AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marc Freeman (Traducteur)Georges-Albert Astre (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070401123
192 pages
Gallimard (14/01/1997)
3.27/5   28 notes
Résumé :
Résumé

Premier grand roman d'un jeune homme qui considérait la guerre comme la dernière des barbaries humaines et qui s'engagea comme brancardier dans l'armée française.
Quatrième de couverture

«- Et en Amérique, ça leur plaît la guerre ?

- Ils ignorent ce que c'est. Ils sont comme des enfants. Ils croient tout ce qu'on leur raconte ; ils n'ont aucune expérience des affaires internationales, comme vous, les Europée... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
chartel
  18 novembre 2008
Ce roman n'est pas du tout construit comme "USA", mais on sent que l'écriture de John Dos Passos va à l'essentiel. Il ne palabre pas en de longs paragraphes sur la psychologie d'un personnage ou la description d'un paysage. On doit deviner à partir d'un, deux ou trois mots très vifs et éclairants avant de passer à une autre séquence. Il y a beaucoup d'ellipses. Il enchaîne des scènes qui ne sont pas forcément continues. On y fait donc des sauts dans le temps et dans l'espace, pour atteindre l'essentiel de son propos. Dans "L'initiation d'un homme : 1917", il décrit avec beaucoup de justesse le front franco-allemand pendant la Première Guerre mondiale.
Ce qui est frappant également dans ce premier roman est la présence récurrente de la pluie et de la boue à l'arrière front, avec le passage incessant des convois militaires qui partent au combat, prêt à affronter une mort certaine ou, pour les rares chanceux, revenir dans un état de décrépitude extrême. John Dos Passos use aussi énormément des couleurs pour qualifier les différentes scènes du roman. Y domine le gris, le verdâtre, le noir et le jaune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Tina2000
  10 novembre 2021
Ce livre est décevant sur tous les points de vue. Tout d'abord la prose : il y a énormément de répétitions, les phrases sonnent faux, il n'y a aucune indication sur quoi que ce soit. Qui parle ? Quand la scène se passe-t-elle ? Où la scène se déroule-t-elle ? Que pensent les personnages ? Autant de questions sans réponses. Les personnages sont déshumanisés, à peine exploités, in-attachants, on ne sait quasiment rien sur eux, sur leur passé, leurs émotions... On ne présente même pas le personnage principal Martin. Il y a peu d'action et presque aucune scène marquante et touchante. Quand à la fin on annonce que la plupart des connaissances de Martin sont mortes c'est si brièvement dit qu'on ne peut rien ressentir de particulier. Rien ne nous immerge dans l'histoire, rien ne nous incite à continuer la lecture, rien nous provoque de l'émotion. La compréhension est également ardue. On ne sait jamais où et quand se passe la scène, pour moi ce sont des idées désordonnées de l'auteur qu'il a mit à la suite. Il n'y a aucune introduction, aucune mise en contexte, aucune conclusion et la visée de l'auteur est difficile à saisir. Tout ce que le livre semble dire c'est ''la guerre c'est mal''. On ne ressent aucune compassion pour qui que ce soit. Pour moi ce livre ne représente pas la première guerre mondiale contrairement à d'autres ( à l'Ouest rien de nouveau, un long dimanche de fiançailles...) car il n'y a pas l'émotion et l'horreur de la guerre. On y voit aussi des scènes complètement hors sujet qui n'apportent rien à ''l'histoire'' comme la scène ou Martin décrit la femme de ses rêves qui aurait par exemple ''des cuisses de danseuse'' ce que j'ai trouvé déplacé et pervers. Ce livre n'a absolument aucun bon point si ce n'est sa brièveté. Bref à ne pas lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
odalie__82726
  04 novembre 2021
ce livre est décevant, il ne mérite pas son succès. l'histoire est absolument incompréhensible, on doit seulement compter sur la typographie afin de se situer dans le livre. de plus, le langage est très pauvre et répété les meme mots tout le temps. J'étais si heureuse lorsque j'ai fini cette longue lecture fastidieuse. Aucun des personnages n'est attachant ni développé et quasi aucune scène ne se passent au front. le fait que les mots soient tout le temps répétés diminuent peu à peu l'enthousiasme de lire le livre. Les idées sont très mal agencées: elles fusent de partout pour finalement se conclure en une fin inachevée. Je ne recommande pas du tout ce livre !
Commenter  J’apprécie          30
nvptune
  04 novembre 2021
Ce livre est une grande déception. Il ne fait qu'une centaine de pages et pourtant sa lecture est plate et ennuyante. Ce livre est désordonné, sans repères chronologiques ni repères spaciaux. On ne comprend pas où veut en venir l'auteur et de manière générale son oeuvre. Il n'y a aucune mise en contexte, aucune présentation des personnages, bien mal développés et inattachants d'ailleurs, et aucune conclusion. Bref un livre mal écrit du début à la fin surtout si on prend compte de la pauvreté du langage et des répétitions des expressions.
Commenter  J’apprécie          21

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
chartelchartel   12 septembre 2007
C’était juste derrière les tranchées de deuxième ligne, qui zigzaguaient entre le gros abcès de glaise humide, retournée, le long de la crête d’un petit coteau. L’autre jour il y était allé, il avait grimpé dans l’argile boueuse à l’endroit où le boyau s’était affaissé, et à fleur de terre il avait regardé pendant une ou deux longues, anxieuses minutes l’enchevêtrement de tranchées et le terrain défoncé, gangrené, dans la direction des avant-postes allemands. Et tout au long de ces entailles irrégulières, dans l’argile fangeuse, étaient placés des hommes aux jambes et aux pieds énormes à force d’être bottés de glaise, des hommes à la face gris verdâtre, couturée de rides par la tension continue, la peur et l’ennui, aussi défigurés que l’était le coteau balafré par les tranchées et les trous d’obus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fraxinusfraxinus   17 août 2015
Cette guerre qui a mis en pièces notre petit monde européen, ou l'ordre avait tant de mal à se substituer au chaos, me semble simplement une bataille gigantesque livrée pour le pillage du monde par les pirates qui se sont engraissés jusqu' à la démence du travail de leurs peuples, du travail de millions d’être en Afrique, dans l' Inde, en Amérique, qui sont tombés directement ou indirectement sous le joug de la race blanche et de sa folle cupidité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bruno_CmBruno_Cm   29 décembre 2016
La sueur coulait du visage de Martin sur la face de l'homme ; il sentait les muscles des bras et les côtes du blessé pressés contre lui, en l'étreignant de toutes ses forces pour tâcher de le porter vers l'abri. Cet effort donnait à Martin un contentement étrange. C'était comme si son propre corps avait pris part à l'agonie de ce homme. Enfin, ils étaient lavés, tous les mensonges, toutes les haines, dans la sueur et dans le sang. Rien n'en restait que l'amitié calme d'êtres semblables en tout, éternellement semblables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bruno_CmBruno_Cm   29 décembre 2016
Il regarda longtemps les petits rangs de nuages qui commençaient à remplir le ciel, comme des jabots et des fraises de dentelle sur une robe de femme. Est-ce qu'il ne se pourrait pas, se demandait-il, que le ciel fût une bienfaisante déesse qui se pencherait doucement au balcon de l'espace pour le soulever contre son sein, où il pourrait s'étendre parmi les jabots de dentelle des nuages bordés d'ambre légère, et de là-haut regarder curieusement la terre tourner comme une boule ? Ce ne serait pas sans beauté s'il en était assez éloigné pour ne plus sentir l'odeur fétide de la douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bruno_CmBruno_Cm   29 décembre 2016
Dans ce même moment, combien d'hommes, tout le long de cet immense Golgotha qui s'étend de Belfort à la mer, doivent être en train de tromper leur ennui et leur souffrance par ce grand geste en abattant les cartes pour faire le pli, pendant que dans leurs oreilles, comme des tam-tams, résonne la danse macabre des canons...
Martin reste allongé sur le dos, regardant le cintre en tôle ondulée de l'abri, où les ombres des cinq têtes se tordent en des formes fantastiques. Est-ce la Mort qu'ils jouent, pour être si joyeux lorsqu'ils font un pli ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de John Dos Passos (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Dos Passos
Que deviennent nos rêves de jeunesse ? Nos illusions ? Comment accepter d'être ce que nous sommes devenus ? Ce que le temps, le pouvoir, ont fait de nous ?
Dans ce roman choral qui se déploie des années 1980 à nos jours, Antoine Rault compose une subtile mosaïque de destins intimement mêlés, sur laquelle plane l'ombre de John Dos Passos. On y croise Sonia, fille d'une femme de ménage marocaine ; Marc, petit génie de l'informatique et son ami d'enfance Stéphane, tous deux d'origine modeste ; Clara qui veut devenir médecin et sa soeur Diane qui rêve de brûler les planches… Ministre, tycoon de l'internet, conseiller en communication, chef d'un parti d'extrême droite, actrice, chirurgienne, écrivain… voire président de la République, tous tenteront d'atteindre le sommet ou de rester fidèle à leurs idéaux. Et chacun verra ses ambitions couronnées de succès ou déçues.
Avec de grandes ambitions, l'auteur remarqué de la Danse des vivants nous livre une fresque fascinante, un portrait troublant de vérité de la génération X, celle qui a grandi avec l'apparition du sida, la révolution numérique et la mondialisation.
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/de-grandes-ambitions-9782226454096
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1300 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre