AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782823616156
Éditeur : Editions de l'Olivier (25/07/2019)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.29/5 (sur 217 notes)
Résumé :
Paul Hasselbank vient d'apprendre qu'il est gravement malade. Son désir ultime : revoir une dernière fois Anna, la femme de sa vie, partie vivre au Canada. Sur les traces de son amour perdu, il croise la route de Floyd Paterson, un bûcheron vivant reclus dans les bois. Entre ces hommes blessés se noue une complicité aussi puissante qu'inattendue...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
latina
  31 octobre 2017
Sommes-nous des animaux ou des hommes ?
C'est ce à quoi nous confronte Jean-Paul Dubois dans son roman peu commun « Hommes entre eux ».
Peu commun, en effet ! Car je suis habituée à ses histoires pleines d'autodérision, d'ironie mâtinée de tendresse, et ici, je suis tombée des nues !
Ca commence par une maladie grave, aux mâchoires tenaces qui entaillent la chair tendre du ventre d'un homme abandonné par sa femme depuis des mois, Hasselbank.
Ca continue par son arrivée au Canada, à la recherche de cette femme. A North Bay, plus exactement, et en plein hiver. C'est vous dire ! Tempête de neige effroyable, routes-pièges, et autochtones très bizarres, aimant les combats humains les plus violents possibles et le sexe dans toute sa crudité.
Mais où étais-je tombée...
Prête à refermer le roman, dégoûtée de l'animalité des hommes (et des femmes), j'ai quand même suivi à petits pas Hasselbank dans sa quête du repaire de Paterson, « l'homme entier » qui a vécu quelques mois avec sa femme. « Homme entier », car il lui donnait l'impression d'avoir trouvé sa place sur cette terre. Rassurant. Solide. « Sans une once de perversion ni d'obsessions », pas comme ceux rencontrés au début de son séjour.
A nouveau mordu, épuisé par une crise effroyable, où « fragments de désastres intimes, mères aux sentiments cannibales, fratries fratricides, morts qui ne vous lâchaient pas des yeux » hantent son esprit malade, il est obligé de se confier corps et âme à Patterson, dans son chalet perdu au bord du lac gelé, en pleine tempête.
Patterson le réconforte à sa façon, pour éloigner de lui l'animalité qui le guette. Qui les guette. Qui nous guette...
L'animalité ?
« Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous hantent en posant sans cesse pour nous les grandes questions de la détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de notre héritage génétique et du passé en général »
Mais le piège glacé se referme doucement, sur eux, sur nous et nos questions existentielles.
Finalement, « Hommes entre eux » m'a giflée dès l'abord, pour me talonner ensuite et me tourmenter à la fin.
Car qu'est-ce qui est mieux, finalement ? Un homme ou un animal sauvage ?
Merci à Guylaine pour notre lecture commune, peu commune !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
Lorraine47
  07 avril 2013
Cré moué, cré moué pas, queque part en Ontario, y'a un chum qui est parti chercher sa blonde...
Y prend son char pour la r'trouver mais pas d'chance y tombe sur une tempête de neige qui va le laisser pantois!
Ah j'capote sur ce roman, y'a pas à dire!
Jean-Paul Dubois: c'est une vieille connaissance, un voisin du sud ouest, un journaleux sportif, un amateur du ballon ovale, bref un homme presque parfait...
Depuis" Kennedy et moi" où Bacri m'a ravie, depuis" Une vie française" et "Vous plaisantez Monsieur Tanner", j'étais sous le charme de cette plume tendre teintée d'humour!
Très surprise par cette aventure virile dans le nord canadien: des hommes des vrais avec tout ce qu'il faut!
Et aussi très émue par ces paroles masculines sur la maladie, la mort, l'amour, le sexe...
Tabernacle, Monsieur Dubois je suis zémue encore une fois!
Pour vous mettre dans l'ambiance même si ça ne se passe pas au Québec réécoutez Beau Dommage!
http://youtu.be/AJ6CSOLxbeM
Commenter  J’apprécie          615
jmb33320
  09 janvier 2020
« La couleur de la Buick se confondait avec celle de la maison. Ce fut la première chose qui vint à l'esprit de Hasselbank tandis qu'il descendait de la voiture. Il vit un homme de forte stature se diriger vers lui et dire avec une certaine douceur :
- Vous en avez mis du temps.
