Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782909240114
439 pages
L'Archipel (27/10/1993)
4.44/5   8 notes
Résumé :
Trois jeunes soldats engagés dans la Grande Guerre se retrouvent sur le front français. De milieux très différents, ils seront indifféremment dupés, broyés par la machine militaire. Roman sur l'injustice et la bêtise guerrière, ce fut la première oeuvre américaine d'importance (1921) à traiter de la guerre sur un ton irrespectueux.
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JIEMDE
  26 juin 2019
Andrews, Fuselli et Chrisfield, 3 conscrits américains venant de 3 villes différentes, vont vivre les 3 temps d'un même conflit : avant, pendant et après la Première Guerre mondiale.
Trois soldats de John Dos Passos – traduit par René-Noël Raimbault – nous plonge dans le quotidien de ces trois jeunes boys, d'abord cantonnés dans une attente interminable dans un camp d'entraînement américain, avant d'être enfin débarqués en France en 1917 et plongés dans l'horreur quotidienne du conflit. L'armistice signé ne leur rendra pas forcément leur liberté…
C'est une drôle d'oeuvre, finement écrite, qui monte en puissance dans son approche du conflit : classique et engagé au départ, le livre tourne peu à peu au réquisitoire assumé sur l'absurdité de ce gâchis de jeunesse, et à une réflexion sur ce qu'est réellement la liberté à 20 ans quand les possibles semblent encore ouverts.
C'est profond mais un peu long, et pas forcément enthousiasmant pour une première découverte d'un auteur devenu un classique américain, que je ne connaissais pas encore mais dont j'attendais beaucoup. A retenter donc avec un livre plus abordable.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          25 0
Warrenbismuth
  21 juillet 2018
Trois soldats donc. Chris, Fuselli et Andrews, attendant en cette année 1917 d'être incorporés dans l'armée états-unienne pour participer à la première guerre mondiale en France et se battre contre l'ennemi Allemand. Fuselli l'immigré italien orphelin de mère et ambitieux (il souhaiterait tellement devenir caporal), Chris, un fermier illettré de 20 ans, et Andrews, musicien brillant de 22 ans, instruit, anarchiste, pacifiste et parfaitement athée. Ils ne vont pas tarder à rejoindre l'Europe, chacun de son côté, et enfiler l'uniforme de soldat. Là-bas, comme les autres, ils vont vivre l'enfer au coeur d'une guerre sanglante. Ils vont y côtoyer l'alcool et les femmes, les ennemis et les cadavres quotidiens.
Le chiffre de construction du travail littéraire de DOS PASSOS est souvent le 3. Là encore, Les deux premières parties (l'attente puis la guerre) s'étendent jusqu'à la première moitié du roman. Puis la troisième partie représentant l'autre moitié se focalise sur la vie après la guerre, notamment celle d'Andrews, sillonnant la France et en particulier Paris, faisant de nombreuses rencontres, avec des femmes surtout, mais aussi des soldats déserteurs comme lui ou démobilisés. DOS PASSOS nous fait suivre ce soldat errant, rêvant en vain d'un monde meilleur enfin débarrassé des haines et des guerres, avide de liberté et de simplicité, et ne se privant pas pour tacler brutalement un allié dans un élan de compassion : « Il y a des prisonniers allemands qui viennent à l'hôpital tous les soirs à six heures pour enlever les ordures. Alors, si vous les haïssez réellement autant que ça, vous n'avez qu'à emprunter le revolver d'un officier de vos amis et à canarder la corvée ».
Ce roman est dense, c'est pourtant seulement le deuxième de l'auteur. le premier, « L'initiation d'un homme : 1917 » traitait déjà de la première guerre mondiale, guerre à laquelle DOS PASSOS avait participé en tant qu'ambulancier, et qui l'a marqué à vie. À seulement 25 ans il écrit « Trois soldats », l'écriture est déjà pointilleuse, extrêmement précise. Il est par ailleurs très à cheval (ce sera l'une de ses autres marques de fabrique) sur le langage tenu par ses personnages car, si la narration est poussée et limpide, ses « héros » sont issus de diverses classes sociales et s'expriment tantôt de manière élégante, tantôt bourrue voie populaire. Et le rendu est ici parfait, saluons au passage l'excellente traduction de René-Noël RAIMBAULT.
Dans chaque roman de DOS PASSOS, il y a une part d'autobiographie. C'est encore le cas ici. Il est important de noter que ce roman a été écrit en 1921, à cette époque DOS PASSOS fréquente les milieux anarchistes et communistes des Etats-Unis, il est pacifiste et radicalement athée. On peut donc imaginer une facette non négligeable de DOS PASSOS dans le personnage d'Andrews, mais aussi chez Fuselli puisque DOS PASSOS était petit-fils d'immigré portugais. Tout comme Andrews, DOS PASSOS était donc athée, c'est d'ailleurs l'un des rares auteurs de son époque où la religion, tout comme Dieu, n'existe pas, il n'y est jamais fait allusion : il s'est débarrassé de Dieu.
DOS PASSOS va passer par toutes les couleurs politiques, déplaçant ses idées de l'anarchisme au pur conservatisme de McCarthy. Cette évolution sera entreprise après sa participation à la guerre d'Espagne, où il a assisté à des horreurs commises par les staliniens, notamment l'assassinat de l'un de ses proches. Ironie de l'histoire : plus DOS PASSOS se place à la droite de l'échiquier politique, moins son oeuvre littéraire est encensée : il a paraît-il perdu son génie, son talent, son esprit visionnaire. Ses ouvrages sont de moins en moins traduits dans le monde. Aujourd'hui encore, et alors qu'il fut un écrivain très prolifique, la plupart de ses bouquins écrits après 1951 (il a disparu en 1970) ne sont toujours pas traduits en France.
De ce fait, DOS PASSOS est un écrivain relativement « oublié », ce qui semble un comble puisqu'il fut sans aucun doute l'un des romanciers états-uniens les plus remarqués et les plus talentueux du XXe siècle, l'un des plus originaux aussi. Souvenons-nous de sa trilogie (encore le chiffre 3 quelque part) tentaculaire et labyrinthique de plus de 1200 pages : « U.S.A. », une oeuvre majeure quoique parfois absconse par la structure même du récit (histoire fictionnelle entrecoupée de biographies succinctes, de pensées ou souvenirs, mais aussi de montages de coupures de presse ou de citations, aucun roman ne ressemble à celui-ci, tentez-le un jour où vous avez envie de vous initier à la littérature d'un genre parallèle et sans fond, pour moi l'une des oeuvres les plus ambitieuses et les plus obscures du XXe siècle). DOS PASSOS possède un don très développé : l'observation du monde qui l'entoure, qu'il ressert de manière chirurgicale, avec une écriture brillante et souvent journalistique et dégagée.
Ce « Trois soldats » est essentiel car il fut écrit par un jeune écrivain revenant de la guerre, sans avoir encore bâti ce recul nécessaire à la fabrique de l'Histoire, ce n'est pas le roman d'un ancien soldat français ou allemand mais bien celui d'un nord-américain (ayant certes grandi en Europe), de surcroît porté par des valeurs pacifistes et internationalistes. Après cette guerre, en 1921 donc, il semble gardé le cap, même si ce roman laisse entendre que quelque chose vient de se briser chez DOS PASSOS : il ne croit plus à la paix, il ne croit plus à la pensée individualiste.
Un détail peut toutefois paraître gênant dans « Trois soldats » : les diverses rencontres fortuites à plusieurs reprises dans des situations totalement invraisemblables, notamment en plein Paris après l'armistice, ce qui rappelle ce début d'un volet de Tintin, où le héros et le capitaine Haddock sortant d'un cinéma font référence au général Alcazar qu'ils n'ont plus vus depuis longtemps. L'échange à peine terminé ils télescopent ce même général. Mais soyez rassurés : ce léger manque de rigueur dans le roman n'en handicape absolument pas la lecture.
Ce livre de plus de 500 pages n'avait plus été traduit en France depuis il me semble 1993. 25 ans plus tard, et alors que nous célèbrerons dans 2 ans le cinquantenaire de la disparition de DOS PASSOS, les Editions du Castor Astral nous permettent de relire ce roman charnière de la fin d'une époque en le ressortant ces jours-ci.
https://deslivresrances.blogspot.fr/
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          1 0

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
oliviersavignat oliviersavignat   07 juin 2020
J'apporte à vot'Président des dépêches importantes de not'quartier général à Rouen. J'm'en allais à travers un sacré p'tit bois pas loin d'ici. J'sais pas comment qu'on prononce le nom de c'sacré patelin... J'tais sur ma bécane, faisant à peu près du treize, pasque la route elle 'tait toute pleine de boue, quand j'ai vu quat' bougres qui s'tenaient en travers de la route... à m'zyeuter d'un air méfiant ; alors j'en ai mis un coup sur ma bécane et j'ai foncé dans l'milieu. Alors ils s'sont mis à tirer et une bon Bieu d'balle elle a bousillé la bécane... J'suis né coiffé, c'est ça qui m'a sauvé la vie... J'me suis ramassé d'l'aut' côté du fossé et j'les ai semés dans l' bois. Alors j'ai trouvé un aut' sacré patelin et j'ai réquisitionné c'vieux clou...
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0
JIEMDE JIEMDE   22 juin 2019
Oh, mais il faut que vous sachiez un peu ce qu'est la civilisation. J'ai toujours entendu dire que les Américains étaient libres et indépendants. Se laisseront-ils toujours mener à l'abattoir ?
Commenter   J’apprécie          8 0
JIEMDE JIEMDE   24 juin 2019
Puis il remarqua sa propre image dans l'eau. Il la regarda avec curiosité. Il ne distingua que les grandes lignes d'un masque terne et grimaçant, et la silhouette du canon de fusil obliquement incliné derrière lui. C'était donc cela qu'on avait fait de lui.
Commenter   J’apprécie          5 0
yannjouet yannjouet   31 octobre 2018
On dit que ça fait dormir quand on se couche dans un champ de coquelicots. Ça ne te dirait rien de faire ça, Chris, et de ne pas te réveiller avant que la guerre soit finie et que tu puisses redevenir un être humain?
Commenter   J’apprécie          6 0
JIEMDE JIEMDE   26 juin 2019
Nom de Dieu ! je ne peux pas souffrir les gens qui ne boivent pas, s'écria Heinemann en versant le vin. Un homme qui ne boit pas ne fait qu'encombrer la terre.
Commenter   J’apprécie          7 0

Lire un extrait
Videos de John Dos Passos (5) Voir plus Ajouter une vidéo
Que deviennent nos rêves de jeunesse ? Nos illusions ? Comment accepter d'être ce que nous sommes devenus ? Ce que le temps, le pouvoir, ont fait de nous ?
Dans ce roman choral qui se déploie des années 1980 à nos jours, Antoine Rault compose une subtile mosaïque de destins intimement mêlés, sur laquelle plane l'ombre de John Dos Passos. On y croise Sonia, fille d'une femme de ménage marocaine ; Marc, petit génie de l'informatique et son ami d'enfance Stéphane, tous deux d'origine modeste ; Clara qui veut devenir médecin et sa soeur Diane qui rêve de brûler les planches… Ministre, tycoon de l'internet, conseiller en communication, chef d'un parti d'extrême droite, actrice, chirurgienne, écrivain… voire président de la République, tous tenteront d'atteindre le sommet ou de rester fidèle à leurs idéaux. Et chacun verra ses ambitions couronnées de succès ou déçues.
Avec de grandes ambitions, l'auteur remarqué de la Danse des vivants nous livre une fresque fascinante, un portrait troublant de vérité de la génération X, celle qui a grandi avec l'apparition du sida, la révolution numérique et la mondialisation.
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/de-grandes-ambitions-9782226454096
+ Lire la suite
autres livres classés : antimilitarisme Voir plus
Acheter ce livre sur

Lireka Fnac Amazon Rakuten Cultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2480 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoire Créer un quiz sur ce livre