AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de lutinielle


lutinielle
  16 mai 2014
Fable sociale, humaniste dans ce qu'elle a de plus brutale, cette histoire secoue les termes définissant l'univers de Léo le Lion, et semble vouloir propager l'onde de choc à nos mondes intimes.

Ainsi, chaque détail nous éloignant de notre réalité, aussi insignifiant soit-il, n'est pas là par hasard: tout est pensé, construit, et ce n'est qu'à la fin du roman que la construction de Dominique Douay, nous apparait dans toute son horrible nudité.

Dissonant, ce roman est perturbant dans la réalité fixée par les yeux du héros, Léo, réalité fluctuante, dans un Paris de 1963 où la figure du général De Gaulle, jamais citée nominalement, flotte telle une ombre floue. Commençant comme une uchronie, ce roman se joue des catégories existant dans la science-fiction et m'a rappelé la perdition ressentie à la lecture de le maître du haut château ou encore de le Guérisseur de cathédrales. La force de l'engouement des foules, mouvante, engluante, semble poursuivre le désir de découverte de soi du héros tout au long du roman, menace d'engloutissement et de perte de soi. Mais qu'est ce qui définit le Soi ?

Le procédé d'écriture correspond également à la maestria d'un Dick ou d'un Barjavel. Au début du roman, le lecteur est projeté dans ce monde, sans qu'aucun apprentissage ne lui soit fourni: le Changement à eu lieu pour le lecteur, injecté dans la peau de Léo sans préambule. Peu à peu, Léo se découvrant et se perdant dans la réalité qui se dessine à ses yeux, la place devient plus confortable pour le lecteur qui s'est retrouvé dans sa tête. Procédé de sabliers inversés, la perte de repères de Léo, inexorable et rampante comme la folie, permet une compréhension de plus en plus nette de ce drôle d'univers par le lecteur.
Lien : http://unlivresurmeslevres.b..
Commenter  J’apprécie          50



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (5)voir plus