AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782342020236
112 pages
Éditeur : Mon Petit Editeur (05/03/2014)
3.67/5   3 notes
Résumé :
Val, vieux solitaire de treize ou quatorze ans.
Vient cette fille Chris s'invitant par la lisière du petit bois d'Amour.
Chris tombée des branches : Val rêve-t-il encore ?
S'il nous suffisait d'ouvrir grand, là-haut, les portes de nos prisons aériennes !

Trésor d'être deux sous la hêtraie : "Outremonde"...
A l'assaut des cimes des arbres : Val fou de sa Chris pour toujours.

Nuits d'émeraude en piémont py... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Siabelle
  10 novembre 2020
Je vous présente une très belle découverte : un premier roman-Jeunesse que nous offre l'auteur, Dourvac'h. Son titre : « L'été et les ombres » publié pour la première fois en 2009. Vraiment conquise par sa belle plume qui est efficace, poétique et harmonieuse, aussi charmée par la magie des mots car on déguste sa belle prose musicale. L'auteur possède une façon d'écrire très visuelle, il nous happe complètement et nous transporte avec lui dans cet univers rêveur qu'est «Outremonde».
«L'été et les ombres»… puisque c'est en été que les deux adolescents se rencontrent et se présentent par leurs surnoms : « Val » (pour Valentin) et « Chris » (pour Christine). Ils aiment se retrouver en dehors de chez eux, au coeur de la forêt où ils construisent ensemble leur petit monde, bien à eux. C'est un refuge à part, qu'ils partagent (sans s'en douter) avec le lecteur. On s'attache beaucoup à ces deux personnages qui nous touchent, tout au long de l'histoire que nous raconte Val le narrateur. Il habite le hameau de Saint-Cernin, c'est un garçon de treize ans. On l'accompagne tout au long de ses journées...
Passionnant, déstabilisant, enveloppant.
Je trouve le roman magnifiquement bien écrit : c'est vraiment une écriture très fluide, les mots sont soigneusement choisis. Et puis on se laisse emporter par ce riche décor à la fois féerique, enchanteur et sauvage. Tu te laisses porter par la voix de Val, dans ses débats livresques avec sa douce Chris, où il se dégage une tendre affection, entre eux. Il se confie aussi dans ses émotions, sur ce qu'il vit. C'est vers la fin de l'été, qu'un drame arrive, et c'est l'incompréhension pour Val, car ils se séparent. Elle quitte la colline et il se doute de quelque chose ; Chris ne sait pas vraiment comment révéler à Val ce qui lui est arrivé. On perçoit bien une tristesse, un vide également pour Val, qui s'en sort du mieux qu'il peut, par le retour à son quotidien. On ressent très vite une part d'ombre, une face bien cachée de Chris. le lecteur voudrait deviner avec Val ce qui tourmente tant sa Chris bien-aimée... Quelques années plus tard, à la fin d'un été, ils se retrouvent... Val, mûri, apprend de Chris la sombre vérité qu'il soupçonnait. L'auteur sait à la fois surprendre et aborder des thèmes difficiles : ces traumatismes auxquels, même jeunes, on peut faire face... Je suis très heureuse de la fin de l'histoire, on découvre des secrets qui se dissimulaient dans la pénombre de l'été, avec toutes ses ombres…
Pour moi un très beau livre un peu mystérieux : dès qu'on y entre, on retrouve ce petit quelque chose de magique, qui nous interpelle, qui vient nous chercher et qu'on ne voudra plus quitter. Comme il ne faut pas perdre l'essentiel de ce qu'on ne voit pas toujours : la magie, la bonté et l'émerveillement. Donc un gros coup de coeur, car la magie s'est opérée pour moi, même une très belle rencontre de coeur, comme un conte qui peut toucher les jeunes comme les adultes. Je ne souhaite pas que ce tendre roman reste méconnu ou tombe dans l'oubli. Aussi je vous invite à découvrir le beau petit monde livresque de Dourvac'h, un écrivain talentueux qui fait partie de mes auteurs préférés. Il est également un auteur/lecteur, un membre de Babelio.
Siabelle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2824
dourvach
  30 mars 2014
[ Concernant ce roman, "L'été et les ombres", initialement auto-édité à trente exemplaires artisanaux à "La Compagnie des Fées" (Foix) en 2009 - tirage épuisé ; ouvrage remanié et réédité pour "Mon Petit Editeur" (Paris) en 2014], voici donc la toute première critique mise en ligne de ce premier roman : ]
" C'est toujours avec impatience que j'attends de lire un nouveau récit de Dourvac'h. Ceux et celles qui parcourent son blog savent que ce magicien des mots sait trouver le terme, la phrase juste pour nous faire passer le seuil de Féerie et se retrouver le temps de quelques instants auprès des Belles Dames.
"L'été et les ombres", le dernier-né de « La Compagnie des Fées » ne fait pas exception à la règle. Ce récit poignant et réaliste nous fait plonger le temps d'un été en "Outremonde", où deux adolescents, Val et Chris, ont créé leur monde féerique au coeur des arbres, où le temps, tel dans le monde des fées, s'écoule lentement. Mais même la rêverie doit prendre fin et un soir d'été un événement va mettre fin à la songerie et Chris, telle une illusion, va partir, disparaître de la vie de Val. Mais heureusement, telle la fin d'un conte de fées, nos jeunes amoureux vont se retrouver quelques années après et la magie va renaître, comme si rien ne s'était passé ...
Une très belle histoire où magie et beauté se cachent entre les branches des arbres où un frêle esquif fait front au vent.
[...]
Découvrez également deux autres ouvrages : "Fées, Rêves et Glaces" (critique : http://autrecotedumiroir.net/fees-reves-et-glaces) et "Au Jardin" (critique : http://autrecotedumiroir.net/au-jardin). "
[Laure - lien du site : http://www.autrecotedumiroir.net/]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
dourvachdourvach   30 mars 2014
Comme la vie était douce à Saint-Cernin !
J'avais treize ans et mon frère venait de se marier. Quelle année était-ce ? J'ai oublié... Sa chérie s'appelait Rosemarie.

Je ne sais pas pourquoi je m'en souviens puisque ce fut si vite fini, elle et lui...

A l'époque, non. A l'époque, tout était important...
Tout commençait ! ... pour lui... pour moi...
D'abord pour moi ! A cause de... (Honte à moi !)... son départ.
Pourtant je l'aime bien, mon frère !
Mais le plus chouette : sa chambre sous les toits...
Ce qui est devenu mon repaire.
Bon ou moins bon, je suis sûr que tout vient de là...
De là-haut...

*

L'été arrivant, j'étais certain qu'on m'y laisserait tranquille... Toute la nuit, je pourrais là-haut garder ma fenêtre grande ouverte sans qu'on croie m'obliger à la refermer ; l'air frais des grands arbres du fond de la combe viendrait me trouver dans cette chambre bizarre, haute et mansardée, où je pourrais m'enfermer... Lire jusqu'à ce que mes yeux brûlent... Savoir que je quitte pour toujours l'âge des gosses...

Cet été que j'aimerai longtemps.

Aussi à cause d'elle.

*

Au début, je la connaissais par son drôle de surnom. Elle se donnait des airs de garçon manqué et se faisait appeler Chris. Une vraie tête de mule...

J'ai pensé que c'était une façon de se donner un genre... Un genre qui collerait exactement à ses cheveux mi-longs et son air sauvage.
Avec sa tête bien féminine, « Chris » s'accorde finalement à ce qu'elle a décidé d'être : quelqu'un qui oublie de ressembler à d'autres...

En fait, elle déteste parler de Christine, qui était son premier prénom : « prénom de tout le monde »... (Mais où va-t-elle chercher ça ?)

Chris n'est vraiment pas comme les autres...

– Te faire appeler Chris… Tu trouves pas que ça fait garçon ?
– Et alors ?

Vite prendre l'air de s'en fiche :

« Et alors : rien. C'est toi qui sais... »

Vient le moment où son regard s'évade sous sa frange droite :

– Toi, tu t'appelles bien Valentin, non ? J'ai entendu tes parents bramer ton nom dans la combe...
– … bramer ! … y a qu' les cerfs qui brament. Laisse les parents en dehors de ça...
– Monsieur est vexé... Et c'est quoi, ça ?

( … mon secret... « ça »... notre rencontre...)

Changer de sujet ! Cette fouine aux longs cils renifle déjà autour de mon nom familier...

Comme si elle lisait dans mes pensées ; ses yeux noirs qui s'allument :

– Moi aussi je pourrais te dire... Val ?
– ... mmh... (froncer les sourcils) ... okay, miss Chris !

Dire « Okay, Miss ! » vous évite généralement d'avoir l'air idiot.
Bon sang, que j'aimais ses yeux, déjà !
Et son prénom qui crisse comme le crin des chevaux.

Val et Chris, le beau couple...

[DOURVAC'H, "L'été et les ombres", chapitre 1 : "Saint-Cernin" [éd. La Compagnie des Fées, 2009] : réédition Mon Petit Editeur, 2014 -- pages 19-21]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
dourvachdourvach   12 octobre 2014
— Tu devrais lire "Ric Hochet" !
— Qu'est-ce que c'est ?

Incroyable...
... à croire qu'elle ne lit jamais de bandes dessinées...

— Tu en est restée à "Lili" ou quoi ?
— Ben oui... pis les "Alice"... mais t'as remarqué ? J'ai plus mes huit ans... et ça fait un moment qu' ma mère me prête ses "Harlequin" !

Aïe-aïe-aïe-aïe-aïe... Cauchemar total ! Pourquoi les filles tombent-elles dans des pièges-à-souris pareils ? Même pas lu un "Bob Morane" de sa vie... pas besoin de s'informer non plus sur les "Jules Verne" et "Stevenson"... Quant à "Matheson"...

— Bon... et "L'homme qui rétrécit", ça t' dit quêqu' chose, au moins ?
— A moi ? Rien... (yeux rieurs)... Est-ce que tout rétrécit pareil en lui ?
— Très drôle...

[DOURVAC'H, "L'été et les ombres", chapitre 5 : "Ric, Nadine & Bourdon, Hugo, Stevenson & Matheson" [éd. La Compagnie des Fées (Foix), 2009 ; réédition Mon Petit Editeur (Paris), 2014 — page 43]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          176
SiabelleSiabelle   29 octobre 2020
Ma passion des bateaux de pêche : à cause des couleurs, peut-être ?

Des chalutiers pleins d'ouvriers qui s'affairent tels des adorateurs de la Mer autour de leurs rouleaux de filet ;
la petite cabine du patron de pêche s'éclaire de l'intérieur (j'ai placé cette ampoule minuscule, au beau verre teinté de rouge, juste au-dessus de l'homme de barre à barbe noire ; j'ai caché fils et pile plate derrière les deux cloisons de balsa au fond... et le domino qui précède l'interrupteur).

Mes préférés? Ce Tad Leon, immatriculé l'hiver dernier au Guilvinec (échelle au 1/20e, énorme!)... puis ma Marie-Morgane, toujours en cale sèche près des bassins-sud du grand port de Douarnenez (mon travail de cet été...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          178
SiabelleSiabelle   17 décembre 2020
Il y eut cette blonde chute d'Anna...
Anna la fragile, jouant à l'écureuil sur la branche basse de notre hêtre... Anna trop petite à la poursuite de notre trio de sauvages...

Il y eut la fillette inconsciente au pied de l'arbre, ses yeux révulsés ; son visage de poupée morte.

Sentiment de faute partagée de nous trois... Pourtant, n'étais-je pas seul responsable ? Ne l'avais-je pas laissée dès le premier jour se joindre à notre troupe de grands chimpanzés ?

Il y eut l'arrivée du petit docteur chauve au pied de l'arbre ; celui qui criait au téléphone : ''Ne la bougez pas ! ''.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
SiabelleSiabelle   08 novembre 2020
Peut-être un jour, dans le noir, je lui reparlerai de Richard Matheson... de l'araignée et du chat de L'homme qui rétrécit... du type qui se fabrique tout un passé de rêves dans Le jeune homme, la mort et le temps... ou du dernier humain cerné de vampires de Je suis une Légende... mais
j'oublierai pour elle La Maison des Damnés !

Mais pourquoi pas? Les filles adorent avoir peur...
Sauf Chris. Elle n'aime pas.

(... Chère Chris, pas encore mûre pour Matheson!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174

Lire un extrait
Video de Dourvac'h (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Dourvac'h
Vidéo de Dourvac'h
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Be safe

Où vont s'embrasser marka et oskar?

Sur le pont
Chez oskar
Devant la maison de marka
Devant le supermarché

15 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Be safe de Xavier-Laurent PetitCréer un quiz sur ce livre