AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Isabelle Py Balibar (Traducteur)
EAN : 9782264026569
344 pages
Éditeur : 10-18 (12/09/1999)
3.77/5   55 notes
Résumé :
Patatras ! Comme si la vie n'était pas déjà assez compliquée dans la famille Rabbitte, voilà que le bon Jimmy Senior se retrouve au chômage. Pour d'autres, ce serait un drame. Pour lui, c'est l'occasion de prendre un peu de bon temps. D'autant que son copain Bimbo est dans le même cas. Alors ces deux-là occupent leurs journées ensemble. À regarder les filles passer et la pluie tomber. Mais comme ils se lassent vite à ne rien faire, ils décident de se lancer dans un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Crazynath
  12 octobre 2020
Dernier épisode de la trilogie des Commitments de Roddy Doyle, « The van » tient toutes ses promesses…
Je n'irais pas par quatre chemins, j'ai beaucoup aimé les deux premiers tomes et il en a été de même pour le troisième de cette trilogie. Décidemment, j'apprécie de plus en plus cet auteur et je compte bien ne pas en rester là et continuer à découvrir son oeuvre. Avec ces trois ouvrages, je n'ai lu que Smile pour l'instant, mais heureusement, j'en ai encore quelques autres dans ma Pal…
Il faudra aussi que je me procure les trois films tirés de cette oeuvre, car je pense qu'ils auront tout pour me plaire…Entre critique sociale et humour ,bref, je veux absolument les voir…De plus, depuis que j'ai découvert en fouinant sur le net que le rôle de Jimmy Rabitte senior est tenu par Colm J. Meaney, acteur que je connaissais surtout pour son role de Miles O'Brien dans les séries Star Trek, j'ai encore plus envie de voir The van et bien sur le film précédent, The Snapper.
Bon, donc nous retrouvons pour une dernière fois la famille Rabitte. Cette fois-ci, ce ne sont pas les enfants, mais bien le père de cette famille si attachante qui tient le devant de la scène, mais pas pour se produire musicalement…
En effet, Jimmy senior vient d'être licencié et il est difficile d'échapper au spectre du chômage dans cette Irlande du début des années quatre-vingt-dix… Son meilleur ami Bimbo va lui aussi se retrouver sans emploi et au début, le désoeuvrement et les sorties entre copains vont avoir du bon…
Mais nos deux compères vont avoir plus d'un tour dans leur sac et il vont acquérir un vieux camion à frites et ils ont bien l'intention d'en faire un fond de commerce, surtout que la coupe du monde de foot approche à grands pas…..

Challenge séries 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
PtitVincent
  24 novembre 2020
Dernier tome de la trilogie mettant en scène la famille Rabbitte, après « The Commitments » et « The Snapper ». Maintenant le père, Jimmy Sr est au chômage et profite du mieux qu'il peut de son temps libre pour ne rien faire. Bien sûr, le manque d'argent se fait régulièrement ressentir, notamment lors des fêtes de Noël ou pour les soirées au pub. Mais Jimmy Sr s'est habitué à la glandouille et en profite pour s'occuper (un peu) de sa petite-fille Gina. Puis son copain Bimbo, ancien boulanger, se retrouve dans la même situation. Celui-ci récupère un vieux van et l'aménage en baraque à frites, avec l'aide de Jimmy. Si l'argent et le savoir-faire ne sont pas forcément au rendez-vous pour se lancer, le projet avance vaille que vaille, et bientôt, à l'occasion de la Coupe du monde de football, les voilà au rendez-vous en face du pub du quartier. Et très rapidement, le succès est là. Jimmy supporte le travail, du moment que tout cela est fait avec beaucoup de déconne, et pour cela les deux compères sont des champions. Mais peu à peu, les idées de Maggie, la femme de Bimbo, pour développer l'affaire et surtout le fait que le van et l'entreprise de burger sont au nom de Bimbo, un mur commence à se dresser et à séparer les deux amis. Sans oublier la charge de travail qui augmente au fur et à mesure, ce qui fait que les soirées au pub deviennent de plus en plus rares. Leur amitié se retrouve en danger. Tout comme dans les précédents livres, Roddy Doyle nous raconte une famille nombreuse, issue de la classe ouvrière irlandaise, un peu bordélique sur les bords mais plutôt sympathique. Si les films de Stephen Frears se regardent avec plaisir, malheureusement, les romans donnent l'impression d'avoir devant soi des scénarios adaptés en livre, beaucoup de dialogues et plutôt mal écrits. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lucioledanslalune
  03 août 2012
The van se passe en Irlande, durant une des dernières coupes du monde de football, Jimmy Rabbitte est au chômage et décide de se lancer dans un petit commerce. Il rénove un petit camion et il embarque la famille dans l'aventure de la vente ambulante de frites ! Un roman à la Ken Loach, entre humour et problèmes sociaux.
Commenter  J’apprécie          70
spency42
  12 mars 2012
Roddy Doyle et sa trilogie de Barrytown ("The Commitments", "The Snapper" et "The Van"), ou l'art de faire évoluer efficacement un récit par le dialogue... Exercice de style parfaitement réussi pour cet auteur irlandais (qui n'est d'ailleurs pas un exercice pour lui, son écriture étant spontanément ainsi) que j'adore.
Si vous ne l'avez jamais lu, n'hésitez pas une minute...
Et empressez-vous ensuite de visionner leurs adaptations ciné (Alan Parker pour le premier et Stephen Frears pour les 2 autres, excusez du peu...) ; du (très grand) cinéma social comme seuls les britanniques savent le faire...
Commenter  J’apprécie          40
micetmac
  15 juin 2018
La vie n'est pas facile à Barrytown, le chômage est galopant et la misère, la vraie, jamais bien loin.nPlaie d'argent n'est point mortelle, dit celui dont le porte monnaie est ventru mais cela n'apaise pas les relations de couple. Celui de Jimmy Sr bat de l'aile, sa femme Véronica en a un peu plein de trimer du matin au soir pour nourrir sa tribu et rêve d'émancipation. Jimmy Sr tourne en rond et voir son propre fils le dépanner de quelques billet est un déchirement, cela tourne à l'obsession métaphysique.
C'est pourquoi ce Fish & Chip's artisanal, qui va se révéler une affaire juteuse, semble, à priori, une aubaine.
Mais entre les tendances managériales agressives et dictatoriales du vieux pote Bambi et la conscience syndicaliste tendance rouge énervée sans compromis de Jimmy Sr, l'étincelle couve et menace de faire sauter la belle amitié qui unit ces deux gaillards.
L'humour est toujours là dans ce dernier opus mais se teinte désormais d'une certaine mélancolie pas désagréable. Jimmy Sr voit ses enfants grandir, le fuir pour vivre leur propres expériences, sa femme l'éviter et attendre de lui une reconnaissance, un geste... Et ce grand ballot de se retrouver les bras ballants.
Une mélancolie anticipée nous gagne aussi en sachant que nous quitterons bientôt les Rabbitte, nous les avons vu pleurer, rire, se débattre sans jamais baisser les bras et se détourner les uns des autres .
A grand renforts de phrases incisives, de répliques cinglantes, de Guinness moussues, de jurons lestes, d'éclats de rires et de quelques larmes, nous les suivions dans leur vie banale mais jamais insignifiante.
Ce fut un beau voyage.
Lien : https://micmacbibliotheque.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
StockardStockard   21 novembre 2016
Le score était de 5-0 pour Barrytown. L'adversaire était nul. [...] La dernière fois que cette bande de crétins avait vu le filet bouger, c'était quand le gardien avait pété.
Commenter  J’apprécie          90
CrazynathCrazynath   12 octobre 2020
Il faisait un temps pisseux et froid. Pas vraiment le froid hivernal, mais ce truc qui vous pénètre jusqu'aux os et fait paraître minables toutes les pièces de la maison, sauf la cuisine quand tout le monde y est.
Commenter  J’apprécie          40
EffeLouEffeLou   29 octobre 2014
“-I love yeh, son, said Jimmy Sr.
He could say it and no one could hear him, except young Jimmy, because of the singing and roaring and breaking glasses.
-I think you’re fuckin’ great, said Jimmy Sr.
-Ah fuck off, will yeh, said Jimmy Jr. -Packie saved the fuckin’ penalty, not me.
But he liked what he’d heard, Jimmy Sr could tell that. He gave Jimmy Sr a dig in the stomach.
-You’re not a bad oul’ cunt yourself, he said.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VioletteBeauregardVioletteBeauregard   19 octobre 2011
C'était le plus beau jour de la vie de Jimmy Senior. Les gens qu'il servit ce soir-là eurent beaucoup plus de frites que ce à quoi ils avaient droit. Ils firent tout de même une petite fortune et vendirent tout leur stock. Ils ne leur restaient même pas un Mars. Ils fermèrent à 10h, merveilleusement tôt, et s'envoyèrent quelques pintes tranquilles. Les chansons s'étaient tues. Après quoi Jimmy Sr rentra chez lui. Veronica était dans la cuisine, où elle lui fit à manger, et il se remit à pleurer quand il lui raconta le pub et la rencontre avec Jimmy Jr. Elle le traita de dingue. C'était le plus beau jour de sa vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
madamedekeravelmadamedekeravel   02 août 2017
Ils montèrent dans le van.
- Ils ont drôlement bien bossé, tu trouves pas ?
C'était lundi matin de bonne heure, il faisait beau.
L'intérieur était toujours cradingue, il y avait toujours une drôle d'odeur - en pire, maintenant que le van était beaucoup plus propre : une odeur un peu déplacée - mais le van avait l'air foutrement plus reluisant que deux jours avant.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Roddy Doyle (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roddy Doyle
Smile, Written and Read by Roddy Doyle
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
164 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre