AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253034649
Éditeur : Le Livre de Poche (02/02/1995)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Elle avait vingt ans sous la Terreur, à Nantes.
C'était une jeune fille aux idées avancées. Elle n'aimait pas les prêtres mais elle était royaliste. Amie des Vendéens insurgés, elle épousa pourtant un capitaine républicain. Pour son malheur.
A Paris, sous le Directoire, elle rencontra l'amour fou. Le général de La Horie était jeune, brillant et proscrit par Napoléon. Pour le retrouver, elle parcourut les routes de France, d'Italie et d'Espagne. Avec ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Mimeko
  28 août 2018
Sophie Trébuchet, mère de Victor Hugo, naît dans une famille de la petite aristocratie de Nantes. Elle a douze ans quand elle perd son père qui était capitaine de navire et la fratrie de huit enfants est répartie entre pensions pour les plus grands et dans la famille pour les plus jeunes, Sophie est confiée à une tante paternelle qui l'adore et qui va se charger de son éducation, développant son indépendance sa curiosité et son goût pour la lecture. En 1792, à vingt et au plus fort de la terreur dans l'Ouest en lutte contre les républicains, Sophie va assister aux arrestations et à la décapitation d'amis proches et d'un grand nombre de connaissances, qui en fera une royaliste forcenée..Mais elle n'est pas à une contradiction près puisqu'elle va s'éprendre d'un militaire républicain Leopold Hugo avec qui elle aura trois fils Abel, Eugène et Victor. Et quand elle fait la connaissance de Victor Fanneau de la Horie, un militaire plein de promesse, ami de Leopold, elle sait qu'elle vient de rencontrer son grand amour...Entre séparations et retrouvailles au gré des mutations de son mari, sa relation avec Victor de la Horie lui donne la force d'éduquer ses trois fils, ne s'attendrissant jamais sur leurs caprices mais les cadrant et les astreignant à l'étude. Même pendant la disgrâce de son amant arrêté puis exécuté après un coup d'état manqué, Sophie fera face aux difficultés d'une femme seule, dont le mari cherche constamment à récupérer ses fils à l'aide de moyens pas toujours très glorieux.
Le roman de Sophie Trébuchet est le récit d'une petit bout de femme forte, qui a traversé des évènements dans sa famille et dans l'histoire qui vont forger une personnalité combative et indépendante -, ayant rapidement compris que l'éducation est la clé de l'émancipation et qui n'aura de cesse de transmettre cette éducation à ses trois fils....
Geneviève Dormann évoque cette femme de façon extrêmement vivante, alliant son histoire à la grande Histoire - entre révolution et premier empire, une femme forte, moderne, combative.
Une biographie romancée très vivante et réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
jeunejane
  11 décembre 2014
C'est un roman magnifique, très prenant, qui se déroule avant et pendant la période napoléonienne. L'ambiance est très vivante. Sophie Trebuchet est mère de trois garçons dont un qui deviendra le grand " Victor Hugo".
Commenter  J’apprécie          170
PiertyM
  23 septembre 2013
Un roman d'amour et un roman historique dont les faits relatés s'acclimatent à l'atmosphère environnementale perçue par l'héroïne, Sophie Trébuchet, qui n'est autre que la mère de Hugo.
Fille du capitaine de la marine François trébuchet mort au cours d'une expédition,Elle vivra les moments fort de la prise de la bastille et elle sera témoin des exécutions des bourgeois. A 23 ans, considérée comme une vieille fille, elle va pêcher le mariage auprès d'un capitaine de l'armée Léopold Hugo. Puis le vrai amour arrive en la personne du général de la Horie... ...
Une brave femme dont les qualités n'ont pas pu être révélées ni reconnues par l'histoire générale mais elles se sont reportées sur ses enfants auxquels elle s'est battue pour asseoir une bonne éducation. Notamment avec Victor Hugo à qui elle a su transmettre le goût de la connaissance et de l'écriture.
Condamnée pour son adultère, elle accueille la sentence avec bravoure de la part de son mari Léopold Hugo et de la part de la société. Malgré qu'elle est traquée, humiliée, réduite en titre par son mari, mais le roi d'Espagne Joseph Bonaparte reconnait de l'honnêteté et du raffinement d'esprit en cette femme. le roi reconnait en lui-même que Léopold avec son tempérament plus ou moins sauvageon ne mérite pas cette femme comparée au général de la Horie plus fin et plus intègre.
J'ai aimé le livre avec le style plus que naturel de Geneviève Dormann.l
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
FLAORI
  09 avril 2016
Un début un peu ennuyeux mais la suite m'a enchanté. En effet, j'ai découvert l'enfance de Victor Hugo tout en faisant la connaissance de sa maman, Sophie Trébuchet. Une femme assez remarquable je dois dire, très indépendante et moderne pour son époque qui s'est battue pour le bonheur de ses enfants jusqu'au bout.
En même temps ce livre nous décrit la fin de la monarchie et les débuts d'une république qui nous montre une fenêtre de l'histoire cruelle qui donne à réfléchir.
Commenter  J’apprécie          122
Northanger
  31 décembre 2011
La vie romancée de Sophie Trébuchet, mère de Victor Hugo. L'auteur nous y fait part d'une hypothèse intéressante sur l'identité du père de Victor Hugo. Cette lecture m'a beaucoup plu car on n'y retrouve pas les lourdeurs du genre biographique (certaines constituant parfois un catalogue de dates et d'événements linéaires sans mise en valeur ni portée symbolique par rapport à la vie entière du personnage) du fait que les événements sont romancés et donc parfois imaginés par l'auteur. L'intrigue est bien menée et les événements replacés dans leur contexte historique, sans toutefois s'appesantir sur ce dernier. Un très bon moment !
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   14 juillet 2019
La présence de la Robine réconforte leur mère. Louise, qui se noie dans un verre d'eau, n'arrive pas, c'est évident, à débrouiller les problèmes matériels qui lui sont posés depuis la mort de son mari. Sans parler de la gestion des métairies et des fermages auxquels elle ne comprend rien, une simple réparation à faire à la Renaudière l'affole.

Page 33
Commenter  J’apprécie          00
meknes56meknes56   14 juillet 2019
Car le chagrin est un poison lent pour ceux qui ne savent pas pleurer
Commenter  J’apprécie          30
MimekoMimeko   21 août 2018
Depuis qu'elle est au monde, elle est confrontée à la mort. Les êtres qu'elle aime sont morts ou disparus : sa mère quand elle était enfant, puis son père. Volatilisée cette jeune tante Louise qui était pour elle comme une sœur élue. Et ses amis, ses cousins tous ceux-là, guillotinés à Nantes ou abattus dans les bois de Vendée. Ce n'est pas pour rien que la tête de Mlle de la Biliais tourbillonne dans ses cauchemars. De cette funèbre jeunesse, Sophie a tiré une certaine dureté (qu'on lui reprochera) et la conviction viscérale que la vie est fragile, si brève et qu'il convient d'y faire honneur durant qu'il en est temps. Et qu'il ne faut pas perdre une minute d'un bonheur menacé à si courte échéance. L'avenir ne la démentira pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
OdeOde   30 août 2012
Un père disparu dont le corps n'a pas été retrouvé met longtemps à mourir. Longtemps Sophie Trébuchet espérera voir revenir le marin tant aimé. Puis, les années passant, elle abandonnera son image aux vagues. On lui dira qu'il a donné sa vie pour le Roi, pour la France. Elle se persuadera qu'il a glissé, un soir, dans une mer sans fond, par une nuit sans lune... C'est une fin habituelle pour les hommes de son pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MimekoMimeko   20 août 2018
A douze ans, Sophie n'aime guère la lecture. Elle déchiffre lentement, perd le fil des phrases et s'impatiente. Elle préfère mille fois écouter les histoires de sa tante et de Julie Péan. Jusqu'au jour où Mme Robin a la bonne idée de s'arrêter net au beau milieu d'un conte de Perrault, au moment le plus passionnant. Sophie, frustrée, insiste pour en savoir la fin mais la tante Robin demeure inébranlable. Elle pose le livre de contes sous les yeux de Sophie. La fin du conte est là. Elle n'a qu'à la lire elle-même. Et c'est ainsi que Sophie Trébuchet découvre que les livres racontent des histoires à volonté, inlassablement, de jour et de nuit, pour peu qu'on prenne la peine de les ouvrir. Désormais, elle ne pourra plus s'en passer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Video de Geneviève Dormann (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Geneviève Dormann
L'INA vous revend des vidéos que vous avez déjà payées avec la redevance télé pour... ça: https://www.huffingtonpost.fr/2018/08/30/agnes-saal-ex-patronne-de-lina-condamnee-pour-des-frais-de-taxi-a-un-nouveau-poste-au-ministere-de-la-culture_a_23512576/ PRIVILEGIEZ YOUTUBE!
Dans la catégorie : Femmes célèbresVoir plus
>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique>Femmes célèbres (71)
autres livres classés : biographie romancéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1677 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre