AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782824620718
480 pages
City Editions (22/06/2022)
4.2/5   104 notes
Résumé :
Au cœur de l’Occupation, à Paris, Sarah vient d’être arrêtée. Parce qu’elle est Juive. Juste avant de monter dans le train pour Auschwitz et les camps de la mort, la jeune femme prend une terrible décision : elle donne Samuel, son bébé, à un inconnu..

L’homme n’hésite pas une seconde et décide de tout faire pour sauver et prendre soin de cet enfant. Avec sa fiancée et le petit Samuel, ils fuient Paris pour les États-Unis, pays où l’on peut encore êtr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 104 notes
5
25 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

jeunejane
  30 mars 2022
Jean-Luc travaille à la SNCF passée aux mains des Allemands. Il veille à la maintenance des rails pour le passage des trains vers l'Allemagne.
Il se rend compte avec horreur du traitement réservé aux juifs entassés dans les trains et emmenés vers des camps en Allemagne.
Lors d'une tentative de sabotage, il est blessé et emmené dans un hôpital allemand de Paris. Il y fait la connaissance de Charlotte, parisienne et honteuse de travailler pour les Allemands. Ils tombent amoureux.
Sarah et David, juifs parisiens viennent d'avoir un petit bébé , Samuel. Ils sont arrêtés et doivent prendre un train de prisonniers. Sarah parvient à confier son tout petit bébé à Jean-Luc.
Avec Charlotte, ils prennent la fuite avec le bébé pour le protéger.
On les retrouve en Californie en 1953, heureux, formant une famille loin de se douter que les parents de Samuel, 9 ans, auraient pu survivre. Et pourtant...
Là commence une analyse subtile des liens qui se nouent entre des parents adoptifs et un enfant, des liens difficiles à recréer entre un enfant perdu à l'âge de deux jours et retrouvé à l'âge de 9 ans.
Une relation bien analysée entre des parents biologiques qui veulent posséder leur enfant plutôt que de vouloir son bonheur, entre des parents adoptifs qui ont noué un lien très fort avec l'enfant recueilli.
Ruth Druart nous raconte cette douloureuse histoire en créant un réel suspense.
La parole est donnée successivement aux cinq protagonistes de l'histoire.
Les deux familles effectuent un travail sur eux-mêmes.
Une histoire pas banale qui met en scène un enfant et des personnages très humains sur fond dramatique de la deuxième guerre mondiale et ses suites inattendues.
La fin est merveilleuse, tout à fait en accord avec l'arrangement pris entre les deux mamans.
Un très beau roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          752
1967fleurs
  30 juillet 2022
C'est en regardant les livres sur Babelio parus en livre poche, que j'ai craqué pour cette lecture l'enfant du train de Ruth Druard.
Une histoire qui se déroule sous l'occupation allemande à Paris.
C'est la chasse aux juifs pour les camps de la mort.
Sarah et son mari David viennent d'être arrêtés avec leur bébé Samuel, et s'embarquent dans un train pour Auschwitz. Ils comprennent bien qu'ils ne reviendront pas.
Sa mère se trouve face à un choix cornélien. Elle décide de sauver son bébé en le confiant à un cheminot, Jean Luc qui comprend le message, se retrouve avec un nouveau-né dans les bras.
La mère de l'enfant photographie la tête du jeune homme et voit qu'il a une particularité à une main.
Lors d'une tentative de sabotage, il avait auparavant rencontré Charlotte à l'hôpital où il avait été blessé à la main. Tous les deux s'étaient épris l'un pour l'autre et rien ni personne ne pouvait entraver cette relation.
Ce jeune couple va fuir la France pour trouver la liberté et chérir Samuel comme leur enfant.
Leur périple sera fait d'embûches, de rencontres bienfaitrices, généreuses, aimantes qui comprennent leur décision. C'est avec l'aide d'un passeur qu'ils vont marcher dans le maquis avec le bébé qui a ses besoins, il est porté par Jean Luc en écharpe, sinon c'est Charlotte qui le prend sur elle. C'est un passage bouleversant car, quand bien même ils sont dans la fuite, le jeune couple s'attache et nourrit le bébé au gré de leurs rencontres.
C'est en 1953, installés confortablement en Californie, qu'ils sont les heureux parents de Samuel, qui a maintenant 9 ans.
La vie va leur donner rendez-vous, car le passé ressurgit, leur destin va basculer.
Je n'en dirai pas plus, mais c'est un livre très bien écrit, sur l'adoption, la filiation, l'amour parental qui va trouver ses limites à un moment inattendu.
Les différents personnages vont évoluer et tisser des liens qui ne sont pas toujours faciles, tiraillés par l'amour filial.
J'ai été happée par cette belle lecture envoutante, l'écriture est superbe et on ne s'embrouille pas au fil des pages, car la construction du roman est évolutive et il n'y a pas de point de rupture.
Une histoire unique imaginée par l'auteur après s'être documentée sur cette période terrible, un magnifique roman, faits de rebondissements, qui donne au lecteur un final magique et authentique.
Une lecture addictive, passionnée, que je ne suis pas prête d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          359
diablotin0
  03 novembre 2021
"L'enfant du train" est un roman sur l'amour parental et comme le précise l'auteur sur ses limites mais au terme de cette lecture j'ai plus envie de dire sur ses non limites.
En quelques mots, c'est l'histoire de Sarah et David qui viennent d'avoir un enfant mais arrêtés pour être envoyés à Auschwitz, Sarah prend la terrible décision de confier leur tout petit à un inconnu qui s'avère être Jean-Luc. Celui-ci et son amie Charlotte le prennent en charge et font le choix de s'exiler aux États-Unis. 9 ans plus tard, les parents biologiques du petit Sam le retrouve.
C'est une romance qui aurait pu tomber dans le côté fleur bleue mais cela n'a pas été le cas. On vit les sentiments de chacun que cela soit ceux de Jean-Luc, de Charlotte, de Sarah de David ou encore de Samuel. On ressent de l'empathie pour tous, ce qui met bien en relief la complexité des sentiments, la difficulté d'aimer véritablement, aimer l'autre et non pas aimer pour soi.
Si je n'ai pas versé une larme pendant la quasi-totalité du livre c'était trop m'en demander à la fin ou inévitablement la boîte de mouchoirs a été, une fois de plus, salutaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
charlotte44350
  15 juin 2022
Quelle lecture !!! Un coup de coeur !!!
Les romans sur la seconde guerre mondiale sont des livres que j'affectionne tout particulièrement. Ce sont toujours des lectures fortes, poignantes et qui nous font réfléchir sur cette période affreuse.
L'écriture est fluide et les chapitres sont courts ce qui rend ce livre totalement addictif . J'ai beaucoup aimé la construction de l'histoire car l'autrice a su en presque 500 pages décrire la vie des personnages du début à la fin. Une histoire complète et détaillée où il ne manque rien. Nous les découvrons en 1944 en étant de jeunes adultes pendant l'occupation et puis jusqu'en 1953 en étant parents et ayant survécu à la guerre. Nous alternons régulièrement notre lecture entre ces 2 années ,ce qui donne une vraie densité à l'histoire.
Durant toute cette période, nous suivons les personnages dans leur combat pour survivre. D'abord en essayant de fuir mais finalement en luttant chaque jour dans les camps de travail à Auschwitz.
Dans la plupart des romans où le thème abordé est la seconde guerre mondiale, nous restons beaucoup dans l'horreur des camps de concentration et du combat des protagonistes pour éviter la mort , mais ce n'est pas le cas dans celui-ci et c'est justement ce qui m'a beaucoup plus.
Bien sûr une partie de l'histoire ce passe à Auschwitz mais pas seulement. Après la guerre, nous suivons 2 familles, l'une habitant en France et l'autre en Amérique.
Une grande partie de l'histoire tournera autour de cet enfant appartenant à une juive qui le confiera à un cheminot avant d'être emmenée dans un camp . Ce geste incroyable mais également impensable qu'a fait cette mère pour sauver son enfant de la mort aura de grandes conséquences pour la suite de l'histoire et nous montrera jusqu'où des parents peuvent aller par amour pour leur progéniture.
Mêler une histoire autour des camps de concentration avec le lien parents/enfants n'a fait que donner une intensité et une émotion plus importante à ce livre !
Même dans l'horreur la plus totale, l'envie de vivre pour votre enfant est la plus forte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Beli_LivreSaVie
  03 août 2021
Lorsque j'ai débuté la lecture de ce roman, je me suis demandée de quelles façons l'auteure allait nous présenter l'histoire. Il y aurait eu tant de façons possible de nous la conter, mais j'ai tout de suite beaucoup aimé la perspective de la découvrir comme elle l'a fait.
Le roman se compose de trois parties. Trois parties durant lesquelles nous allons passer de l'année 1953, en faisant des allers-retours vers le passé, en 1944. Chaque espace temps étant bien délimité et nous permettant de découvrir l'histoire de tous les personnages du temps de la guerre. L'auteure a su donner la parole à chacun d'eux, utilisant une narration différente selon les personnages, tantôt à la troisième personne, tantôt la première, mais chaque narration nous apporte la même quantité d'informations sur les personnages, tout comme sur les émotions éprouvées par chacun d'eux. La construction de ce roman ainsi en plusieurs parties, marquent l'histoire de plusieurs étapes, et l'alternance des périodes nous offrent les informations en temps voulu, nous permettant ainsi de cheminer dans l'histoire qui lie tous les personnages autour d'un enfant.
Nous commençons le récit en 1953, aux Etats-Unis, avec Jean-Luc et Charlotte, qui vivent depuis des années maintenant avec leur fils Sam en Californie. Jean-Luc et Charlotte sont français, et ils ont fuit la France pendant la guerre avec Sam, pour le sauver. Sam n'est pas leur fils biologique, il a été confié à Jean-Luc par sa mère, qui était juive alors qu'elle allait partir vers un camp de concentration, le bébé n'avait que quelques jours alors. L'histoire nous présente le couple dans sa vie actuelle, en parents aimants, avec un Sam épanoui et heureux, jusqu'au moment où la police vient frapper à leur porte. C'est alors que nous nous replongeons dans le passé pour d'abord aborder l'histoire de Jean-Luc, sa rencontre avec Charlotte, et l'histoire de leur relation qui née en temps de guerre. Ils sont alors bien jeunes, Charlotte a dix-huit ans et Jean-Luc vingt et un, et tous deux sont confrontés à l'occupation allemande. Il sera alors passionnant de découvrir de quelles façons ils vivent tous deux cette occupation et tout ce que cela engendre comme changements dans leur vie. Nous sommes alors ancrés dans le Paris occupé, avec cette question de ce qui est bien, et de ce qui est mal. L'Allemagne a pris le contrôle du pays et s'octroie tous les droits, les français se doivent de leur obéir, mais ils se posent beaucoup de questions jusqu'à se demander où débute la collaboration. En effet, de « travailler » pour eux, alors que l'on n'a pas le choix est-il une forme de collaboration ? Ils envisageront tous deux de quitter Paris, de rejoindre le maquis, de se rendre utile pour lutter contre les allemands. Les français, bien qu'ils ne soient coupable de rien vis à vis de la loi, vivent dans la peur constante de ce que les allemands pourraient leur faire, la moindre sortie se fait sous pression de peur d'un contrôle, leur jeunesse les poussent à vouloir agir mais ils n'ont pas toutes les cartes en main pour savoir quoi faire.
C'est alors que le destin accélère les choses, il place Samuel sur leur chemin. Jean-Luc se voit confier ce bébé, et tout se précipite, il décide de fuir avec lui pour le sauver et Charlotte décide de le suivre. C'est ainsi que nous les suivrons dans leur fuite, ce moment où ils vont devenir une famille par la force des choses. Pour savoir qui est Samuel, nous ferons aussi la connaissance de ses parents, ce jeune couple juif qui va tout faire pour se cacher alors que les allemands embarquent tous les juifs vers Drancy, avant la déportation vers l'Est. On reste plongé dans ce Paris occupé, mais du point de vue de ceux qui sont persécutés et poursuivis, ceux dont on veut se débarrasser. Sarah et David sont un jeune couple amoureux et qui ont toujours l'espoir que tout cela prendra fin et qu'ils reverront leur famille, mais la naissance de Samuel précipite les choses, et quant ils se font prendre, ils se font la promesse de tenir et de se retrouver.
La vision de tous ces personnages nous apporte énormément, elle nous permet de vivre tous ces moments cruciaux de l'histoire de différents points de vue. Cela nous permet de comprendre toutes les décisions prises et c'est d'autant plus important que du coup, on comprend ce que chacun a pu éprouver à chaque moment et on ne peut que valider les choix de chacun d'eux. Quand plusieurs années plus tard, le sort de Samuel passe en jugement, on sait alors que quoiqu'il arrive, ils vont souffrir d'un côté comme de l'autre et c'est déchirant alors de les voir être pris dans la tourmente des événements. Samuel sera au centre de tout cela, il sera le pilier autour de qui tout tournera. On appréhendera son personnage au début au travers du regard de ses parents, tant biologiques que de coeur, voyant ce bébé être l'espoir de lendemains heureux. Puis des années plus tard, il prend part à la narration, nous offrant son point de vue, celui d'un enfant que l'on arrache à un foyer dans lequel il était heureux pour aller vivre chez ses « vrais » parents dont il n'a jamais entendu parler. Il vivra alors des moments de solitude intense, où il ne sera plus trop qui il est, mais en restant toujours ancré dans sa famille de coeur, celle qui l'a éduqué. Samuel est très jeune, et ne peut pas se rendre compte de ce que ses parents biologiques ont vécu, de l'impact que cette décision de le confier à Jean-Luc a eu sur chaque personne que s'est occupée de lui, cela rendra les choses d'autant plus difficiles alors.
Ce que j'ai apprécié, c'est que l'auteure nous présente tous ses personnages tels qu'ils sont, sans être glorifiants, ils sont munis de leurs défauts, de leurs doutes, de leurs peurs légitimes, des questions qui les taraudent et des décisions qu'ils prennent, et cela fait d'eux des individus plus proches de la réalité de la vie qui est la leur alors. Mais s'ils ne se considèrent pas comme des héros, ils sont tout de même courageux, déterminés et ils iront jusqu'au bout pour mener à bien les perspectives d'avenir qui s'offrent à eux. Chacun d'eux vivra comme il le peut, avec toutefois cette part de culpabilité qui les empêche d'être complètement heureux, mais la guerre a changé tant de choses dans leur vie, qu'ils doivent se raccrocher à ce qu'ils ont. Si lors de notre lecture, on pourrait porter un jugement sur tel ou tel agissement, pouvons-nous toutefois nous le permettre ? Rien n'a été décidé pour faire du mal, et chaque décision prise l'était pour que le moins de personne ne souffre et c'est par amour qu'ils agiront. de mon côté, j'ai été touchée par chacun d'eux, par ce que tous ont vécu et j'ai trouvé la direction qu'a pris cette histoire très intéressante. L'amour parentale nous est présenté sous différentes formes mais il reste le sujet central de l'histoire.
C'est un roman bouleversant et très émouvant. Déjà il évoque une sombre période qui nous rappelle que l'humanité a été heurtée profondément, et de parler de cette guerre provoque déjà bien des émotions, c'est bien entendu ce qui a motivé mon intérêt pour ce livre, cette période de la seconde guerre mondiale. Mais au delà de cela, ce roman évoque l'amour parentale qui va être ici mis à rudes épreuves. Tant de sentiments seront alors abordées : la peur, la souffrance, le courage, l'espoir, le désespoir, la tristesse, chaque personne éprouvera tous ces sentiments et ce de façons différentes, dans des conditions différentes et à des moments différents, mais chaque sentiment éprouvé sera légitime. Ce qui est très beau avec ce texte, c'est comme je le disais plus haut, de pouvoir comprendre ce que chacun d'eux a choisi de faire. Ce n'était peut être pas toujours les bonnes décisions, mais elles restent compréhensibles. J'ai trouvé la fin de ce roman vraiment très belle, elle m'a beaucoup touchée, pour moi, l'histoire n'aurait pas pu se dérouler autrement, même si je n'ai pas trouvé juste toutes les décisions qui ont été prises.
C'est un premier roman pour l'auteure et je l'ai trouvé vraiment très beau. Je ne m'attendais pas à vivre tant de moments très marquants de l'histoire, à travers l'histoire de deux couples, des parents et cet enfant qui va être l'élément déclencheur de toute cette histoire. On y évoque l'occupation de Paris par les nazis, la position des français de l'époque, qu'ils soient collabo ou pas, et c'était justement très intéressant de s'interroger sur cette vision de collaboration. La déportation des juifs est aussi bien entendu traitée, avec d'abord ces doutes qui s'insinuent dans le monde quand au destin des prisonniers juifs, puis en vivant la déportation de Sarah et David. L'auteure évoque aussi la Résistance, le passage des personnes en fuite et l'autre versant du monde, l'Amérique. Tant d'éléments passionnants à lire durant cette période qui a mis le monde au plus bas. L'enfant du train est un roman parfaitement bien équilibré qui nous offre une vision de la seconde guerre mondiale très intéressante.
Lien : http://www.livresavie.com/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   30 mars 2022
- On joue aux billes ? demande Zack à la récré.
...
- Pour aujourd'hui, tu peux prendre les miennes, dit-il en m'en donnant trois.
Ce sont les transparentes avec des couleurs qui se déploient comme une plume d'oiseau à l'intérieur. J'en étudie une : elle n'est pas tout bêtement bleue, mais de deux nuances différentes, exactement comme ma préférée à la maison. Je la serre de toutes mes forces dans mon poing, le ventre tordu par la nostalgie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
NicolaKNicolaK   12 juillet 2021
Jean-Luc jauge l’individu d’un coup d’œil : costume bleu marine, chemise blanche, cravate passe-partout, regard arrogant. En temps ordinaire, il ne relève pas lorsqu’on écorche son nom de famille, mais ce matin, il se sent piqué dans son orgueil. Peut-être à cause de l’aplomb de cet homme qui vient sonner chez lui de si bonne heure. — Ça se prononce Beauchamps, rectifie-t-il. C’est français. Le regard de l’homme-pélican se durcit presque imperceptiblement et il avance le pied dans l’embrasure de la porte. — Oui, on sait que c’est français, mais ici, on est en Amérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NicolaKNicolaK   12 juillet 2021
Jean-Luc en rajoute dans l’étonnement, mais sa voix sonne faux à ses propres oreilles – une octave trop haut. Les bruits assourdis du petit déjeuner lui parviennent de la cuisine : les assiettes qu’on empile, le rire léger de son petit garçon. Ces bruits familiers résonnent autour de lui tel un rêve lointain. Il ferme les yeux, s’agrippant avec la force du désespoir à une réalité qui lui échappe. Le cri perçant d’une mouette le ramène au présent. Son cœur cogne vite et fort dans sa poitrine, comme un oiseau affolé contre une vitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jeunejanejeunejane   30 mars 2022
Donnez un peu de pouvoir à un faible et il en abusera. Les gendarmes en étaient un exemple parfait. Jean-Luc avait vu Charlotte s'éloigner avec soulagement, mais désormais, il était seul face à eux. Ils n'avaient aucun motif pour l'arrêter, mais Jean-Lus savait qu'ils ne manqueraient pas d'exercer leur peu d'autorité à son encontre.
Commenter  J’apprécie          50
NicolaKNicolaK   12 juillet 2021
Jean-Luc approche le rasoir de sa joue. L’espace d’une fraction de seconde, il ne se reconnaît pas dans le reflet que lui renvoie le miroir de la salle de bains. Le rasoir en l’air, il se regarde droit dans les yeux, perplexe. Il a pris un petit quelque chose d’Américain. C’est là, dans ce hâle sain, ces dents blanches, mais autre part, aussi. Dans ce menton qu’il lève avec assurance ? Dans ce sourire confiant ? Quoi que ce soit, cela lui plaît. Faire Américain, c’est une bonne chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : sacrificeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2634 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre