AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782803632268
80 pages
Le Lombard (06/11/2015)
4/5   128 notes
Résumé :
Lorsque "Sentence" Sykes pose le premier sabot dans ses collines natales, le jeune Jim Starret reconnaît immédiatement une légende de l'Ouest, digne des illustrés avec lesquels il a appris à lire. Mais son nouveau héros n'est pas là lorsque la redoutable bande des Clayton assassine ses derniers fragments d'innocence à bout portant. Dès lors, Jim n'a plus qu'une obsession : rejoindre Sykes et participer à la traque. Il a déjà payé le prix du sang. Il ignore encore qu... >Voir plus
Que lire après SykesVoir plus
Duke, tome 1 : La boue et le sang par Hermann

Duke

Hermann

3.59★ (355)

7 tomes

Marshal Bass, tome 1 : Black & White par Kordey

Marshal Bass

Igor Kordey

3.91★ (451)

10 tomes

Sans pardon par Yves H.

Sans pardon

Yves H.

3.07★ (92)

Ulysse 1781, tome 1 : Le Cyclope 1/2 par Hérenguel

Ulysse 1781

Eric Hérenguel

3.50★ (118)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 128 notes
5
16 avis
4
19 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Alors qu'il sort de chez lui, un pistolet en bois à la main, Jim se fait surprendre par cet homme, sur son cheval, qu'il n'a pas entendu arriver. Il dit s'appeler Sykes et lui demande juste un peu d'eau quand la mère du jeune garçon pointe son arme sur lui, lui intimant de ne pas bouger. Puis, elle lui proposera quelque chose à manger, rassurée de voir que c'est un marshal. Sykes ne s'éternise pas et lui suggère de faire attention aux dangereux rôdeurs qui trainent dans le coin. Il s'éloigne alors de cette ferme isolée et rejoint la ville la plus proche où il est accueilli par Bars, le shérif. Sykes l'informe qu'il est à la recherche des hommes à l'origine d'une attaque de banque qui violent et pillent tout sur leur passage. Petit détour par le saloon où il remet en place un gars qui lui cherche des noises avant de rejoindre sa chambre d'hôtel, attendant l'arrivée de son acolyte O'Malley prévue le lendemain matin. Ce dernier lui sauve la vie lorsque le mec de la veille le provoque. Les deux amis se retrouvent ensuite au saloon au tour d'un bon repas lorsque, soudain, débarque le jeune Jim, en larmes, criant que des gars sont venus la nuit chez eux, violant et tuant sa mère...

Coup d'essai et coup de maître pour Pierre Dubois qui délaisse pour un temps ses petits lutins et elfes et s'essaye au western. Dans cet album terriblement efficace et convaincant, l'on fait la connaissance de "Sentence" Sykes, homme de justice et d'armes flegmatique, semblant porter sa croix dans l'ouest sauvage, O'Malley à ses côtés, homme qui ne tire que dans le dos de ses adversaires. Avec cette couverture rouge sang qui donne le ton, l'on plonge dans une ambiance vengeresse et violente. Un scénario âpre servi par un dessin et une mise en page remarquables qui colle parfaitement à cette ambiance western: des visages burinés, de magnifiques paysages sauvages, des scènes de combat sanglantes. On en redemande!
Commenter  J’apprécie          460
On baigne ici dans le western pur jus.

Un héros de légende.
Un gamin idolâtre.
Une bande de salopards sans foi ni loi. Heu, les Clayton, si vous me lisez, sachez que toute ressemblance avec des...bla bla bla.

Vous prenez le premier, parti chasser les troisièmes, tout en y incorporant le second appelé à jouer un rôle prépondérant malgré son tout jeune âge, vous secouez énergiquement et obtenez Sykes, BD sans véritable surprise mais au graphisme et aux dialogues sans faille.

Un scénario qui ne révolutionnera pas le genre, certes, mais très largement compensé par un plaisir des yeux incommensurable et un final éblouissant abordant frontalement la problématique du modèle et ses dérives inhérentes.

Je connaissais Pierre Dubois et son amour immodéré pour les elfes, lutins et autres fées de légende. Il change ici radicalement son fusil d'épaule en s'essayant au western.
Pari réussi haut les flingues, peau de laping!

Commenter  J’apprécie          490
Merci à Babelio pour le don de cette superbe bande dessinée. Elle m'a permis de découvrir une collection (Signé chez le lombard) de grande qualité : grand format, style sobre et efficace, papier de qualité. Les pages intérieures donnent envie de découvrir de nouveaux titres. Ceux-ci sont d'autant plus tentants qu'il s'agit de "one shot" et nous imposent donc pas l'achat de série.

Ce cadeau m'a également permis de découvrir un bon, un très bon western. Les adeptes de Blueberry trouveront ici leurs marques, dans un album qui tient davantage du film. Vous l'aurez compris, nous ne sommes pas loin d'un chef d'oeuvre.

Les dessins de Dimitri Armand sont absolument magnifiques. Les cartouches sont diversifiés : prenant parfois une planche complète, ou au contraire étant plus nombreux pour mettre en avant les scènes d'action. Les visages, l'évolution des personnages se voit, se lit, se ressent littéralement. le travail accompli saute aux yeux. L'enchaînement est d'une limpidité exemplaire. le récit glisse de pages en pages.

Les ambiances sont également bien campées : le scénario est certes assez sombre, mais de nombreux passages apportent un peu de lumière avant de sombrer progressivement vers une noirceur pour mieux aboutir vers quelque chose de plus lumineux. Cette ambivalence permet de supporter agréablement cette histoire et de la lire sans la lâcher.

Question scénario, il y a par contre ici une petite déception. La trame est assez classique (pour la première partie) et le dénouement est assez prévisible. Mais malgré cela nous avons droit à de nombreuses surprises et surtout une histoire qui se prolonge plus loin que ce que l'on pourrait attendre à première vue.

La première partie est peut-être trop longue. Elle se termine de manière trop brutale avant de partir pour plusieurs planches (assez étonnantes) qui constituent une sorte d'ellipse et un chemin vers le dénouement. Dommage que cette partie soit trop accélérée.

Au titre des regrets l'on peut également reprocher une trame trop linéaire. Certains épisodes prometteurs (la maison du juge) ou personnages (le mystérieux révérend) ne sont pas exploités à leur juste valeur.

Malgré tout, nous avons affaire ici à une véritable pépite qui devrait ravir les fans de western. Il faudra toutefois veiller à ne pas laisser cet album entre les mains des plus jeunes. Certains épisodes sont violents. Toutefois les auteurs ne s'y complaisent pas et nous offrent une longue plongée dans l'abîme (un peu convenue certes) mais hautement maîtrisée.
Commenter  J’apprécie          220
La première planche est assez inquiétante : on y voit l'ombre d'un cavalier, sans que l'on sache si c'est un bandit ou un ami… En tout cas, elle illustre bien le calme avant la tempête.

Une fois de plus, nous sommes face à un western classique : des bandits, les Clayton, qui attaquent une ferme, qui assassinent, qui violent, qui ont des tas de cadavres derrière eux et un marshal, Sykes, lancé à leur poursuite, avec deux hommes pour l'aider.

Classique, oui, mais… Il y a quelque chose dans le regard blasé et fatigué de Sykes qui change tout. La soupe est vieille, certes, mais l'auteur avait le talent de la cuisiner autrement.

Sans courir, il prend le temps de nous présenter Sykes, de le faire rentrer dans sa chambre, de lui donner de l'épaisseur, de lui faire vivre un incident dans la ville où il a posé ses bagages.

Même dans le pistage de nos bandits, pas de galops effrénés, on va au pas, on suit la piste, on a la patience et l'intelligence de ne pas courir ventre à terre. On chevauche, mais on discute aussi et les dialogues sont aussi le sel de cette bédé.

Dans ce western crépusculaire, les salopards ne sont pas que les bandits, il y a aussi les gros magnats de la finance, les promoteurs, les politicards, qui veulent les terres des fermiers et qui sont prêts à tout pour les obtenir, même aux moyens extrêmes.

Les dessins sont réussis, c'est un régal pour les yeux, que ce soit les visages ou les décors grandioses de l'Ouest. L'agencement des cases est diversifié, peut nous donner de grands paysages en arrière-plan ou des scènes sur deux cases l'une à côté de l'autre. En tout cas, c'est réussi en ce qui concerne les découpages et les couleurs.

Le scénario possède aussi quelques beaux moments, comme entre Sykes, marshal blasé par toutes ces années de fusillades, de morts, de vies fauchées et le jeune Jim qui regarde les armes à feu avec des étincelles d'envie dans les yeux et qui pense que la vie que Sykes a menée était une vie géniale.

Mon bémol sera pour le fait que le dénouement de cette poursuite est assez rapide. Trop rapide, même. J'avais pensé qu'en coursant le 5ème larron, nous aurions du rab, mais non, là aussi, ce fut assez court, trop court et il a manqué quelques cases de plus afin de donner un rôle à ce fameux Révérend qui prêchait la violence ou lieu de la paix, ce mentor de la bande de Clayton.

Ce sera le seul bémol, tout le reste du final est conforme à l'Ouest, à nos deux hommes qui prennent de l'âge, à la fin d'une ère, de leur ère, celle des prairies remplies de bisons qui laissent place maintenant à de derricks tirant du pétrole.

Véritable western crépusculaire aux dessins magnifiques, Sykes donne un aperçu de ce qui arrive lorsqu'on regarde trop dans l'abîme, lorsque l'on continue de chasser sa baleine blanche, illustrée par tous les repris de justice du pays que l'on dégomme.

Qui vit par les armes périra par les armes et la mère du petit Jim avait bien raison, hélas. Les auteurs bouclent la boucle et le final est magnifique, même si empreint de tristesse.

La vie dans l'Ouest était dure, violente et la vie n'avait que peu de valeur face aux requins qui voulaient les terres que les premiers colons avaient prises lors de leur arrivée…

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          240
Du beau western et des personnages qui n'ont rien à envier à John Wayne ou à Charles Bronson tant ils incarnent à merveille de véritables justiciers du grand Ouest américain.

Les dialogues sont un régal, le scénario reste fidèle au genre et même si on a une impression de déjà vu, il n y a aucune raison de bouder son plaisir.

Quant au graphisme, c'est également une réussite.

Le second tome m'attend déjà !

Commenter  J’apprécie          290


critiques presse (5)
LesComics
19 août 2020
Avec Sykes, Pierre Dubois et Dimitri Armand signent un Western de très haut niveau. Grâce à des personnages attachants et une intrigue passionnante, ils happent le lecteur jusqu’à la dernière page !
Lire la critique sur le site : LesComics
BoDoi
04 janvier 2016
Un récit linéaire, efficace et bien tenu.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan
27 novembre 2015
Un grand et beau western que l'on rangera sans problème dans sa bibliothèque à côté du Sans Pardon d'Hermann et Yves H., paru dans la même collection en tout début d'année.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom
23 novembre 2015
Un western classique, mâtiné de Sergio Leone et de John Ford, qui mérite votre attention !
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest
06 novembre 2015
Si le scénario de Pierre Dubois est solide, convaincant et habillement travaillé, aux pinceaux, Dimitri Armand n’est pas en reste et livre une partition aux encrages soignés.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
- Quatre ?
- Sykes… Ça va ? On les a eus. J’en ai compté quatre, le cinquième est là-dedans ?
- Non.
- Comment non ?- Il a filé. Les autres nous ont canardés pour couvrir sa fuite. Ils espéraient sans doute nous descendre pour le rejoindre ensuite.
- T’as du noir, là.
- Je sentais que quelque chose merdait.
- … J’aurais dû mieux...
- Non, pas là, près du nez.
- …mieux fouiller, chez le juge. Trooper a dû crever là-bas et ils se sont sans doute débarrassés du corps en le balançant dans le puits.
- Alors le cinquième,c e serait qui ? Le grand épouvantail dont parlait Jess ? Celui que t’as appelé le révérend ?
- Je le crains.
- Qu’est-ce qu’il avait à voir avec les Clayton ?
- C’est lui qui les a enrôlés dans sa bande quand ils étaient encore gamins, qui leur a tout appris et a fait d’eux les bêtes sauvages qu’ils étaient devenus.
- Il doit pas être tout jeune, alors.
- Il est sans âge.
- Arrête avec tes allusions vaseuses, tu sais bien que j’aime pas ça, quand tu donne dans le mystérieux.
- C’est un illuminé, un dangereux. Il se prend pour une sorte de messager d’un Dieu vengeur. Il se dit en croisade et s’est mis dans la tête de mener son armée… Un tas de cinglés récoltés parmi les pires. Je l’ai jadis entendu prêcher, il sait y faire et c’est un tueur.
- J’comprends l’idée du crucifix enfoncé dans la gorge. Un peu brutale l’évangélisation.
- Je ne sais pas ce qu’ils avaient l’intention de faire ensemble, mais faut que je l’arrête avant qu’il se perde dans la nature.
Commenter  J’apprécie          40
Pa' Jess m'a dit qu'à force de tuer des gens – même des mauvais qui méritaient de l'être -, hé ben on finissait par se tuer soi-même.
Commenter  J’apprécie          230
C’est « Sentence » Sykes. Mais je ne te conseille pas de l’appeler comme ça. Contente-toi de Sykes et évite-le. Il n’a pas toujours été marshal.
Commenter  J’apprécie          110
- Bon, je te l'accorde, à côté de la relève, on a encore de beaux restes. Faut dire que la tendance est maintenant au bizarre. Entre ceux qui trimballent une mitrailleuse dans un cercueil, ou te flinguent à coups d'harmonica, sûr que ces mariolles feront pas long feu dans le métier ! Mais c'est quand même la fin pour nous.
Commenter  J’apprécie          40
- Qu’est-ce qu’on fait alors ? On monte là-haut à trois, on entre et on les tue tous ?
- Hmmm… L’idée générale c’est un peu ça… Mais c’est dans la stratégie que ça pêche, si tu veux mon avis.
- Eh ! Je te rappelle que c’est toi le cerveau et moi le « suppléant ».
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Pierre Dubois (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Dubois
Payot - Marque Page - Pierre Dubois - Texas Jack
autres livres classés : westernVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (215) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}