AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707310840
Éditeur : Editions de Minuit (01/01/1986)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Lorsqu’en 1968 parut cet écrit, Jean Dubuffet ne prenait pas en marche le train de la mode. Ses positions étaient anciennes, exprimées dès 1946 dans son Prospectus aux amateurs de tous genres. Car pendant plus de quarante années, Jean Dubuffet a construit son œuvre sur des données différentes de celles qui avaient conventionnellement cours. Dans le même temps, il s’est passionné pour ce que lui-même a dénommé l’Art Brut, lequel s’épanouit en plein champ, du délire p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mimimelie
  23 février 2017
Peintre, sculpteur, écrivain, théoricien de « l'art brut », terme qu'il a lui-même inventé pour désigner les productions artistiques faites par des personnes en dehors de tout apprentissage ou ne possédant aucune culture artistique, Jean Dubuffet nous livre ici un pamphlet datant de 1968, où il met en pièces l'art officiel et d'une manière générale la culture et son milieu d' « enculturés».
"La caste possédante, aidée de ses clercs, ne tâche pas du tout, ne nous y trompons pas, quand elle ouvre au peuple ses châteaux, ses musées et ses bibliothèques, qu'il y prenne l'idée de s'adonner à son tour à la création. Ce n'est pas des écrivains ni des artistes que la classe possédante, à la faveur de sa propagande culturelle, entend susciter, c'est des lecteurs et des admirateurs. La propagande culturelle s'applique, bien au contraire, à faire ressentir aux administrés l'abîme qui les sépare de ces prestigieux trésors dont la classe dirigeante détient les clefs, et l'inanité de toute visée à faire oeuvre créative valable en dehors des chemins par elle balisés."
Si l'oeuvre de Dubuffet me laisse complètement de marbre, je dois dire que ce livre n'a pas manqué de me surprendre très agréablement, et ce d'autant plus que les questions qu'il soulève sont plus que jamais d'actualité, certes dérangeantes mais essentielles.
Ainsi, l'art officiel et la culture officielle sont-ils les seuls dignes d'être admirés ?
« Ce choix des oeuvres qui se sont conservées a toujours été fait, en tous les temps, par des gens de culture; et nos gens de culture d'aujourd'hui manquent d'avoir conscience du caractère spécieux, d'avance épuré, de cette sélection. ».
Autre question par exemple, qui prend une résonance particulière aujourd'hui, celle de la valeur, où il pointe là un mécanisme bien connu du capitalisme : créer de la rareté pour accroître la valeur des choses :
"… le grand mal auquel je pense est l'effet dévastateur du prestige conféré à certains ouvrages – par les prix marchands qu'ils obtiennent et par les hommages qui s'ensuivent (ou vice versa). Les honneurs démesurés rendus à ces ouvrages apparaissent au public motivés par des raisons obscures, le persuadent que la valeur des productions d'art résulte de critères qu'il ne perçoit pas, le détournent en conséquence de s'aventurer à y porter lui-même affection et encore plus à s'y adonner pour son propre compte. Les officiers de culture se complaisent d'ailleurs à maintenir cette démoralisation du public, voire à l'aggraver tant qu'ils peuvent dès lors que, solidaires du corps d'Etat qui est constitué gardien de la notion de valeur, et chargé d'attribuer les brevets de valeur, il est pour eux capital de la présenter comme mystérieuse et rare, perceptible à eux seuls, ne pouvant naître qu'en leurs rangs. Toute leur vigilance est mobilisée à empêcher que le public puisse mettre en question le privilège de leur Eglise et fasse crouler tout le système en prenant l'idée que ces valeurs sont imaginaires et que l'est pour commencer la notion de valeur elle-même. »
Idéologie, propagande culturelle, prêt à penser… rien n'a échappé à Dubuffet
__"La culture tend à prendre la place qui fut naguère celle de la religion. Comme celle-ci elle a maintenant ses prêtres, ses prophètes, ses saints, ses collèges de dignitaires. le conquérant qui vise au sacre se présente au peuple non plus flanqué de l'évêque mais du Prix Nobel. le seigneur prévaricateur pour se faire absoudre ne fonde plus une abbaye mais un musée. C'est au nom de la culture maintenant qu'on mobilise, qu'on prêche les croisades. A elle maintenant le rôle de l'"opium du peuple".
« La culture tient aussi à disposition un modèle de cervelle, faite de son grain, pour mettre à la place de la vôtre. »
« C'est le propre de la culture de ne pouvoir supporter les papillons qui volent. Elle n'a de cesse qu'elle les ait immobilisés et étiquetés. »
En fait, ce bouquin aurait pu être écrit hier ou ce soir.
Et puisqu'il est question aussi d'art brut, pourquoi pas une question brute : savez-vous ce que signifie « chier dans les langes » ?
Quoi ? Vous savez pas ?
Dubuffet si !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MijouetMijouet   27 juin 2012
La pensée culturelle a pour tous les domaines position de spectatrice, non d'actrice; elle ne considère au lieu de forces, que des formes; au lieu de mouvements, que des objets; au lieu de démarches et trajectoires, que des résidences. Éprise de comparer toutes choses et pour cela les mesurer, éprise capitalement de donner des valeurs et classer ces valeurs, elle ne peut opérer que sur des objets concrets et tangibles, de mesures stables. Le vent ne lui offre pas de prise; elle n'a pas de balances pour peser le vent, elle peut simplement peser le sable qu'il apporte. De l'art la culture n'a guère de connaissance, sinon par le truchement des oeuvres d'art, qui sont bien autre chose, qui portent l'affaire sur un terrain qui n'est plus celui de l'art, justement comme le sable par rapport au vent. Par quoi elle vient à fausser la création d'art elle-même, laquelle en effet vient à se dénaturer, à contrefaire sa fonction naturelle de vent pour adopter celle d'apporteuse de sable. Les artistes, pour s'aligner sur la culture, ont changé leur activité, de souffleurs de vent, en amonceleurs de sable. D'aucuns affirment qu'abolie la culture il n'y aura plus d'art. C'est gravement erroné. L'art, il est vrai, n'aura plus de nom; c'est la notion d'art qui sera révolue, et non pas l'art, lequel de n'être plus nommé, reprendra vie saine. Cessera alors la réfraction dont il est l'objet au moment qu'il paraît aux regards de la culture; cessera le mécanisme de dénaturation qui s'en trouve provoqué par le fait qu'il est impossible d'empêcher que la production d'art s'aligne sur cette réfraction, opère à sa destination, se constitue son pourvoyeur et contrefasse par là dès sa source même sa vraie spontanée impulsion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MijouetMijouet   03 mars 2013
Il faut bien remarquer que ceux mêmes qui nient le bien-fondé de notions telle que la sauvagerie ou la liberté parce que le lieu précis de ces notions ne cesse de se déplacer, ne peut être une fois pour toutes situé (la culture est éprise de repères fixes et se trouve toute désemparée où le jalonnement doit se faire sur des terres mouvantes) ceux-là pourtant ne manquent pas, sitôt niées ces notions, de s’y référer de manière au moins implicite; car, chimères qu’elles soient, mirages qu’elles soient, qui se reculent à mesure qu’on avance, elles sont peut-être pour l’esprit, justement à cause de cette non-localisation, bien plus permanents repères que les fixes bornes militaires –à la façon par exemple de la droite et de la gauche, qui changent aussi pareillement aussitôt qu’on se tourne. La droite et la gauche aussi sont des chimères. Considéré que la pensée est constante mobilité c’est peut-être finalement seules les chimères qui sont pour elle utilisable repère, étoile polaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MimimelieMimimelie   31 août 2013
Les professeurs sont des écoliers prolongés, des écoliers qui, terminé leur temps de collège, sont sortis de l'école par une porte pour y rentrer par l'autre, comme les militaires qui rengagent. Ce sont des écoliers ceux qui, au lieu d'aspirer à une activité d'adulte, c'est-à-dire créative, se sont cramponnés à la position d'écolier, c'est-à-dire passivement réceptrice en figure d'éponge. L'humeur créatrice est aussi opposée que possible à a position de professeur. Il y a plus de parenté entre la création (dans les plus communs domaines, de commerce, d'artisanat ou de n'importe quel travail manuel ou autre) qu'il n'y en a de la création à l'attitude purement homologatrice du professeur, lequel est pr définition celui qui n'est animé d'aucun goût créatif et doit donner sa louange indifféremment à tout ce qui, dans les longs développements du passé, a prévalu. Le professeur est le répertorieur, l'homologueur et le confirmeur du prévaloir, où et en quel temps que ce prévaloir ait eu lieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MimimelieMimimelie   22 février 2017
C’est librement consenti que l’ordre est le plus débilitant. Le libre consenti est la nouvelle arme des nouveaux empires, ingénieuse formule, et plus opérante que n’était le bâton, de l’ultima ratio regum.

C’est en notre temps de liberté de la presse que celle-ci, avec plus d’empressement qu’elle n’en eut jamais, s’est faite si unanimement la servile auxiliaire des forces de l’ordre.
Commenter  J’apprécie          110
WickPickWickPick   05 octobre 2016
Le public a bien du mérite à ne pas mettre en doute la notion de valeur que les officiers de culture s'emploient à lui inculquer dès lors qu'il n'y a guère d'ouvrages dont la valeur échappe à leurs controverses. Mais il est vrai que de temps à autres et après délibération ils font entre eux l'union sacrée pour le bien du corps, en célébrant unanimement à toutes trompettes un artiste canonisé, afin que l'idée ne vienne pas au public que leur notion de valeur se fonde sur des critères passablement brumeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Video de Jean Dubuffet (2) Voir plusAjouter une vidéo

Exposition Dubuffet Coucou bazar
Reportage et extraits de "Coucou bazar", le spectacle de Jean DUBUFFET. Les comédiens sont cachés dans des costumes rappelant les sculptures de l'artiste. Historique de l'oeuvre de DUBUFFET, depuis les premières peintures jusqu'aux "Hourloupes", des créations qui se caractérisent par leurs aplats blanc, noir, bleu et rouge. Dans une interview, Jean DUBUFFET explique que son spectacle est une...
>Arts : généralités>LES ARTS>Philosophie et théorie des arts (27)
autres livres classés : cultureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
397 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre