AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Faton (01/11/2012)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Près de 200 toiles, dessins et lithographies réunis au palais des Beaux-Arts de Lille concentrent le meilleur de l'innombrable production de Louis-Léopold Boilly, mettant en scène les diverses facettes de son talent et son évolution de la Révolution à la Restauration. Épisodes galants, scènes de genre puisées dans l'histoire récente ou dans l'anecdote, petits et grands portraits, trompe-l'œil et grimaces dressent un hommage complet au peintre qui a toujours séduit d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
claudeparis
  18 juin 2014
Spirituel peintre des moeurs du Directoire et de l'Empire, Boilly fut très apprécié du grand public de son temps. Il s'était fait une spécialité de la vie quotidienne qu'il reproduisait avec une précision étonnante : «Il n'y manque pas un bouton de guêtre», disait Ernest Meissonnier, le presque contemporain de Boilly. Bien que célèbre, à son époque, pour ses trompe-l'oeil et ses scènes galantes, il reste connu, de nos jours, surtout pour les portraits qu'il a peints durant sa vie.
Il est loin de jouir, aujourd'hui, de la notoriété de Greuze ou Fragonard.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
claudeparisclaudeparis   18 juin 2014
Boilly, qui admirait tant David, ne fut pas peintre d'histoire, en dépit du "Triomphe de Marat" de 1794 qui donna une ampleur nouvelle à sa peinture en l'orientant vers des sujets sociaux et politiques. Témoin de son temps mais peu enclin à s'engager, il traita les événements contemporains en grand peintre de genre, trouvant là prétexte à des scènes de foule emportées et magistrales.
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   18 juin 2014
La légèreté profonde du XVIIIe siècle, la grave et frivole comédie des hommes mise en scène par Marivaux et Beaumarchais, ont trouvé dans la scène de genre un autre théâtre, que l'on aime à redécouvrir aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          20
claudeparisclaudeparis   18 juin 2014
Si le trompe-l'oeil dérange la critique, qui lui préfère inévitablement des genres plus nobles comme la peinture d'histoire, il est indéniable que cet art implique de l'adresse et de la prestesse dans le maniement du pinceau, ce dont les tableaux de Boilly sont exemplaires.
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   17 juin 2014
Sa virtuosité tient en partie à une grande habileté dans les phases préparatoires, et à une manière d'appréhender la composition finale avec assurance.
Commenter  J’apprécie          20
claudeparisclaudeparis   18 juin 2014
Considéré comme un art mineur du temps de Boilly, le trompe-l'oeil, où l'humour et la dextérité sont indissociables, trouve en l'artiste un maître plein de verve, sûr de sa technique et prompt à jouer du spectateur.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : vie parisienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre