AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1090627041
Éditeur : Chat Noir (01/04/2012)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Au pied d'un cercle de menhirs, une jeune femme aux cheveux et aux yeux couleur corbeau se réveille. Qui est-elle? Elle l'ignore. Où se trouve-t-elle? Elle va bientôt le découvrir…
En plein territoire picte, résistant aux envahisseurs romains, une tribu celte recueille la mystérieuse femme. Rapidement, elle va se trouver mêlée au quotidien de ce peuple, à ses légendes, à ses mystères et à ses désespoirs.
Le cercle de pierres sera-t-il la clef qui lui r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Xian_Moriarty
  15 février 2015
Un livre que je n'ai pas aimé.
Pfff…
Mêler vampires et fond celtique est un pari risqué, mais pas infaisable. Mais hélas, ce n'est pas le cas ici.
Hormis le fait que l'ensemble se lit finalement assez bien, je ne pense pas, hélas, pouvoir mettre en avant beaucoup de choses positives dans ce roman.
Comme beaucoup trop d'oeuvres de ce type, la romance prend une place trop importante et n'apporte franchement pas grand-chose à l'intrigue principale qui est… qui est quoi au juste ? Pas facile de savoir exactement où l'auteure veut aller : aider Mévéa a retrouvé ses souvenirs, empêcher les Romains de conquérir le territoire picte (au-delà du mur d'Hadrien), savoir ce que les vampires veulent à notre héroïne ? Bref, un ensemble un peu confus.
Ensuite, j'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand-chose au final et tout fait un peu convenu. Il n'y a pas de suspense, ce n'est pas particulièrement épique, ça manque d'aventure (d'action), on n'est pas plus surpris que ça… Même si j'avoue que j'ai bien aimé « la taupe » (désolé de m'exprimer bizarrement, mais j'évite de trop spoiler).
Les scènes de sexes sont longues et ne servent à rien, bien au contraire, elles alourdissent le récit.
Je n'ai pas du tout accroché aux personnages. Ils sont tous lisses et insipides, avec ces personnalités convenues.
Le truc qui m'a juste exaspéré, c'est que tous les hommes jeunes sont très beaux gosses avec des pectoraux et des abdos qui débordent de tous les côtés sous les chemises. Bref…
Les personnages féminins, grosses déceptions. L'héroïne, je savais que je n'allais pas trop m'attacher à elle ; mais voilà, la seule nana qui a « du caractère » passe pour une hystérique asociale et très jalouse alors qu'elle ne vit pas en couple avec le mec qu'elle ne supporte pas de voir draguer une fille.
Si l'intrigue et les personnages ne sont pas crédibles, c'est aussi peut-être parce que l'univers n'est pas cohérent. Je serais même tenté de dire qu'il n'a pas du tout été travaillé ou alors un travail très superficiel.
Bon, si je passe sur mon côté archéo qui hurle quand je vois des cercles de pierres assimilés aux Celtes (ou aux pictes ?), le reste n'est pas cohérent.
Nous avons des populations celto-pictes (les deux termes sont utilisés, mais il me semble que les pictes ne sont pas des Celtes) païennes qui pensent exactement comme les populations romaines christianisées. J'avoue que voir des Celtes parler de démons, d'enfer, de damnations et même de vampire me gêne énormément. le monde celte a sa propre conception de l'autre monde, qui n'est pas celui des chrétiens. Or là, les populations celto-pictes s'expriment comme si elles étaient chrétiennes. L'enfer chrétien n'est pas les enfers grecs tout comme le monde des morts celte n'est pas l'enfer. Donc si un Celte païen parle de l'enfer, c'est qu'il est déjà christianisé… bref… À aucun moment, je n'ai vraiment eu l'impression d'être au sein d'une société celto-picte païenne.
Ensuite, il y a le problème des vampires. Si la présence d'être de type vampire ne me gêne pas, c'est l'utilisation du mot qui me gêne. Il fait tache. Je pense qu'il aurait été beaucoup plus judicieux d'user d'un mot êtres maléfique du Sidh (ou de l'imaginaire celtique) pour désigner les buveurs de sang (quitte à l'imaginer). Idem chez les romains où un terme plus grec, voire même latin, aurait donné plus de profondeur aux bêtes à crocs.
J'ai aussi eu beaucoup de mal avec les noms de certains personnages. Alors oui, je sais il m'est arrivé de râler contre l'utilisation intempestive des noms bretons ou celtes, mais je crois qu'ici, c'est ce qu'il aurait fallu faire, même en restant dans une certaine sobriété. Parce que quand je lis Prasus ou Silvia chez deux personnages celto-pictes, j'ai envie de dire que ce n'est pas possible ! Les deux résonnent trop romains. Ou alors, j'aurai eu besoin d'une explication.
Si on revient au côté vampire en lui-même, il n'y a pas grand-chose à critiquer. L'idée de « double » clan est sympa, le principe du pacte me plait. Bref….Le tout m'aurait bien plus plu si Morcant n'était pas un putain de top canon.
Mais il est dommage que l'insertion de ces créatures dans l'imaginaire celtique n'ait pas été plus poussée.
Le roman est écrit à la première personne, du point de vue de Mévéa. J'ai trouvé que les choses s'étalent en longueur, avec trop de descriptions, peut-être trop de détail. Ça se lit sans trop de soucis, mais sans que je n'y prenne vraiment plaisir.
Un premier tome qui ne m'a pas du tout convaincu. Ni l'intrigue, ni les personnages ni même l'univers ne sont parvenus à plaire.
Je ne me pencherai pas que la suite de cette série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
laraemilie
  07 juillet 2013
La Dame sombre, premier tome des Damnés de Dana, nous entraîne immédiatement dans le vif du sujet. Une jeune femme se réveille au pied d'un cercle de menhirs, incapable de se rappeler son identité. Forcée à fuir par un étrange personnage menaçant, elle est recueillie par un clan picte et s'installe avec eux en attendant de retrouver la mémoire. Cependant, la quête de son passé n'est pas la seule préoccupation de la jeune femme ; en effet, le peuple celte est menacé, non seulement par les créatures des Ombres, mais également par les Romains, qui poussent leur conquêtes de plus en plus au nord du mur d'Hadrien.
Comme j'ai un intérêt particulier pour le monde celte, c'est tout d'abord le décor et la période durant laquelle se déroule le roman qui m'ont attirée : des lieux magnifiques où la nature est reine, des légendes passionnantes, des dieux et autres créatures mystérieuses... L'idée d'y introduire des vampires me paraissait intéressante, quoique un peu étrange, car je ne les aurais jamais imaginés dans ce contexte. Je dois toutefois admettre que je me suis rapidement laissé séduire par ce mélange inédit qu'est la rencontre entre Pictes, Romains et vampires... et peut-être même d'autres créatures mystérieuses, qui sait?
La plume d'Ambre Dubois m'a une fois encore transportée par sa légèreté et son côté poétique. Malgré un rythme plutôt lent dans certains passages, on ne se lasse pas de la lecture; les mots nous portent de découvertes en mystères, nous poussant à chercher des réponses, aux côtés de l'héroïne, sur son identité. de plus, les explications historiques nous permettant de faire connaissance avec les dieux et la culture celte s'insèrent très naturellement dans le récit ; n'importe quel lecteur a donc les clefs en main pour comprendre cette période passionnante de l'histoire.
L'intrigue en elle-même est bien construite, même si j'ai parfois trouvé qu'elle méritait d'être un peu plus développée ; tout semble un peu simple, les pièces du puzzle s'emboîtent de manière un peu trop parfaite pour que les événements soient réellement crédibles. de même, la relation amoureuse qui s'instaure entre notre héroïne et son jeune guerrier est un peu trop rapide à mon goût, mais ces passages romantiques sont toutefois très agréables et romantiques.
Nous rencontrons plusieurs autres personnages, ce qui est très agréable car nous ne nous focalisons par uniquement sur l'héroïne, comme c'est bien souvent le cas dans ce type de romans. Ainsi, chaque personne est bien développée et les descriptions précises des scènes nous permettent généralement de nous faire une idée précise de leur personnalité, y laissant toutefois la part de mystère nécessaire, en particulier dans le cas de vampires.
Si la première partie du roman s'écoule de manière relativement paisible, malgré les différentes menaces pesant sur le clan picte et les interrogations de notre héroïne, la fin présente un retournement de situation qui m'a incroyablement surprise. Autant dire que je ne m'y attendais pas du tout et que l'effet est donc très réussi. L'unique élément que je pourrais critiquer dans ce sens, sans en dire trop pour ne pas gâcher le plaisir des lecteurs, est que les raisons données pour expliquer cet acte me paraissent un peu faibles. En réfléchissant aux conséquences que cela entraîne, j'ai de la peine à m'imaginer que tout ait commencé ainsi. Cependant, comme il ne s'agit ici que d'un premier tome, la suite nous réserve peut-être encore des surprises et d'autres explications un peu plus convaincantes.
Ambre Dubois nous propose donc un roman riche en rebondissements, mêlant histoire et fantasy: dans un monde où la religion de Rome devient si importante sur tout le continent, nous découvrons les anciennes croyances d'un peuple celte proche de la nature et polythéiste qui doit se battre pour conserver sa culture et ses traditions. Des éléments mystiques s'ajoutent ensuite à la trame, nous proposant un alliage pour le moins original.
La Dame sombre est mon premier coup de coeur de l'année. Je remercie le forum A&M pour l'organisation de ce tour, les Éditions du Chat Noir pour leur confiance et, bien sûr, l'auteur pour son histoire entraînante et originale. J'attends la suite avec grande impatience !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DawnG
  09 mars 2014
La Dame sombre a été un très bon moment de lecture. Je me suis laissée entraîner par cette jeune femme amnésique, mystérieuse et surprenante.
Après son "second" réveil, le lecteur va en apprendre un petit peu sur la Dame Sombre et beaucoup plus sur les habitants, ceux qui l'ont trouvé dans les bois et le village picte où elle a atterri. Les gens sont d'abord méfiants avec elle. Elle qui ne ressemble pas du tout aux pictes, les yeux trop bruns, les cheveux trop bruns, le corps trop parfait, tentateur. Est-elle une romaine venue espionner le peuple picte ? L'infiltrer ? Ou est-elle une envoyée des Dieux ? Elle aurait en effet, touts les attraits des Sidhs… Ou n'est-elle qu'une jeune femme en quête d'elle-même ?
Le lecteur va la suivre, partager sa façon de réagir à cette situation, à la méfiance des pictes, puis sa façon de vivre et participer au quotidien de ce peuple qui se défend des attaques romaines, qui refuse la croyance du Dieu unique et qui reste attaché à ses croyances, qui sont bien plus que des légendes.
J'ai beaucoup aimé lire une histoire se passant à cette période de l'histoire, la conquête de "Brittania" par les Romains, après le Mur d'Hadrien. Les pictes sont un peuple fascinant, guerrier, courageux et fier. On s'attache vite aux personnages de cette histoire et à ce village dans lequel la Dame Sombre va devoir trouver sa place. le récit est émaillé de références au Sidh, aux Dieux celtes, aux croyances et à la culture celte. Un régal !
Ce premier tome permet de poser le décor, les terres sauvages de "l'Écosse", de décrire une héroïne belle et forte, avec des faiblesses quand-même, dont l'apparition est auréolée de mystères. En effet, elle n'a aucun souvenir de sa vie d'avant et encore moins d'une attaque au cercle de menhirs. Ajouter à cela qu'elle ne ressemble pas aux "gens du coin" et que personne ne l'a jamais vu avant, que même le Père des druides ne peut pas lui révéler ce qu'il ressent en sa présence… Qui peut-elle bien être ? Elle est persuadée de ne pas aussi différente des autres mais plus elle se demande cela, plus le lecteur se demande si finalement ça ne serait la seule explication à certaines de ses réminiscences et à ce don particulier qu'elle a en présence des gens. Je ne peux pas dire que ce personnage ait été mon préféré mais il est indéniable que j'ai envie de savoir d'où elle vient, ce qu'elle va découvrir, qui elle est !
Le roman fait la part belle aux femmes, et pas seulement à la magnifique Dame Sombre. le peuple picte place la femme comme l'égale de l'homme, elle pouvait être chef de clan, guerrière, tout autant que femme au foyer, guérisseuse ou prêtresse. J'ai beaucoup apprécié ce point. On trouve dans le récit beaucoup de sensualité, de charme et même de sexe. J'ai apprécié le fait que cela soit dosé et serve l'histoire de cette jeune femme. Il n'y en avait pas trop, pas de façon incongrue ou inutile. C'est vraiment agréable.
Le côté fantastique du récit est progressif et le mythe vampirique est subtilement et parfaitement intégré aux légendes celtiques, au Petit Peuple, aux créatures de la nuit, le Royaume des Ombres. C'est vraiment très bien fait ^^ Ce mythe va très bien avec cette époque je trouve. On retrouve aussi un contexte historique de guerres de religions, de domination et de jeu de pouvoir qui donne du crédit au récit. Ce premier tome plante donc les personnages, l'intrigue et le décor. On ne s'y ennuie pas une seconde et le roman se lit très vite. le récit est bien construit, il y a du rythme, des moments d'action et des pauses bienvenues. Bien évidemment, le lecteur n'aura pas toutes les réponses à ses questions, certains mystères resteront entiers mais on apprendra déjà certaines choses et le lecteur s'apercevra que plusieurs personnages cachent bien leur jeu ! Il y a des retournements de situation que je n'avais pas vu venir…
… et d'autres qui se voient plus facilement, notamment quand les vampires rentrent en scène, que c'est versatile un vampire ;) mais cela n'enlève rien à la qualité de l'histoire ^^
S'il fallait trouver un point négatif, c'est peut être qu'il n'y a que des beaux mecs et des belles nanas mais remarquez pour beaucoup est-ce vraiment un point négatif :p ?
J'ai beaucoup aimé cette lecture sans prise de tête qui fait voyager à travers le temps. Une histoire qui embarque le lecteur dans une époque différente, parmi un peuple attachant et fier, aux côtés d'une héroïne mystérieuse et d'autres personnages intéressants et parfois énigmatiques. Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu, les "bons" comme les "mauvais" (peut être même plus les mauvais :p ).
Je serai ravie de poursuivre l'aventure celte (ou picte selon vos affinités ;) ) avec le tome 2 des Damnés de Dana : Les brumes du crépuscule
Lien : http://lesdecouvertesdedawn...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Melisende
  23 mars 2016
Les Damnés de Dana est certainement un des premiers titres du Chat Noir que j'ai achetés, la mention des pictes, du mur d'Hadrien, des celtes, des menhirs et de la tribu de Dana ayant largement de quoi m'intriguer. Pourtant, ce n'est que plusieurs années plus tard (bien trois ou quatre ans) que je me suis enfin décidée à ouvrir ce premier tome… mais que ne l'ai-je fait plus tôt !
La Dame sombre n'est pas un roman parfait mais il m'a divertie et m'a largement fait voyager dans un espace-temps que j'apprécie beaucoup. le plus gros point fort de ma lecture est à mon avis et sans hésitation, le contexte, très marqué, très palpable, très immersif. Et j'ai adoré me retrouver au milieu d'une tribu picte près du mur d'Hadrien. le tome 2 sera lu très vite, très certainement avant la sortie du troisième et dernier opus de la trilogie (en mai ou juin prochain, me semble-t-il).
C'est un tome assez introductif que nous offre là Ambre Dubois. Plongés directement dans le vif du sujet, nous découvrons notre héroïne qui se réveille au pied de menhirs, amnésique. Effrayée autant par la tempête qui fait rage que par l'apparition d'un homme inquiétant, la jeune femme finit par trouver refuge auprès du druide (chef religieux) d'une tribu picte. Les autres membres du clan se méfient d'elle car elle possède les cheveux et les yeux aussi noirs que les plumes du corbeau, ce qui, selon eux, est le signe indéniable des romains (est-elle une espionne ?) ou des créatures de l'AutreMonde (est-elle vraiment humaine ?).
La belle héroïne n'en sait rien. Elle ne se souvient de rien. Ni de qui elle est, ni ce qu'elle faisait au pied de ces pierres par une nuit de tempête. le lecteur apprend donc tout en même temps qu'elle, aussi bien les us et coutumes des pictes que la présence de l'envahisseur romain. Un héros amnésique est toujours agréable à suivre car il nous permet de récolter un maximum d'informations à travers ses yeux, le lecteur est au même point de connaissance que lui et ne rate donc rien. Malgré tout, ce point de vue interne qui a du bon, laisse aussi beaucoup de mystères et met une certaine barrière, paradoxalement, entre l'héroïne et nous, puisque nous ne savons rien d'elle et ne pouvons la juger que sur ses actes présents. Difficile donc de la cerner vraiment et « de lui faire confiance ». Ce qui est voulu et fonctionne parfaitement… mais me laisse un peu sur ma faim !
Ainsi donc, le lecteur s'introduit dans la tribu picte en même temps que celle qui se fera finalement appeler Mévéa. J'ai aimé tous ces passages, certes un peu contemplatifs, mais qui permettent de mettre le contexte en place. Il ne se passe finalement pas énormément de choses – quoi que… – mais je me suis sentie totalement embarquée dans cette ancienne Ecosse, auprès des guerriers peints en bleu, sous leurs huttes. Chef de clan, druide, guérisseur, guerriers (et guerrières !), autant de personnalités différentes et importantes pour le bien être de tous.
On sent les liens qui les unissent, la force et la fierté de ces pictes et la menace romaine qui gronde, malgré la limite posée par le mur d'Hadrien. Les manipulations et les traitrises sont le lot quotidien et on ne peut faire confiance à personne.
Ajoutez à cela l'apparition d'éléments un peu plus fantastiques et mystiques puisque, outre les pouvoirs du druide et les créatures de l'AutreMonde, Ambre Dubois place des vampires dans ce contexte bien particulier. Une idée qui ne manque pas d'intérêt puisque, après tout, ces morts-vivants pouvaient très bien déjà exister à l'époque et déjà semer la pagaille autour d'eux. Je ne suis plus très fan des vampires qu'on a vu un peu trop et un peu à toutes les sauces… mais j'ai apprécié leur présence ici et leur lien avec l'AutreMonde. On ne sait pas encore grand chose sur eux et leur raison d'être mais je suis curieuse d'en apprendre davantage dans les tomes suivants.
Finalement, le seul petit bémol à mon goût, ce sont les scènes plus « romantiques » voire érotiques. Je ne suis pas contre l'idée même si je n'en suis pas très fan généralement, mais je les ai trouvées assez peu utiles ici et un peu précipitées. Elles ne sont pas mal écrites, non, ce n'est pas désagréable, mais ce n'est pas indispensable et je n'y ai pas vraiment cru.
Disons qu'un homme et une femme ressentent assez de désir pour se sauter dessus rapidement, oui, qu'il y ait des sentiments et des déclarations d'amour éternel au bout d'une semaine, non, je n'y crois pas une seconde. Mais je ne suis pas le meilleur public pour ça !
Lors de ma lecture de la Dame sombre, j'ai plusieurs fois repensé à mon excellente découverte de Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski, ce qui est plutôt très bon signe. Moins érudit et plus « romantique » que celui-ci, ce premier tome de Ambre Dubois n'en reste pas moins dépaysant, intriguant et très divertissant ! J'ai passé un excellent moment et lirai la suite avec grand plaisir.
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Carolivra
  04 août 2015
C'est grâce à l'opération promotionnelle des éditions du Chat Noir que j'ai pu découvrir ce titre qui me faisait de l'oeil depuis un petit moment déjà. Si ce n'est pas un coup de coeur pour moi, j'ai quand même apprécié ma lecture et nul doute que je me lancerai dans le second tome de la saga avec grand plaisir!
L'intrigue débute dans le vif du sujet avec l'héroïne qui se réveille au pied d'un cercle de menhirs. Elle ne sait pas où elle est ni d'où elle vient mais surtout qui elle est! Elle aperçoit alors un être étrange, blafard, tout de noir vêtu. Notre jeune héroïne se lance à corps perdu en direction de la forêt et c'est là qu'elle tombe sur des guerriers pictes qui décident de la recueillir.
Au premier abord, tous se méfient de cette jeune femme. On la prend pour une démone ou une espionne à la botte de l'armée romaine. Très vite, les guerriers pictes se rendent compte que leur prisonnière possède d'étranges talents. Notre héroïne, prénommée Mévéa, se rend compte qu'elle connaît parfaitement les vertus des plantes. Mais plus étrange encore, elle a la capacité de lire dans les esprits des gens: elle semble voir leur passé et leur futur. Qui est donc Mévéa? Une envoyée des dieux anciens? Une Sidhe?
Ce premier tome met donc l'accent sur l'identité cachée de Mévéa. Grâce à la tribu picte qui l'a recueillie la jeune femme va en savoir plus sur ses origines. Pour l'aider dans sa quête, elle peut compter sur Galen, le guerrier tatoué à la chevelure flamboyante. Mais la quête identitaire de la jeune femme se double d'une intrigue politique. En effet, les Romains ont envahi la Grande-Bretagne et Hadrien a fait édifier un mur, reléguant les tribus barbares aux confins de leur terre. Leur but est d'évangéliser ces barbares afin qu'il adhèrent au christianisme. On sent ici que l'auteur a fait des recherches conséquentes car elle maîtrise son sujet. Qu'il s'agisse du culte picte ou des manoeuvres politiques romaines, on apprend énormément sans s'en rendre compte et j'ai beaucoup apprécié ce côté didactique!
Cependant, j'ai trouvé que l'intrigue mettait du temps à se mettre en place et qu'on pédale pas mal dans la semoule pendant un certain temps! Certes, Mévéa doit d'abord en apprendre plus sur elle-même mais j'ai trouvé que cette recherche traînait en longueur. En revanche, la deuxième partie du roman voit les choses s'accélérer. En effet, Ambre Dubois introduit de la fantasy avec l'apparition de vampires. La théorie qu'elle défend est assez séduisante et s'ancre parfaitement dans l'ambiance du roman. Je pense que la partie « vampirique » sera davantage développée dans le second roman.
Ce premier tome met aussi en scène le couple Galen/Mévéa. J'ai beaucoup apprécié le duo qu'ils forment, assez complémentaire. Cependant j'ai trouvé que certains dialogues sonnaient faux entre eux. Très rapidement, le duo joue au jeu du chat et de la souris et se séduisent. Cependant leurs répliques sonnent de manière trop contemporaines pour moi! Nous sommes au IIème siècle après JC et je ne pense pas que les techniques de drague étaient les mêmes qu'aujourd'hui! C'est le seul point noir du roman selon moi!
J'ai tout de même passé un excellent moment avec ce premier tome qui met les choses en place et qui introduit un univers fantasy intéressant. Je me procurerai le second tome sous peu afin de connaître le destin de Mévéa et des siens!
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
laraemilielaraemilie   07 juillet 2013
Là, entre deux hautes pierres sombres, parfaitement immobile, se tenait un jeune homme enveloppé dans une lourde et épaisse cape noire. Sous sa capuche dégoulinante d'eau, je pus apercevoir des parcelles de son visage. Un visage d'une blancheur d'outre-tombe, dur et menaçant, creusé d'ombres et d'obscurité. Et surtout, ce qui me coupa le souffle dut la vision de ses deux yeux flamboyants d'une lueur d'un rouge écarlate diabolique, reflétant les flammes de l'enfer. Nul être humain ne pouvait posséder pareil faciès et regard aussi terrifiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RhiaRhia   31 août 2013
Je n'osai reposer les yeux sur le jeune guerrier, me sentant honteuse et sordide devant les élans de plaisir qu'avait connu mon corps, sans aucune retenue de ma volonté, dans les bras d'un cadavre.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : celtesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre
.. ..