AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714450342
Éditeur : Belfond (16/02/2012)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 24 notes)
Résumé :
La vie de Laura Needham vient de basculer : Betty, sa fille de
9 ans, a été renversée par une voiture. Une mort rapide,
violente, injuste. Peu à peu, Laura perd pied. Comment
accepter la pitié de ceux qui ne pourront jamais comprendre sa
douleur ? Comment respirer lorsque tout son être étouffe ? Et
comment s'appuyer sur Paul, son ex-mari, lui-même un pleine
tourmente? Laura est seule face à sa souffrance, à sa colère. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Nadael
  30 mai 2012
Ce qui arrive dans la vie de Laura Needham est la chose que tout à chacun redoute lorsqu'il devient parent : perdre son enfant. Comment peut-on imaginer survivre à la mort de son fils ou de sa fille ? Pourtant, il faut bien continuer sa route, pour ses proches, pour que justice soit faite, être là malgré la perte, malgré l'innommable, ne pas fuir, ne pas se retourner, avancer. Tout cela est facile à dire mais quelle serait notre réaction face à une situation pareille ? L'état de notre esprit et de notre corps ? Colère ? Désir de vengeance ? Désespoir ? Culpabilité ? Envie de mourir?
La fille de Laura, Betty, a neuf ans quand elle se fait mortellement renverser par un chauffard. D'abord effondrée, la mère est très vite hantée par des sentiments confus et contradictoires, jusqu'à ce qu'une pensée l'obsède jour et nuit ; retrouver l'assassin de sa fille. le mettre dans la même posture, lui arracher ce qu'il aime le plus au monde afin qu'il ressente aussi cette effroyable douleur.
Cette tragédie fait remonter à la surface des souvenirs pénibles chez Laura ; le décès de son père, la maladie de sa mère, le divorce avec David le père de ses enfants, la nouvelle femme de ce dernier. Par flashback, le lecteur découvre alors sa vie d'avant. Ce procédé permet de comprendre les réactions de Laura dans le présent, cela affine sa personnalité, le fonctionnement de sa pensée, mais alourdit incontestablement l'histoire. Certains passages – comme la rencontre avec David – n'apportent pas grand chose au récit.
D'autres moments – après l'accident – sont en revanche très crédibles, comme le regard des gens posé sur Laura, empli de pitié pour les uns, fuyant pour d'autres (de peur que la détresse soit contagieuse). L'épreuve vécue par Laura l'a rendue dure avec elle même et avec les personnes qui l'entourent. le chagrin, l'injustice, l'inconcevable emmènent cette femme dans des contrées jusqu'alors inconnues pour elle, proche de la folie.
On lit ce roman comme un thriller, au rythme des pensées et des attitudes de cette mère, parfois choquantes. Je ne sais pas si cela est dû au thème abordé, à certaines scènes difficiles ou à la froideur de Laura qui empêche toute empathie, mais je sors de cette lecture avec une impression en demi-teinte, une sensation de malaise.

Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Emmax
  05 février 2017
Déçue. Après un début émouvant, on tombe dans le n'importe quoi et le sordide.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FRANGAFRANGA   09 octobre 2013
Nous menons tous une vie ordinaire occupée par des choses ordinaires : courses, repas, discussions pour savoir quel film aller voir. Nous nous demandons si nous trouvons le temps de résoudre l'ourlet qui pendouille au bout de notre jupe préférée et si nous ne devrions pas nettoyer le frigo. Nous essayons pendant un moment de remplacer le beurre par la margarine à l'huile d'olive. Nous dormons. Nous faisons l'amour. Nous remplissons notre vie à ras bord de train-train quotidien, si bien qu'il en devient le composant essentiel, la chair. Nous ne nous doutons pas qu'un événement important nous attend, qu'il se profile à l'horizon, masqué par nos activités routinières, jusqu'à l'instant précis où il fond sur nous tel un paquebot apparaissant soudain, énorme, à travers la brume. Cet événement sera fondateur et, une fois qu'il se sera produit, nous comprendrons qu'il était là depuis le début et que tous nos choix y menaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NadaelNadael   30 mai 2012
Nous avons l'impression que nos vies sont linéaires, avec un début, un milieu et une fin bien nets. Depuis que nous avons l'âge d'appréhender la notion d'ordre, nous désirons que les événements se déroulent dans un ordre parfait et rationnel. Nous naissons, nous grandissons, avec un peu de chance nous avons des enfants. Les enfants renforcent la linéarité de notre vie grâce à la ligne droite de la leur. Ils se contentent de grandir, ce qu'ils font très bien. Nous vieillissons ; nous atteignons la fin de notre existence. Tout cela nous satisfait quels que soient les petits succès ou échecs que nous obtenons en chemin. Cette ligne inexorable, c'est le temps. Le jour où Betty a cessé d'exister, la ligne s'est dissoute, la vie est devenue un point fixe. Tout ce qui est arrivé avant et après tourne autour de ce point. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FRANGAFRANGA   02 octobre 2013
Vous serez peut-être blessé en vous rendant compte que les gens autour de vous considèrent comme excessif ou égocentrique le chagrin que vous éprouvez pour la mort d'un parent âgé.

A Good Innings (Profiter de l'existence)
Commenter  J’apprécie          90
NadaelNadael   30 mai 2012
Je me penche vers l'imprimante pour attraper la feuille de papier A4 sur laquelle on voit la photo de l'homme qui a tué ma fille. (…) Je suis calme, et je me fais une promesse : Je trouverai ce que tu aimes, je finirai par le découvrir et je te l'arracherai.
Commenter  J’apprécie          70
NadaelNadael   30 mai 2012
Hormis rester seule chez moi, tout me coûte trop d'efforts, me vide, me laisse me débattre avec ce qui m'étreint depuis que ma fille a été tuée. Tuée. Par quelqu'un. Elle n'est pas morte comme ça. Elle ne s'est pas évanouie dans la nature, dissoute dans un nuage de fumée. C'était un être humain complet, elle était ma vie, et quelqu'un est arrivé en voiture et l'a tuée.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Louise Doughty (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Doughty
Bande annonce de la mini série, Apple Tree Yard, produit par la BBC en 2017. Adaptée du roman de Louise Doughty, paru en francais sous le titre : Portrait d'une femme sous influence.
autres livres classés : drameVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Qui a écrit ces citations?

Qui a écrit « on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » ?

Guillaume Musso
Marc Levy
Yann Arthus-Bertrand
Antoine de saint-Exupéry

9 questions
2 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre