AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253005209
256 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1974)
3.52/5   25 notes
Résumé :

La contessa Lucrezia Sanziani, dont l'allure ne dissimule pas la pauvreté, ne vit que par ses souvenirs et que pour eux. Remontant le cours du temps, elle rejoue à haute voix les scènes d'un passé ardent, mouvementé, quasi fabuleux, qui fascine la petite femme de chambre de l'hôtel minable où elle habite. Carmela se prête au jeu de la contessa et, affectueusement, l'aide à poursuivre sa vie. Charité qui trouve une éclatante récompense tandis que s'étein... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
lecassin
  13 décembre 2018
Je ne sais pas vous, mais moi, j'aime bien ce genre de bouquin… Certes, le sujet n'est pas neuf, il est à peu près aussi vieux que le plus vieux métier du monde… Bien qu'en préambule, Maurice Druon différencie nettement la prostituée de la courtisane : « Pour la prostituée, l'amour est une tâche. Pour la courtisane, c'est un art. »
La Contessa Lucrezia Sanziani, on l'aura compris fait partie de la deuxième catégorie : celle des artistes de l'amour. Pour l'heure, elle vit chichement sa vieillesse de star déchue dans un petit hôtel minable, à Rome ; elle qui fut recherchée, adulée, finit sa vie entourée de demi ratés : un scénariste, une starlette … « Au milieu de tout ce beau monde attendri, une petite fée avait fleuri », Carmela, la nouvelle et très jeune , et très belle femme d'étage…
Une étrange complicité s'instaure entre les deux femmes. La complicité de celle qui a tout vécu, tout connu, face à la fraîcheur candide. Une vieille dame revit sa vie dans sa mémoire défaillante ; une vieille dame revit sa splendeur décadente… Une jeune fille découvre la vie…
Deux portraits de femme touchants dans la Rome du juste après-guerre, deux portraits en positif et en négatif, au sens photographique des deux termes, dans le cadre envoûtant de la capitale italienne. Michel Déon nous avait offert un opus du même genre avec « Madame Rose » : « Un récit douceâtre et pétillant, une narration empreinte de nostalgie, comme seuls, ou à peu près, Michel Déon ou Jean d'Ormesson en sont capables. », avais-je écrit à l'époque de cette lecture. Je me dois d'ajouter à cette liste Maurice Druon, que je découvre hors « Rois maudits », dans cette « Volupté d'être ». Un Druon que je n'imaginais pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
gill
  30 mai 2012
La contessa Sanziani lègue devant notaire des biens qui ne sont pas à elles à des bénéficiaires qui sont morts depuis des années.
Elle vit dans ses souvenirs, Carmela la femme de chambre de ce petit hôtel se prête au jeu par charité et trouve une éclatante récompense tandis que disparait la silhouette de celle qui fut attachée à la volupté d'être et dont Maurice Druon trace un portrait extraordinaire.
L'auteur a tiré de ce roman une pièce de théâtre intitulée "la Contessa" - les deux se lisent avec autant de bonheur.
Commenter  J’apprécie          60
LibertyBojangles
  28 janvier 2021
La contessa Lucrezia Sanziani vit dans la pauvreté, dans ces souvenirs et dans une ecmnésie, qui lui font croire qu'elle revit pour de vrai son passé. Elle est pourtant désormais juste l'ombre d'elle-même, assise dans une chambre d'hôtel délabrée, seule. Devant la petite femme de chambre Carmela, elle rejoue toute sa vie à l'envers, sa beauté, ses nombreux amants, ses richesses comme si elle voulait effacer à reculons chaque souvenir, les tuer. Une petite et lente mort. Ce roman est touchant et triste devant la réalisation qu'à cette femme de n'être plus rien, de n'avoir vécu qu'a travers le regard des autres.
Lien : https://redheadwithabrain.ch..
Commenter  J’apprécie          10
1783
  21 juillet 2020
Je n oublirai jamais ce roman je l ai déjà lu 3 fois. Il fait parti de mon top 5
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   02 mars 2016
L’excentricité n'est supportable que dans sa fraicheur. Conservée dans la misère, elle a quelque chose de douloureux et d'effrayant à la fois.
Commenter  J’apprécie          191
lecassinlecassin   08 décembre 2018
Il fut savoir ce que l'on peut désirer, le désirer beaucoup et on l'obtient. Il faut savoir se servir de soi, prendre tout ce qu'on peut, et ne jamais économiser la vie.Elle ne vous rend rien.
Commenter  J’apprécie          120
lecassinlecassin   09 décembre 2018
Ce que les vieillards appellent faire don de leur expérience n'est autre que leur dernière manière de vivre encore devant autrui lorsqu'ils ont fini de vivre.
Commenter  J’apprécie          140
gillgill   14 janvier 2013
La contessa Lucrezia Sanziani lit son testament - et le notaire sursaute : parmi les bénéficiaires, il y a des gens morts depuis des années ; au nombre des legs, des biens qui n'ont jamais été sa propriété.
Est-elle folle, cette vieille femme casquée et gantée de panthère, dont l'allure ne dissimule pas la pauvreté actuelle ?
En fait, la contessa lègue non pas sa fortune, disparue, mais ses souvenirs.
Elle ne vit que par eux, que pour eux. Remontant le cours du temps, elle rejoue à haute voix les scènes d'un passé ardent, mouvementé, quasi fabuleux, qui fascine la petite femme de chambre de l'hôtel minable où elle habite.
Carmela se prête au jeu de la contessa et, affectueusement, l'aide à poursuivre cette existence sur deux plans. Charité qui trouve une éclatante récompense tandis que s'éteint le fantôme de celle qui fut trop attachée à "la volupté d'être" et dont Maurice Druon trace un portrait extraordinaire.
(quatrième de couverture de l'édition de poche parue en 1954)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   13 décembre 2018
Vois-tu Jeanne […] il y a une affreuse injustice à notre égard. Quand nous ne pouvons plus inspirer le désir des hommes, nous ne sommes plus rien.
Commenter  J’apprécie          121

