AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782358871488
169 pages
Éditeur : La manufacture de livres (12/04/2017)
3.56/5   18 notes
Résumé :
"Tokha, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante - attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre."
Un jeune auteur de Saint-Pétersbourg raconte le quotidien tragicomique d'un camé. Sans illusion, sans la moindre sentimentalité inutile, ces récits noirs en grande partie autobiographiques, tragiques et pleins d'humour, font de la grande ville du Nord une métro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  30 avril 2018
Trainspotting à la sauce russe. Ces douze nouvelles ont pour narrateur un jeune camé de Saint-Pétersbourg. Dans ces récits, les montagnes russes de la poudre blanche sont décrites à chaque étape : l'euphorie et l'apaisement qui suivent l'injection, la forte dépendance physique et psychique, les états de manque insupportables, les tentatives avortées de désintoxication, les overdoses. La drogue est une excellente porte d'entrée dans les bas-fonds de la société russe. Le narrateur a les amis les plus atypiques, accepte des boulots insolites, cherche à obtenir par tous les moyens l'argent qui lui permettra d'acheter la prochaine dose et fréquente des trafiquants aussi ingénieux que redoutables. C'est sinistre, glauque et… souvent drôle. Notre héros deviendra régisseur d'un spectacle pour enfants improbable, taxi pour animaux domestiques ou apprenti gourou… L'auteur livre des considérations acérées sur la Russie contemporaine. C'est un observateur lucide qui livre un portait sans fard de la société russe. On comprend aussi en le lisant combien la dépendance à la drogue peut isoler du monde. Aussi le sursaut pour s'en sortir n'est-il pas médical ou psychologique. Seule l'empathie peut permettre de s'arracher de cette addiction pour regagner la communauté des hommes. Dernière remarque, Andreï Doronine est un conteur de grand talent et ses nouvelles, tragiques et déjantées, sont un plaisir de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
belette2911
  18 février 2020
♫ You go back to her ♪
♪ And I go back to ♪
♫Black, black, black, black, black, black, black ♫
Avec un titre pareil, il m'était impossible de ne pas penser à la chanson d'Amy Winehouse "Back To Black" que j'adore.
Ce roman est composé de 12 nouvelles et pour une fois, je ne pourrai pas dire qu'elles n'en disent pas assez ou qu'il manque quelque chose puisqu'elles sont en fait des tranches de vie d'un camé.
Trainspotting à la sauce russe ? Oui, tout à fait… La vie des camés est décrite sans concession, sans filtres et c'est glauque, violent, sordide, surtout lorsqu'on s'aventurera dans les bas-fonds de la vielle de Petersbourg.
Par contre, je n'ai pas ri ! Il n'y a rien de risible là-dedans, même si nous sommes souvent face à des situations cocasses, mais elles donneraient plus envie de pleurer devant cette déchéance humaine.
Si je vous parle de rire, c'est parce que sous le 4ème de couverture, il était noté en commentaire : "La noirceur de Transsiberian back to black n'a d'égal que sa légèreté. J'ai rarement autant ri à la lecture d'un texte violent et sordide".
Là, ne comprends toujours pas car aucune situation ne m'a fait sourire, malgré l'autodérision du narrateur qui n'est jamais que l'auteur qui nous raconte sa vie de drogué, sa vie d'avant.
Pire, si la première histoire m'a plu, le reste m'a plutôt ennuyé, n'arrivant pas à l'attacher à un personnage, même le principal et j'ai fini le roman en sautant des lignes et des paragraphes.
Un roman noir très glauque, cash et trash, rempli de déchéance humaine, d'une vie à se traîner car sous l'emprise de la drogue, à vendre son âme, pour un peu de fric, à ne plus ressembler à un Homme tant la spirale infernale de la poudre blanche les tient dans ses rets.
Ne cherchez pas la lumière, il n'y en a pas. le récit a indigné des gens car ils ne comprenaient pas comment l'auteur pouvait parler avec autant de légèreté de la drogue.
