AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de lecassin


lecassin
  02 mars 2013
Nombre de lecteurs, comme moi, ont découvert Maurice Druon et cette suite romanesque à fond historique que sont « Les rois maudits » à travers la première adaptation télévisée qui en fut faite avec la participation de l'auteur en 1972, alors que le septième volume n'est pas encore paru. Il paraîtra en 1977.
Une fresque historique dont le premier tome, « le roi de fer » introduit le thème qui sous-tendra la saga durant sept tomes : la malédiction qu'aurait prononcée sur le bûcher le grand-maître du Temple Jacques de Molay, à l'encontre du roi de France Philippe le Bel, du pape Clément V, de Guillaume de Nogaret, et de leurs héritiers et successeurs pendant treize générations.

« le roi de fer » : Philippe le Bel. Il règne d'une main ferme sur une France forte, mais les caisses sont vides et la révolte gronde en Artois. Malgré cela, les relations avec la couronne d'Angleterre se sont normalisée : on marie Isabelle de France, fille de Philippe le Bel au Roi Edouard II.
Mais le pire n'est pas là. le pire, c'est « l'affaire de la tour de Nesle. » En effet, Marguerite de Bourgogne, et Blanche, épouses respectives de Louis et de Charles, les deux princes royaux, sont dénoncées par Isabelle, leur belle soeur et Reine d'Angleterre ; une dénonciation inspirée par Robert d'Artois. Elles auraient trompé sans vergogne leurs maris avec deux frères : Philippe et Gauthier d'Aunay, tous deux chevaliers de l'hôtel royal…dans la Tour de Nesle…

Une introduction magistrale aux volumes qui vont suivre : dans un style épuré, mais vif, Maurice Druon nous entraîne sur plus de cinquante ans, dans la vie de ce moyen âge finissant. Une saga romancée, bien entendu, mais tellement bien documentée : l'Histoire est là : cruelle… et sans concession.

Commenter  J’apprécie          523



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (42)voir plus