AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2603024566
Éditeur : Delachaux et Niestlé (21/09/2017)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
(BEAU LIVRE)

La France est l'un des pays d'Europe qui possède le plus grand nombre de races bovines. Certaines d'entre elles sont bien connues, car elles ont essaimé à travers le monde entier, comme la charolaise ou la limousine, reconnues pour la qualité de leur viande. D'autres font partie de notre paysage campagnard comme la holstein qui est la race laitière principale. D'autres encore sont intimement liées aux terroirs comme la normande et ses ver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
moravia
  28 décembre 2017
Je suis heureux de vous annoncer que vous allez bientôt recevoir le livre suivant par la Poste :
Toutes les vaches de France - D'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Après ce message de Babelio, imaginez mon angoisse !
TOUTES LES VACHES DE FRANCE !
Mais où les mettre ? Même si dans mon garage je sors ma planche à voile, mon vélo et divers cartons de livres TOUTES LES VACHES ne peuvent rentrer. De plus je n'ai pas de paille pour la litière, ni de foin pour les nourrir.
Et la poste comment va-t-elle faire ? Me les laisser devant la porte ? abandonnées sur la pelouse ? Oh ! les voisins je les entends déjà... "Vous vous croyez au Far-West mon bon Monsieur ? Dans quel état va être le quartier ? Les mouches vont nous envahir, sans parler de l'odeur ! "
J'en menais pas large. Quelle folie m'avait pris de vouloir "Toutes les vaches de France d'hier, d'aujourd'hui et de demain." ?
Heureusement je n'avais pas choisi le livre de Virginie Augustin : 40 éléphants, tome 1...c'eût été pire !
Ah ! c'est bien moi ça. J'aurais pu me contenter des croquis de Christophe Vacher. Mais non il a fallu que je vois grand !!!
Ma mère me disait : " tu as toujours eu les yeux plus grands que le ventre ". Elle avait bien raison.
TOUTES LES VACHES. Qui peut résister ?
C'est Delachaux et Niestlé qui s'est chargé de toutes les rassembler. Là c'est du sérieux ! pas du livre pour dilettante avec une canne à pêche à la main. C'est comme qui dirait le n°5 des parfumeurs, la Testarossa des constructeurs.
Pour Noël je devais viser haut !
Quelques jours plus tard, le postier a sonné à la porte de mon gîte.
- Monsieur Aloyau (c'est mon nom) vous avez un colis !
Ce n'était pas le moment de flanchet. J'avais bien l'intention de lui raconter une histoire à la noix pour refuser toutes les vaches. J'ai jeté un oeil au judas. Il était là, le sourire aux lèvres, l'air détendu, tenant le colis dans sa main d'un air satisfait. J'ai pris mon courage à deux mains, mais au moment d'ouvrir la porte une grande fatigue a envahi mon corps. Mes bras étaient de plomb. Je suis resté là sans un geste. Le bruit de la sonnette était de plus en plus insupportable. Un éclair strident déchirait mes tympans.
Avec rage maintenant il appuyait sur le bouton sans discontinuer. Dans un effort surhumain mon bras s'est tendu, j'ai saisi la poignée de la porte. Un voile s'est levé. Un grand silence remplissait la pièce. Dans ma main je tenais le réveil qui était désormais silencieux. C'était le matin.
Quelques heures plus tard, dans ma boite aux lettres, elles étaient devant moi les descendantes de l'aurochs de la grotte de Lascaux. Toutes plus belles les unes que les autres. Des blondes, des brunes, des froments, les "pie rouge", les grises, les pigaillées, les fauves, en photo couleur, parfois pleines pages. Oubliées les angoisses de la nuit.
Pour qu'elles arrivent jusqu'à moi, il en a fallu du temps. Pensez donc, c'est aux alentours de 8500 ans que l'on note la présence de bovins en Europe. La chute de l'Empire romain, les guerres du Moyen Âge, les grandes famines et les épidémies du XIVe siècle ralentissent le développement du bétail. C'est le temps des vaches maigres.
Il faudra attendre la fin du XVIIIe pour voir la naissance des races. C'est en Grande-Bretagne que tout va commencer. La sélection et le développement du bétail en fonction de sa conformation, de la qualité de la viande, de son aptitude à faire du lait.
Au XIXe siècle se mettent en place en France les concours et les comices agricoles. La diversité bovine est à son apogée.
Au XXe siècle des races s'imposent, qui deviendront les races principales, au détriment d'autres qui disparaissent peu à peu. Par exemple celles du Nord et de l'Est durement touchées durant la Première Guerre mondiale sont remplacées par plus performantes. Il en va de même des petites populations locales.
La Seconde Guerre mondiale et l'après-guerre, en partie avec l'arrivée de la traction mécanique vont accentuer ce déclin. La mise en place durant les Trente Glorieuses de la politique "Quittet" qui consiste à ne privilégier que quelques races laitières et allaitantes sera un autre coup dur. Les éleveurs de races locales ne recevront plus de primes, on leur interdira l'insémination en race pure ainsi que les concours agricoles.
Pour certaines ce fut la disparition définitive, pour d'autres, grâce à des éleveurs tenaces ce fut un sursis, et une renaissance, aujourd'hui que la notion de terroir à pris tout son sens.
Dans ce livre, l'auteur analyse le cas d'une soixantaine de races de façon très détaillé. À chaque fois de nombreux documents photographiques accompagnent le texte et l'éclaire davantage. C'est un véritable plaisir que cette partie iconographique et la phase explicative est tout autant enrichissante. Il n'est nul besoin d'être un spécialiste pour en apprécier la démonstration.
Cet ouvrage est une belle réussite éditoriale, et constitue un beau cadeau pour tout lecteur qui s'intéresse à la France et son terroir. À l'occasion de l'opération Masse critique de décembre j'ai été comblé en recevant ce livre et j'en remercie tout à la fois Babelio et l'éditeur Delachaux et Niestlé qui une fois encore offre au lecteur un document qui sera une référence sur le sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3410
RChris
  28 décembre 2017
A chacun sa préférée parmi les 42 races qui subsistent ; qu'elle soit vache à lait, à beurre, à fromage, à viande ou de travail, on peut la choisir par sa robe. On peut aussi faire une entrée dans le livre par les fromages ; par ex, le Salers tradition, inscrit à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France et dont le cahier des charges drastique oblige à l'utilisation exclusive de lait de vache de race salers, de plus, la traite nécessite la présence du veau pour amorcer la venue du lait. Quant à la Flamande rouge, elle a remplacé la «maroillaise» qui a disparu entre les deux guerres ; cette vache productrice de lait était la plus adaptée au pays de la Thiérache et usuellement exploitée pour le maroilles. Mais le livre n'est pas gastronomique...
Après un premier livre sur les races bovines menacées de disparition, Philippe J. Dubois élargit son propos et le titre ne peut pas être plus exhaustif dans son inventaire : Toutes les vaches de France d'hier, d'aujourd'hui et même de demain. Il montre comment les politiques ont réduit à quelques races la diversité initiale : huit d'entre elles (la Prim'Holstein, la Charolaise, la Limousine, la Montbéliarde, la Blonde d'Aquitaine, la Normande, la Salers et l'Aubrac) représentent 96% du cheptel bovin national.
J'avoue avoir sauté quelques vaches dont je ne pratique ni le lait, ni le beurre, ni le fromage ni même la viande. J'aurais cependant aimé trouver une photo de la Belted Galloway (d'origine écossaise) si photogénique avec sa ceinture blanche sur fond noir et dont la viande a été classée aux USA en tête de 11 races en dégustation. Oui, je sais, ce n'est pas un livre gastronomique mais enfin elle n'a droit qu'à quelques lignes alors qu'elle est maintenant élevée en France et notamment dans mon département (55)!
Documenté, technique et pointu, ce livre donne entre autres l'origine, la répartition, la description détaillée, les effectifs et l'évolution de la race. Il s'adresse aux spécialistes en montrant l'évolution de toutes les races dans le paysage agricole français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
SushiB
  15 janvier 2018
Merci à mase critique pour ce pavé conséquent qui sort de l'ordinaire !
Voici ici un livre que je ne qualifierai pas de beau livre comme le classait Masse critique car, il faut se l'avouer, la qualité des photos et leur rendu ne sont pas très impressionnant.
Il s'agit en revanche d'un très bon livre pour les passionnés et les curieux des vaches.
La rédaction en est assez technique et se divise, pour la majorité du livre, en fiches zoologiques, avec des données précises sans pour autant tomber dans un excès qui pourrait devenir rébarbatif pour les non-agriculteurs.
Ajoutez à cela un aspect historique des races assez intéressant et un inventaire, que l'on veut croire exhaustif, des races trouvables en France ( à ne pas confondre avec les races françaises, qui ne sont pas tout à fait un aussi large panel), incluant les races disparues (bon point, assez rare dans ce genre d'ouvrage il me semble !).
L'auteur se permet même une aventure sur un petit côté écolo-nostalgique et une réflexion intéressante sur l'évolution future de l'agriculture.
Encore une fois, il est dommage que la qualité des illustrations trop souvent imparfaite et loin d'être artistique vienne apporter un bémol à l'ensemble.
Ceci dit, même pour les néophytes complet du domaine bovin, elles sont largement suffisantes à illustrer les différentes races et leur caractéristiques, pour certaines porcines ( certaines vaches aux derrières hypertrophiés ressemblent plus à des cochons qu'à des vaches ... Petit rire en passant dans le livre :) )

La lecture de cet opus encourage en tous cas la curiosité et donne l'envie de lire son prédécesseur du même auteur : " à nos vaches ".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
moraviamoravia   28 décembre 2017
La robe officielle de la Bordelaise "originelle" était pigaillée, c'est-à-dire pie noir, très mouchetée de blanc à l'arrière, avec la tête et l'encolure noires sans mouchetures, de même que l'extrémité des membres.[......................].

Vers 1870, une épizootie détruit à peu près complètement la population de Bordelaises. Quelques troupeaux, dont celui du château Giscours, sont miraculeusement épargnés. C'est à partir de ces animaux que l'on s'attache à reconstituer la population.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
moraviamoravia   07 janvier 2018
La Casta tient une place à part. Avec sa robe de couleur châtaigne, son air fier, son caractère bien trempé, sa grande rusticité, cette vache ne laisse pas indifférent. Elle mérite que l'on prenne soin d'elle.
Commenter  J’apprécie          150
moraviamoravia   07 janvier 2018
Au cours du XIXe siècles, la Parthenaise est connue pour son aptitude triple. Les bœufs étaient célèbres de longue date pour la qualité de leur travail, exportés jusqu'en Ile-de-France et dans le Nord. L'engraissement des bœufs était aussi renommé (les réputés "bœufs chôletais"). Dès la fin du XIXe siècle, la race se signale par ses capacités laitières et elle est à l'origine du fameux beurre Charente-Poitou (et notamment le beurre d'Echiré). Enfin, à partir des années 1970, c'est son aptitude bouchère qui est mise en avant avec une sélection sur le gène d'hypertrophie musculaire (type culard). Cela conduit à l'attribution du label Rouge racial "La Parthenaise" en 2006. Elle produit une viande à grain fin et à faible adiposité des carcasses. De même l'engraissement des veaux est pratiqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
Videos de Philippe Jacques Dubois (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jacques Dubois
Pour découvrir des extraits : https://fr.calameo.com/read/005631067e9b14b0f3e1f
On a souvent besoin d?un plus petit que soi. C?est le secret que nous confie ce livre, avec bienveillance et douceur. Il faut réapprendre à observer ce qui nous entoure, à écouter les leçons de sagesse prodiguées par la nature. Et quoi de mieux pour cela que d?arrêter un moment le tempo infernal de nos vies et d?entendre ce qu?ont à nous dire les oiseaux ? Par leur mode de vie, leur façon d?être au monde, ces petits « maîtres à penser » nous enseignent un art de vivre plus respectueux de nos rythmes ? plus profond aussi. Ces 22 petites leçons de vie, courtes et simples, nous invitent à retrouver l?être naturel qui dort en nous.
Philippe J. Dubois est ornithologue et écrivain. Sa passion pour les oiseaux remonte à l?enfance. Il a parcouru le monde entier à leur recherche. Il dirige les éditions Delachaux et Niestlé, la plus ancienne maison consacrée aux livres sur la nature. Diplômée en philosophie et littérature, Élise Rousseau est journaliste et auteur d?ouvrages sur la nature et les animaux. Elle ?uvre aussi pour la protection de l?environnement.
+ Lire la suite
autres livres classés : élevageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le Minotaure (de Nathaniel Hawthorne)

Dans quelle cité vivaient Thésée et sa mère ?

Athènes
Trézène
Trézènes
Trésène

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le Minotaure de Nathaniel HawthorneCréer un quiz sur ce livre