AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Valliez (Illustrateur)
ISBN : 2918471062
Éditeur : Éditions Passiflore (30/11/-1)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Rencontre entre deux passionnés d'un pays aux multiples facettes. Les Landes inspirent avec bonheur le romancier Alain Dubos et le peintre Philippe Valliez. Au cours de leurs promenades, tous deux nous convient à la découverte de vastes paysages de terre et d'eaux, autant de prétextes à l'expression de mille nuances propices à une rêverie pleine de poésie.

Un artiste peintre et un écrivain poète, deux regards croisés sur une même passion, les Landes, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LiliGalipette
  28 mai 2011
Album d'Alain Dubos (textes) et de Philippe Valliez (images).
« Il est des pays dont la violence est maîtrisée par un décor en apparence pacifié, et que tourmentent pourtant, au hasard des colères de la nature, les catastrophes. Les Landes sont de cette famille-là, qui proposent au regard du passant les harmonies de leur paysage et, pour qui prendra le temps de regarder sous l'horizon, les décombres de leurs confrontations avec les humeurs du ciel. [...] C'est cet ouvrage d'eau, de forêt, de silence et d'erratique humanité dont il sera question ici. le parti prix est celui de la quiétude, pour l'esprit comme pour les yeux, à la recherche d'une vérité, d'un équilibre que seule la vision d'un peintre, avec ses approximations infiniment poétiques est capable de trouver. » (p. 5)
Les Landes, ce sont des bergeries, des pins, des animaux familiers à force d'être sauvages. Les Landes, c'est l'eau : « Fleuve ou marais, qui sait ? L'Adour n'est jamais loin, bel amant de la pierre immuable et sereine, il berça de son chant Vincent de Paul enfant, et se mêle au passage à l'onde qui guérit. » (p. 18 à 21) C'est aussi la forêt, cette « cathédrale sans fin sous le ciel atlantique » (p. 23) Au gré des mots et des images, on découvre des lieux comme Beylongue et Biscarosse, Capbreton et Saubusse, et Candresse...
Le verbe se déploie en alexandrins : les descriptions se font caresses et soupirs. Ici, la prose poétique donne voix à la sagesse du territoire. Celui qui parle a appris le pays, l'a éprouvé de ses regards et foulé de ses pas. La police utilisée est celle d'une main qui sait ses lettres, mais qui n'abuse pas de leurs pouvoirs. La phrase parfois s'échoue seule sur une grande page vide, elle ne touche plus le dessin. Alors, plutôt qu'un long discours, c'est l'image qui parle. Et sur le papier kraft de ce carnet de voyage intimiste se succèdent les gouaches, les esquisses et les fusains. Ils sont les hommages muets d'un peintre poète, amoureux de son modèle, mais infiniment respectueux et qui ne dévoile que la pudeur.
Ne vous ruez pas sur ce livre. Prenez le temps d'en tourner les longues pages. Revenez sur vos pas. Non, vous n'avez pas tout vu. Non, vous n'avez pas déjà entendu le chant de cette aigrette, ni déjà respiré le souffle de cette pinède. La collection Itinéraire bis porte bien son nom : ce n'est pas un Guide du Routard que vous tenez là. C'est le bout du fil d'Ariane d'un pays de majestueuse lenteur et de violence tapie. Et les seuls êtres que vous croiserez dans votre marche dans les Landes, ce sont les ombres des promeneurs qui ont eu le bonheur, avant vous, de s'égarer en ces lieux.
Lien : http://lililectrice.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
claudialucia
  11 mai 2011
Landes, de terre et d'eaux, ce joli livre des éditions Passiflore, collection Itinéraire Bis, est un vrai plaisir pour les yeux. Son format à l'italienne propre à la présentation des paysages des Landes aux lignes allongées, l'utilisation du papier Kraft réalisé à partir de pâte à papier de bois de résineux, "symbole de l'essence de pin maritime landais", le choix du graphisme en font un "objet" délicieux que l'on ne se lasse pas de feuilleter.
Ouvrir ce livre c'est répondre à l'invitation au voyage que nous lancent le romancier Alain Dubos et le peintre Philippe Valliez :
Il est des pays dont la violence est maîtrisée par un décor en apparence pacifié, et que tourmentent pourtant, au hasard des colères de la nature, les cataclysmes. Les Landes sont de cette famille-Là.." Mais ajoute Alain Dubos, "Du désordre renaît, chaque fois, ce pays gascon semblable à nul autre;"
Et c'est bien cette calme beauté après la tempête, cette sérénité de la nature reconquise sur le désordre dont je m'imprègne en tournant les pages du livre, sensible à la poésie du texte et de l'image. Ces regards croisés du peintre et de l'écrivain semblent me convier à goûter l'harmonie de ces paysages avec leur forêt de pins "cathédrale sans fin sous le ciel Atlantique" "où la rectitude est un leurre", où la terre et l'eau se rejoignent dans une sorte de communion silencieuse, où les saisons défilent parées de couleurs, où tout semble appelé à rejoindre la mer, là "où sable et vent s'épousent" où "le pays s'achève en murmure océan". Je découvre les Landes comme un pays inconnu et mystérieux , loin de l'image superficielle que s'en fait le touriste, mais décrite par deux amoureux de cette région qui cherchent à nous en faire découvrir l'essence.
Les paysage peints par Philippe Valliez sont splendides. le support marron donne un couleur chaude à chaque image rehaussée par les jaunes, les oranges qui éclaboussent de lumière les paysages. Les teintes pastel de l'eau qui rejoignent le blanc cotonneux du ciel, l'éclat vernissé de grains de maïs, le tapis mauve des bruyères, "l'épure" d'une bergerie, tout fait de ce livre un petit régal!
Lien : http://claudialucia.blog.lem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
paulette
  17 mai 2011
Pris par la musique des mots, la poésie des images , les mises en pages, les coups de lumière, on suit la piste d'une belle écriture qui nous balade sur les chemins où bruissent les grands pins ! Sur le papier Kraft, les mots tracés à la main accompagnent les paysages; à chaque image on va directement au sujet , le reste se noie en ombres et graphismes complémentaires. L'artiste a peint avec ses tripes dans la diversité de ses techniques. Par la force des matières, la terre devient eau, l'eau se mue en ciel, la végétation s'anime et danse au gré du vent. La lumière indicible impose sa présence de manière intense, le peintre ne s'attendrit pas dans le petit détail condescendant. Force et douceur à la fois se dégagent de ce petit bijou bonheur!
Lien : http://lewebpedagogique.com/..
Commenter  J’apprécie          00
feebourbonnaise
  10 mai 2011
De Capbreton à Saugnacq et Muret en passant par Dax ou Biscarosse, partons visiter chapelles, fermes, lavoirs, lacs et étangs et observons la richesse de la faune et de la flore en nous laissant envoûter par la magie des paysages peints par Philippe Valliez et les mots d'Alain Dubos.
Lien : http://feebourbonnaise.wordp..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   27 mai 2011
« Il est des pays dont la violence est maîtrisée par un décor en apparence pacifié, et que tourmentent pourtant, au hasard des colères de la nature, les catastrophes. Les Landes sont de cette famille-là, qui proposent au regard du passant les harmonies de leur paysage et, pour qui prendra le temps de regarder sous l’horizon, les décombres de leurs confrontations avec les humeurs du ciel. […] C’est cet ouvrage d’eau, de forêt, de silence et d’erratique humanité dont il sera question ici. Le parti prix est celui de la quiétude, pour l’esprit comme pour les yeux, à la recherche d’une vérité, d’un équilibre que seule la vision d’un peintre, avec ses approximations infiniment poétiques est capable de trouver. » (p. 5)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   27 mai 2011
« Fleuve ou marais, qui sait ? L’Adour n’est jamais loin, bel amant de la pierre immuable et sereine, il berça de son chant Vincent de Paul enfant, et se mêle au passage à l’onde qui guérit. » (p. 18 à 21)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   27 mai 2011
« la forêt, cathédrale sans fin sous le ciel atlantique » (p. 22 et 23)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alain Dubos (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Dubos
Emission : Un jour,un livre #27 Le dernier combat du Docteur Cassagne livre d'Alain Dubos.
autres livres classés : landesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
772 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre