AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757809148
Éditeur : Points (30/04/2008)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.31/5 (sur 173 notes)
Résumé :
Paul Hasselbank vient d'apprendre qu'il est gravement malade. Son désir ultime : revoir une dernière fois Anna, la femme de sa vie, partie vivre au Canada. Sur les traces de son amour perdu, il croise la route de Floyd Paterson, un bûcheron vivant reclus dans les bois. Entre ces hommes blessés se noue une complicité aussi puissante qu'inattendue...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
latina
  31 octobre 2017
Sommes-nous des animaux ou des hommes ?
C'est ce à quoi nous confronte Jean-Paul Dubois dans son roman peu commun « Hommes entre eux ».
Peu commun, en effet ! Car je suis habituée à ses histoires pleines d'autodérision, d'ironie mâtinée de tendresse, et ici, je suis tombée des nues !
Ca commence par une maladie grave, aux mâchoires tenaces qui entaillent la chair tendre du ventre d'un homme abandonné par sa femme depuis des mois, Hasselbank.
Ca continue par son arrivée au Canada, à la recherche de cette femme. A North Bay, plus exactement, et en plein hiver. C'est vous dire ! Tempête de neige effroyable, routes-pièges, et autochtones très bizarres, aimant les combats humains les plus violents possibles et le sexe dans toute sa crudité.
Mais où étais-je tombée...
Prête à refermer le roman, dégoûtée de l'animalité des hommes (et des femmes), j'ai quand même suivi à petits pas Hasselbank dans sa quête du repaire de Paterson, « l'homme entier » qui a vécu quelques mois avec sa femme. « Homme entier », car il lui donnait l'impression d'avoir trouvé sa place sur cette terre. Rassurant. Solide. « Sans une once de perversion ni d'obsessions », pas comme ceux rencontrés au début de son séjour.
A nouveau mordu, épuisé par une crise effroyable, où « fragments de désastres intimes, mères aux sentiments cannibales, fratries fratricides, morts qui ne vous lâchaient pas des yeux » hantent son esprit malade, il est obligé de se confier corps et âme à Patterson, dans son chalet perdu au bord du lac gelé, en pleine tempête.
Patterson le réconforte à sa façon, pour éloigner de lui l'animalité qui le guette. Qui les guette. Qui nous guette...
L'animalité ?
« Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous hantent en posant sans cesse pour nous les grandes questions de la détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de notre héritage génétique et du passé en général »
Mais le piège glacé se referme doucement, sur eux, sur nous et nos questions existentielles.
Finalement, « Hommes entre eux » m'a giflée dès l'abord, pour me talonner ensuite et me tourmenter à la fin.
Car qu'est-ce qui est mieux, finalement ? Un homme ou un animal sauvage ?
Merci à Guylaine pour notre lecture commune, peu commune !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Lorraine47
  07 avril 2013
Cré moué, cré moué pas, queque part en Ontario, y'a un chum qui est parti chercher sa blonde...
Y prend son char pour la r'trouver mais pas d'chance y tombe sur une tempête de neige qui va le laisser pantois!
Ah j'capote sur ce roman, y'a pas à dire!
Jean-Paul Dubois: c'est une vieille connaissance, un voisin du sud ouest, un journaleux sportif, un amateur du ballon ovale, bref un homme presque parfait...
Depuis" Kennedy et moi" où Bacri m'a ravie, depuis" Une vie française" et "Vous plaisantez Monsieur Tanner", j'étais sous le charme de cette plume tendre teintée d'humour!
Très surprise par cette aventure virile dans le nord canadien: des hommes des vrais avec tout ce qu'il faut!
Et aussi très émue par ces paroles masculines sur la maladie, la mort, l'amour, le sexe...
Tabernacle, Monsieur Dubois je suis zémue encore une fois!
Pour vous mettre dans l'ambiance même si ça ne se passe pas au Québec réécoutez Beau Dommage!
http://youtu.be/AJ6CSOLxbeM
Commenter  J’apprécie          565
joedi
  21 août 2014
Quels regrets de n'avoir pu aller à North Bay quand, lors de vacances, je n'en étais pas loin et c'est mon ex-mari qui n'a pas voulu monter jusque-là ! Petite consolation, la lecture de ce roman qui pourrait bien s'apparenter à un thriller. Paul Hasselbank atteint d'une maladie dégénérative incurable décide de retrouver sa femme partie vivre en Ontario au Canada. Il embarque pour Montréal bien décidé à retrouver Anna. À North Bay, vit Floyd Paterson, chasseur à l'arc, qui après avoir subi une greffe du coeur est, à présent, en bonne santé ; il a connu Anna qui a vécut chez lui. Paul restera chez Floyd, bloqué le temps d'une tempête de neige, un huis-clos raconté magistralement par l'auteur.
Commenter  J’apprécie          220
Guylaine
  02 novembre 2017
Quel drôle de voyage au fin fond du Canada, dans le sein glacé du froid polaire que ce roman Hommes entre eux !
On suit le périple de Paul Hasselbank, un homme en fin de vie, désireux de revoir sa femme avant de mourir. On croise des personnages atypiques, inquiétants et froids comme le climat qui les a vu naître. Il semble que ce paysage glacial ait déteint sur tous et les a éloignés de l'humanité.
Ils se réjouissent à l'idée d'aller voir des hommes se battre, voir le sang gicler, les faces se faire écrabouiller. Ils s'accouplent sans amour, sans sentiments, sans émotion juste pour satisfaire leur rut…
J'ai espéré que quelque chose se passe à un moment donné, pour raccrocher tous ces hommes au genre humain, mais au contraire, j'ai été complètement décontenancée par la fin de ce roman… je n'ai pas compris...
Je ne dirai pas que je n'ai pas aimé ce livre, Jean-Paul Dubois sait écrire et il nous tient la main pendant tout ce voyage. Mais j'ai eu l'impression de suivre cette histoire derrière le verre épais d'un très grand aquarium, je n'ai pas été touchée, j'ai essayé de comprendre mais en vain…
Toutes mes excuses à Latina, désolée de t'avoir entraînée dans ce froid bestial à cause d'une PAL à vider… On se rattrapera la prochaine fois !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
brigittelascombe
  08 mars 2012
A la manière d'un thriller haletant,Hommes entre eux met en présence deux hommes qui ont aimé la même femme Anna: Paul Hasselbank, son mari, Toulousain (atteint de "maladie dégénérative" qui le rend toxicodépendant) qu'elle a quitté pour partir vivre au Canada et Floyd Paterson Canadien(greffé du coeur) "un colosse solitaire" "tueur de cerfs" qui a croisé sa route et a été son amant; deux hommes portant en eux des germes de violence:le premier s'identifie au film Aguirre ou la colère de Dieu ce qui angoisse parfois les prostituées de passage, le deuxième sait qu'il porte en lui le coeur d'un assassin.
Anna ayant disparu sans laisser de traces Paul Hasselbank part à sa recherche sur North Bay dans l'Ontario là où les "tempêtes de blizzard" sévissent parfois et où les sauvages habitants se divertissent de combats à mort (style gladiateurs) organisés par un naturaliste inhumain et pervers.
Une angoisse palpable qui se distille(souffrance,effroi,humiliations,mépris,panique,pleurs,colère) monte comme un épais brouillard alors qu'Anna joue les Arlésiennes puisqu'on en parle sans jamais la voir.
Rien à voir avec l'humour corrosif de Vous plaisantez Monsieur Tanner,
Hommes entre eux surfe sur le border line aux frontières de la folie, de l'autre côté du miroir de glace là où se trouve l'animalité.Connait-on vraiment l'autre? Se connait-on vraiment?
Excellent!
Jean-Paul Dubois journaliste et romancier a obtenu (entre autres prix) le Fémina 2004 pour Une vie française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Lorraine47Lorraine47   07 avril 2013
Quand il examinait longuement cette image, il lui arrivait d'entendre la voix de sa femme résonner dans sa mémoire. La voix était la première chose que l'on oubliait après le départ de quelqu'un.
Commenter  J’apprécie          413
joedijoedi   23 juillet 2014
Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous bouleversent comme le font les grandes marées, nous hantent en posant sans cesse pour nous les grandes questions de la détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de notre héritage génétique et du passé en général.
Commenter  J’apprécie          160
AgatheDAgatheD   12 juin 2016

Anna appartenait à cette catégorie de femmes qui possèdent la rare grâce de rendre un homme meilleur, faisant sourdre en lui des sentiments nouveaux que nul, jusque-là, ne lui avait permis de révéler.Ce n'était pas intentionnel chez Anna. Simplement, elle induisait cet état de fait, agissant sur l'âme des hommes comme la lune influe sur les marées.
Commenter  J’apprécie          110
clarinetteclarinette   27 septembre 2008
Je reste étendu là, persuadé qu'un lien naturel nous rattache au monde des animaux. Souvent la présence des animaux nous tire vers ce mystère-là. Nous avons en commun avec eux les les brûlures de la faim et de la peur, ainsi que la présence de sel dans notre sang...Je suis revenu au camp en pensant à la complexité des rapports qu'entretiennent les animaux avec le temps et l'espace : leurs migrations, leur patience, leurs réseaux et repaires. Ont-ils vraiment des désirs, du courage, de la perspicacité ? Peu d'êtres vivants nous défient à la manière des animaux sauvages. Ils nous bouleversent comme le font les grandes marées, nous hantent en posant sans cesse les questions de détermination, du sens de la responsabilité, de l'importance de la génétique et du passé en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
clarinetteclarinette   27 septembre 2008
C'était le spectacle le plus répugnant auquel il ait été jamais convié. ces combats sans règles ni limites étaient retransmis par des chaînes de télévision à péage qui réalisaient là leurs plus belles audiences. La recette était simple : à l'intérieur d'un ring ceint de hauts grillages, on enfermait deux hommes pêchés dans quelque torrent de misère avec pour instruction de s'entretuer comme des chiens de combat. Tous les coups, toutes les prises, toute la sauvagerie de la terre étaient ici requis. Pas de gants, pas de protections et surtout beaucoup de sang. Evidemment pas d'arbitre ni de victoire aux points. Le gagnant, celui qui emportait la prime, était le survivant, celui qui, à la fin, tenait encore debout. Entre ces combats qui rappelaient les origines des temps, une équipe denettoyage lessivait le ring pour laisser place nette aux nouveaux guerriers qui se jetaient l'un sur l'autre au milieu d'une foule délirante. Voilà ce qu'était l'Ultimate Fighting, une petite fin du monde filmée, une "bascule des civilisations"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Paul Dubois (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Dubois
Bande-annonce "La nouvelle vie de Paul Sneijder" (2016)
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1558 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre