AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bruno Doucey (Autre)Thierry Renard (Autre)Murielle Szac (Autre)Sophie Nauleau (Autre)
EAN : 9782362293498
216 pages
Editions Bruno Doucey (04/02/2021)
3.77/5   11 notes
Résumé :
"A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu: voyelles..."
Pour la 23e édition du Printemps des poètes, les éditions Bruno Doucey ont suivi la voie ouverte par Rimbaud, parce que le désir donne des couleurs à la vie.
Dans cette anthologie qui rassemble des poètes français et étrangers, contemporains pour la plupart: un désir blanc de silence, d'absence et d'éternité; un désir jaune de fraîcheur, d'éveil et de rayonnement; le rouge désir des lèvres qui s... >Voir plus
Que lire après Le désirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un mot incandescent, vrillant les sens, élan de vie: désir! Quand le printemps des poètes s'en empare, en ce mois de mars, c'est la promesse de vers brûlants, de souffle exaltant . Promesse tenue dans cette anthologie, en tous points remarquable.

D'abord, quelle idée originale et bienvenue de décliner le désir selon différentes couleurs, comme un écho aux célèbres voyelles de Rimbaud! Chaque couleur est associée à trois notions . Par exemple, l'orange évoque énergie, vitalité et plaisir.

J'ai aimé aussi la diversité des textes et des auteurs, 88 poètes ( et beaucoup de femmes, ce qui me réjouit) de tous horizons ont déployé leur vision du désir, absent, espéré, ou vécu pleinement. C'est émouvant souvent, tonifiant, sensuel...

" le chemin qui monte vers toi
brûle les ombres
de ma vie
je suis l'arbre foudroyé
la chute et l'envol
dans l'instant où advient le désir"

Hélène Dorion

En ces temps incertains et moroses, nous avons besoin d'espoir, de projets, d'essor. Nous avons besoin de nous envoler sur les ailes du désir, de vibrer aux sons de la poésie . Ce livre y répond parfaitement.

Commenter  J’apprécie          322
Rose désir à l'extérieur, il est à l'intérieur jaune, orange, rouge, bleu, vert ou violet, jusqu'au noir désir il nous fait vaciller d'émotions poétiques.
La poésie est polychrome tout comme le désir sondé et exploré par les poètes.
On désire et le désir décline ses nuances- jaillissement arc en ciel, explosion d'appétits, secousses passionnées, et voilà le lecteur enrubanné des multiples teintes du désir.

Désir de voyage
Désir de solitude
Mystérieux désir
Désir sexuel
Enfant du désir
Eveil au désir
Désir incandescent
Désir solaire
Absence de désir
Eternel désir
Désir d'éternité
Souffle du désir
Désir violent
Désir profond
Désir d'aimer

88 poètes, autant de femmes que d'hommes, presque tous contemporains, réunis dans cette lumineuse anthologie par deux poètes eux-mêmes : Bruno Doucey et Thierry Renard.

A l'heure de nos désirs frustrés, seule la poésie a ce puissant pouvoir de préserver et d'attiser la force de nos désirs.
Lisez ce recueil et lisez de la poésie chaque jour de votre vie.
Commenter  J’apprécie          31
N'y a-t-il pas meilleur moment que la Saint-Valentin pour lire de la poésie et en déclamer à l'être aimé ?

Si vous manquez d'idées quant aux poèmes en question, je vous recommande cette anthologie « le désir aux couleurs du poème » publiée aux éditions Bruno Doucey.
Vous y trouverez une alchimie réussie de poèmes parlant d'amour et de désir sous toutes ses formes et couleurs
Commenter  J’apprécie          30
Un recueil de poèmes sur le thème du désir au sens large. On voyage
On rêve
On pense
On imagine
On se détache du temps
Pour quelques instants
Tous ne peuvent plaire
Mais tous nous permettent d'exister
A leur manière…
Alors n'hésitez plus
succombez
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Ferme les yeux
écoute le bleu du ciel
il est trempé à l'eau de ton regard
il est serré dans mon mouchoir
non
ne les ouvre pas tout de suite
l'hibiscus du petit matin
rouge
danse sur ta joue
si près de ta bouche
Tu entends
le frisson du jasmin
et ce bruit qui galope dans ma tête
C'est le battement précipité de mon coeur.

Murielle Szac
Commenter  J’apprécie          202
Cinq heures vingt, je me réveille à cette heure qui ressemble encore à la nuit mais également au petit matin, trop tôt pour commencer la journée, trop tard pour continuer à dormir. Ton corps nu allongé à mes côtés frémit à chaque respiration. Un léger sifflement de nez ou de gorge, ce passage de l’air qui parfois se transforme en ronflement. Ton corps chaud abandonné aux draps et à la forme en creux du matelas. Tu dors, sur le côté gauche, une jambe légèrement repliée sur l’autre, un bras sous la tête et l’autre sur le torse. Tes fesses et ton dos tournés vers moi. Je me lève sur la pointe des pieds pour ne pas te réveiller, fais quelques pas vers les toilettes et, assise dans le noir, je vide ma vessie dans un soupir, deux feuilles de papier pour éponger la dernière goutte, rabaisse le couvercle et je vais me laver les dents. J’ai envie de te réveiller d’un baiser frais et mentholé et non d’un baiser d’haleine nocturne, de fatigue, de longues heures de salive inchangée, un baiser comme ceux îles filles dans les films qui se réveillent toujours impeccables.
Revenue dans le lit, je m’allonge à tes côtés et glisse ma main sur ton dos, bifurque sur ta hanche jusqu’à ton pubis, plonge mes doigts dans l’épaisse toison et suis le triangle jusqu’à sa pointe pour attraper ton sexe que je caresse longuement jusqu’à le réveiller lui puis te réveiller toi. Tu te tournes, surpris d’être attaqué ainsi dans le noir du sommeil, tu laisses ma langue glisser dans ta bouche, abandonnes ton corps à mes caresses, corps alangui, endormi et sexe en éveil, érection indépendante de ta volonté, sculptée malgré toi par mes seules mains et mon envie. J'entre en toi, ou peut-être l’inverse, et le matin se lève tandis que nous jouissons.

— Samantha Barendson
Commenter  J’apprécie          10
Le jour se lève...

Le jour se lève
Chaque matin
Le jour se lève tôt
Chaque matin
Même les brumeux
Même les hasardeux
Le jour se lève tôt
Peut-être
Quand il se lève pour tous
Equilibre fragile
Mais sérieux
Les déesses aussi
Se lèvent tôt les matins
Du jour promis
Les déesses de pierres
Fécondes depuis
La nuit
Depuis le monde
Accouchement de galets voyageurs
Leurs paroles d'ailleurs
Leurs paroles perlées d'amour
Leurs paroles portuaires reviennent par le vent bleu
Le vent chaud et lointain
Elles annoncent le jour d'après
Elles annoncent les marées à suivre
Les cris d'envie
Les cris de liberté envolée
Les cris de taire le temps

Seules les mouettes crient encore la vérité
Seules les mouettes annoncent l'avenir commun

Le jour se lève chaque matin
De préférence en bord de mer
Celle qui sait la vie des hommes
Celle qui garde nos secret mêlés
Nos souvenir prochains
La mer
Celle qui sauve l'espoir
Celle qui fait renaitre en chacune de ses vagues
Le désir encore présent
Le désir chuchoté
Le désir susurré
A l'oreille des embruns enlacés
Au soleil du matin
Qui se lèvera
Encore tôt

Dans l'intime des corps ensablés
Commenter  J’apprécie          20
Isis est seule.
Elle avance sans savoir.

Isis est ma sœur
comme elle je ne sais pas
comme elle j'avance
quand même

Elle ramasse ce qui n'appartient plus
des fragments
Elle brave l'épars

A-t-elle peur ?
J'ai peur si souvent

Je la vois qui se penche
La terre peut être aride
et ne rien offrir
à son regard qui scrute
à sa main qui se tend
Elle effleure la roche
reprend sa marche hésitante
et peu lui importe le temps
qu'il faudra
elle persiste
tout entière à sa tâche

Le geste d'Isis
c'est celui de la pensée

La pensée recoud les fragments du monde

Il y faut de la constance
et une forme de foi
celle que je me reconnais
sans dieu celle qui m'a guidée
enfant
quand j'ai désiré si fort
l'entrée dans les signes

Elle me tient toujours

Du désir d'écrire au désir de penser
il y a le pas d'Isis
celui qui mène
d'un mot
à un autre

Sans vide entre les mots
rien n'est lisible

Cet espace vide
est celui où j'aventure aussi mon pas
C'est là que la pensée m'attend
chaque jour
et chaque jour je tente de rassembler l'épars

J'y mets du temps
et du silence
ma solitude fertile
c'est ainsi que j'ai désiré ma vie

Des images m'habitent alors
La pensée est saeur du songe
Sur lui elle s'appuie

Alors peu à peu, comme Isis
je vois
que le corps du monde est là

Il apparaît enfin
et je sens à nouveau
la terre sous mes pieds
je peux penser enfin ce monde où je vis
et y prendre
ma place.

Jeanne Benameur - Le geste d'Isis ou Le désir de penser
Commenter  J’apprécie          10
(enfant, sur les épaules de mon père, au Mur des Fédérés, en mémoire de la Commune, chaque année je voyais la belle marée des drapeaux noirs de la mélancolie, des drapeaux rouges criards...)

poser poser oser
les pouces au bord du livre
les pouces au bord des lèvres

car oser caresser
laisser les pouces
monter descendre

au bord du livre
au bord des lèvres

sourire vertical
ouvrir le livre
ouvrir les lèvres

plonger la tête
entre les pages
entre les draps

parfum humer
l'odeur de mûres
d'un buisson typographique

parfums d'encre noire
de papier et de colle

(toujours l'encre noire
pour écrire une lettre d'amour)

**
alors je suis
en zone écarlate

i, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles

poser poser oser
les pouces au bord des lèvres
ouvrir le livre
ouvrir les lèvres
les désirs du savoir
les désirs de saveur

déclinaisons des couleurs et du sexe
sous le noir buisson

sous les baisers cueillir
une perle de joie

Mickaël Glück - noir et rouge
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Bruno Doucey (187) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Doucey
VLEEL 300 Rencontre littéraire avec Bruno Doucey, Indomptables, Éditions Emmanuelle Collas
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (26) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1216 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}