AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782377358892
312 pages
Éditeur : Archipoche (07/01/2021)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 151 notes)
Résumé :
Quatre victimes. Et aucun coupable.
Des relations amoureuses sans lendemain. Une mère possessive et intrusive. Des nuits entières à errer. La vie d’Audrey, 34 ans, pourrait se résumer à une succession d’échecs. Seul son métier de lieutenant à la PJ lui permet de garder la tête hors de l’eau.
En ce jour caniculaire de juillet, Audrey et son équipe sont appelés sur une scène de crime... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
Julitlesmots
  26 février 2020
Hello par ici !
Rien que le titre m'a intrigué ! Je me suis demandée comment l'auteure pouvait ériger le meurtre en art et je dois dire qu'à la lecture, on comprend mieux et on se dit qu'effectivement tuer est tout un art… Mais surtout qu'au nom de l'art on peut facilement basculer…
Chrystel Duchamp se démarque par l'excellente documentation comme support de construction à son intrigue !
Avec un personnage peu commun, une fliquette dont la vie est sur le fil du rasoir mais qui garde une certaine lucidité sur cette enquête, dont très vite elle décèle la finesse du meurtrier… Elle touche du bout des doigts ce qui échappe à tous et cela grâce à son cursus d'origine. C'est en même temps faire la part belle aux flics,qui passent souvent pour des incultes et je trouve ça vraiment pas mal que ce rappel soit fait.
Il y a aussi ce côté cliché que l'on retrouve souvent du flic meurtri… Mais en même temps, cela donne du corps à ce personnage et cette intrigue. Comme si un personnage torturé devenait meilleur avec les difficultés qui jalonnent sa vie. Ce que je partage quelque peu.
Tout en se régalant avec cette enquête policière très bien menée, on apprend beaucoup de choses sur le milieux artistique underground avec des performances complètement barrées, choquantes, mais qui apportent au récit une base solide. J'avais déjà entendu parlé de quelques « performances » mais j'ai appris pas mal de choses aussi.
Un excellent bouquin qui se lit d'un bout à l'autre, sans le poser, tellement il est prenant ! Une intrigue en triptyque autour de l'art, des meurtres et de cette enquête policière atypique, le tout s'imbrique parfaitement avec les divers références artistiques qui donnent un éclairage à cette enquête où les amateurs d'art tombent comme des mouches…
C'est poisseux, au même titre que cette chaleur caniculaire tout le long de l'enquête, c'est violent comme ces meurtres et ces performances artistiques, un final que l'on devine, mais que l'auteure rejette, elle nous fait douter.. Mais finalement c'est le choc… Il y a un savant dosage de tous les ingrédients qui font de ce livre une très bonne lecture.
Parsemé de références que l'on se plait à chercher sur le net, pour en apprendre plus, j'en arrive à me dire que cette densité de références, aurait méritée toute sa place dans le livre avec même des illustrations ! Ce qui aurait rendu la lecture plus visuelle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
musemania
  17 février 2020
Alerte : COUP DE COEUR! Je l'ai littéralement dévoré en moins de deux jours! C'est le genre de livres qui vous fait oublier toute vie sociale et toute autre tâche que vous deviez normalement faire. Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais plus autant ressenti ce sentiment…
Vous connaissez cette sensation ? Oui, celle qui vous attire irrémédiablement vers votre livre, comme un aimant de grande puissance… Qui fait que, lorsque vous faites quelque chose d'autre, vous n'avez l'esprit occupé que par l'histoire… Qu'alors que les tâches ménagères s'accumulent, vous n'avez qu'une seule envie: celle de les remettre au lendemain… Si vous n'avez pas envie de tomber dans ce piège, alors je n'ai qu'un seul conseil : n'ouvrez pas ce livre ! Car une fois les premières pages lues, une force terrible vous contraindra à vous isoler du monde extérieur 😉
Thriller doté d'un suspens incroyable, il m'a plu à tous les niveaux. J'ai aimé l'enquête menée sur ces meurtres sanglants, les personnages des membres de l'équipe de police judiciaire, l'atmosphère caniculaire de Paris,… Peut-être que ce n'est pas le livre le plus original lu dernièrement mais il m'a permis de m'évader totalement et quand j'ouvre un thriller ou un policier, c'est tout ce que je demande. Ce bouquin a donc accompli sa mission avec brio!
Malgré qu'il soit le premier thriller publié par l'auteure, Chrystel Duchamp, j'ai aimé son style d'écriture qui ne tombe pas dans la facilité comme cela peut parfois être le cas. Je l'ai trouvé abouti et madame Duchamp manie déjà très bien les codes de ce genre littéraire qu'est la littérature noire. L'intrigue est cohérente et j'ai apprécié ce final subtil, assez innovant. Certains crieront peut-être à un manque de réalisme et je leur répondrai : je m'en fous, j'ai adoré!
Il y a aussi deux autres aspects qui m'ont beaucoup plu aussi. Tout d'abord, le fait que l'enquête est liée intimement au monde de l'art. Et oui, je suis une grande amatrice de ce milieu et j'ai trouvé cela original de mêler ces deux mondes si antonymes habituellement. Les évocations sont claires et précises et il ne faut pas avoir fait des études en histoire de l'art pour les comprendre. C'est vraiment à la portée de n'importe quel quidam, sans être élitiste pour autant, contrairement à ce que pourrait laisser penser ce domaine. Ne connaissant que peu l'art contemporain, cela a été l'occasion pour moi de me cultiver, sans m'en rendre compte.
Ensuite, j'ai aussi beaucoup aimé que Chrystel Duchamp introduise des faits réels (comme des mentions à des tueurs « célèbres »), ajoutant ainsi une petite touche d'hardiesse à son livre, allant plus loin que la narration d'une histoire imaginée.
Je pourrais continuer pendant longtemps à vous parler de ce livre tant je l'ai adoré. Je vais m'effacer doucement et vous laisser la place pour vous en faire votre propre opinion car ce thriller mérite d'être lu et apprécié. Cela serait dommage de passer à côté. Je pense que l'on compte dorénavant une plume féminine supplémentaire dans la cour des grands auteurs de thrillers français. Chrystel Duchamp : un nom à ne pas oublier!
Un tout grand merci aux éditions de L'Archipel pour leur confiance.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Christophe_bj
  23 décembre 2020
Audrey, une enquêtrice de la police, fatiguée, droguée et pleine de problèmes comme toujours les policiers des polars, a affaire à un meurtre particulièrement macabre dans le XVIe arrondissement de Paris. Elle va être amenée à enquêter notamment dans les milieux sadomasochistes et ceux de l'art contemporain. ● Cette lecture ne fut pas désagréable mais l'auteure use et abuse des clichés du roman policier et écrit à la truelle. Les deux rebondissements de la fin sont plutôt inattendus, relevant le niveau général de ce roman. A lire si vous cherchez une lecture facile.
Commenter  J’apprécie          440
Eve-Yeshe
  20 décembre 2019
On vient de découvrir le corps torturé avec raffinement, mutilé de Franck Tardy, avocat réputé. Une puanteur immonde règne dans la pièce, ou le corps entièrement dénudé, est assis à table, en face de lui un crâne. La table est recouverte d'une belle nappe et il y a des assiettes pour d'autres convives. Une mise en scène terrifiante mais savamment orchestrée.
Côté police du 36, nous avons Patricia, la cheffe, à la fois protectrice et autoritaire, qui se débat pour sortir un de ses fils de la toxicomanie. Un médecin légiste, barbu un peu désabusé, et Audrey Durand, jeune policière qui depuis qu'elle a été abandonnée par son ex, mène une vie dissolue : alcool, haschich, virées nocturnes dont elle émerge avec une belle gueule de bois, au lit avec un homme, pêché la nuit-même et qu'elle sort de sa vie illico presto au matin.
Audrey a commencé des études d'art, (elle est toujours très douée et fait visiter le Louvres aux ados par exemple). A la mort de son père, policier émérite, elle a tout lâché pour entrer dans la police au grand dam de sa mère.
Sa relation toxique avec cette mère hyper-protectrice qui l'appelle dix fois par jour et cherche à la faire culpabiliser est très bien croquée.
Les autres membres de l'équipe ont chacun leur personnalité et leur domaine de prédilection, sans oublier le « commissaire-à-rien » qui se promène sur les scènes de crimes sans équipements, polluant sur son passage (il déteste ces flics transformés en spationautes !)
L'enquête démarre sur les chapeaux de roues, à travers les milieux glauques qu'affectionnait Tardy, mais un autre corps est trouvé torturé aussi, un notaire bien sous tous rapports mais qui fréquentait les mêmes milieux glauques. Idem, on a droit à une mise en scène théâtrale.
J'ai adoré ce polar, qui nous fait visiter le milieu SM, mais aussi les dessous trash du monde de l'art, parcourant au passage la Foire internationale d'art contemporain qui a lieu précisément à ce moment-là. On croise au passage Klein, Picasso avec une belle réflexion sur « Les demoiselles d'Avignon » sans oublier un hommage à Léonard de Vinci et ses planches d'anatomie.
« Picasso interroge sur l'esthétisme et représente la beauté où elle n'est pas. Il s'affranchit des règles de la peinture académique. L'absence de réalisme et la difformité de ces prostituées vont choquer le public de l'époque. Matisse et Braque seront scandalisés par ce tableau et qualifieront son auteur de « terroriste ». »
Jusqu'où peut aller un artiste contemporain pour qu'on parle de lui, comment les côtes peuvent monter, le rôle des galeristes… Les rapports entre les différents membres de l'équipe sont bien étudiés, la manière dont on écarte ou non une piste… Je n'en dis pas plus, divulgâcher serait un crime !
Je suis conquise par le sujet abordé, la manière dont Chrystel Duchamp l'a abordé, le rythme de l'écriture qui s'accélère de plus en plus. Une fois commencé, je ne l'ai plus lâché et j'ai eu une furieuse envie de le relire, illico, pour faire durer le plaisir.
La couverture est splendide, rien n'a été laissé au hasard, l'Art est omniprésent. En fait, c'est du grand Art….
Un immense merci à NetGalley et aux éditions l'Archipel qui m'ont permis de découvrir, en « avant-première », cette auteure, dont je vais guetter de pied ferme le prochain livre. Chapeau l'artiste !

#LARTDUMEURTRE #NetGalleyFrance

Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
celine85
  26 décembre 2019
Un cadavre a été retrouvé dans le XVIème à Paris. La victime, Franck Tardy, avocat à la retraite et collectionneur d'oeuvres d'art a vécu un véritable calvaire. le lieutenant Audrey Durand découvre une vraie mise en scène de la scène de crime (table avec 10 couverts, crâne sur la table,…) En étudiant la vie de la victime, les pistes sont nombreuses. Un ancien client qui n'est pas content ? Y a-t-il un rapport avec sa vie intime ? Il était client fidèle d'un club de sadomasochisme, d'où il s'est fait expulsé pour comportement violent. La piste familiale est aussi envisagée, le crâne est celui de sa dernière épouse. le mobile de l'héritage est évoqué, il avait modifié son testament quelques semaines avant son assassinat. Etant collectionneur d'oeuvre d'art, la piste de l'art n'est pas écartée. Et celle-ci va se confirmer quand un 2ème cadavre est découvert. Paul Mourond, dentiste est retrouvé nu assis sur le canapé. Il lui manque un morceau de peau dans le dos. le lien est fait avec la 1ère affaire. Lui aussi connait Joel le marchand d'art. 2 femmes vont par la suite être découvertes démembrées. Pourquoi ce tueur en série met-il en scène les meurtres en s'inspirant de courants artistiques ? Qui est-il ?
« L'art est immortel. Il nous survivra »
Le lecteur est immédiatement plongé dans l'ambiance. Cette affaire de quadruple homicides m'a happé des les premières pages. le style est dynamique et fluide. Vous l'aurez compris, Chrystel Duchamp m'a conquise avec ce livre. Belle découverte.
Vous allez devoir patienter jusqu'au 16 janvier 2020 pour le découvrir à votre tour…
#LARTDUMEURTRE #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320


critiques presse (1)
LePoint   24 février 2020
Morceau de choix pour les amateurs de peinture, « L'Art du meurtre », signé Chrystel Duchamp, comme Marcel, s'amuse des codes et du milieu de l'art.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   13 mai 2020
Je compose le numéro de Marie-Lou en observant le visage d'Anita, sans aucun doute passé plusieurs fois sous la lame d'un bistouri. Un nez parfait, des pommettes hautes et saillantes, des lèvres rouges et pulpeuses, une peau vierge de toute ride. Sur l'un des clichés que contient le dossier, les yeux bleus d'Anita semblent perdus dans le vide. Quelques mèches blondes s'échappent de son bonnet noir et viennent onduler autour de son visage de poupée. Me reviennent alors les performances d'Orlan et sa quête de beauté. Anita a suivi ses propres codes, ceux dictés par un Occident ô combien exigeant avec le sexe faible. Elle appartient à cette catégorie de femmes prêtes à tout pour atteindre la perfection. Celles qui achètent auprès de leur chirurgien esthétique le même nez que Nicole Kidman, la bouche d'Angelina Jolie. Choisir sa beauté sur catalogue. Comme on choisirait un sac à main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nostradamus27Nostradamus27   04 janvier 2020
À l’heure où ce quartier bourgeois s’éveille, un appartement reste plongé dans le calme et la pénombre. Une bougie posée sur un guéridon off re de timides lueurs à l’obscurité. La cire fond et coule dans un bougeoir ébréché.

Le silence règne dans la salle à manger, interrompu chaque seconde par le tic-tac d’une horloge. Sur une grande table en chêne, sont disposés un vase – dans lequel fanent les roses d’un bouquet – et une corbeille – où pourrissent trois pommes et deux poires. Les fruits dégagent une odeur pestilentielle qui se mêle à des effluves de tabac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Eve-YesheEve-Yeshe   20 décembre 2019
Certes, la vue d’un cadavre est choquante, mais les jours passent et cette vision s’estompe. L’odeur elle, reste à tout jamais. Elle vous colle à la peau, elle imprègne vos cheveux et vos vêtements. Vous avez beau vous laver deux fois, dix fois mille fois, elle persiste. Les souvenirs olfactifs sont les pires. Ils ne vous quittent jamais.
Commenter  J’apprécie          110
PaulBLAIZEPaulBLAIZE   04 janvier 2020
La table est dressée pour dix convives, mais personne ne viendra. Aucune invitation n’a été envoyée. Seul le maître de maison participe à ce repas. Devant lui, une cuvée spéciale réservée aux grandes occasions décante dans une carafe. Son assiette est vide. Pas de foie gras, de caviar, ou de gigot d’agneau. Juste une couronne de laurier qui n’a rien à faire là.

L’homme est nu. De la tête aux pieds. Son ventre gras et luisant repose sur ses cuisses. Il doit avoir l’air ridicule, mais il s’en fiche. Au diable la fierté ! Être habillé est le cadet de ses soucis. Une seule chose le préoccupe : est-il encore vivant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bagus35bagus35   12 décembre 2019
Les lueurs des réverbères ondulent.Elles roulent,s'entortillent et forment des spirales infernales;boules de feu prêtes à s'écraser sur la capitale.Phares des voitures ,néons des bars,feux tricolores:toutes les sources de lumière se fondent les unes aux autres pour ne créer qu'une masse informe et éblouissante.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Chrystel Duchamp (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chrystel Duchamp
Le Sang des Belasko - parution le 14 janvier 2021 #LeSangDesBelasko #ChrystelDuchamp #lArtDuMeurtre
Après la mort de leur père, cinq frères et soeurs se réunissent dans la maison de leur enfance. Les portes se referment sur eux. Avec une terrible révélation… le nouveau thriller de Chrystel Duchamp, auteure de L'Art du meurtre. Cinq freres et soeurs sont reunis dans la maison de famille, la Casa Belasko, une vaste batisse isolee au coeur d'un domaine viticole de Provence.
Leur pere, un vigneron taiseux, vient de mourir. Il n'a laisse qu'une lettre a ses enfants, et ce qu'il leur revele les sidere : leur mere ne se serait pas suicidee – comme l'avaient affirme les medecins six mois plus tot. Elle aurait ete assassinee...
Au cours de la nuit, non-dits, jalousies et frustrations accumules au fil des annees vont se deverser. Mais le pire reste a venir. D'autant que la maison, coupee du monde exterieur, semble douee de sa propre volonte...
------------ Le livre : https://www.lisez.com/livre-grand-format/le-sang-des-belasko/9782809840407 Facebook : https://www.facebook.com/larchipel Instagram : https://www.instagram.com/editions_archipel/ Twitter : https://twitter.com/Ed_Archipel
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Chrystel Duchamp (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2094 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..