AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2356484558
Éditeur : Glénat (24/09/2014)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Le plus grand super-héros américain... est une espionne russe.

Vera Yelnikov est une bombe atomique ! De ces femmes qui réveilleraient un mort ou auraient rendu lesbienne Margaret Thatcher. Mais si le sexe est son grand plaisir dans la vie, elle doit consacrer la plupart de son temps à son métier : agent d’élite au service de l’URSS.

En pleine guerre froide, Vera est envoyée à Los Angeles par les bureaucrates du Kremlin. Sa mission ? De... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
nekomusume
  15 octobre 2014
Qui parle encore de la guerre froide en 2014? Au moins deux personnes : Dorison et Dodson.
Certes, nous retrouvons ici de nombreux clichés sur la vie en URSS, d'autres sur l'ultra-puritanisme américain le tout servi par une pulpeuse et peu farouche héroïne que personne ne souhaite voir garder ses vêtements.
L'action et le sexe sont les deux mamelles de cette histoire (et pourtant Vera était déjà bien pourvue de ce côté) et l'on comprend très vite la référence à Tarantino dans le résumé de l'éditeur (non? Retournez voir vos classiques).
Le style est résolument celui des comics, super-héroïne contre super-méchant dans les milieux gays et porno de Los Angeles le tout dans une enveloppe sexy.
C'est divertissant, ça ne va pas chercher midi à quatorze heure, ça castagne une page sur deux (j'exagère à peine) et on trouve que Vera est toujours trop couverte. Après j'ai du mal à imaginer que Brejnev ait pu se soucier des droits des gays et des acteurs pornos même sous le prétexte d'une opération de propagande mais nous ne sommes pas là pour l'exactitude historique comme le montre la couverture de l'album.
Alors bon gros délire sur les vertus du bolchevisme face au puritanisme ou bien y -a-t-il une raison plus profonde de commettre cette BD?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
umezzu
  13 décembre 2018
Voilà une BD bien délirante. Dorison imagine qu'en pleines années 70, le Kremlin veuille maintenir pour des raisons stratégiques la décadence occidentale au zénith, alors qu'une pasteur réactionnaire, Jackie Core, mène une croisade pour refaire régner aux États-Unis l'ordre moral. Elle est aidée par un nouveau super héros, qui s'en prend aux films X, aux couples illégaux et aux homosexuels : le Charpentier.
L'arme (atomique) des dirigeants soviétique est Véra Yelnikov, une sculpturale agent, envoyée à Los Angeles, autant dire pour elle sur une planète inconnue, sans files d'attente dans les magasins bien achalandés, ni interdits politiques. Pour contrer Jackie Core, le KGB lui créée un nouveau costume bien moulant et invente une nouvelle héroïne, prête à défendre la liberté (sexuelle) : RED SKIN.
Le scénario est hallucinant (au sens propre). Il a du venir de l'usage excessif de substances interdites. Pas de limites dans les situations, pas de limites à la candeur coquine de Véra.. Tout en excès et en parodie au (x) éme degré. Amusant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Catilina38
  13 mars 2018
Comme beaucoup la couverture tape à l'oeil du tome 1 m'a fait de l'oeil justement, avant de voir les noms des auteurs de ce comics publié en France (je ne sais pas comment il faut l'appeler du coup vu que le scénariste est français et les codes franco-belges mais le dessinateur américain avec un style comics...) et quels noms: l'un des tout meilleurs scénaristes depuis pas mal d'années maintenant et un auteur chevronné (que je ne connaissais pas) au style très proche du grand maître Frank Cho et sa Liberty Meadows, excusez du peu.
Il s'agit donc bien d'une BD de super-héros (moderne= sans pouvoirs): dans les années 80 Red Skin est une espionne envoyée en Amérique pour décrédibiliser une candidate à la Maison-Blanche qui risque de faire de ce pays une théocratie de fondamentalistes chrétiens. Outre ses capacités de combat hors norme, elle va surtout aider la production d'un remake porno du film de chevet des bigots de l'Amérique de la Bible-belt...
Alors certains ont trouvé une malhonnêteté dans des couvertures (Dodson se fait plaisir en mode Pin-Up) et un pitch qui pouvaient laisser imaginer une BD sexy. En réalité on reste très comics-compatible dans cette BD (la série est publiée aux Etats-Unis) et c'est surtout l'environnement (le porno californien) et les courbes divines de l'espionne qui pimentent cette BD au demeurant pas plus chaude qu'un Largo Winch. En revanche l'esprit très frais, les réparties drôles entre la donzelle et son hébergeur-réalisateur porno ronchon et les scènes d'action en font une BD plaisir vraiment sympatoche. Outre une histoire qui parvient à nous accrocher malgré un côté dérisoire (la maîtrise de Dorison se ressent), la grande force de Red Skin c'est le personnage principal, absolument craquante à chacune de ses apparitions. le talent de Dodson y est pour beaucoup, si bien qu'on a envie de passer plein de temps avec cette drôle de nana à la fois désarmante de naïveté et forte comme le roc. Surement une incarnation du fantasme masculin auquel les auteurs répondent intelligemment sans verser dans le nu inutile (le reproche que je faisais à Boichi sur Sun-ken Rock justement).
Une bonne BD rafraîchissante qui se poursuivra sur un troisième volume.
lire sur le blog
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bouvy
  17 juillet 2016
La belle Vera Yelnikov est un soldat d'élite entraîné depuis la petite enfance en URSS. Sur ordre de Brejnev, elle est envoyée en Californie pour se faire passer pour un super-héros qui combat l'extrémisme religieux et le puritanisme américain en défendant les minorités sexuelles, les acteurs pornographiques et autres libertaires. Elle prend Red Skin pour pseudonyme et son pire ennemi est le Charpentier qui tue toute personne qui a des moeurs légères au nom de dieu.
J'avais téléchargé cette bande dessinée depuis pas mal de temps et je l'avais survolée distraitement. Comme je viens de m'apercevoir que le deuxième tome vient de paraître, je m'y suis de nouveau intéressé, avec cette fois plus d'attention. J'ai apprécié le graphisme, l'ambiance guerre froide et le dessin. J'étais passé un peu à côté la première fois, à tel point que j'avais oublié l'histoire. Cette deuxième lecture m'a ravi et je me mets en devoir de lire la suite, surtout que la belle héroïne nous a abandonné dans un grand moment de suspens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bequelune
  06 juin 2015
Bon, disons le tout net. Cette bédé est complètement loufoque, ses personnages si caricaturaux qu'ils ne sont pas crédibles pour un sou... et pourtant ça marche fichûment bien ! On s'amuse, on s'attache à l'intrigue et on n'a qu'une envie : avancer dans l'histoire.
En pleine période de guerre froide, un mouvement néo-fasciste voit le jour. Au programme : traque des communistes et de tous ceux jugés « débauché-e-s » : homos, acteurs pornos, etc. le mouvement prend une tournure plus radicale quand le Charpentier, une sorte de super héros ultra violent, se fait le promoteur de cette idéologie. L'URRS, que ce mouvement anti-coco n'arrange pas des masses, décide d'envoyer une de ses meilleures agents pour contrer la tendance.
Vera Yelnikov, alias Red Skin, sera la super-héroïne du camp adverse. Dans une tenue rouge ultra moulante, armée d'un marteau et d'une faucille, elle va défendre tous ceux qui se font agresser par les fascistes. Et pour couverture dans le civil, elle va logiquement choisir de bosser pour un producteur de films pornos...
La 4e de couv fait la comparaison avec un film de Tarantino. Cette bédé n'a pas le même sens de l'humour, mais c'est vrai qu'il y a des points de comparaison. Même déluge de violences. Mêmes personnages too much qu'on adore voir faire n'importe quoi. Même démesure dans les scènes, et l'histoire qui part en sucette tout en restant très maitrisée par son scénariste.
Bref, une bédé bien marrante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (5)
Bedeo   05 janvier 2018
Vous l’aurez compris, Red Skin saura combler tous les fans d’action pure, tout en nous proposant une véritable cure de jouvence pour note acuité visuelle.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   07 octobre 2014
Welcome to America constitue une entame des plus attractives qui, pour peu que le trait s’affine, promet son héroïne à un brillant avenir… du moins auprès de la gent masculine !
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   07 octobre 2014
Voilà [...] une bande dessinée au parti-pris fun revendiqué, aux clichés et à l’humour facile assumés, portée par un graphisme 100% glamour, un petit plaisir régressif pour mâles en quête d’action qui ne vole pas très haut, mais qui remplit sa fonction de divertissement.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   29 septembre 2014
Ce premier tome donne les grandes orientations, et nous permet, grâce aux facéties de l’espionne de passer somme toute un bon moment de détente. Malgré tout, dans le contexte général, on a le sentiment que, quelque part, l’histoire manque dommageablement de corps (pas celui de l’héroïne), de consistance et n’arrive pas à nous saisir totalement.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Bedeo   25 septembre 2014
Red Skin saura combler tous les fans d’action pure, tout en nous proposant une véritable cure de jouvence pour note acuité visuelle.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
pilou62200pilou62200   20 novembre 2014
Je viens pour l'annonce.
?!
vous savez cuisiner ?
NON.
Vous avez des références ?
NON.
Vous avez le permis de conduire au moins ?
NON PLUS.
Alors dis moi petite....
Qu'est ce qui a bien pu laisser penser à ce qui te fait office de cerveau que tu allais avoir le JOB ???!!
Mon bon caractère ?...
Commenter  J’apprécie          40
BouvyBouvy   17 juillet 2016
- Et pour Et tes Bagages, t’en as pour six mois au mois… tu n’as rien d’autre ?
- Toute ma vie est là !
Commenter  J’apprécie          30
umezzuumezzu   13 décembre 2018
- Je veux faire vibrer les spectateurs avec personnages forts, des histoires prenantes.. Je veux de l'émotion, de la vraie !
- Dites-moi Joe, y a t-il un producteur sur terre qui veuille des personnages faibles, des histoires chiantes et aucune émotion..??
- Ah, ah... dis moi, Lew, elle est toujours comme ça ?
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Xavier Dorison (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Dorison
Rencontré à Angoulême, Joël Parnotte publie avec Xavier Dorison le premier tome d'Aristophania, une fantasy à la française, chez Dargaud. Il explique ici, comment il s'y est pris pour dessiner le personnage principal. Plus d'information sur la BD : Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3470 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre