AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782748142020
80 pages
Éditeur : Manuscrit (01/12/2004)
Résumé :
Eric Dubois a l'expérience des scènes ouvertes, des récitals de poésie, de 1996 à 2002 avec son association Le Verbe & L'Image, mais aussi avec Poèmes en Gros, Slam Production, Uback Concept et...Hélices Poésie (depuis Septembre 2003). Eric Dubois ne conçoit pas seulement la poésie comme pratique quotidienne et secrète de l'écriture mais aussi dans la dimension de l'Oralité, de la lecture intérieure et silencieuse à la lecture à voix haute en public. La Poésie est u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lepoetedelanneelepoetedelannee   24 mai 2020
LE MONOLITHE ( extrait )



Voici que la nuit ascendante tétanise les volontés.
L’homme qui écrit cela dort. Soudain, il ouvre un œil furtif. Il se dit que c’est une tentative de dépassement de soi. La pièce est jaune. L’homme qui a dormi dans cette pièce se dit que c’est une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre.
Sur la table de chevet, l’Idiot de Dostoïevski.
Quelques photos.
L’homme qui vient de dormir dans la chambre jaune se dit que c’est une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre sur l’Idiot de Dostoïevski et sur les quelques photos d’anniversaire.
Il a trente six ans.
L’homme s’aperçoit que sous son caleçon il a une légère érection.
L’homme qui vient de dormir et qui s’aperçoit qu’il a une légère érection se dit que c’est une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre sur l’Idiot de Dostoïevski et sur les photos de ses trente-six ans et sur sa légère érection.
Il sait qu’il est au milieu de la nuit et que le réveille-matin ne sonnera pas. Il sait qu’il ne travaillera pas.
L’homme qui a dormi dans la chambre jaune se dit que c’est une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre sur l’Idiot de Dostoïevski, sur quelques photos, sur sa légère érection et sur le réveille-matin qui ne sonnera pas l’heure du travail.
Alors, l’homme qui a dormi dans la chambre jaune et qui s’est dit que c’était une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre sur l’Idiot de Dostoïevski, sur les photos de son anniversaire, sur sa légère érection et sur le milieu de la nuit, décide de se coucher à nouveau après avoir longtemps pensé qu’il avait dormi et qu’il s’était dit que c’était une tentative de dépassement de soi d’ouvrir un œil furtif puis l’autre sur sa légère érection.
L’homme qui a dormi dans la chambre jaune a tenté d’écrire un journal. Mais il s’est lassé de consigner des remarques sans intérêt autour de son existence, de sa place dans la société, de ses vaines relations avec les femmes et de sa psychothérapie dite « analytique ».
L’homme qui a dormi dans la chambre jaune et qui a tenté d’écrire son journal intime, l’été 2002, abandonne provisoirement ce genre de littérature égotiste. Ce n’est pas qu’il ait mieux à faire ou à dire. Peut-être en a-t-il assez dit depuis plus de quinze ans qu’il envisage sérieusement d’écrire ?
L’homme qui a dormi dans la chambre jaune et qui a ouvert un œil furtif puis l’autre sur sa légère érection, après avoir consigné journellement des remarques sans doute ineptes sur ses vaines relations avec les femmes, dans un journal intime sans lendemain, s’est dit qu’il avait finalement tout dit. L’homme qui s’est dit qu’il avait finalement tout dit. L’homme qui s’est dit qu’il avait finalement tout dit n’a pas évoqué ses liaisons chaotiques avec Béatrice, ses orages sensuels avec une certaine Nathalie, caissière dans une boulangerie et son borderline mystique avec une secrétaire de type « stressée » avec enfants en bas âge, prénommée Marie quelque chose sans compter ses vieilles habitudes illicites avec des prostituées…
L’homme qui s’était dit qu’il avait tout dit, n’a pas tout dit. L’homme qui n’a pas tout dit, ouvre à nouveau un œil furtif puis l’autre sur sa légère érection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lepoetedelanneelepoetedelannee   24 mai 2020
DELTA


Au delta des apparences tu cueilleras le fruit la substance pendant que la nuit fleurira
Ses douleurs sous-jacentes
Au delta tu plongeras ton abîme dans les cheveux du vent tu songeras à ces rues adjacentes ces places fortifiées ces repas pris en commun avec les loups
Tu diras aux bienheureux qui ignorent le goût du désastre que le fleuve avance toujours dans un seul sens sens de la vie vers le delta fédérateur
Tu leur parleras de moi de nous tu les encourageras à mieux encore dans le même sens vers le delta des apparences
Alors je partirai l’âme claire affronter d’autres climats
Affronter d’autres peuples affronter d’autres Moi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lepoetedelanneelepoetedelannee   24 mai 2020
STEREO



Et ton amour hume les cendres des planètes conquises x d’ dans l’orage en lisière de l’infini stéréo dans les oreilles pas un parasite ni vrombissement industriel au rond-point et au barrage tu regardes les guincheurs sous les saules pleureurs et le soprano sexe sax d’un coup sec secoue les synapses postés en vigies vigiles des oiseaux écoutent la fin programmée des planètes conquises
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Eric Dubois (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Dubois
Vidéo de Eric Dubois
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
854 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre