AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Albin Michel (01/01/1952)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
DonaSwann
  01 avril 2016
Ceci est un recueil de souvenirs personnels ou rapportés par des personnes proches de personnages connus et souvent aimés par l'auteur, illustré de quelques planches. La plupart d'entre eux sont des artistes de Montmartre, mais on y trouve aussi Edmond de Goncourt et Clemenceau.
Dorgelès fait le portrait en mouvement par petites touches anecdotiques à la fois drôles, touchantes, enlevées qui sont agréables à lire. Il n'y a guère que lorsqu'il parle de "vrais" inconnus (inconnus de ma moindre culture : n'ignorais-je pas que Van Gogh avait vécu à Montmartre ?) sans aller jusqu'au portrait que je n'ai pas vraiment été emballée...
Mais le portrait de Courteline est hilarant, touchant celui de Poulbot, j'ai hâte de découvrir Tristan Bernard et Octave Mirbeau, et je vais m'enquérir des dessins de Poulbot, des oeuvres d'Utrillo, d'Utter et de tant d'autres...
On sent une nostalgie amoureuse pour Montmartre à toutes les pages, pour ses habitants menant la vie de bohème, d'amitié et d'art, sans compter les vrais humbles, mais aussi pour les lieux, qui ont, dit-il, tant changé déjà en 1952 que j'étais déjà un peu désappointée que mes souvenirs de 2005 ne me servent à rien.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DonaSwannDonaSwann   01 avril 2016
Ces souvenirs me reviennent pêle-mêle en tapotant sur le coin de ma table l'appel aux morts. Poulbot, Depaquit, Delaw, Laborde, Falké : de qui encore ai-je parlé ? Et combien de temps ces noms évoqueront-ils une présence humaine, une oeuvre, un visage ? De l'autre côté du fossé des deux guerres, les événements de tout un siècle se confondent et, aux yeux des jeunes gens, nous rejoignons les héros de Murger, les bohèmes de Nerval, les chicards de Gavarni. Ce qui, pour nous, est hier, pour eux est le temps jadis. Jamais je ne l'ai plus cruellement ressenti qu'en recevant, certain jour, la visite d'un jeune artiste qui se documentait sur la Butte d'autrefois pour illustrer l'un de mes livres. Sans se douter qu'il me vexait terriblement, car j'ai horreur qu'on ajoute à mon âge, il me demande si j'avais beaucoup fréquenté le Chat Noir - fermé l'année de ma première communion -, si j'avais dansé avec la Goulue, fréquenté les "maisons" avec Toulouse-lautrec, puis, mettant le comble à ses gentillesses :

- De votre temps, questionna-t-il, y avait-il de l'herbe dans les rues ?

Sur le moment, j'en ai perdu le souffle. Assurément, le cher garçon supposait que "de mon temps", les filles portaient la crinoline, les garçons le pantalon à sous-pieds, et que nous dansions le rigodon, le jour de la vendange, sur l'aire du Moulin de la Galette.

- De l'herbe, allais-je me récrier. De l'her...

Mais la protestation m'est restée dans la gorge. Je venais, dans un éclair, de revoir le Montmartre de ma jeunesse, et je me rappelais soudain qu'il y avait non seulement de l'herbe entre les pavés, mais de la menthe le long des talus, du mouron, de l'anis, du fraisier sauvage, du laceron au suc laiteux, du pissenlit pour les lapins. Mieux encore : on fauchait le foin devant le Sacré-Coeur, et nous aurions pu, ces soirs-là danser la bourrée au Lapin Agile, où Alathème jouait de la vielle.

Comment ne pas le regretter, ce village sans pareil ? Tout se transfigurait pour enchanter nos jeunes yeux. La nuit, dans les ruelles du maquis où les Italiens chantaient des barcaroles, nous pouvions nous croire en Sicile, et nous rêvions d'aventures lointaines en regardant scintiller les fanaux des frégates sur la mer brumeuse de Saint-Ouen. C'est pour tous ces souvenirs que je continue d'aimer mon cher quartier. On a nivelé les rues, coupé les arbres, abattu nos bicoques, pourtant j'y retourne quand même, et lorsque je m'assieds sous l'acacia de la rue des Saules, il me semble que rien n'a changé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Roland Dorgelès (13) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Louis Bory reçoit le prix Goncourt
Au restaurant Drouant, le jury du Goncourt, parmi lesquels, Francis CARCO, Léo LARGUIER, COLETTE, Lucien DESCAVES, Roland DORGELES et André BILLY, ont décerné le 42ème prix Goncourt à Jean Louis BORY pour son livre "Mon village à l'heure allemande". ...
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Wonder de J.Raquel Palaccio

Quelle est la particularité d'August Pullman?

Il a un cancer
il est Orphelin
Il a une grave malformation du visage
Il est tout à fait normal

10 questions
47 lecteurs ont répondu
Thème : Wonder de Raquel Jaramillo PalacioCréer un quiz sur ce livre