AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Pêcheux (Traducteur)
ISBN : 2743618655
Éditeur : Payot et Rivages (01/10/2008)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Tampa, Floride, a tout du paradis sur terre. Lorsqu’il emménage avec sa famille dans Triggerfish Lane, Jim Davenport ne cache donc pas son enthousiasme.
Mais c’était sans compter avec Lance Boyle, agent immobilier douteux déjà propriétaire de presque toute la rue et résolu à racheter rapidement la villa des Davenport à vil prix. Sa stratégie ? Installer partout les pires voisins possibles. Et là, il a du choix...
Reprennent notamment du service Coleman... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
jeranjou
  22 mars 2014
Behmslake, tu es démasqué ! Sors de ce corps maintenant !
Après m'être gavé de la trilogie Lemaitre, je décide de traverser l'Atlantique et de débarquer à Tampa dans le sud est des Etats-Unis.
Souvenez-vous, j'avais déjà fait connaissance avec cette ville de Floride, dans l'excellent roman de d'Harry Crews « La malédiction du gitan » où les riches de retraités (surnommés « dorés-sur-tranche » pour leur gout du bronzage) viennent s'établir dans cette région.
Aussi, la famille Davenport a sauté sur l'occasion pour venir s'installer à Tampa quand Jim Davenport y a décroché un nouveau poste pour sa société de consulting.
888 Triggerfish Lane, le déménagement sitôt terminé, Jim et Martha Davenport sont envahis aussitôt par leurs voisins, pouvant être charmant comme Gladys ou au contraire largement horripilant comme Jack Terrier, un maniaque de la pelouse verte.
Malheureusement pour les propriétaires de la rue Triggerfish Lane, l'agent immobilier Lance Doyle rachète les maisons un par une pour y placer des locataires les plus calamiteux possible afin d'exaspérer et de faire fuir les autres occupants de la rue.
Numéro par numéro (au sens propre et au figuré), Tim Dorsey va nous brosser le portrait d'une multitude de voisins des Davenport qui vont se croiser de jour comme nuit, parfois même dans des endroits complètement invraisemblables.
Et si certains personnages n'habitent pas la rue (ou pas encore), leurs destins, parfois tragiques, vont se télescoper, un jour ou l'autre, avec la charmante famille Davenport.
Parmi ces personnages particulièrement dérangés, un trio détonnant, formé par le surdoué mais fort instable Serge Storms, le délirant et shooté Coleman et la déjantée et torride Sharon, va véritablement semer la panique dans toute la ville jusqu'à ce qu'ils rencontrent Jim et sa famille, notamment durant un dîner chic qui va virer au cauchemar !
Démarrant de manière somme toute classique, le roman va peu à peu se transformer en délire total, dont le nombre impressionnant de personnages et de scénettes désopilantes vous fait tourner la tête dans tous les sens.
A mi-chemin entre le génial Donald Westlake et le fou furieux Marc Behm (peu de connotations sexuelles en revanche dans ce livre), Tim Dorsey dépeint au vitriol la société américaine, fustigeant au passage la connivence entre sociétés de consulting et les grandes sociétés qui veulent par tous les moyens dégraisser leurs effectifs tout en faisant grimper dans la hiérarchie les plus incompétents , ou bien encore en dénonçant les arnaqueurs de vendeurs en tout genre qu'ils soient conseillers immobiliers, automobiles ou bancaires.
Pour conclure, j'ai découvert avec grand plaisir Tim Dorsey grâce à Encoredunoir et sa photo de la nana en voiture décapotable qui m'a toujours intriguée ! Un roman totalement déjanté et assurément drôle auquel j'aurai attribué la note maximale si l'auteur avait concentré son récit sur un nombre de moins important de personnages qui m'a parfois dérouté à la longue.
Après cet essai fort concluant, « Florida Roadkill » sera très certainement ma prochaine proie au pays des« dorés-sur-tranche » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
Marymary
  05 mai 2015
Ah, la Floride ! Ses palmiers, son climat et… ses habitants.
Ce pauvre Jim Davenport ne s'attendait pas à ce qu'il va vivre en débarquant là-bas avec femme et enfants, lui qui pensait que Tampa était une petite ville tranquille, raison pour laquelle il y avait demandé sa mutation…
Les automobilistes se conduisent de façon étrange et périlleuse, les voisins de sa petite rue résidentielle se révèlent tous un peu bizarres, dont un propriétaire de molosse particulièrement agressif et timbré (le chien aussi d'ailleurs) et il se fait arnaquer par un garagiste véreux en achetant une voiture qui ayant été inondée klaxonne lorsque Jim tourne à gauche. Et si ce n'était que ça !
Il perd son travail en voulant le faire consciencieusement, il se fait des ennemis car ses anciens employeurs signent de son nom des rapports préconisant des licenciements en masse, un promoteur véreux veut le forcer à lui vendre sa maison, sa fille fréquente une racaille, il tue par légitime défense un dangereux malfaiteur issu d'une famille débile dont les quatre frères sanguinaires veulent venger la mort… N'en jetez plus !
Heureusement, il est là, il existe : Serge Storms, le surdoué le plus déjanté de toute la Floride, l'hyperactif érudit, le génial hors-la-loi shooté au café. Il admire Jim (quoi de plus difficile dans la vie que d'être un bon père de famille comme lui ?), il va donc en faire son modèle, son idole. Aidé par l'indolent Coleman et l'explosive Sharon, il va détourner (sans toujours s'en rendre compte, ni le faire exprès) tous les dangers et les menaces qui pèsent sur Jim….
Ce livre est comme Serge Storms : hyperactif… On est emmené, happé, trimbalé, retourné, shooté et quel bonheur ! Car Tim Dorsey est un malin, sous couvert d'un récit d'action burlesque, il dézingue en beauté l'Amérique, le capitalisme, les profiteurs, le système, les incompétents de tout poil….
On en ressort ébouriffé et heureux !
Ancien reporter au Tampa Tribune, Tim Dorsey réside toujours en Floride malgré le portrait ravageur qu'il en fait dans Florida Roadkill, Hammerhead Ranch Motel et Orange Crush.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          436
Foxfire
  23 janvier 2015
Une multitude de personnage azimutés dont les destins vont se croiser dans une intrigue alambiquée dans une ville ensoleillée, le tout sur un ton de polar humoristique agrémenté de dialogues percutants et de références à la pop culture. Ça vous fait penser à Elmore Leonard ?
Et bien, rien de plus normal. "Triggerfish twist" est clairement sous l'influence du grand Elmore Leonard. Et Tim Dorsey ne s'en cache pas, son modèle sera même cité au cours du récit.
S'il n'atteint pas la maîtrise de son modèle, Dorsey n'en tire pas moins son épingle du jeu avec brio.
L'auteur sait créer des situations loufoques et en tirer le maximum. Certains passages sont d'une drôlerie irrésistible.
Dans ce registre de roman-chorale, la construction est très importante. C'est sur ce point que Dorsey est un peu plus faible. le milieu du roman est un peu fouillis, on s'y perd parfois un peu. Mais par la suite, tout s'emboîte et s'imbrique à nouveau, Dorsey retrouvant la maîtrise de sa machinerie.
La réussite de ce genre de roman est conditionnée par la qualité des personnages. Ici, le pari est globalement gagné. Dorsey dessine des personnages drôles et sympathiques auxquels le lecteur finit par s'attacher.
La multiplicité des protagonistes empêche d'approfondir certains personnages. le gang des McGraw, sortes de frères Dalton tout droit sortis d'un western parodique, est sous-exploité et aurait mérité d'être plus présent. Cette fratrie avait pourtant un très bon potentiel comique dont on a un aperçu vers la fin du roman dans une scène de fête costumée complètement folle.
L'auteur s'encombre également d'autres personnages amusants mais qui ne font pas avancer l'intrigue, telles les petites vieilles nymphomanes. Ces protagonistes n'apportent pas grand chose au récit si ce n'est des dialogues savoureux. Ce qui n'est déjà pas si mal et qui est une des composantes de la réussite du roman de Dorsey. Les dialogues sont en effet percutants, drôles et offrent des passages réjouissants.
Les personnages principaux sont très réussis, que ce soit Jim Davenport, père de famille apathique, Lance Boyle, agent immobilier odieux, John Milton, ex-professeur, ex-guichetier de banque qui finit par péter un câble, l'agent Mahoney, flic illuminé, ou encore Coleman, petite frappe sympathique continuellement défoncée.
La palme du personnage le plus réjouissant revient incontestablement à Serge, criminel psychopathe sympathique, passionné d'Histoire et sur qui le café a un effet surprenant et dévastateur. Il est certain que je me procurerai "Florida roadkill" du même auteur car c'est avec un grand plaisir que je retrouverai ce personnage.
Les quelques menus défauts que j'ai évoqué n'empêchent pas "Triggerfish twist" d'être une réussite. On rit parfois, on sourit très souvent et on ne s'ennuie jamais. On prend beaucoup de plaisir à la lecture de ce joyeux jeu de massacre qui égratigne gentiment et sympathiquement l'american way of life.
Challenge Variété 4 ("un livre drôle")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
encoredunoir
  24 mars 2012
Une erreur de frappe a entraîné un classement erroné dans la revue Où vivre en Amérique : les meilleures villes. Tampa est donc passée, à la faveur d'un bête déplacement vers la gauche d'une virgule du taux de criminalité, de la 497ème à la 3ème place des villes les plus agréables à vivre des États-Unis. C'est à l'aune de ce classement que Jim et Martha Davenport ont décidé de quitter l'Indiana pour s'installer en Floride avec leurs enfants.
Ils aménagent donc dans une maison du quartier résidentiel de Triggerfish Lane au grand dam de Lance Boyle, agent immobilier qui compte bien racheter tous les pavillons de la rue au prix le plus bas. Et pour cela il emploie les grands moyens, en installant dans les maisons qu'il rachète les locataires les plus désagréables pour le voisinage. Il pense bien être tombé sur des perles rares en voyant arriver le trio formé par Serge A. Storms, Sharon et Coleman, aussi violents que camés.
Pour son plus grand malheur, Jim va devenir un modèle pour Serge qui décide le prendre sous son aile. L'expérience va être âpre pour les Davenport et leurs voisins.
Ambiance :
« Sharon gueulait à présent à plein poumons.
-Continue, ! Continue ! Continue ! Continue !... Oh, ma chatte ! … Ma… petite… chatte… si serrée… toute trempée… Ouh, ouh, ouh, ouh ! Aha – ouuuuuh ! […]
Pendant un moment ce fut le silence. Serge reparut finalement vêtu en tout et pour tout d'un short de jogging et d'une serviette autour du cou, comme une star de tennis. Jim se leva.
-Oh, Jim… Désolé. Je t'avais complètement oublié !
Jim s'avança vers Serge, rouge de honte.
-Je peux vous demander un truc ?
-Quoi donc, Jim ?
Jim ouvrit la bouche, mais baissa finalement les yeux pour considérer le plancher.
Serge pencha la tête pour regarder Jim sous un autre angle, puis redressa la tête.
-Tu veux améliorer ta vie de couple avec Martha, c'est ça ?
Jim hocha la tête, mais il n'osait toujours pas la relever.
Serge passa son bras autour des épaules de Jim.
-Passez dans mon bureau, mon vieux… Coleman, tu prends mes appels. Et amène une bière pour Jim.
C'est ainsi que Jim entra dans la chambre de Serge. Il se figea sur le seuil et ouvrit des yeux ronds. Un planisphère de deux mètres sur quinze représentant le monde en projection de Mercator était punaisé sur les quatre murs de la chambre.
-J'ai accroché ça à l'époque où je voulais être maître du monde, expliqua Serge. Mais j'ai arrêté pour m'intéresser à l'archéologie paléo-indienne. »
On le voit, ce quatrième épisode de la geste aussi sanglante que comique de Serge A. Storms qui se situe en fait, chronologiquement, avant Florida Roadkill, ne déroge pas à la règle. Personnages tous aussi déjantés les uns que les autres, de Mahoney la caricature de flic hard-boiled à Rocco le concessionnaire auto arnaqueur en passant par l'inénarrable Cartel de Mierda ou Jack Terrier qui arrose son jardin la nuit en tenue commando pour contourner le rationnement en eau.
Cela va bien sûr à cent à l'heure dans un nouveau roman choral qui accumule les situations les plus burlesques et les plus grotesques, jusqu'à un final aussi ébouriffant qu'hilarant. du grand Tim Dorsey.
Lien : http://encoredunoir.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LLebrown
  11 septembre 2018
Faire de Jim Davenport, père de famille médiocre se satisfaisant d'une vie moyenne et subissant à peu près tout (de ses voisins jusqu'à la crise économique et financière), l'idole de Serge, le psychotique génial qui ne veut toujours pas prendre ses médicaments, c'est un coup de maître. C'est vrai quoi, moi j'aurais jamais pensé à ce tour de passe passe hautement dialectique en faisant du loser le héros de l'anti-héros. Et tout ça avec un sens du gag (une partie de twister déguisés en personnalités de l'histoire américaine avec le falzard aux chevilles, non mais sérieux ?) et toujours autant de cocaïne et de crack et d'alcool, c'est fortiche. Vraiment.
L'histoire, y'en a pas vraiment et pourtant on ne lâche pas le portrait de cette rue qui résiste à la spéculation immobilière plus ou moins malgré elle. C'est drôle, vraiment drôle et ça donne envie de retrouver cette bande de dingues aussi dangereux que sympathiques.
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MarymaryMarymary   05 mai 2015
- Le FBI vient de nous envoyer ça.
Il ouvrit le dossier.
- Cette famille est entièrement constituée de monstres. Ils ont des cousins dans tout le nord de la Floride. Presque tous anciens taulards, junkies ou demeurés issus de mariages consanguins. Cinq d'entre eux ont péri de mort violente, trois sont déjà sous les verrous, deux ont perdu la raison suite à des maladies vénériennes non soignées et le dernier exerce la profession de critique littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
jeranjoujeranjou   23 mars 2014
- Full, annonça la femme en retournant ses cartes.

L'homme secoua la tête d'un air déçu.
- Je n'ai malheureusement que deux paires...

La femme tendit les mains vers les mises avec un sourire plein de suffisance.

L'homme retourna ses cartes.
- Oui, deux paires d'as !
Commenter  J’apprécie          221
jeranjoujeranjou   24 mars 2014
L'homme regroupa ses jetons, en remplit les poches de son smoking et se dirigea vers le guichet des gains.
- Hé, l'étranger ! lança la femme. On peut savoir qui vous êtes, au moins ?

L'homme au smok' se retourna.
- Je m'appelle Storms. Serge Storms.
Commenter  J’apprécie          151
jeranjoujeranjou   22 mars 2014
Serge se retourna.

- Sharon ? Omelette ?

Sharon se passait un de cocaïne sur les gencives.

- Désolé, j’avais oublié, dit Serge. Toi, tu es au régime cent pour cent poudre.
Commenter  J’apprécie          180
YuyiyuyoYuyiyuyo   22 mars 2014
John Milton avait vraiment un boulot de merde. Tout le monde n'arrêtait pas de le lui dire. Les couvreurs qui goudronnaient les toitures en plein mois de juillet à Miami le lui disaient. Les vidangeurs de fosses septiques aussi. Et les types chargés de réparer les lignes à haute tension rompues par temps de pluie. Et les gars qui fouillent les petits recoins dans les aéroports. Et les membres de l'équipe qui accompagne les Harlem Globetrotters et doit faire semblant d'avoir une chance. Et l'acteur incarnant le personnage de Star Treck qui n'a aucune réplique à dire et qui doit descendre sur la planète hostile avec Kirk, Spock et Bones... Tous lui répétaient la même chose : « John, t'as vraiment un boulot de merde ! »
John était professeur suppléant dans l'enseignement public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Tim Dorsey (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tim Dorsey
Tim Dorsey Talks "The Riptide Ultra-Glide" at the Alabama Booksmith
autres livres classés : florideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1737 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..