AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 280017157X
Éditeur : Dupuis (09/11/2018)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Célébrité, foules en délire, studios d'enregistrement... c'est ça maintenant, la vie quotidienne de Karine. Il est loin le temps où tout le monde la considérait comme une victime ! Mais devenir une vedette ne vient pas sans son lot de difficultés... Jenny et Vicky, de leur côté, vivent des moments plus tumultueux. La famille de Vicky a explosé, et son père a emmenagé avec... la mère de Jenny ! Les ex-amies devenues ennemies vont donc devoir partager la même chambre.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Cyrlight
  12 novembre 2018
Dans ce tant attendu huitième tome des Nombrils, Ex, drague et rock'n'roll !, on retrouve Karine, Vicky et Jenny plus ou moins là où on les avait laissées. Karine enregistre son premier album avec Albin et les albinos, Vicky se nourrit de sa colère et Jenny tente de reconquérir Hugo, mais rien ne se passe comme prévu.
Je ne pensais pas dire cela un jour, mais j'ai ressenti de la déception en lisant cette BD. Après trois longues années d'attente et le tome 7 qui est indubitablement le meilleur de la série, je m'attendais à beaucoup mieux. Sans doute est-ce la raison de mon dépit, j'avais probablement fixé la barre trop haute.
Qu'est-ce qui m'a déplu dans cette histoire ? Je dirais la tournure prise par le scénario. Les trente premières pages m'ont semblé assez plates, avec l'impression que tout traîne en longueur (l'album des Albinos, la vengeance de Vicky, la déchéance de Jenny...) La fin remonte néanmoins le niveau de l'ouvrage, dommage qu'il faille l'attendre pour retrouver tout ce qui fait le charme et la force de cette BD.
Je n'ai pas non plus apprécié le caractère de Vicky, qui est pourtant devenue mon personnage préféré depuis quelques tomes. le final du septième donnait l'impression qu'à défaut de se dévoiler, elle avait au moins cessé de se mentir à elle-même, mais c'est tout le contraire qui se produit.
Je pensais que le fait d'avoir tout perdu (James, la fortune de ses parents, le luxe, sa meilleure amie...) la pousserait à reconsidérer sa relation avec Mégane, mais pas du tout. Déjà, on ne sent finalement pas tant que cela la cassure avec le mode de vie qu'elle avait jusque-là. Sa pauvreté nouvelle est brièvement évoquée, après quoi elle reprend son existence telle qu'elle l'a toujours menée, avec une nouvelle amie, la volonté de mettre tous les garçons à ses pieds et son égoïsme notoire. Là où elle semblait avoir fini par considérer Karine comme une égale, elle passe son temps à lui souhaiter du mal, et repousse odieusement Mégane, ce qui est bien loin de la scène où elle a enfin admis ses sentiments pour elle.
Karine, qui avait baissé dans mon estime lors de sa métamorphose, avant de remonter un peu, est finalement redevenue celle qui m'insupporte le plus. Qu'elle refuse désormais d'être une victime, c'est une chose, mais adieu la gentille fille qui avait des principes et faisait preuve de droiture. Son ambition et sa quête de gloire surpassent celles de Jenny et Vicky, et ses manipulations n'ont plus rien à envier à celles d'Albin. L'univers dans lequel elle évolue désormais est néanmoins un triste et réaliste reflet de la société actuelle, où le buzz l'emporte sur le talent.
Finalement, seule Jenny est vraiment attachante dans ce tome. Cible principale de Vicky qui est déterminée à lui faire payer les évènements de son anniversaire, elle voit sa beauté, ses amis et ses admirateurs lui échapper, jusqu'à se retrouver toute seule, car ses tentatives pour reconquérir Hugo échouent piteusement. Son discours final est touchant, quoique peut-être un poil trop intelligent pour elle, et confirme ce qu'il était possible de soupçonner depuis le début : sous ses airs stupide et superficiel, Jenny a un bon fond.
Je déplorerai seulement que la transformation psychologique des personnages soit toujours obligée de s'accompagner d'une métamorphose physique (d'abord Karine, maintenant Jenny, et bientôt Vicky, comme la dernière case incite à le supposer). En revanche, j'ai apprécié le clin d'oeil au troisième tome, quand Vicky se lance à la recherche de Mégane.
Avis en demi-teinte, donc, pour ce huitième tome des Nombrils. C'est toujours très bon, indéniablement, et la déception est probablement plus proportionnelle à l'attente qu'à la qualité de la BD, mais tout de même, j'espérais mieux de la part des personnages, en particulier de Vicky. La suite s'annonce néanmoins riche en émotions, en espérant qu'il ne faille pas patienter trois ans de plus...
Lien : https://leslecturesdelietcyr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   05 octobre 2018
- Toi, dégage de ma chambre!
- Dégage toi-même, tu es chez moi ici!
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maryse Dubuc (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Dubuc
Les Nombrils présentent... Vicky
autres livres classés : quête de soiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox