AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeanne-Marie Santraud (Traducteur)Douglas Kennedy (Préfacier, etc.)
ISBN : 2757816756
Éditeur : Points (25/02/2010)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Premier roman, publié en 1900, de Théodore Dreiser, ce roman, enrichi par une analyse sociologique et psychologique, propose un instantané de l'existence d'une jeune femme provinciale, issue d'une famille pauvre qui décide de tenter sa chance à Chicago. Elle prend un amant, puis un autre avant d'entamer une carrière théâtrale qui se révélera triomphale.

Sister Carrie, Theodore Dreiser's revolutionary first novel, was published in 1900--sort of. The st... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
lolo71
  19 juillet 2010
Théodore Dreiser est considéré comme le père de l'école naturaliste américaine en littérature. Son premier roman paru en 1900 s'attachait en effet à décrire le poids du déterminisme social dans la conduite des destinées humaines, à la manière d'un Zola. Et comme ce dernier, c'est dans les couches populaires de la société qu'il puise la matière de ses livres.
Caroline Meeber, « Sister Carrie » pour sa famille, jeune fille pauvre, quitte Columbia City et ses parents pour aller chercher une vie meilleure à Chicago. Elle habite chez sa soeur et son beau-frère dans un modeste appartement. Commence alors pour Carrie une longue déambulation dans les rues de Chicago, à la recherche d'un travail, véritable parcours du combattant pour une jeune provinciale sans expérience. Elle finit par se faire embaucher comme manoeuvre dans une fabrique de chaussures. Mais Carrie, éblouie par le tourbillon de la vie de la grande ville alors en plein essor, avide d'aisance et de biens matériels, se morfond dans cette vie médiocre. C'est alors qu'elle croise Charles Drouet, voyageur de commerce coureur, frivole et charmeur qu'elle a rencontré dans le train qui l'amenait à Chicago. le jeune homme la séduit et s'installe avec elle. La situation de Carrie s'améliore.
« Sister Carrie » fut considéré comme un roman immoral, à tel point que Dreiser dut même batailler contre son éditeur pour le faire publier. Carrie, intelligente et belle, se sert des hommes pour s'élever socialement. Et n'hésite pas à s'en séparer lorsqu'ils ne sont plus qu'un obstacle à ses ambitions. Pas de sentiments nobles et élevés chez Dreiser, mais l'évocation des aspects les plus triviaux et vils de la condition humaine. Il ne faut cependant pas voir en Carrie un personnage abject. Elle est bien plutôt la victime de cette recherche de réussite sociale et matérielle qui la fait passer à côté de l'essentiel.
Les premières pages du livre sont jalonnées de considérations philosophiques qui alourdissent le propos. Mais très rapidement le texte se resserre sur l'intrigue et l'évolution des personnages. Dreiser nous entraîne dans le Chicago de la fin du XIXème siècle, entre ses quartiers résidentiels en construction et ceux du commerce en gros et des usines. Il nous offre une virée sur Broadway, à New-York, artère clinquante et festive, où l'on vient se promener comme à la parade. Mais il nous montre également la misère noire des laissés pour compte, les soupes populaires et les refuges miteux. Dans l'Amérique de Dreiser, les rapports sociaux sont impitoyables et la lutte acharnée pour grappiller une part du rêve. Malheur aux vaincus ! Produit de son époque et de sa culture, Carrie n'échappe pas à la quête frénétique du succès. Elle ne fait pourtant que poursuivre une chimère, comme elle en fera l'amer constat. C'est sans doute cette critique acerbe du credo américain qui indigna le plus les critiques à la sortie du livre. Pour le lecteur français d'aujourd'hui, « Sister Carrie » est avant tout une oeuvre puissante, passionnante, moderne et désenchantée.

Lien : http://plaisirsacultiver.unb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ELLELITHELENE
  29 décembre 2015
acheté après "une tragédie américaine" toujours en attente de lecture, mais lu donc en premier, j'ai apprécié mais trouvé certains passages bien trop longs. J'ai trouvé un grand intérêt à découvrir cet auteur qui a révolutionné en son temps la littérature puisqu'il est dit officiellement qu'après Dreiser, on n'a plus jamais écrit comme avant. Comme Jane Austen donc, par exemple. Je crois que Dreiser a apporté à l'époque le côté "rentre dedans" qui manquait à ces romans un rien languissants, surannés et que l'on qualifierait à présent d'un poil désuets. le côté planté dans le réel et brut de décoffrage -pour l'époque- bien sûr est palpable tout au long de la lecture et je mesure le pavé dans la mare qu'a dû être ce bouquin.
A découvrir donc de ce pont de vue mais attention, vous risquez de trouver des longueurs et de lire en diagonale ce que j'ai souvent fait. le personnage d'Hurstwood marque le roman presque plus que Carrie, elle monte, il dégringole, mais je n'ai pas trouvé Carrie détestable non, elle avance, elle a offert sa jeunesse et sa beauté et elle la reprend ensuite parce qu'elle n'aime plus Quant à la quête du bonheur, j'y ai vu plutôt celle de la réussite sociale, peut être parce que je ne crois pas au bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Christelle83230
  10 juillet 2016
Premier roman de Theodore Dreiser, un auteur américain naturaliste, écrit en 1900.
Sister Carrie, notre Carrie comme on pourrait le traduire en français, retrace la vie d'une toute jeune femme qui fuit sa ville natale pour rejoindre Chicago, alors en plein essor et effervescence industrielle. Vivant chez sa soeur, ses débuts sont difficiles. Elle ne trouve que des emplois de main d'oeuvre bien souvent sous-payés et précaires. Rêvant de faire fortune, elle se voit contrainte de prendre un amant, le charmant Drouet, qui lui permettra d'accéder à ses rêves les plus fous et de lui offrir ce dont elle a besoin... Avant de se laisser séduire par son ami, riche directeur en vue, Hurstwood, dont la folle passion qui le lie à Carrie, le conduira à sa perte.
Une saga que l'on peut qualifier de désuète et qui traîne parfois en longueur (plus de 700 pages) mais dont le principal intérêt réside dans la découverte d'une Amérique du début du siècle. On y découvre un Chicago en pleine expansion et son développement spectaculaire avec la grande migration des années 1870-1920. le contexte de cette époque est bien mis en avant : essor industriel, les grèves générales d'ouvriers des usines tournant à l'affrontement et aux émeutes, la paupérisation d'une partie de la population et de l'autre côté les magnats... La découverte de la naissance de New York et du rêve américain est tout simplement captivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Frederic524
  28 août 2018
Publié en 1900, « Sister Carrie » est le premier roman de l'écrivain américain Theodore Dreiser (1871-1945). Il est important dans l'histoire de la littérature en ce sens ou avec « Sister Carrie », Dreiser est considéré comme le fondateur de ce que l'on va appeler l'école naturaliste américaine qui puise aussi dans l'héritage français d'un Emile Zola par exemple. Il a une façon nouvelle de parler du rêve américain, de cette quête perpétuelle d'un bonheur passant notamment par l'accumulation d'un argent nécessaire (?) à l'épanouissement de l'être. C'est tout du moins ce que pense beaucoup mais ce n'est pas là l'essentiel pour un Dreiser qui traitera toute sa vie durant des inégalités sociales criantes de la société américaine. Ce rêve américain, il en dépeint les éléments fascinants mais également les limites qu'il dénonce avec force ici. Ce roman à sa parution a provoqué l'indignation et n'a pas eu la place, le succès qu'il méritait. C'est seulement à sa mort en 1945, que Dreiser fût salué comme un modèle par des écrivains aussi prestigieux que Ernest Hemingway ou Francis Scott Fitzgerald. le style d'écriture dégage un parfum suranné qui m'a plu. L'histoire est riche en rebondissements et l'on se prend à tourner les pages les unes après les autres pour connaître l'issue de cette tragédie américaine (titre de son livre culte publié en 1925) qui mérite d'être lu comme un passionnant témoignage de ce que pouvait être la peinture sociale de ces années du tout début du XXème siècle aux Etats-Unis.
Lien : https://thedude524.com/2016/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Selket
  01 mars 2019
Un classique de la littérature sur le thème de l'immigration urbaine, du mercantilisme et de l'attrait des nouveaux centres urbains. Une jeune provinciale monte à Chicago pour trouver du travail. Devant la difficulté, elle accepte la commodité d'être 'la maitresse'. Un roman qui fait écho à notre époque sur la dureté de la vie économique et sociale.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   12 janvier 2017
... Sister Carrie est un livre qui, cent-dix ans après sa première et désastreuse publication, garde un punch percutant. Dreiser savait raconter une histoire, c'est clair, et son roman iconoclaste, outre qu'il conserve une place d'exception dans le développement de la littérature d'outre-Atlantique, reste une excellente étude sur le thème de la constitution d'une identité par le truchement de la réussite matérielle, un sujet qui, comme nous disons chez nous, est aussi américain que la tarte aux pommes.
P.15
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Theodore Dreiser (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Theodore Dreiser
Avant et après la chute de Richard Bausch et Stéphanie Levet aux éditions Gallimard
Quand Natasha Barrett et Michael Faulk se rencontrent, chacun voit en l'autre la lumière inespérée venue éclairer sa nuit. Elle, la trentaine, rêve d'être peintre mais s'est perdue dans une vie qui ne lui ressemble pas. Lui, à l'approche de la cinquantaine, quitte la prêtrise après des années de sacerdoce. Quelques semaines avant leur mariage, Natasha part en Jamaïque avec une amie tandis que Michael se rend à New York. Surviennent alors les attentats du 11 septembre. Natasha croit avoir perdu Michael pour toujours et vit sur la plage un autre drame dont elle ne veut ni ne peut parler. Leur rêve de bonheur vacille ; de nouveau réunis, tous deux s'enferment dans un silence et une incompréhension de plus en plus profonds. Richard Bausch décrit les ravages que produisent ces quelques jours - avant, pendant et après le 11 septembre - sur la destinée d'un couple rongé par les malentendus. Dans ce vaste roman où s'imbriquent l'intime et le collectif, il explore avec beaucoup de finesse les méandres du repli sur soi, les zones d'ombre de l'existence et les sentiments contradictoires qui nous animent.
Une tragédie américaine de Theodore Dreiser aux éditions ACE
Fils d évangélistes errants, Clyde Griffiths vit mal la mendicité dévote de ses parents. Devenu jeune homme, il trouve un emploi dans un hôtel de luxe, où la richesse des autres l éblouit. Mêlé par insouciance à une sinistre affaire, il fuit la ville et se réfugie auprès d un oncle fortuné, propriétaire d une usine. Faible, vaniteux, ignorant, sensuel, attiré par le fruit défendu, Clyde séduit une petite ouvrière, Roberte Alden, qui le croit sincèrement amoureux d elle. Mais lors d une soirée chez son oncle, il est remarqué par la belle Sondra, une hautaine héritière qui s éprend follement de lui. Clyde se voit déjà riche. Mais Roberte est enceinte. Blessée par son infidélité, elle le menace de scandale. Il décide de s en débarrasser. Tels sont les ingrédients de ce roman policier et social, inspiré d une affaire criminelle réelle. Son titre indique la portée que Theodore Dreiser lui attribue. le cas Griffiths est pour l auteur caractéristique d un état des choses propre à l Amérique, à la fois immorale et puritaine. Considéré aux États-Unis comme l un des 100 plus grands romans jamais écrits en anglais, Une tragédie américaine a fait l objet d adaptations cinématographiques, dont le très célèbre film de George Stevens Une place au soleil, avec Elisabeth Taylor et Montgomery Clift.
Fable d'amour de Antonio Moresco et Laurent Lombard aux éditions Verdier
Le récit commence, se construit, et s'achève comme une fable : un vieux clochard, arrivé au plus bas de la déchéance sociale et physique, entre cartons souillés et sacs en plastique, dont le seul ami est un fidèle pigeon, fait la rencontre de la "jeune fille merveilleuse" qui le sauve par amour. Comme dans une fable, il instaure avec le lecteur un échange qui ressemble à celui du conteur et de son public et, loin de se complaire dans l'analyse psychologique des personnages, il s'appuie sur les passions fondamentales, moteurs muets des belles actions. Mais dans cette fable, rien de mièvre ni d'enfantin, rien de gratuit ni de mécanique. Rien de prévisible non plus, mais une ouverture qui surprend et suscite stupeur et émerveillement. Dans une scène qui a la pureté des grands récits fondateurs, la jeune fille merveilleuse sort ce personnage, comme venu des poubelles de Beckett, de ses cartons, prend un soin infini à le laver, à l'épouiller, à le remettre sur pied. Mais l'amour le plus pur et le plus mystérieux peut-il être plus fort que la vie ? a-t-il vocation à durer ? Si l'amour est sans pourquoi, doit-on chercher plus d'explications à ce qui le tue qu'à ce qui le fait naître ? Moresco écrit à propos de Fable d'amour : "Dans ce roman sont présents la cruauté et la douceur, la désolation et l'enchantement, la réalité et le rêve, la vie et la mort, qu'on ne peut séparer si l'on veut parler vé
+ Lire la suite
autres livres classés : fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1256 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre