AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Oleg Skripka (Autre)
EAN : 9782362294334
240 pages
Editions Bruno Doucey (25/08/2022)
4.38/5   8 notes
Résumé :
Anthologie établie par Ella Yevtouchenko et Bruno Doucey

Bilingue ukrainien/français
Le mot de l’éditeur :

« Ce livre naît de la guerre en Ukraine, comme une fleur parvient à s’extraire des décombres pour dire son droit à la lumière et à la vie. » C’est par ces mots que s’ouvre cette anthologie conçue sur le terreau de l’actualité la plus immédiate. Elle rassemble des poètes ukrainiens engagés dans la résistance. À l’image de Tar... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
krzysvanco
  08 octobre 2022
Je tiens à remercier l'opération Masse critique ainsi que les Editions Bruno Doucey pour l'envoi de ce livre. Merci à l'éditeur également pour son initiative de verser une partie des droits de ce livre au profit de l'association Aide médicale et caritative France-Ukraine.
J'ai la chance d'avoir quelques amies ukrainiennes et m'intéresse à ce pays depuis longtemps. S'il est depuis plus de sept mois sous le feu de l'actualité suite à l'invasion du pays par les forces russes, il était temps également que nous découvrions ses poètes, seul le nom de Taras Chevtchenko émergeant parmi eux.
Ce recueil s'ouvre avec un Journal à quatre mains, très intéressant, il nous fait revivre à travers les écrits d'Ella Yevtouchenko et Bruno Doucey la genèse de ce livre :
Février 2022, Ella : « Ces pensées, ces émotions, elles me déchirent, elles me hantent, et je ne trouve aucun soulagement, jusqu'à ce qu'une nuit je me souvienne que je suis poète…comme on se rend compte, au réveil en émergeant de ses cauchemars, qu'on vit et respire toujours. Et c'est comme cela qu'est né le poème par lequel ont commencé, malgré la guerre et l'horreur, beaucoup de bonnes choses dont la meilleure est cette anthologie. »
Mars 2022,Bruno Doucey : «Les mots ne suffisent plus. Il faudrait agir. Mais comment ? Que faire ? Comment se battre contre cette autre guerre qu'est le sentiment d'impuissance ? »
IL découvre alors une vidéo du Printemps de Lyon où l'on voit une jeune poétesse et traductrice ukrainienne de 26 ans, Ella Yevtouchenko, lire en français et en ukrainien un poème qu'elle écrit « au cinquième jour de la guerre », réussit à la joindre et, ensemble, ils décident de publier un recueil de poèmes ukrainiens.
Ces 24 poètes appartiennent à cinq périodes différentes :
La génération Maïdan composée de poètes qui ont grandi dans l'Ukraine indépendante après la chute de l'URSS. C'est la période la mieux représentée avec 12 poètes dont Ella Yevtouchenko elle-même qui l'ouvre avec le poème « au cinquième jour de la guerre », dans cette section, les références aux événements actuels sont évidemment nombreux avec ses moments sinistres
« nous sommes venus voir ces morts cloués à leurs tombeaux comme
des incurables à leurs lits d'hôpital »
« Je rêve parfois de cette journée d'août
et du silence
le silence déprimant de la guerre
qui dure réellement
et pas seulement en rêve »
L'on y trouve souvent des invectives à l'encore de l'ennemi « les Russes, ces salopards », avec exceptionnellement des sentiments plus doux
« le plus important, c'est l'amour
pour l'ennemi
qui vole ton histoire et ton pays »
Ne croyez cependant pas que la guerre soit le seul thème, la poésie ukrainienne contemporaine ne se cantonne pas à cela !
Les autres périodes sont antérieures ; « Au pied du mur » s'attache aux poètes nés avant l'indépendance, mais qui écrivent toujours, « Les voix de la dissidence » qui comprend certains des représentants les plus actifs du mouvement dissident ukrainien, pour passer ensuite à « la Renaissance fusillée »,avec des poètes envoyés dans des camps.
Le recueil s'achève avec « Les pionniers » consacré aux grandes figures tels Lessia Oukraïna et Taras Chevtchenko.
Le livre et agrémenté de belles illustrations d'Ilona Silvachi.
Ukraine 12 poètes pour un pays nous donne un éventail, succinct évidemment, il n'y a que 24 poètes représentant cette poésie ukrainienne si mal connue chez nous.
Tout ne m'a pas touché de la même façon, mais tous les poèmes méritaient d'être épinglés.
L'ensemble me paraît harmonieux et m'a' permis d'avoir une première approche de cette poésie, je n'en connaissais que Taras Chevtchenko.
C'est une édition bilingue, je ne connais hélas pas la langue ukrainienne mais mes connaissances de polonais et de russe m'ont permis d'y jeter un coup d'oeil.
Indépendamment de cette découverte et de ce plaisir, il était de mon devoir de m'intéresser à ce pays et à mes amies ukrainiennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
lamagicolibraire
  03 octobre 2022
Recueil bilingue en français et ukrainien, paru le jour de la Fête Nationale Ukrainienne, "Ukraine" constitue un impressionnant travail de collecte et de traduction. En son sein, des poètes ukrainiens engagés dans la résistance depuis le 19ème siècle. Des poètes ayant connu le nazisme, le stalinisme, la guerre froide, l'effondrement de l'URSS, la guerre en 2022.
Il est frappant de voir qu'à travers les siècles, rien n'a changé : ce peuple, courageux au possible, doit se battre pour sa liberté et son indépendance.
Un recueil bouleversant, dont les poèmes respirent la mélancolie, la résilience, l'espoir, le courage, l'ardeur de la résistance, la douleur de combattre et de perdre ceux que nous aimons, l'immense chagrin face à la mort et aux destructions, le désespoir qui s'infiltre peu à peu en chacun. Il résonne encore plus fort lorsque nous pensons à ce que le peuple ukrainien subit encore aujourd'hui et à leur lutte incessante.
"Je ne peux pas parler je ne veux pas parler
car les mots continuent à exister
contrairement aux gens tués par les Russes, ces salopards
comment troquer des mots contre des gens
pour qu'ils vivent à nouveau
et que nous cessions d'employer certains mots
je suis prêt à remplacer les plus beaux mots par des personnes,
par exemple :
bijou
acupuncture
chèvrefeuille
astrolabe
caresse
car à quoi bon des mots
s'il n'y a personne pour les prononcer
je veux parler joyeusement aux ressuscités comme ceci :
... ... ... ... ... ..." ( avril 2022 )
"Ukraine" est un recueil qui rend hommage à un peuple qui se doit de lutter pour leur liberté et leur indépendance, poignant et percutant qui ne laissera aucun lecteur indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VincentGloeckler
  24 août 2022
24 août 2022, 6 mois, aujourd'hui, de guerre en Ukraine, 6 mois d'une dévastation qui s'étend bien au-delà des frontières de ce pays, quand cela provoque pénurie et famine partout, violence et morts, 6 mois pour satisfaire les fantasmes d'un seul pauvre type, un tyran fou, un maudit dingue entouré de sa clique de nationalistes et d'oligarques, 6 mois d'un monstrueux gâchis résultat d'un caprice, 6 mois de recul de l'humanité quand le monde déjà brûlait de son égoïsme et n'avait pas besoin de cette catastrophe-là, la guerre… et face à cela, notre amère impuissance, et de pauvres graines de colère, les maigres mots de la poétesse ukrainienne Yuliya Stakhiska (poème publié dans une anthologie bilingue de poésie ukrainienne contemporaine, juste parue chez Bruno Doucey, des textes de 24 auteur(e)s pour dire ce malheur-là, qui est aussi le nôtre) :
Quand l'ennemi débarque chez vous – il sait pertinemment que rien
ne lui appartient.
Dans combien de miroirs a-t-il abandonné son reflet ?
Tandis que je monte les escaliers séculaires jusqu'au sommet de
la montagne
où trône une église et son autel voué aux deux guerres mondiales,
où les vignes se gorgent de sang –
les gens avalent une grande gorgée de la troisième.
Quand l'ennemi débarque chez vous – il prend toujours quelque
chose
c'est juste que la robe d'une autre sera toujours trop étroite pour
sa fille,
et que les boucles d'oreilles brûleront la peau de sa femme.
Dans le vide on peut s'emparer de tout, sauf de la liberté.
Je serre une petite pierre dans ma main près d'un gros bloc de colère.
Quand l'ennemi débarque chez vous – il ne vit que pour le présent,
Car il a signé un pacte avec celui qui suce le sang.
Qu'elle est résiliente l'hirondelle qui frôle le ciel de ses ailes
Construisant et reconstruisant à partir de rien. Je n'ai pas vu
d'hirondelles depuis longtemps.
Mais elles me l'ont appris.
(p.49)
Un seul poème dans une anthologie remarquable, où chaque voix dit la mélancolie de la perte, la douleur de combattre et l'immense chagrin face à la mort et aux destructions, la lente désespérance... mais aussi l'ardeur de la résistance, le goût préservé, vaille que vaille, de la liberté et d'un certain art de vivre ukrainien. A lire pour ne pas oublier ce grand pays, son peuple courageux et sa culture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lessortilegesdesmots
  11 octobre 2022
Bruno Doucey a souhaité faire quelque chose suite à la guerre en Ukraine. Avec Ella Yevtouchenko, ils ont conçu cette anthologie de poésie ukrainienne. Beaucoup de poèmes font échos à l'histoire du pays. C'est une occasion de la découvrir et d'apprendre des choses culturelles.
Au début, on trouve un échange entre Bruno Doucey et la poétesse expliquant comment ils ont créé cette anthologie dans les circonstance que l'on connaît. C'est impressionnant et inquiétant. C'est vraiment à lire pour comprendre le but de cet ouvrage. On y sent toute l'humanité du premier et le combat de la seconde.
Dans ce recueil, on voyage dans le temps. On commence par un poème de Ella Yevtouchenko explicite sur la guerre actuelle. Tous les poèmes rappelant la situation actuelle donnent froid dans le dos. Mais je vous rassure, il n'y a pas que des poèmes sur ce sujet. Il y a un poème qui m'a marqué par sa violence et sa vulgarité. Je pense que, plus qu'un poème, on lit les pensées telles qu'elles du poète. Même si ce n'est pas mon préféré, il marque.
J'ai utilisé aussi mes fameux post-it. C'est toujours bon signe. Certains poèmes m'ont plu et ont fait écho.
Je tiens à préciser qu'une partie de la vente de ce recueil est reversé à une association.
En bref, ce recueil est une excellente idée et une belle façon de soutenir l'Ukraine.
Lien : https://lessortilegesdesmots..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Liberation   27 septembre 2022
Le recueil bilingue, paru le 24 août pour la fête nationale ukrainienne et dont une partie des droits sont reversés à l’association Aide médicale et caritative France-Ukraine, ne se contente pas d’ailleurs d’additionner les textes. Au contraire, fort d’un travail de collecte, de mise en cohérence et de traduction, malgré les missiles et les bombes, il puise d’abord dans les nappes dissidentes de la poésie ukrainienne, représentées au XIXe siècle par Taras Chevtchenko.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   04 octobre 2022
Quand l’ennemi débarque chez vous - il sait pertinemment que rien ne lui appartient.
Dans combien de miroirs a-t-il abandonné son reflet ?
Tandis que je monte les escaliers séculaires jusqu’au sommet de la montagne
où trône une église et son autel voué aux deux guerres mondiales,
où les vignes se gorgent de sang -
les gens avaient une grande gorgée de la troisième.

Quand l’ennemi débarque chez vous - il prend toujours quelque chose,
C’est juste que la robe d’une autre sera toujours trop étroite pour sa fille,
et que les boucles d’oreille brûleront la peau de sa femme.
Dans le vide on peut s’emparer de tout, sauf de la liberté.
Je serre une petite pierre dans ma main près d’un gros bloc de colère.

Quand l’ennemi débarque chez vous - il ne vit que pour le présent,
car il a signé un pacte avec celui qui suce le sang.
Qu’elle est résiliente l’hirondelle qui frôle le ciel de ses ailes
construisant et reconstruisant à partir de rien. Je n’ai pas vu
d’hirondelles depuis longtemps.
Mais elles me l’ont appris.

Yuliya Stakhivska
Коли Ворог приходить у твій дім
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
krzysvancokrzysvanco   08 octobre 2022
dans cette maison - y дoмi цьoмy

dans cette maison
le corps encore tiède d'un poème
est suspendu au clou du quotidien
accroché à vif
comme un reproche, comme une preuve
que j'y étais
que tu y étais
et qu'entre nous, il y avait quelque chose
d'irrépressible comme un souffle
d'incertain comme un baiser
d'insignifiant pour toute autre personne que nous-mêmes
en toi j'aime les possibles
dont nous n'avons pas profité,
la voie que nous pouvions suivre
mais que nous n'avons pas empruntée,
le choix d'une chose unique
que nous n'avons pas fait
car nous voulions tout obtenir d'un coup
insatiables

parfois le poème devient maison
que l'on construit au-dessus de l'abîme
par besoin de
réfuter la réalité

Halyna Krouk (Ґaлинa Kpyк)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
krzysvancokrzysvanco   05 octobre 2022
de vieillesse. (Від старості)

le grand-père et la grand-mère sont morts
les deux le même jour
à la même heure
à la même minute -
on a dit qu’ils étaient morts de vieillesse

leur poule a crevé
leur chèvre et leur chien aussi
(mais le chat n’était pas dans la maison)
on a dit qu’ils étaient morts de vieillesse

leur maison s’est écroulée
le hangar est tombé en ruine
et la cave a été comblée de terre
on a dit que tout était trop vieux

les enfants sont venus enterrer leurs grands-parents
Olia était enceinte
Sergiy était bourré
et Sonia avait trois ans
eux aussi sont morts
on a dit que c’était de vieillesse

le vent froid a arraché les feuilles jaunes
sous lesquelles il a enfoui le grand-père, la grand-mère, Olia,
Sergiy, Sonia
qui sont morts de vieillesse

Lubov Yakymtchouk (Любов Якимчук)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
krzysvancokrzysvanco   03 octobre 2022
Après tout, comme m’a dit Bruno au début de notre travail, la poésie n’arrête pas les missiles. Malgré toute notre volonté , la parole n’est pas toute puissante, et les poètes meurent de balles et d’éclats d’obus comme tous les autres. Mais la poésie, la langue, la culture, l’identité, tout ce pour quoi nous luttons, que l’empire colonisateur russe a toujours essayé d’exterminer est ce qui survit malgré tout.

Ella Yevtouchenko
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
pgremaudpgremaud   02 octobre 2022
dans cette maison
le corps encore tiède d’un poème
est suspendu au clou du quotidien
accroché à vif
comme un reproche, comme une preuve
que j’y étais
que tu y étais
et qu’entre nous, il y avait quelque chose
d’irrépressible comme un souffle
d’incertain comme un baiser
d’insignifiant pour toute autre personne
que nous-mêmes
(Halyna Krouk)
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Bruno Doucey (184) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Doucey
Entretien avec Yvon le Men et son éditeur Bruno Doucey à l'occasion de la parution du recueil "Les Épiphaniques", en février 2022. Une conférence organisée par l'Université permanentes De Nantes.
Réalisation : © Thibault Grasset
autres livres classés : ukraineVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1058 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre