AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749161363
Éditeur : Le Cherche midi (22/08/2019)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Jeanne,
Je pars demain pour Damas. Voilà tant d'années que je ne suis pas allé voir la guerre pour montrer son visage. Et j'ai peur, de nouveau, depuis ce que j'ai vu au Rwanda, peur de ne pas réussir à capter son regard, peur de ne faire que des instantanés qui ne montrent pas la guerre et ne représentent que ses fruits. Alors, tout en livrant aux agences ces clichés mineurs qui feraient les unes de la presse, j'ai prolongé une oeuvre, restée secrète, consti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
GeorgesSmiley
  03 septembre 2019
Enguerrand s'en était allé guerroyer armé de son appareil photo. Il en mourut et ne légua à Jeanne que quatre négatifs et quelques notes…
« Sa passion pour les images date de l'école communale, celle de la rue Saint-Jacques puis de la rue Victor Cousin, celle des blouses grises et des plumiers, du lait chocolaté de Mendès France et de la mort de Piaf. Les premières images avaient été celles de la récompense, déposées comme une hostie dans la paume de la main à la fin de chaque semaine, le samedi, peu avant midi, car le travail avait été bien fait, les leçons apprises et les cahiers tenus. »
Au croisement de la photographie et de la peinture d'un côté, de l'action humanitaire, du reportage de guerre et des horreurs de celle-ci de l'autre, voici un roman ambitieux, sorte d'enquête culturelle complexe et sophistiquée à propos de quatre clichés, plutôt quatre compositions réalisées par un photographe de guerre récemment disparu. Qu'a-t-il vu, qu'a-t-il voulu voir et transmettre, quelle symbolique se dissimule dans cette oeuvre d'art singulière (qui «ouvre une dimension vertigineuse ») auquel le roman emprunte son titre ?
Les références guerrières (Rwanda, Bosnie, Afghanistan, Irak) et picturales s'enchaînent, Vierge de l'Annonciation, Ucello, Vélasquez, Picasso sont convoqués, décortiqués et révélés car le photographe pourrait bien s'être inspiré de certaines de ces oeuvres pour traduire en photo sa vision tragique et esthétique de la guerre.
L'auteur ne ménage pas son lecteur car comment décrire photographies et peintures avec seulement des mots ? Il le fait avec conviction, pédagogie et talent, la limite de l'exercice se situant plutôt dans la capacité du lecteur à reconstituer ce qu'on lui dépeint. Pas question de se laisser aller, la concentration doit être maximale pour réussir ce travail d'imagination.
D'autant qu'ici ou là, on n'échappe pas à quelques passages contestables, certains un peu (pour ne pas dire beaucoup) abscons : « C'était un son muet expulsé par sa gorge où il était resté tapi, une bulle de silence, vide, où elle se sentait enfermée, bâillonnée par un vacarme assourdissant qui mettait tout à coup sa vie en pièces. » et « ce qu'écrivait Enguerrand dans sa lettre sur le silence visuel de la photographie, ce coup d'arrêt donné par la fixité de l'image, comme une musique énigmatique qui s'adresse à l'oeil et lui permet d'entendre le mutisme des choses. » Ouf !...
…ou un autre frisant le mauvais goût, comme ce passage où l'un des clichés révèle sa filiation avec Picasso : « « C'est l'oeil de Guernica, d'où jaillissent les bombes, le choc et l'effroi, l'effrayante lumière qui sacrifie le taureau et aveugle le cheval…Oui, c'est l'oeil de Guernica ! » Alors qu'elle sautait de joie en criant : « C'est l'oeil de Guernica ! » Gilles la serra dans ses bras en sautant avec elle. » Difficile, pour moi, de voir les deux amis sauter de joie dans de telles conditions.
D'autres sont beaucoup plus clairs, plus évocateurs, ne nous privons pas : « Son regard voyageait de ville en ville, leur nom venant l'un après l'autre au bout de ses lèvres : Bassora, Kerbala, Ramadi, Bagdad, Tikrit, Samarra, Mossoul. Elle y associait celui des lieux disparus, enfouis dans les sables, celui des temps très anciens des cités de Sumer, du pays d'Elam et de l'Assyrie : Ur, Suse, Babylone, Mari, Ninive… lumière fossile du premier éveil de l'humanité, de la première récolte et de la première écriture. Léa connaissait cette Mésopotamie, ce « pays entre deux fleuves », berceau d'une civilisation dont elle avait fait deux ans plus tôt le sujet de son mémoire d'histoire de l'art, un art considéré non pour sa beauté mais pour son expression du sacré. Elle avait voulu comprendre sa stupéfaction en découvrant les figurines De Mari, aux yeux exorbités, leurs pupilles dilatées par l'insondable obscurité du ciel où leur regard restait fixé pour l'éternité. Elle aimait aussi cette écriture cunéiforme, ordonnée comme un semis de clous sur l'argile fraîche, ces traces d'aigrettes sur le sable encore mouillé qui racontaient les crues, l'orge et le bétail, la bataille, les rois et les dieux. »
Pour finir, les questions débattues entre Gilles, le galeriste et Jeanne, l'humanitaire au long cours, interpellent : A-t'on le droit de rechercher la beauté dans une scène de guerre, peut-on faire de l'art avec la détresse et le malheur, à quel moment le témoignage devient-il voyeurisme, sommes-nous tous (photoreporters, diffuseurs, ONG, commerçants, paisibles citoyens), à des degrés divers, des profiteurs de guerre ? A chacun de choisir son camp. Sans rien dévoiler de la chute, disons que je partage l'opinion de Jeanne.
Un roman singulier, original, sophistiqué, érudit, dérangeant et questionnant. Somme toute, ça fait pas mal de raisons pour l'ouvrir.
Merci Lecteurs.com #Explorateursrentréelittéraire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
raton-liseur
  06 octobre 2019
J'ai mis du temps à lire ce livre, que j'avais choisi à cause de son titre énigmatique et de son résumé qui me rappelait le Peintre de batailles, d'Arturo-Perez Reverte. Puis après l'avoir fini il y a quelques jours, je me suis demandé comment j'allais bien pouvoir en écrire une note de lecture. C'est l'écoute fortuite d'un entretien radiophonique de Michaël Ferrier, un autre auteur, dont je n'avais jamais entendu parler et qui vient de sortir un livre sur son enfance au Tchad, pendant laquelle il a côtoyé la guerre, qui m'a fourni la réponse le lendemain. Il parlait de la guerre donc, et surtout de l'innommable de la guerre, de ce qu'on y apprend et, intrinsèquement lié, de l'intransmissibilité de cet apprentissage. Sans le savoir, il résumait finalement assez bien le livre que je venais de finir.
L'histoire d'un photographe de guerre, mort à l'oeuvre, et qui lègue à son ancienne compagne quatre clichés, avec les journaux de terrain qui les accompagnent, et qui sont toute son oeuvre, la quintessence de sa réflexion sur la guerre. On lit ces journaux et on découvre ces photos en même temps que cette femme, Jeanne et que Gilles, le galliériste qui pourra en faire une exposition. C'est l'occasion, en quatre parties, de revisiter les grands conflits de ces dernières décennies. Les conflits qui, je m'en suis rendue compte en lisant ce livre, sont ceux qui marquent mon éveil à la conscience politique, les conflits de mon adolescence, au moins pour les deux premiers, le génocide au Rwanda et l'implosion de la Yougoslavie. Viennent ensuite l'Afghanistan et l'Irak, qui sont les conflits qui closent pour moi cette période de prise de conscience et l'entrée véritable dans l'âge adulte. J'ai été très sensible à l'évocation des deux premiers conflits, moins à celle des deux autres, peut-être parce que je commençais à me lasser d'une certaine répétition, peut-être parce que ces conflits n'ont pas la même signification pour moi.
A chaque fois, on suit Enguerrand, le photographe, dans sa découverte du conflit, dans ses descriptions et ses expériences. Et chaque conflit est pour lui une révélation d'un aspect de la guerre, qu'il matérialise par un cliché unique, qui est ce qu'il appelle le véritable visage de la guerre et non, comme ses autres clichés, des manifestations des conséquences de cette guerre. Tout cela entre en résonance avec différentes oeuvres, et c'est un livre qui oscille étrangement entre un certain onirisme et un grand didactisme.
Il m'est difficile de résumer ce livre ou même d'étayer mes impressions de lecture sans en dévoiler trop. Je me contenterai donc de dire que c'est un livre finalement assez dérangeant. On tombe vite, avec ces clichés très travaillés et pensés, avec ce parti pris de les faire découvrir par un homme d'art, dans une certaine esthétisation de la guerre, qui m'a gênée à partir de la moitié du livre à peu près, et qui m'a forcée à faire une pause dans ma lecture. J'ai tout de même fini ce livre, donc j'ai trouvé la fin moins travaillé, les phrases moins polies, comme si l'auteur avait voulu se débarrasser d'un sujet trop encombrant, ou bien comme si son éditeur le forçait à rendre un texte non encore abouti, je ne sais.
La fin est cependant voulue, la façon que le livre a, en quelque sorte, de faire un tour sur lui-même et de revenir à son point de départ. Et je me demande ce qu'il me reste de cette lecture maintenant que je l'ai menée à terme. Un sentiment de gâchis peut-être (le gâchis qu'est la guerre, je le précise, rien à voir avec l'ouvrage de Denis Drummond), un sentiment d'intransmissibilité aussi, une intrasmissibilité à laquelle l'auteur s'est cognée, et qu'il a su rendre, au travers de ses phrases polies, au travers de tous ces éléments qu'il ajoute à l'intrigue principale : la neige sur Paris, l'urgence d'aimer ou de vivre, l'amour et le deuil qui se mélange, l'excitation de la découverte, le goût du café.
Un livre étrange donc, face auquel j'ai du mal à me positionner clairement, qui me fait botter en touche. Un livre qui oscille entre les horreurs factuelles décrites et la mise en scène qui rend la langue brillante, belle et désirable. Une grande adéquation, donc, entre le sujet et la forme. En définitive, le mien que je puisse faire pour décrire ma lecture est de dire que je ne serais probablement pas allée voir cette exposition de photos, malgré l'intérêt que je porte au sujet, et que la description clinique qui est faite de chaque cliché m'a amplement suivi, même si elle m'a laissée sur ma faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44
  13 octobre 2019
Je remercie Babelio et les éditions du Cherche-Midi pour m'avoir permis de découvrir ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique. Hélas, je crains de ne pas avoir grand-chose de positif à dire dessus, et j'en suis fort contrit.
Globalement, je m'y suis terriblement ennuyé, et quand je ne m'ennuyais pas, c'était le plus souvent pour lever les yeux au ciel.
Un livre très descriptif, d'abord. Et quand je dis descriptif, je dis des pages et des pages, juste pour décrire... une photo. Certes, la photo, enfin, les quatre photos – car il y en aura quatre, et même une cinquième surprise – sont au centre de l'histoire, mais tout de même...
Ceci nous amène au style. Denis Drummond écrit bien, c'est indéniable. Enfin : il s'exprime par écrit de façon très emphatique, disons. Sa bibliographie mentionne des recueils de poésie, je n'en ai pas été étonné, car certains passages ressemblent presque à de la poésie en prose, dans laquelle on détecte une grande sensibilité à l'art visuel, sans aucun doute, peinture et photographie. Mais trop, c'est trop. J'avoue avoir parcouru des paragraphes, voire des pages entières en diagonale, et j'aurais sans doute abandonné avant la fin si ce n'avait été une masse critique. À plus d'une reprise, on touche à l'abscons (surtout dans les passages du journal d'Enguerrand), et j'ai été plus d'une fois rebuté par la vacuité du propos sous-jacent, voire énervé lorsque ce propos devenait, selon moi, très contestable.
Le texte promotionnel prévenait : "une oeuvre hors du commun, à la frontière de l'horreur et de la beauté". Voilà qui m'avait fort intrigué, tant cela me paraissait antinomique. Eh bien, le moins qu'on puisse dire est que cette tentative d'esthétisation de la guerre ne m'a pas convaincu, et des phrases telles que : "La guerre aime redonner vie à ce qu'elle détruit. Elle a le sens du beau" me font me demander si je dois rire ou pleurer.
Il faudrait poser la question à ceux qui l'ont vraiment vécu, j'en connais pas mal. Et je connais la réponse : non, une scène de charnier avec des gamins décapités, ce n'est pas horriblement beau. C'est juste horrible, point.
On trouvera donc dans ce texte beaucoup d'oxymores, qui paraissent très souvent complètement à côté de la plaque.
Petit dièse (d'habitude, on met des bémols, et attention au léger spoil) : le passage qui explique pourquoi l'exposition n'aura jamais lieu est excellent. Hélas (bémol derechef, désolé), il ne dure qu'une page, et l'auteur gâche tout ensuite par un effet beaucoup trop cinématographique et totalement illogique en faisant tout détruire par Jeanne. Ce n'est pas parce que le public n'est pas prêt (et encore, est-ce le public, ou les investisseurs ?) à voir une oeuvre d'art que l'on peut s'autoriser à la détruire, en particulier quand c'est celle de quelqu'un d'autre, qui n'est plus de ce monde, et avec lequel on a eu une relation de 20 ans.
Une déception de taille, donc, sur un sujet qui m'a pourtant toujours viscéralement touché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          27
tichoulit
  29 août 2019
Tout commence par un courrier posthume, reçu par Jeanne de la part d'Enguerrand, un photographe de guerre rencontré lors d'une de ces missions d'aide aux réfugiés. Un courrier contenant les lettres qu'ils se sont envoyées depuis des années, un carnet de notes de ses voyages dans les pays en guerre ainsi que des négatifs de photographie. Jeanne est déterminée à accomplir son dernier voeu : révéler à la face du monde ces 4 photographies de guerre. Des photos qui montrent l'horreur, la véritable vision de la guerre, bien plus que toutes celles qu'il a prises durant ces années de photojournaliste.
Dans les premières pages, il se passe tellement de choses ! On rencontre Jeanne qui évoque Enguerrand en lisant ses lettres. On la voit comme une femme nostalgique, mais combative, avec ses démons et le désir de faire la lumière sur le passé en rendant hommage à son ami. Pour cela, elle va se rapprocher de Gilles, un galeriste parisien réputé. Son objectif : organiser une grande exposition faisant la lumière sur le travail d'Enguerrand.
J'ai découvert en une centaine de pages des personnages forts, et un contexte de guerre terrible : le Rwanda. La première de ces féroces destinations. Autant dire que je suis happée par la construction de l'histoire qui fait des allers-retours entre les carnets, les lettres et le présent. Un récit qui en entremêle d'autres dans la forme et dans les pensées de trois personnages. Et ce n'est pas fini. Car la suite du roman ne nous épargne pas non plus : Bosnie, Afghanistan, Irak.
Le point fort du roman est d'aborder la guerre par le point de vue des images, de la photographie, de l'art. On s'interroge : Est-ce que l'image qu'on a des pays en guerre est vraiment ressemblante à la réalité ? À ce que vivent les gens ? Comment l'art et la photo peuvent transcrire l'horreur, la peur ? N'est-ce pas une vaste mise en scène qui nous permet de recueillir réellement ce qui a eu lieu, ce que les victimes ont vu de leurs propres yeux ? de questionnements foisonnants en narration d'une réalité terrible, le roman aborde la philosophie de l'art. La guerre n'est pas décrite par son aspect historique mais par des descriptions de sentiments et de la manière dont nous la ressentons à travers les images que la photo propose.
J'ai aimé m'imaginer les photos, des décors, l'ambiance pesante. Cela est rendu possible par la force des descriptions, des références, des comparaisons de l'auteure. C'est une écriture simple, rythmée, mais non dénuée de style.
C'est un roman fort, terrible par le sujet mais aussi envoûtant, car les mots suffisent à faire jaillir les photos dans l'imagination du lecteur. Une lecture passionnante et envoûtante, qui nous emmène dans un beau voyage à travers le temps et les images.
Merci Lecteurs.com #Explorateursrentréelittéraire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
tvillapadierna
  05 octobre 2019
J'ai lu ce livre en 2 jours. Sa belle ecriture, ses descriptions méticuleuses qui vous font sentir, entendre, goûter chaque détail du livre et cette histoire captivante m'ont fait plonger pendant 48 heures dans ce monde parallèle. le livre étant divisé en 4 jours, a dicté le rythme de mes journées à travers ses événements. Pendant 2 jours, j'ai vécu ce livre. Je suis la fille d'un correspondant de guerre qui a vécu directement la guerre des Balkans. Quand j'étais petite, il revenait de ses aventures pour me raconter ce qu'il avait vu : l'horreur de la guerre et la beauté des gens qu'il rencontrait et soutenaient son travail. Aujourd'hui, 20 ans plus tard, en lisant ce livre, c'était comme si mon père me racontait de nouveau ces histoires, mais à travers les paroles de Denis Drummond.
J'ai été impressionné d'apprendre que l'auteur n'avait jamais été à la guerre étant donné la justesse de son écriture, son livre a conduit à des discussions interminables avec ma mère, qui comme moi n'avait vécu la guerre qu'à travers les yeux de mon père, parlant de "la vie silencieuse de la guerre" et évoquant de nouveau notre expérience passée.
"La vie silencieuse de la guerre" ne doit être manqué sous aucun prétexte par tous ceux qui apprécient d'être capturés par un livre qui vous plonge dans un autre monde (ou 4 dans ce cas-ci) à travers la voix d'un auteur à l'écriture si puissante.
Plus qu'un livre, c'était une expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Bibliobs   20 août 2019
Avec « la Vie silencieuse de la guerre », Denis Drummond signe l’un des romans les plus ambitieux et déflagrants de la rentrée.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Diabolo44Diabolo44   13 octobre 2019
Ils voulaient la guerre, pas son silence.
Ils ne voulaient pas le beauté car ils l'avaient déjà.
Ils voulaient du bruit et de la fureur, version colorisée du choc et de l'effroi, des corps démembrés, des enfants en cadavre, du napalm et des agents de couleur, de la guerre tonnante et déchiquetante, avec un peu de droits de l'homme et un geste pour la planète.
Commenter  J’apprécie          10
Diabolo44Diabolo44   13 octobre 2019
Au nom des cris de là-bas, fidèle à l’œuvre d'Enguerrand, Jeanne refusait que le silence soit anéanti par le bruit. Elle savait qu'il ne voulait pas ça. Il ne l'aurait pas laissé faire. Le monde, perdu pour le silence, n'était pas prêt à l'entendre.
Commenter  J’apprécie          00
Diabolo44Diabolo44   13 octobre 2019
Le silence les insupportait, car il tuerait la fréquentation. Ils réclamaient du haut débit et de la réalité augmentée. La bande passante du projet n'était pas assez "high level" pour répondre aux nouveaux standards d'une expérience visiteur.
Commenter  J’apprécie          00
Diabolo44Diabolo44   10 octobre 2019
La notice indiquait que ce trois-mâts charpenté en Hollande avait débarqué le 25 mai 1720 à Marseille avec une cargaison de coton et de soierie pour la foire de Beaucaire toute proche. À son bord, six membres d’équipage manquaient à l'appel. Un certificat de complaisance établi peu avant à Gênes attestait un empoisonnement alimentaire, ce qui permit au navire de quitter son mouillage de quarantaine pour accoster les quais de Marseille afin d'y décharger sa cargaison. Six mois plus tard, la peste dont les six marins étaient morts aurait fait cinquante mille morts à Marseille et dans sa proche région.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Diabolo44Diabolo44   10 octobre 2019
Cette folle présence qui se dégageait de lui faisait penser à Jean Moulin, T.E. Lawrence ou André Malraux. Gilles se disait que la fraternité d'âme des chercheurs d'absolu leur donnait comme un air de famille.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : bosnieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..