AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782205067514
62 pages
Éditeur : Dargaud (26/04/2013)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 155 notes)
Résumé :
Dans ce 4e épisode de Long John Silver, les membres rescapés du Neptune découvrent enfin la mystérieuse cité de Guyanacapac. C’est ici qu’un trésor serait enfoui ; c’est ici aussi qu’un piège infernal va se refermer sur eux. Chacun va découvrir l’horrible secret de cette cité et la véritable personnalité de l’Indien Moxtechica. Quant à Vivian, enceinte, elle ne peut plus reculer ; elle va devoir surmonter cette ultime épreuve…

Guyanacapac, 4e album de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  19 septembre 2014
Que le grand cric me croque !
Si vous en êtes au tome 4, c'est, j'ose l'espérer, après avoir logiquement apprécié les trois premiers opus à leur juste valeur.
Que dire de ce tome qui clôt magistralement la franchise?
Claque scénaristique et visuelle, ni plus, ni moins.
Vous allez en prendre plein les mirettes, enfin, la mirette pour ceux qui auront poussé le mimétisme flibustier jusqu'au bout.
Un épisode monstrueux, pourvoyeur d'un plaisir qui ne l'est pas moins.
Une seule chose à dire concernant Long John Silver : à l'abordage moussaillon !
Commenter  J’apprécie          362
garrytopper9
  08 mars 2014
Pour ce dernier tome les auteurs nous ont conduit dans un monde assez fantastique sans pour autant déroger à ce que l'on connait plus ou moins sur les peuplades de type Incas ou autres. On retrouve donc les traditionnels sacrifices humains, l'or foisonnant, et un rapport avec les éléments qui nous entourent assez originale.
Ce nouvel environnement est un peu confus. Ca tire dans tous les sens, on dévore les pages a vitesse grand V.
Le dénouement est épique et surprenant. Une grande aventure, du début à la fin !
Commenter  J’apprécie          300
boudicca
  14 janvier 2014
Guyanacapac ! La mystérieuse cité antique censée receler des montagnes d'or est enfin là, sous les yeux de Long John Silver, après un périlleux voyage à travers l'océan et une jungle sauvage pleine de dangers méconnus. Seulement l'achèvement de sa mission à un goût amer pour le vieux loup de mer et les derniers de ses compagnons encore debout : trahis, abandonnés, laissés pour morts, la situation n'est guère reluisante pour nos pauvres héros, et encore moins pour Lady Vivian, tombée entre les mains de celui à qui elle cherchait justement à échapper. Long John Silver n'est toutefois pas du genre à se laisser abattre et, malheureusement pour ses ennemis, c'est lorsqu'il est aux abois que le pirate se fait le plus dangereux ! Il aura fallu attendre près de cinq ans pour qu'arrive enfin le final tant attendu de la série de Xavier Dorizon et Mathieu Lauffray, véritable hommage aux récits d'aventure de nos jeunes années et plus spécifiquement à « L'île au trésor » de R. L. Stevenson.
Malgré un démarrage un peu lent, la suite du périple de Long John et ses compagnons avait su se montrer très convaincante grâce à ses graphismes atypiques, un sens du rythme remarquable, et surtout ses personnages hauts-en-couleur. Mais ce quatrième et ultime volume est-il pour autant à la hauteur ? Sans aucune réserve, la réponse est oui. Dorizon et Lauffray nous offrent avec « Guyanacapac » un album haletant qui réveillera chez plus d'un des envies d'aventures oubliées. Certaines scènes sont un vrai régal pour les yeux, comme l'attaque de l'équipage dans les marécages par de redoutables varans géants ou encore la découverte du trésor de l'antique cité. Les personnages atteignent quant à eux l'apogée de leur performance : Lady Vivian touchante, contre toute attente, moins fière mais toujours aussi forte ; Liveset qui parvient enfin à trouver sa place ; et bien évidemment Long John Silver, un pirate comme on en fait plus et à qui les auteurs accordent ici une fin grandiose, digne de sa légende.
« Long John Silver » est une série qui ravira sans mal les amateurs d'aventures en tout genre et dont il serait bien dommage de passer à côté. Quoi de mieux, pour finir, que les mots de Xavier Dorizon pour clore ce formidable périple : « Un jour, ils renaîtront de leurs cendres et défieront à nouveau les fureurs de la nature comme les règles des hommes. Et à nouveau, les notables les admireront depuis de belles demeures, dégustant les mets délicats et les vins fins en évoquant ceux dont les histoires sont éternelles. Réincarnant ces forbans, et le plus grand d'entre eux.Car on peut tuer l'homme... on n'arrête pas la légende. » Si avec ça vous ne voulez pas être du voyage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Dionysos89
  21 août 2016
C'est déjà le dernier tome de la série Long John Silver !
Ce quatrième et dernier tome est construit sur la nécessité de régler toutes les intrigues déjà ouvertes et, de fait, nous atteignons rapidement un climax qui se trouve étiré sur une majeure partie de l'album. Les décors sont toujours magnifiques : avec un jeu subtil avec la pluie et toujours autant d'ombres, le dessinateur Mathieu Lauffray tient toujours graphiquement la route, d'autant qu'il y a quelques beaux moments scénaristiques à mettre en scène.
Long John voit (enfin !) rouge dans cette fin d'aventure et sort finalement son charisme de ses poches (tout comme ses sabres !) pour nous offrir deux-trois scènes vraiment épiques. L'intention des auteurs de conserver ces moments de bravoure pour un climax final est à questionner, mais sur le coup, cela fonctionne très bien. À travers lui, en fin de compte, c'est à un développement sur le déclin des pirates, à une tirade déchirante sur la décrépitude, à laquelle nous assistons.
Ainsi, nous terminons cette aventure picaresque de belle manière, sur deux monologues à forte tension dramatique, voire épique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
cicou45
  08 septembre 2013
Autant j'avais adoré les trois premiers tomes (et particulièrement le troisième), j'avoue avoir été plutôt déçue par celui-ci, l'ayant trouvé extrêmement violent et où il n'est pratiquement question que de trahisons.
Le Nepture, le navire de Long John Silver ayant échoué sur une terre des plus hostiles mais sur laquelle, d'après les légendes, il existerait un fabuleux trésor, Silver et ses hommes sont dans une situation assez embarrassante. Elle l'est d'autant plus qu'ils ont perdu tracé de Vivian- oh excusez-moi cette familiarité- je devrais dire Lady Hasting qui est enceinte et à laquelle Silver est lié par une sorte de contrat- contrat qui consiste à la ramener chez elle saine et sauve, au péril de sa vie. Mais l'on peut parfois douter de la sincérité de Long John Silver tant il paraît beaucoup plus intéressé par le fameux trésor que par ladite Lady.
Trésor qui a été cherché bien avant lui par les Espagnols et n'a pourtant pas été dérobé. Pour quelle raison ? Lord Byron, lui, en a bien une idée, car il est ici, lui, contrairement à Silver, pour la même chose qu'eux...cependant je ne vous dirai pas laquelle sinon cela gâcherait toute l'intrigue.
Bref, pour résumer, un tome tout aussi bien travaillé au niveau graphisme, avec des personnages attachants pour certains, haïssables pour d'autres mais avec un scénario que j'ai trouvé un peu moins accrocheur que les précédents ! Cependant, j'ai trouvé la fin admirable et j'espère bien qu'il y aura un cinquième tome car, je vous assure, elle vous laisse sur votre faim ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170


critiques presse (5)
Bedeo   24 juillet 2013
S’attaquer à un des personnages mythiques de L’île au trésor n’était pas chose facile et pourtant, on peut dire que, cette saga s’y attèle brillamment comme l’illustre ce dernier volet. Si les premiers tomes avaient déjà insufflés un rythme haletant, cette fin ne laisse aucun temps mort pour se finir en apothéose.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Telerama   26 juin 2013
Il flotte dans cet air-là un lyrisme épidermique, exacerbé par la luxuriance graphique de Mathieu Lauffray.
Lire la critique sur le site : Telerama
Auracan   13 mai 2013
Une série dont l'intrigue aura tenu en haleine le lecteur pendant près de 6 ans ! [...] Des couleurs luxuriantes de la jungle tropicale aux intérieurs terrifiants de la cité Guyanacapac, le lecteur s'en prend plein les yeux.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   29 avril 2013
L'Ile au Trésor cette formidable Histoire qui a marqué tant de génération a été reprise par ces deux grands auteurs de talents que sont Dorison et Lauffray. Ils ont réussi à s'approprier ce récit sans le dénaturer, mais en y apportant subtilement leur touche personnelle.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   18 avril 2013
Guyanacapac est de ces (rares) albums qui savent rendre compte de la démesure des lieux aussi bien que de la versatilité des âmes. À ne pas en douter, Xavier Dorison et Mathieu Lauffray signent là, quelques-unes des plus belles planches de ces dernières années.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   19 mars 2014
Le monde bâtit des cathédrales et mène des guerres au nom d’un dieu qui encourage la faiblesse et la soumission... Pour mieux contrôler, asservir et régner.
Vous amenez un équipage de l’autre bout du monde, vous lui infligez les fièvres, la famine et la mort. Tout ça pour un bout de métal doré… et vous me parlez de folie ? Vivian... aurais-je une chance sur un million d’avoir raison, elle vaudrait mieux que vos certitudes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Dionysos89Dionysos89   26 mars 2014
Le vrai dieu n’est pas blanc. Son nom n’est ni hébreu ni latin... Son antre n’est pas le ciel, mais les entrailles de la Terre… Xibalba. C’est un monde souterrain froid et inhospitalier, dirigé par les dieux de la mort et des fièvres.

Commenter  J’apprécie          240
boudiccaboudicca   26 décembre 2013
Cet homme, amoureux du présent et de la liberté, voulait marquer son temps et se survivre. A défaut de descendants, il lui fallait un témoin. A quoi bon être le plus grand des pirates ? A quoi bon triompher seul là où échouent les armées ? A quoi bon trouver le plus grand des trésors... si cette gloire se devait de finir dans l'oubli ?
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos89   05 mars 2014
Au diable vos rois.
Au diable vos dieux.
Au diable... tous !
À moi... le trésor !
Commenter  J’apprécie          280
RebusRebus   26 juin 2013
Mais où il va l'animal ?
Eh ! Il va où maintenant le stratège !?! Oh Silver ! Tu sais qu'on pourrait être à Tortuga en ce moment ?!
A rigoler avec les potes ! A se la couler douce dans les bras des catins !...

- J'ai bon coeur. Je leur ai épargné ta visite.
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
autres livres classés : piratesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des romans sur une ile

Roman de l'auteur anglais William Golding publié en 1954 qui montre la fragilité de la civilisation. Il décrit le parcours régressif d'enfants livrés à eux-mêmes.

L'île
Robinson Crusoé
L'Île mystérieuse
Le Comte de Monte-Cristo
Shutter Island
L'Île au trésor
L’Île du docteur Moreau
Sa Majesté des mouches
L’Île du jour d’avant
Paul et Virginie

10 questions
100 lecteurs ont répondu
Thèmes : îles , mer , navire , pirates , corsaires , marinsCréer un quiz sur ce livre