AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848658673
Éditeur : Sarbacane (06/04/2016)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Tahiti, 1893…
Dès le début du livre, nous sommes, comme Gauguin lui-même, pris par la beauté envoûtante de l’île. On plonge avec lui dans le récit d’une lé- gende tahitienne qui intrigue et recouvre la réalité d’une patine de merveilleux.

Ce roman graphique s’intéresse à la fin de vie de Gauguin, la période artistiquement parlant la plus prolifique et la plus belle de son œuvre. L’auteur nous propose un scénario original, en juxtaposant les pér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Titania
  22 septembre 2016
C'est toujours un vrai défi pour un auteur de BD de se confronter à un géant de l'art, et c'est une très intéressante approche de Gauguin, pour comprendre son parcours de peintre voyageur, qui croise la culture polynésienne et tous ses mythes de fondation. C'est toute une époque au carrefour de deux siècles avec sa vie culturelle, ses artistes qui revit devant nous.
Cette BD est une curieuse alchimie qui ne nous parle pas seulement d'un homme, assez insupportable d'égocentrisme, à vrai dire. Elle évoque une fascinante civilisation lointaine que le peintre a révélé avec ses portraits colorés dans une nature luxuriante. Chemin faisant c'est une nouvelle esthétique qui a émergé de ses doutes et fuites en avant, reléguant les impressionnistes dans le classicisme.
Gauguin annonce l'art contemporain avec ce dialogue des aplats de couleur et des espaces dans la toile. L'homme a tout sacrifié dans cette recherche, il avait également une belle plume.
Comme tout précurseur, il n'a pas connu la gloire de son vivant, et sa vie ne fut qu'un parcours du combattant pour trouver de quoi vivre, y compris en Polynésie.
De magnifiques dessins à la façon du peintre raconte cette page d'histoire de l'art comme un carnet de voyage au bout du monde et dans les rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
outofzebra
  27 septembre 2016
Quel peintre, moderne ou plus ancien, n'a pas eu droit à sa bio en BD ? La liste ne cesse de s'allonger, qui comporte des réussites ("Picasso" par Birmant et Oubrerie, "Egon Schiele" par X. Coste), et des échecs ("Le Caravage", par Manara, "Dali" par Beaudoin).
On devine l'intérêt pour un auteur de BD d'une confrontation avec un peintre fameux. le public, quant à lui, y gagne en concision et en synthèse, pour peu que le récit soit à la hauteur. de nombreuses biographies de peintres ont été rédigées par des écrivains ou des professeurs manifestement ignorants des conditions dans lesquelles s'élabore la peinture. Longtemps symbole du stalinisme triomphant, Picasso a ainsi surtout eu droit à des hagiographies outrées ou des pamphlets bornés (anticommunistes et/ou féministes).
Dans sa biographie de Paul Gauguin, parue récemment chez l'éditeur Sarbacane, l'illustrateur l'Italien Fabrizio Dori a apporté un soin particulier à l'aspect esthétique, imitant les couleurs - bleu, or - et le dessin un peu fruste de Gauguin, converti tardivement à l'art. La BD a l'apparence d'une biographie de Gauguin par Gauguin lui-même ; c'est une bonne idée, car la peinture moderne/bourgeoise s'apparente à un parcours initiatique ; c'est un projet existentialiste.
A moins de goûter l'art comme on goûte l'hostie à la messe, on peut en effet difficilement apprécier la peinture de Gauguin indépendamment de sa quête d'un "autre monde".
Gauguin fait penser à un prisonnier qui cherche à s'évader de prison mais qui n'y parvient pas. Courtier en bourse contraint de démissionner par la crise, Gauguin est mû par le dégoût d'un monde - le sien -, régi par l'argent. Acculé finalement à la misère, il sera rattrapé par la nécessité qu'il voulait fuir. Marié et père de cinq enfants, le peintre quittera son foyer pour se consacrer à la peinture... mais s'empressera de se remarier à Tahiti avec une indigène, à lui offerte en cadeau de bienvenue. L'exil de Gauguin est tout aussi ambigu, car le désir de voir son nom et son oeuvre reconnus le ramène à Paris auprès de la critique d'art et de ses confrères peintres.
La BD de Fabrizio Dori met en exergue l'ambivalence de la démarche de Gauguin, sa quête d'un paradis hors de portée. le mysticisme de l'art moderne est ainsi mis en évidence. Les tableaux de Gauguin sont autant de reliques ; c'est la démarche personnelle qui fait de Gauguin une sorte de saint laïc (sur le modèle catholique).
La question se pose aussi, à travers Gauguin, de savoir si notre société hypersophistiquée, que l'on pourrait qualifier de "civilisation du détail", ne revient pas à une sorte de primitivisme barbare ? Cela peut expliquer la fascination de Gauguin pour l'art primitif.
Lien : http://fanzine.hautetfort.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
letilleul
  22 avril 2016
Un roman graphique dont on sent que l'auteur Fabrizio Dori s'est délecté a calquer ses sublimes planches à la "Gauguin". le résultat est une mise en ambiance permanente dans l'univers de l'artiste. Ne vous attendez pas à lire une biographie linéaire, l'histoire procéde par flash- backs, en étant concentré sur les dernières années de la vie de Gauguin. Nous voici donc invités en voyage sur l'île de Tahiti à la façon Gauguin et très vite envoûtés dans des immensités chatoyantes et une nature verdoyant ! Aussi, Attention à l'atterrissage !
Commenter  J’apprécie          50
IreneAdler
  04 décembre 2017
Les illustrations sont de toute beauté. Assez étrangement, certaines m'ont fait plus penser à Van Gogh qu'à Gauguin, mais qu'importe. L'album est graphiquement très réussi.
J'ai eu en revanche plus de mal avec la narration ; elle n'a pas réussi à me capter. Au final, j'ai plus feuilleté pour les images, les couleurs, les techniques que pour la vie de Gauguin.
Commenter  J’apprécie          60
Derfuchs
  19 février 2019
Gauguin est mort. L'esprit, celui qu'il a peint dans son tableau "Manao Tupapau" (l'esprit des morts veille), dans le fond, derrière le corps de sa compagne Teura, vient le chercher pour remonter le temps, visionner ce qu'a été sa vie. C'est ce parcours que nous conte Fabrizio Dori.
Rien n'y manque depuis la naissance, le passage au Pérou, Paris et la bourse, Mette sa femme, les enfants, la peinture, Copenhague, Paris et les expos, la Bretagne et, bien entendu, la Polynésie.
C'est, pour moi une réussite poétique d'une grande simplicité avec un rien de spiritualité polynésienne où l'on peut mesurer la distance entre la sagesse de là-bas et celle de notre monde occidental. L'intérêt n'est jamais tombé, au contraire il m'a semblé que plus j'avançais dans ma lecture, plus le niveau augmentait. J'ai été captivé d'abord par cette biographie et par, bien sûr, l'originalité de la façon de conter cette histoire mais aussi par l'énorme qualité picturale des dessins. le lecteur regarde du Gauguin, les roses du sable comme seul il savait les réussir, la transparence de l'eau, le bleu de la mer, l'émeraude omni présente et l'indigo des ciels. La richesse des tons vifs des vêtements des tahitiens sont rendus, ici, avec un grand bonheur. La couverture de ce roman graphique, de par sa qualité, donne un aperçu de la qualité des pages qui vont suivre. J'apprécie Gauguin et je remercie F. Dori de m'avoir fait me souvenir à quel point sa peinture est riche et parlante à qui regarde. Un tableau de Gauguin dans une salle de musée met en valeur le reste des oeuvres et donne un éclat tout particulier, ne serait-ce que par ces jaunes (que j'avais oublié ci-dessus) qui 'ont rien à envier à Van Gogh. Un bon moment de lecture et de rêverie. Il faut prendre le temps de savourer cet ouvrage.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31

critiques presse (1)
BoDoi   19 avril 2016
Si le livre séduit : c’est qu’il est servi par les beaux tableaux de l’Italien Fabrizio Dori, qui s’en donne à coeur joie dans le style Gauguin.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
cecilitcecilit   26 juillet 2019
- Toi tu es "l'homme qui fait les hommes". Tu fais des choses que les autres ne peuvent pas faire !
- Ha ha ! Il faut vraiment être un coeur pur, un enfant, pour croire que les artistes sont utiles ! " Un homme qui fait les hommes ", c'est une jolie formule pour décrire le peintre.
Commenter  J’apprécie          70
letilleulletilleul   22 avril 2016
- Les Tupapau ?
- oui, les esprits fantômes ! Il faut être fou pour déranger les esprits de la montagne !
- je n'ai pas peur des esprits, moi !
Commenter  J’apprécie          40
DerfuchsDerfuchs   19 février 2019
La peinture est une langue. Les couleurs en sont l'alphabet. Le rouge est vertical, tonique, ascendant, le bleu est horizontal et calme, le jaune, lui, est oblique et pervers.
Commenter  J’apprécie          10
DerfuchsDerfuchs   19 février 2019
J'ai fait ce que je croyais être le mieux. Aussi je n'accepterai aucun conseil, ni aucun reproche.
Commenter  J’apprécie          00
DerfuchsDerfuchs   19 février 2019
Monet et Renoir ont décris la peinture de Gauguin comme "franchement mauvaise".
Commenter  J’apprécie          00
Video de Fabrizio Dori (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrizio Dori
L'auteur italien Fabrizio Dori publie chez Sarbacane "Le Dieu vagabond", la quête d'un satyre déchu, et perdu dans notre monde contemporain. Il explique ici comment il a dessiné à Anne Douhaire. Plus d'information sur la BD : https://www.franceinter.fr/livres/bd-le-dieu-vagabond-de-fabrizio-dori-une-fable-pop-et-mythique Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : tahitiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Fabrizio Dori (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
556 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre