AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Faton (01/06/2015)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
C’est une exposition ambitieuse qui s’ouvre au musée du Louvre-Lens, proposant une approche inédite de l’histoire des formes au cours de la période dite du gothique rayonnant.
Cœur de cet apogée du gothique, Paris déploie au XIIIe siècle une production exceptionnelle dans les domaines de la sculpture, de l’ivoire, de l’orfèvrerie, de l’émail et de l’enluminure, qui irrigue entre 1250 et 1320 les arts des cités de Toscane par un complexe jeu de transferts. Un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nadejda
  30 juin 2015
Ce très beau et très pointu numéro de juin des Dossiers de l'art offre, en faisant varier les points de vue et les angles d'approche, une étude exhaustive et passionnante de l'exposition qui a lieu jusqu'au 28 septembre 2015 au sein du Louvre Lens : D'or et d'ivoire, Paris, Pise, Florence, Sienne.
Il peut permettre, me semble-t-il, à ceux qui ont la possibilité de s'y rendre, de mieux l'apprécier ; quant à ceux qui comme moi ne la verrons pas, la richesse des illustrations et l'intérêt suscité par les articles qui composent cette revue permet d'aborder dans toutes ses nuances cette période de 1250 à 1340 qui est celle du gothique rayonnant :
«  Coeur de cette apogée du gothique, Paris déploie au XIIIe une production exceptionnelle dans les domaines de la sculpture, de l'ivoire, de l'orfèvrerie, de l'émail et de l'enluminure, qui irrigue entre 1250 et 1320 les arts des cités de Toscane par un complexe jeu de transferts »
C'est ce jeu de transferts méconnu que fait subtilement découvrir l'exposition en mettant en valeur à travers plus de 125 oeuvres présentées « les croisements entre les différentes techniques », le renouvellement créatif qui en est né et mènera à la Renaissance.
En contemplant les oeuvres d'art parisiennes, en particulier les ivoires, on est frappé par le raffinement, la beauté des expressions et le mouvement des drapés, la vie qui s'en dégage, alors que l'art toscan est demeuré un peu raide. Dans les peintures ou la statuaire en bois peinte demeure l'influence de l'art byzantin.
Ce sont les marchands qui, en transportant des petits objets d'or ou d'ivoire, introduisent l'art parisien en Toscane. Des artistes comme Cimabue ou Nicola Pisano vont alors transposer dans leurs oeuvres des éléments de l'art français et les faire évoluer.
Ce dossier de l'art permet également d'étendre la découverte du lecteur grâce à une bibliographie complète et en l'invitant, à la fin du numéro, à visiter une autre exposition,« Sienne aux origines De La Renaissance » au musée des beaux-arts de Rouen jusqu'au 17 août 2015
puis en lui proposant un itinéraire « Sur les traces du Paris rayonnant » et un parcours du « redéploiement des primitifs italiens aux offices de Florence dont les six salles qui y sont consacrées ont été rouvertes fin avril après six mois de travaux.
De quoi avoir des vacances bien remplies !!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
tamara29
  19 septembre 2015
J'ai toujours été éblouie par les églises, les cathédrales, les abbayes... Que l'on s'entende bien, ‘éblouie' ce n'est pas par attrait théologique ni parce que j'ai vu (ou rêvé de voir) une quelconque lumière mystique...
Gamine, je suivais mes grands-parents tous les dimanches à la messe. Et si j'étais peu attentive aux sermons du prêtre, j'avais toujours l'oeil attiré par tous ces gens qui priaient, chantaient les chants religieux (celui en canon, avec d'un côté les hommes et de l'autre les femmes, dans la langue régionale, était une pure merveille), par les vitraux si colorés, les tableaux, les statues et autres ornements, l'orgue, cette bâtisse belle et si impressionnante pour la petite fille que j'étais, à la fois austère et bienveillante. (Était-ce ma 1ère découverte –inconsciente- de l'art, des oeuvres de ces divers artisans ?).
Adulte, lors de mes visites dans différentes régions de la France, et même à l'étranger, j'ai continué à rentrer dans ces édifices et à rechercher ce plaisir, toujours bluffée par l'architecture, les vitraux, tout ce qui faisait d'eux leurs spécificités et leur beauté.
Alors, bien entendu, cette revue consacrée à l'exposition au Louvre-Lens « D'or et d'ivoire – Paris, Pise Florence, Sienne 1250-1320 » ne pouvait qu'éveiller mon intérêt et mon plaisir.
L'exposition s'intéresse à la période du XIIIème siècle, période dite « gothique rayonnant ».
Il existe plusieurs périodes au style gothique : le primitif, le classique, le rayonnant, puis le flamboyant. le style gothique « rayonnant » est en référence à la rose, élément important du décor (la grande rosace Nord de la Cathédrale Notre Dame de Paris, pour un des exemples les plus connus).
Cette exposition montre les différents styles qui émergent dans les domaines de la sculpture, l'ivoire, l'orfèvrerie, l'émail… en mettant en exergue les transferts stylistiques qui s'opèrent entre Paris et la Toscane.
Les articles de Dossier de l'Art s'attachent à chacun de ces domaines, avec, comme d'habitude, beaucoup de précision et de qualité autant dans les textes que dans les nombreuses illustrations (les couleurs, la lumière, les détails magnifiques de certaines oeuvres et édifices). En plus des rosaces, le style rayonnant se caractérise par l'agrandissement des édifices et de leur hauteur, l'architecture du vide du fait de ses ouvertures et de l'importance de la lumière (les grands vitraux) ou encore par le décor : les sculptures par le drapé des Vierges à l'enfant ou encore la chaire à prêcher de la Cathédrale de Pise de Giovanni Pisano (avec ces détails somptueux), la peinture sur bois comme technique de la narration du récit biblique...
Certes, je ne peux prétendre, compte tenu du sujet assez pointu, être à présent incollable sur le style gothique rayonnant ni être capable de distinguer sans erreur les différents styles gothiques en admirant une prochaine cathédrale ou abbaye. Mais, je les admirerai certainement avec encore plus de curiosité et de plaisir lors mes prochaines escapades… (accompagnée par les pages « découvertes »).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212


autres livres classés : emauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le comte de Monte-Cristo : questions sur l'intrigue

Edmond Dantès est arrêté suite à une dénonciation. Lequel de ces quatre personnages a un élan pour signaler que cette dénonciation est calomnieuse ?

Danglars
Fernand
Caderousse
Louis Dantès (le père d'Edmond)

20 questions
290 lecteurs ont répondu
Thème : Le Comte de Monte-Cristo : Intégrale de Alexandre DumasCréer un quiz sur ce livre