AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Crossroads


Crossroads
  04 octobre 2012
Lorie, qui dans un texte bouleversant d'émotion faisant l'apologie de la paix dans le monde et de la crêpe beurre-sucre sans OGM, clamait haut et fort : "Moi, j'préfère rester toute seule !" 
Julius Winsome valide ! Seul avec ses souvenirs, loin de la violence des hommes.
Isolé du monde, perdu au fin fond du Maine dans son chalet antédiluvien, il compose avec la nature hostile, aidé en cela par les 3282 livres - heureux homme - tapissant les murs que son père, dont il chérit la mémoire, lui avait légué avant le grand voyage. Pacifiste dans l'âme, Julius n'aimait pas moins que sa presque seule et unique compagnie qu'il partageait fidèlement avec Hobbes, son inséparable compagnon canin d'infortune.
Il était comme ça le gars Julius ! Triptyque magique : solitude, bouquin, Hobbes et basta ! La seule chose qu'il souhaitait, que cela perdure jusqu'à ce qu'il ne fasse plus qu'un avec cette terre glacée qu'il foula inlassablement ! Seulement voilà, il est des réveils beaucoup plus douloureux que d'autres ! La vue de son chien ensanglanté, mortellement touché par un obscur chasseur de galinettes cendrées, le fera irrémédiablement basculer dans le coté obscur de la force ! Le jeu de massacre pouvait commencer...

Voilà typiquement le genre de bouquin qui, une fois terminé, me plonge dans les affres de la désolation. Saperlipopette, il s'en est fallu de peu que je le refermasse avec le petit sourire en coin du ravi de la crèche ! Un seul mot : frustration ! Bonne histoire, belle écriture mais il y a toujours ce je ne sais quoi qui vous fait dire qu'on est passé à un cheveu de Kojak de l'excellence ! Et là, deux interrogations majeures s'imposent à l'esprit : Pourquoi ? Et si oui, comment ?
Pourtant, le menu s'annonçait Gargantuesque ! Une nature sauvage omniprésente ; un style de vie ascétique véritablement passionnant ; un plat de vengeance qui, pour le coup, se mangeait chaud bouillant - attention, ça brûle. Non, vraiment, rien à redire sur le casting !
Le gros point noir – façon de parler, inutile de me faire parvenir sous 48 h, le cachet de la poste faisant foi, vos tonnes de produits de beauté à fort pouvoir karcherisant sur le gracieux visage de l'ado boutonneux pré-pubère que je ne suis plus – c'est cette invraisemblance narrative qui se fait jour une fois le fidèle toutou expédié ad patres. En effet, comment imaginer qu'un homme érudit comme le Julius se transforme alors en véritable sniper des bois aveugle, irrationnel et multirécidiviste, même que l'Rambo ferait figure de gendarme Cruchot à coté ? Difficilement concevable de la part d'un esprit cartésien comme le sien. Le secret, faire fi de ce petit caillou dans la chaussure et déguster cette sombre histoire de folie punitive mettant à jour l'incroyable stupidité du genre humain et glorifiant l'adage : l'homme est un loup pour l'homme !

Julius Winsome , c'est pas moi qu'ait commencé !
3.5 / 5
Commenter  J’apprécie          332



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (27)voir plus