Videos de Maurice Druon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Druon
Retrouver l'émission ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-nuit-du-premier-jour-52411.html
Après deux titres contemporains, Theresa Révay a choisi le roman historique dont elle est devenue l'une des meilleures représentantes. Avec « Valentine ou le temps des adieux » en 2002, les lecteurs découvrent alors une jeune auteur dont le travail d'écriture, le romanesque des situations, la psychologie des personnages et le cadre historique n'est pas sans rappeler Henri Troyat, Maurice Druon ou Françoise Chandernagor. Pour ma part, j'aime à dire que Theresa Révay peut être considérée comme la petite cousine de Ken Follett !
Après la révolution bolchevique dans « La louve blanche », l'Angleterre des années 20 dans « Dernier été à Mayfair », le Berlin de 1945 dans « Tous les rêves du monde » ou la fin de l'empire ottoman dans « L'autre rive du Bosphire », Theresa Révay n'a pas son égale pour nous faire voyager dans le temps et dans le monde. Par un sens de l'intrigue parfaitement construit, elle sait inventer des destins romanesques aux prises avec la grande histoire, sans rien sacrifier à la qualité de l'écriture.
Voici le 10ème roman de Theresa Révay, « La nuit du premier jour ». Nous sommes à Lyon à la toute fin du XIXème siècle, où Blanche s'étiole dans la bourgeoisie locale des soyeux, auprès de son mari Victor. de ce mariage arrangé sont nés deux enfants, Oriane et Aurélien que chérit leur mère. Et pourtant, par amour pour Salim, venu de son Orient natal pour affaires avec les soyeux, Blanche va tout quitter.
Au-delà de cette intrigue romanesque et des rebondissements liés à des secrets de famille bien enfouis, Theresa Révay nous entraine dans un formidable tourbillon de sentiments et de larmes, au coeur du premier conflit mondial mais aussi dans le soleil de la Syrie et du Liban, où le sang va couler également. Face à une Europe qui se déchire, à l'autre bout de la Méditerranée, Blanche va devoir affronter la révolte arabe face à l'empire Ottoman de Jamel Pacha.
Magnifique portrait de femme luttant par amour, pour ses enfants comme pour l'homme de son coeur, le nouveau roman de Theresa Révay est une grande fresque qui résonne avec notre époque contemporaine et nous offre un magnifique moment de lecture.
« La nuit du premier jour » de Theresa Révay est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Maudit Moyen-âge

Quel était le surnom de Jean 1er

Le hardi
Le bon
Le posthume
Le roi de fer

10 questions
97 lecteurs ont répondu
Thème : Les rois maudits de Maurice DruonCréer un quiz sur ce livre