Emma Donoghue a brodé Frog Music à partir d'un fait divers survenu durant l'été 1876 en Amérique. Près de San-Francisco, la jeune et rebelle Jeanne Bonnet, chasseuse de grenouilles qui approvisionnait les restaurateurs locaux, connue pour sa tendance prohibée à s'habiller en homme, fut tuée par balles à travers les fenêtres d'un saloon. Son meurtre ne fut jamais élucidé.

Emma Donoghue, que Wikipédia dépeint comme " l'une des « Quatre » auteurs lesbiens anglo-saxonne ", revisite cette histoire et convoque pour nous l'entourage de Jenny Bonnet et le San Francisco de la seconde moitié du 19ème siècle.
La narration s'intéresse à la toute aussi véritable cocotte Blanche Beunon, témoin des faits, et à ses deux macs, Arthur Denève et Ernest Girard, anciens artistes du cirque d'hiver de Paris. L'écrivaine donne également un aperçu saisissant d'une ville touchée par une épidémie de variole, où les Chinois servent de boucs émissaires. Les institutions pour enfants viennent compléter le portrait d'une époque trouble où la loi du plus fort n'est pas révolue.

Si les personnages de Blanche et de Jenny paraissent trop éduqués pour leur condition et manquent parfois de crédibilité, l'intrigue est parfaitement menée et les personnages secondaires ont beaucoup de présence.
Les 470 pages de Frog Music n'autorisent aucun répit. le roman de Donoghue est comme ce sac renfermant les grenouilles affamées : chacun là-dedans est susceptible d'avoir projeté le dessein de bouffer l'autre.

La quatrième de couverture n'exagère rien lorsqu'elle parle de western technicolor : Emma Donoghue a réalisé un livre dense qui projette ses images panoramiques sur votre imaginaire. Ses personnages ont la consistance savoureuse, (Madame, le cordonnier chinois, le père de Jenny, Gudrun...), ses atmosphères sont inquiétantes (la maison de correction, la nursery). Les scènes d'émeutes, de sexe, ou la chasse à la grenouille dans les marais, tout ça est très bien fichu et prompt à faire parvenir le chant des grenouilles à vos oreilles.

Cet excellent thriller au potentiel cinématographique certain se referme sur une postface intéressante sur les recherches faites par Emma Donoghue.
Merci aux Editions Stock et à Babelio de m'avoir permis de découvrir ce grand bouquin - et à travers lui cette intéressante auteure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Taraxacum
  06 mai 2015
Merci à Babelio et aux éditions Stock grâce à qui, et à Masse Critique, j'ai eu le bonheur de découvrir ici un de mes coups de coeur de l'année! Et aussi une auteur que je ne connaissais pas mais dont ce roman m'a donné envie de découvrir le reste.
Frog Music est construit autour de personnages ayant réellement existé, il y a une post-face très intéressante à la fin, que vous devriez vraiment garder pour la fin, où l'auteur parle d'ailleurs de ces recherches et de l'époque, prouvant la solidité de son histoire et du contexte historique.
L'histoire, justement. En 1876, notre personnage principal, Blanche Beunon, est une danseuse de burlesque et prostituée de luxe, qui vit à San Francisco depuis un an et demi, après avoir émigré de France avec son amant et le meilleur ami de celui-ci, qu'elle entretient puisque leur contribution au budget du ménage consiste essentiellement à perdre au jeu l'argent qu'elle gagne. Elle rencontre totalement par hasard une jeune femme du nom de Jenny Bonnet, chasseuse de grenouilles pour les restaurants de la ville, et qui sort juste de prison pour son goût des pantalons, interdits aux femmes à l'époque. Leur amitié, et les questions que Jenny amène Blanche à se poser, vont provoquer l'assassinat de Jenny, par lequel s'ouvre le livre.C'est le chemin que Blanche va prendre que nous suivons, tandis qu'elle reconstitue les événements et tente de comprendre.
Un livre brillant, deux beaux portraits de personnages intéressants et complexes, très humains, une plongée très intéressante dans le San Francisco de l'époque , tout cela en fait un livre brillant que j'ai beaucoup apprécié et que je prêterai probablement à tour de bras!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'Irlande

Le pays est divisé en deux : l'Irlande du Nord et...

La République d'Irlande
Le Royaume d'Irlande
La Principauté d'Irlande

11 questions
110 lecteurs ont répondu
Thèmes : irlande , paysCréer un quiz sur ce livre