Malheureusement, il ne m'a pas donné l'ivresse attendue, je n'ai pas plané avec lui. J'aurais peut-être dû le sniffer ou lieu de me l'injecter…
Allez, au suivant !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
encoredunoir
  24 juin 2017
« Thoka, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre. »
De l'argent, il faut bien sûr en gagner pour pouvoir s'acheter de l'héroïne ou n'importe quel substitut un tant soit peu valable. Et si les températures glaciales de l'hiver du nord de la Russie aident d'évidence à trouver des moyens originaux de le faire, il n'en demeure pas moins que la quête reste difficile ; presqu'autant que les tentatives plus ou moins résolues de réhabilitation.
C'est de ces expédients, de ces tentatives tragicomiques pour trouver de quoi se shooter, pour trouver de l'argent pour se shooter ou pour trouver la force de ne pas se shooter, dont parle le livre d'Andreï Doronine à travers des tranches de vies, des anecdotes carnavalesques qui exposent une réalité tout à fait triviale.
« "Comment peut-on plaisanter sur les drogues ? C'est horrible, horrible !" L'indignation des inconnus se sentait à chaque signe de ponctuation. Si les traitements de texte avaient pu traduire les sentiments, alors chaque lettre dans le courrier que je recevais à l'époque aurait été entourée trois fois et, à la place des signatures, se seraient étalées les marques noires de la forme d'un crâne et de deux tibias croisés de poulet. » écrit Doronine en ouverture de Transsiberian back to black, avec, n'en doutant pas, une certaine satisfaction à voir ses concitoyens s'offusquer certainement moins de l'humour avec lequel il aborde le sujet que le fait que celui-ci ne soit abordé ni par le biais de la condamnation de la drogue et de ses consommateurs ni par celui de la plainte déchirante doublée d'une saine contrition.
Car Transsiberian back to black n'a rien d'un plaidoyer contre la drogue, ni non plus d'un récit édifiant destiné à en détourner le lecteur, quand bien même ce dernier aura sous les yeux le portrait de la déchéance, de la perte d'estime de soi, de la trahison et de la rupture progressive avec tout ce qui pouvait compter avant l'addiction. Doronine se contente de raconter sans affèteries, d'une manière brute – qui n'exclut d'ailleurs pas dans la recherche d'une certaine épure de l'écriture, une véritable ambition littéraire – le quotidien du drogué saint-pétersbourgeois par le prisme de ces tranches de vie, et parfois de mort, abordées par le prisme d'une autodérision qui, pour être salutaire, n'en porte pas moins une certaine gravité. On rit donc, et même parfois très franchement, à la lecture de ces histoires rocambolesques, mais elles laissent aussi un arrière-goût amer pour ce qu'elles révèlent de la rudesse de ce quotidien et du fonctionnement violent d'une société dans son ensemble. Les chapitres consacrés au théâtre pour enfants dans lequel se fait embaucher le narrateur ou à l'hôpital sont sur ce point édifiants.
Noir, violent, hilarant, porté par une écriture d'une rare efficacité sans être « sèche » pour reprendre l'axiome à la mode, Transsiberian back to black est une lecture aussi rugueuse que subtile et réjouissante.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
trust_me
  30 juin 2017
Etre toxico à Saint-Pétersbourg au milieu des années 90. Pas simple. Pas simple de trouver sa dose, de trouver de l'argent, de gérer le manque. Tous les coups sont permis, toutes les compromissions, les lâchetés et trahisons possibles. Tokha agresse les passants en les frappant par derrière avec des chats congelés par le froid hivernal. Youkla, elle, ramène dans son appartement des pauvres types complètement bourrés croisés en boîte avant de les droguer et de prendre des photos compromettantes afin de les faire chanter. Marin est plus direct, du genre à arracher les boucles d'oreilles de ses victimes en embarquant leur lobe. le narrateur de ces nouvelles, aussi irréversiblement accro que ses comparses, est le seul à bosser. Il multiplie les petits boulots, dans un théâtre, une télé locale, ou en jouant au « taxi vétérinaire » pour véhiculer les animaux malades de clients aisés. L'argent gagné (ou extorqué) sert à financer les injections quotidiennes d'héroïne et tous s'enfoncent chaque jour davantage, conscients de la chute finale à venir mais incapables de stopper la spirale infernale dans laquelle ils ne cessent de sombrer.
Andreï Doronine raconte sa vie de drogué, sa vie d'avant. Une vie bête et méchante. Une vie pathétique faite de souffrance et de douleur pour quelques instants de plénitude. Une vie passée à abandonner toute dignité, toute hygiène, toute illusion. Une vie de galère, pitoyable, misérable, violente.
L'autobiographie, à peine romancée, est trempée dans une autodérision et un humour noir qui peuvent choquer : « Comment peut-on plaisanter sur les drogues ? C'est horrible, horrible ! ». Doronine a reçu beaucoup de lettres de lecteurs indignés par sa légèreté de ton. Heureusement, il n'en a rien eu à cirer et a continué à tracer le sillon d'une tragi-comédie minable et désespérée, « sans la moindre sentimentalité inutile ». Alors oui, ça pique, et pas seulement parce que l'aiguille s'enfonce dans la veine. Mais il y a dans son écriture une urgence teintée d'ironie qui raconte la déchéance avec une forme de distance évitant le misérabilisme, évitant surtout à l'auteur de s'appesantir sur son sort. C'est cash, trash, sans concession, nihiliste. Les écrivains punks ne sont pas morts. En Russie du moins.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
celestineh
  17 juillet 2017
Les aventures tragi-comiques d'un jeune toxico à Saint Pétersbourg. Une série de courts chapitres racontant le quotidien d'un homme à la recherche de sa "dose".
Le récit est manifestement très autobiographique, sans jugement ni doléances.
Voilà comment cela se passaient mes journées de toxicomane nous raconte l'auteur.
Autant dire que cela n'est pas toujours simple ! Les errances avec les compagnons d'infortune, le manque d'argent, l'entourage qui a fui etc...Cela pourrait être sordide mais il y a tant d'humour et d'excentricité (typiquement russe) que cette lecture fut un vrai plaisir !
Entre celui qui vend son héroïne dans un marché d'animaux en l'accrochant aux ventres des hamsters, celui qui assomme les passants qu'il entend dépouiller avec des chats congelés, celui qui fait garder sa voiture remplie de came par les flics etc Il y a de nombreuses anecdotes du même style qui font de cette lecture un vrai moment de plaisir.
Un univers déjanté, drôle et une belle écriture, je conseille !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
celestinehcelestineh   17 juillet 2017
C'était un endroit très populaire en ville bien que l'on ait plus de chance d'y acheter des rats recouverts de teinture qu'un basset des Alpes.
Pour parler sincèrement, ce monde animal, on n'en avait rien à secouer. On venait pour acheter des stupéfiants. Le marchand Goga en vendait, et d'une manière suprêmement extravagante.
Installé dans une rangée de vendeur de rats et de souris, Goga était juché sur un tabouret et regardait fixement un point quelconque. Une boîte de dimension respectable se dressait devant lui dans laquelle grouillaient des hamsters.
Chaque hamster portait sur le ventre cinq grammes de poudre. Chaque fois qu'il fourguait sa marchandise, Goga mettait un long moment à choisir la bestiole, la regardant fixement dans les yeux, soupirait bruyamment, prenait l'animal par la patte de derrière et le tendait au client.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RenodRenod   28 avril 2018
Personne n'aurait pensé qu'il y ait tant de skinheads dans cette ville industrielle. C'est-à-dire qu'ils avaient toujours été là, mais ils n'avaient aucune cible à laquelle pouvait s'appliquer l'emploi de leurs forces d'imbéciles. S'attaquer à nos hôtes des républiques orientales était dangereux. Ceux-ci vivaient dans des communautés étroitement liées et défendaient farouchement les leurs. On pouvait bien sûr en tabasser un ou deux, mais lorsqu'on a affaire à des milliers de gens hostiles et d'humeur justement agressive, il vaut mieux continuer à lire Mein Kampf à la maison et écouter des discours de ses idoles sur cassette. Et voilà que, pour son malheur, un nègre était apparu en ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
encoredunoirencoredunoir   24 juin 2017
"Comment peut-on plaisanter sur les drogues ? C’est horrible, horrible !" L’indignation des inconnus se sentait à chaque signe de ponctuation. Si les traitements de texte avaient pu traduire les sentiments, alors chaque lettre dans le courrier que je recevais à l’époque aurait été entourée trois fois et, à la place des signatures, se seraient étalées les marques noires de la forme d’un crâne et de deux tibias croisés de poulet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
encoredunoirencoredunoir   24 juin 2017
Thoka, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : Saint-Pétersbourg (Russie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre