AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Markowicz (Traducteur)
ISBN : 2742714553
Éditeur : Actes Sud (12/01/1998)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Des cinq grands romans de Dostoïevski, L Adolescent est l'avant-dernier, et aussi le moins connu. Il a pourtant un magnifique sujet, un foisonnement de thèmes, une technique romanesque solide. Le sujet : le passage à l'âge adulte d'un jeune homme ambitieux, malheureux, avide et le conflit entre père et fils. Les thèmes : l'enfant sans bonheur, l'homme fort, l'argent, l'Occident, l'avenir de la Russie, le socialisme, la société future, le mouvement révolutionnaire, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Dasazi
  29 octobre 2008
Ce roman est un chef d'oeuvre dans la même lignée que Crime et Châtiment, Les possédés ou Les Frères Karamazov ! A ne pas manquer, pour tous ceux qui sont envoutés par le style de Dostoievsky et ses personnages !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
doriandorian   24 avril 2019
Quand l'Etat est régi par une classe dominante la terre est toujours forte. La classe dominante a toujours son honneur et sa doctrine de l'honneur, qui peut être fausse, mais qui sert presque toujours de lien et renforce le pays ; c'est utile moralement, et surtout politiquement. En revanche, ce sont les esclaves qui souffrent, c'est-à-dire ceux qui n'appartiennent pas à cette classe. Pour qu'ils ne souffrent pas, on égalise les droits. C'est ce qui est fait chez nous, et tant mieux. Mais, d'après toutes les expériences, partout jusqu'à maintenant (je veux dire en Europe) une égalisation des droits a toujours entraîné un abaissement du sentiment de l'honneur, et, par là même du devoir. L'égoïsme a remplacé l'idée unificatrice, et tout s'est fragmenté en liberté des individus. Les hommes libérés, à la fin, se retrouvant sans pensée unificatrice, perdaient tellement tout sentiment d'union qu'ils en venaient à arrêter de défendre cette liberté qu'ils avaient reçue. Mais le type russe de la noblesse n'a jamais ressemblé au type européen. Notre noblesse, même maintenant qu'elle a perdu c'est droits, pourrait encore rester une classe dominante, en tant que gardienne de l'honneur, des lumières, de la science et de l'idée supérieure, et, ce qui est l'essentiel, sans s'enfermer cette fois dans une classe à part, ce qui serait la mort de l'idée. Au contraire , chez nous les portes de la classe ne sont ouvertes que depuis trop longtemps ; à présent, le temps est venu de les ouvrir une fois pour toutes. Que chaque exploit dans l'honneur, dans la science ou le courage donne le droit à chacun d'entrer dans la catégorie supérieure des hommes. De cette façon, la classe, d'elle-même, ne sera plus qu'une réunion des hommes les meilleurs, au sens littéral et le plus juste, et non au sens d'avant, celui d'une caste privilégiée. Sous cette forme nouvelle, ou, pour mieux dire, renouvelée, la classe pourrait sur survivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
doriandorian   07 avril 2019
Du reste, il m'a tout de suite assuré que ma mère s'était mise à l'aimer par "abaissement" ; il aurait pu encore inventer que c'était par droit de servage ! Un mensonge, pour le chic, un mensonge contre sa conscience, contre l'honneur et la noblesse d'âme !
Commenter  J’apprécie          30
doriandorian   14 avril 2019
- Moi, si j'avais un revolver, je le tiendrais caché, je ne sais pas, à double tour. Vous savez, je vous jure, ça attire ! Moi, peut-être, je n'y crois pas, à l'épidémie de suicides, mais, si ça reste à briller devant vos yeux
-je vous jure, il y a des minutes, ça peut vous attirer.
Commenter  J’apprécie          20
doriandorian   10 avril 2019
Laissez tomber la Russie, si vous avez cessé d'y croire, et travaillez pour l'avenir - pour l'avenir d'un peuple encore inconnu, mais qui sera fait de toute l'humanité, sans distinction de nations.
Commenter  J’apprécie          10
doriandorian   06 avril 2019
Il faut être trop ignoblement amoureux de sa propre personne pour écrire sans honte sur soi-même.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Fiodor Dostoïevski (62) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fiodor Dostoïevski
http://www.club-livre.ch#Bessa_Myftiu Interview de Bessa Myftiu réalisée par le Club du Livre en partenariat avec Reportage Suisse Romande
Bessa Myftiu, née à Tirana, est une romancière, poète, conteuse, essayiste, traductrice, critique littéraire, journaliste, scénariste et actrice établie à Genève, en Suisse romande, de nationalité suisse et albanaise. Pour commander un ouvrage de Bessa Myftiu : En SUISSE : https://www.payot.ch/Dynamics/Result?acs=¤££¤58REPORTAGE SUISSE ROMANDE36¤££¤1&c=0&rawSearch=bessa%20myftiu En FRANCE : https://www.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=bessa+myftiu&sft=1&sa=0
Fille de l'écrivain dissident Mehmet Myftiu, Bessa Myftiu fait des études de lettres à l'université de Tirana et par la suite elle enseigne la littérature à l'université Aleksandër Xhuvani d'Elbasan. Elle devient ensuite journaliste pour le magazine littéraire et artistique albanais La scène et l'écran. Elle émigre en Suisse en 1991 et s'établit à Genève dès 1992, passant son doctorat et devenant enseignante à l'université de Genève en faculté des Sciences de l'éducation, tout en poursuivant en parallèle ses activités dans les domaines de l'écriture et du cinéma. Depuis 2013, elle enseigne à la Haute École Pédagogique de Lausanne. Elle est par ailleurs membre de la Société Genevoise des Écrivains BIOGRAPHIE 1994 : Des amis perdus, poèmes en deux langues, Éditions Marin Barleti [archive], Tirana 1998 : Ma légende, roman, préface d'Ismail Kadaré, L'Harmattan, Paris (ISBN 2-7384-6657-5) 2001 : A toi, si jamais?, peintures de Serge Giakonoff, Éditions de l'Envol, Forcalquier (ISBN 2-909907-72-4) 2004 : Nietzsche et Dostoïevski : éducateurs!, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-05-6) 2006 : Dialogues et récits d?éducation sur la différence, en collaboration avec Mireille Cifali, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-09-4) 2007 : Confessions des lieux disparus, préface d'Amélie Nothomb, Éditions de l'Aube, La Tour-d'Aigues (ISBN 978-2-7526-0511-5), sorti en 2008 en livre de poche (ISBN 2752605110) et réédité en 2010 par les Éditions Ovadia (ISBN 978-2-915741-97-1), prix Pittard de l'Andelyn en 2008. 2008 : An verschwundenen Orten, traduction de Katja Meintel, Éditions Limmat Verlag [archive], Zürich (ISBN 978-3-85791-597-0) 2008 : le courage, notre destin, récits d'éducation, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 9782915741087) 2008 : Littérature & savoir, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-915741-39-1) 2011 : Amours au temps du communisme, Fayard, Paris (ISBN 978-2-213-65581-9) 2016 : Vers l'impossible, Éditions Ovadia, Nice (ISBN 978-2-36392-202-1) 2017 : Dix-sept ans de mensonge, BSN Press, (ISBN 978-2-940516-74-2)
CLUB DU LIVRE : http://www.club-livre.ch#bessa_myftiu REPORTAGE SUISSE ROMANDE : http://reportage-suisse-romande.ch/
Vous souhaitez réaliser un interview littéraire - nous contacter info@club-livre.ch
#suisse #Club #livre #littéraire #littérature #roman #écrivain #auteur
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Crime et Châtiment

Qui est le meurtrier ?

Raskolnikov
Raspoutine
Raton-Laveur
Razoumikhine

9 questions
94 lecteurs ont répondu
Thème : Crime et Châtiment de Fiodor DostoïevskiCréer un quiz sur ce livre