AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marianne Véron (Traducteur)
ISBN : 2266194461
Éditeur : Pocket (01/04/2010)

Note moyenne : 2.74/5 (sur 89 notes)
Résumé :
La chance ne sourit pas à Fatima.

Dans son île de Djerba, elle est la femme la plus mal lotie : son mari l'a répudiée par correspondance et laissée sans enfants.

Quand meurt sa sœur, qui travaillait chez la comtesse Merveil du Roc, elle quitte son village natal pour prendre sa place.

Les cieux seront-ils plus cléments à Paris, dans ce XVIe arrondissement où l'on croise Hadley Hadley III, truculent écrivain en herbe, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  13 août 2018
Comment ne pas s'attacher à Fatima Monsour?
Cette jeune femme tunisienne n'a pas de chance. Non seulement son mari l'a quittée mais il l'a fait par courrier (le rustre). N'ayant pas d'attache (pas d'enfant pour son malheur), Fatima quitte son emploi de femme de ménage dans un hôtel et s'envole pour Paris pour se mettre au service d'une vieille comtesse.
Fatima est terriblement attachante. Poussée par une force invisible, Fatima va de l'avant sans baisser les bras et d'une manière assez philosophique (si c'est la volonté de dieu). Fatima est quelqu'un d'extrêmement bienveillante, pleine d'empathie et de compassion pour les autres, toujours prête à rendre service, à écouter les autres. Elle est intuitive.
Fatima saura adoucir les coeurs et se faire des amis en passant par les habitués du jean valjean où chaque matin elle doit acheter un café pour la comtesse, certains habitants de l'immeuble chic où habite la comtesse et d'autres encore.
C'est plein de bons sentiments et aussi de clichés. le démarrage est un peu lent. Il y a énormément de personnages et de détails donnés sur chacun. Mais finalement la sauce prend. Certains passages sont très amusants.
Ce roman fait du bien et j'ai adoré suivre le parcours de Fatima, une femme pleine d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Nympha
  27 août 2017
Le résumé était fort aguicheur, le tout début du livre semblait prometteur : une arabe qui arrive à Paris et subit le regard raciste des parisiens.
Le début du livre fut fort ennuyeux et lent ; il y a beaucoup de digressions de l'histoire du personnage principal du genre « Fatima rencontre Francois, Francois qui est ….. mais qui est aussi l'ami de Jean qui lui est …. Et donc à c'est à ce moment-là que Fatima rencontre Francois qui est en fait l'ami de Jean et … ». C'est un style d'écriture qui me déplait fortement et donc j'ai pensé abandonner au bout de 100 pages !
Mais pour une raison que je ne comprends toujours pas, je me suis attachée à Fatima… Malgré l'envie d'abandon, une pointe de curiosité et un sentiment chaleureux se faisait ressentir pour ce personnage principal et j'ai terminé le livre…
Un autre point négatif est que je n'arrive pas à déterminer l'époque du livre… On parle d'une comtesse, de chambre de bonne, ect qui nous donne l'impression que cette histoire est du siècle précédent mais on nous parle d'actualité qui nous pousse à croire que l'histoire serait de notre époque… c'est assez déstabilisant..
Mais à la fin de ce livre, ma conclusion est que c'est un petit livre nous racontant une petite histoire mignonne mais sans réel intérêt…
Ce livre ne me laissera pas un souvenir indélébile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ConfidencesLitteraires
  04 mars 2016
Un livre tout simple que j'ai adoré. J'ai eu un véritable coup de coeur pour cette histoire toute mignonne, ces personnages tous plus adorables les uns que les autres.
Ca fait un peu monde de Bisounours, mais ça fait du bien de temps en temps un joli conte moderne.
L'extraordinaire histoire de Fatima Monsour, ou comment voir la France, ses meilleurs et ses pires côtés du quotidien, d'un oeil neuf. Une histoire d'intégration, d'amitiés, d'apprivoisement, d'amour, de tolérance...
J'ai tellement aimé cette histoire que l'exclamation "Un perroquet, bon Dieu !" reste gravée dans ma mémoire avec une grande tendresse.
Un coup de foudre littéraire de longue durée !
Commenter  J’apprécie          30
zabeth55
  04 février 2012
Fatima, tunisienne peu chanceuse est domestique chez la comtesse et son labrador, dans un immeuble cossu du XVIème.
Ecrit par deux américains vivant à Paris, cette gentille bluette ne nous apporte pas grand chose, littérairement parlant. On y côtoie les habitants de l'immeuble, les habitués du café Jean Valjean. C'est une vision de Paris avec tous ses clichés. Les personnages sont très nombreux, et c'est brouillon, on s'y perd. Fatima et son intuition, son sens de l'écoute, sa bonne humeur est fort sympathique. La fin et très "conte de fée", très américaine.
Globalement, ça se laisse lire, sans plus.
Commenter  J’apprécie          31
sld09
  27 juin 2017
Le roman est moins farfelu que je ne m'y attendais après avoir lu la quatrième de couverture. Il déborde cependant d'optimisme et de bons sentiments (solidarité, tolérance, etc) : un vrai concentré de bonne humeur.Les personnages sont attachants, tour à tour émouvants à cause de leurs fêlures et amusants avec leurs petits travers. Les auteurs donnent une vision intéressante du choc des cultures même s'ils n'évitent pas quelques clichés.J'ai juste trouvé dommage que le roman manque un peu de rythme.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld09   29 juillet 2017
C'était le 27 août et depuis plusieurs jours il pleuvait sur Paris. Comme en plein hiver, la tour Eiffel était amputée au-dessus des reins par le brouillard. La Seine en crue léchait les bottes du Zouave de pierre sous le pont de l'Alma et recouvrait les passerelles des péniches soulevées par le flot. Dans la ville embrumée, où l'odeur des feux de bois allumés dans les salons aux fenêtres jaunes imprégnait les rues, seuls les pavés luisaient. Mais si vous regardiez par la lucarne d'une chambre de bonne, quelque part au sixième étage, vous pouviez voir des perspectives estompées de toits en zinc lisses comme le verre, diaprés là où l'eau débordait des gouttières. Et au-dessous, des clapets de canalisations fuyaient par à-coups et giclaient sur les chaussures des passants recroquevillés sous leurs parapluies.Une jeune femme charmante en robe d'été légère se tenait dans l'encadrement de la porte du café Jean Valjean et, armée d'un parapluie roulé, elle contemplait l'averse. C'était Rachida, une Tunisienne d'une trentaine d'années à la peau ambrée, aux mains fines et rapides et aux longs membres déliés. Elle était sortie par la porte voisine, au 34 bis, avenue Victor-Hugo, pour rapporter la tasse et la soucoupe de Vespresso qu'elle était venue chercher un peu plus tôt pour sa patronne, la comtesse Merveil du Roc. La pluie ne donnait aucun signe de devoir se calmer, et elle avait le reste de ses courses à faire. Avec un petit soupir de résignation, elle quitta le refuge de la porte, empoignant le Caddie d'osier qu'elle avait garé là et déployant son parapluie, et elle se mit en route.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zabeth55zabeth55   04 février 2012
La pensée effleura Fatima que manger de cette façon compartimentée, depuis le plateau jusqu'au beurre dans son étui métallisé, était une manière de compléter la séparation entre les gens. Donner à chacun, emballée, protégée des microbes des autres, sa portion individuelle de chaque chose. Les paysages de ce pays étaient jolis, attrayants, mais il y vivait trop de gens froids et distants.
Commenter  J’apprécie          40
luocineluocine   14 juin 2010
Il arborait un costume de politicien, deux fois plus large aux épaules qu’il ne l’était réellement, ce petit bonhomme perdu dans un coffrage d’étoffe qui produisait le même effet de fausseté sur son aspect physique qu’un toupet en eût produit sur son crane dégarni.
Commenter  J’apprécie          50
zabeth55zabeth55   04 février 2012
Les gens se confiaient à elle, tout naturellement. Ils débondaient leurs problèmes. Elle n'avait jamais considéré cette faculté d'entendre et de conseiller comme une bénédiction, mais à présent cela la rassurait,confusément de savoir que ça marchait aussi bien en ce lieu inconnu. C'était un grain de confiance dont elle avait douloureusement besoin.
Commenter  J’apprécie          30
luocineluocine   14 juin 2010
Et de surcroît, reconnaissons que ces gens, qui ne comprenaient rien à l’argent, aimaient se rassurer par de petites économies minables…. Elle ouvrait son courrier à la vapeur pour pouvoir retourner les enveloppes et s’en resservir…
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14877 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..