Hasselbank et Paterson restèrent un moment ainsi face à face, debout dans la neige. »
La photo de couverture de l'édition de poche de ce roman est parlante : deux loups face à face se montrent les crocs. Tous les hommes de ce roman ont en effet en commun une grande violence, apparente ou cachée.
L'argument est simple : Paul Hasselbank, assureur toulousain est gravement malade. Il est toujours marié à Anna, qui l'a quitté et s'est installée au Canada. Il souhaite la revoir avant de disparaître et, malgré son état de santé, part sur ses traces.
Le ton général de ce roman, malgré quelques passages plus légers, est froid et sombre. Les paysages reflètent aussi cela. La fin du roman, assez éprouvante se passe presque entièrement pendant des jours de blizzard, en un huis-clos.
Difficile pour autant de ne pas être captivé par cette histoire qui m'a embarqué sans que je puisse prévoir ce qui allait se passer à la page suivante. La qualité d'écriture de Jean-Paul Dubois est évidente et, même s'il a ses trucs et ses ficelles, il sait ne pas abuser de lieux communs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Guylaine
  02 novembre 2017
Quel drôle de voyage au fin fond du Canada, dans le sein glacé du froid polaire que ce roman Hommes entre eux !
On suit le périple de Paul Hasselbank, un homme en fin de vie, désireux de revoir sa femme avant de mourir. On croise des personnages atypiques, inquiétants et froids comme le climat qui les a vu naître. Il semble que ce paysage glacial ait déteint sur tous et les a éloignés de l'humanité.
Ils se réjouissent à l'idée d'aller voir des hommes se battre, voir le sang gicler, les faces se faire écrabouiller. Ils s'accouplent sans amour, sans sentiments, sans émotion juste pour satisfaire leur rut…
J'ai espéré que quelque chose se passe à un moment donné, pour raccrocher tous ces hommes au genre humain, mais au contraire, j'ai été complètement décontenancée par la fin de ce roman… je n'ai pas compris...
Je ne dirai pas que je n'ai pas aimé ce livre, Jean-Paul Dubois sait écrire et il nous tient la main pendant tout ce voyage. Mais j'ai eu l'impression de suivre cette histoire derrière le verre épais d'un très grand aquarium, je n'ai pas été touchée, j'ai essayé de comprendre mais en vain…
Toutes mes excuses à Latina, désolée de t'avoir entraînée dans ce froid bestial à cause d'une PAL à vider… On se rattrapera la prochaine fois !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
joedi
  21 août 2014
Quels regrets de n'avoir pu aller à North Bay quand, lors de vacances, je n'en étais pas loin et c'est mon ex-mari qui n'a pas voulu monter jusque-là ! Petite consolation, la lecture de ce roman qui pourrait bien s'apparenter à un thriller. Paul Hasselbank atteint d'une maladie dégénérative incurable décide de retrouver sa femme partie vivre en Ontario au Canada. Il embarque pour Montréal bien décidé à retrouver Anna. À North Bay, vit Floyd Paterson, chasseur à l'arc, qui après avoir subi une greffe du coeur est, à présent, en bonne santé ; il a connu Anna qui a vécut chez lui. Paul restera chez Floyd, bloqué le temps d'une tempête de neige, un huis-clos raconté magistralement par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          250
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   07 avril 2013
Quand il examinait longuement cette image, il lui arrivait d'entendre la voix de sa femme résonner dans sa mémoire. La voix était la première chose que l'on oubliait après le départ de quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          453
joedijoedi   23 juillet 2014
Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous bouleversent comme le font les grandes marées, nous hantent en posant sans cesse pour nous les grandes questions de la détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de notre héritage génétique et du passé en général.
Commenter  J’apprécie          160
AgatheDAgatheD   12 juin 2016

Anna appartenait à cette catégorie de femmes qui possèdent la rare grâce de rendre un homme meilleur, faisant sourdre en lui des sentiments nouveaux que nul, jusque-là, ne lui avait permis de révéler.Ce n'était pas intentionnel chez Anna. Simplement, elle induisait cet état de fait, agissant sur l'âme des hommes comme la lune influe sur les marées.
Commenter  J’apprécie          120
clarinetteclarinette   27 septembre 2008
Je reste étendu là, persuadé qu'un lien naturel nous rattache au monde des animaux. Souvent la présence des animaux nous tire vers ce mystère-là. Nous avons en commun avec eux les les brûlures de la faim et de la peur, ainsi que la présence de sel dans notre sang...Je suis revenu au camp en pensant à la complexité des rapports qu'entretiennent les animaux avec le temps et l'espace : leurs migrations, leur patience, leurs réseaux et repaires. Ont-ils vraiment des désirs, du courage, de la perspicacité ? Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous bouleversent comme le font les grandes marées, nous hantent en posant sans cesse les questions de détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de la génétique et du passé en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clarinetteclarinette   27 septembre 2008
C'était le spectacle le plus répugnant auquel il ait été jamais convié. ces combats sans règles ni limites étaient retransmis par des chaînes de télévision à péage qui réalisaient là leurs plus belles audiences. La recette était simple : à l'intérieur d'un ring ceint de hauts grillages, on enfermait deux hommes pêchés dans quelque torrent de misère avec pour instruction de s'entretuer comme des chiens de combat. Tous les coups, toutes les prises, toute la sauvagerie de la terre étaient ici requis. Pas de gants, pas de protections et surtout beaucoup de sang. Evidemment pas d'arbitre ni de victoire aux points. Le gagnant, celui qui emportait la prime, était le survivant, celui qui, à la fin, tenait encore debout. Entre ces combats qui rappelaient les origines des temps, une équipe denettoyage lessivait le ring pour laisser place nette aux nouveaux guerriers qui se jetaient l'un sur l'autre au milieu d'une foule délirante. Voilà ce qu'était l'Ultimate Fighting, une petite fin du monde filmée, une "bascule des civilisations"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Paul Dubois (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Dubois
Rencontrez les plus grands écrivains de notre temps et les oeuvres qui éclairent le monde d'hier et d'aujourd'hui.
"Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses, une fleur qui ressemble à mon rouge idéal." Charles Baudelaire
Ces vers de Charles Baudelaire prennent une résonance particulière chez de nombreux écrivains et intellectuels contemporains. Les grands livres de cette année ont tous quelque chose à voir avec la soif d'idéal qu'un autre poète, plus pop celui-là, chantait au milieu des années 90. Mais qu'en reste-t-il, aujourd'hui, de cette soif d'idéal dans un monde marqué par le pragmatisme et la raison ? En quoi la littérature, le cinéma, la musique, mais aussi les sciences humaines et sociales permettent-elles de préserver cette part d'utopie, de rêve, d'exigence individuelle et collective nécessaire à toute société ? Et si l'imaginaire, la fiction, l'enquête poétique et l'aventure intérieure que représentent les livres étaient l'une des ultimes fenêtres ouvertes sur l'idéal ? Autant de questions d'ordre collectif que l'on retrouve dans les romans d'écrivains comme Laurent Binet, Jean-Paul Dubois, Sylvain Prudhomme, Cécile Coulon ou Jonathan Coe. Avec un écho permanent à l'idéal intime, l'idéal de grandeur et d'épanouissement (ne sommes-nous pas plus grands que nous ?) mais aussi l'idéal amoureux, l'idéal spirituel, l'idéal de vie ou la vie idéale en somme, qui, à défaut d'être vécue, vaut le coup d'être inventée.
Yann Nicol Directeur de la Fête du Livre de Bron.
La 34ème de la Fête du Livre de Bron se déroulera du 12 au 16 février prochain à Pôle en Scènes/Espace Albert Camus, La Ferme du Vinatier, la Médiathèque Jean Prévost de Bron, l'Université Lyon 2 et l'Hippodrome de Bron-Parilly. Découvrez les lieux et la programmation complète sur http://bit.ly/fetedulivredebron2020
Suivez-nous sur : fetedulivredebron.com facebook.com/fetedulivredebron twitter.com/FeteBron instagram.com/fetedulivredebron

©Pierrick Servais
+ Lire la suite
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Paul Hansen, le personnage principal du roman, a été incarcéré à la Prison de Bordeaux à Montréal ...?...

Le jour de l'élection de Barack Obama
La jour de l'élection de Donald Trump

12 questions
70 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul DuboisCréer un quiz sur ce livre
.. ..