AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782377318353
240 pages
Sarbacane (03/01/2024)
3.71/5   31 notes
Résumé :
Années 1930, un homme, la vingtaine, mi vagabond, mi dandy, sillonne les routes poussiéreuses du Mississippi avec pour seuls bagages une guitare acoustique et une bouteille de vin. Malgré son jeune âge, il semble porter sur les épaules tout le poids du monde, traînant derrière lui comme un boulet de forçat un passé déjà trop douloureux : l'abandon d'un père, une enfance passée dans les champs de coton, sous la surveillance un beau-père violent, puis la mort en couch... >Voir plus
Que lire après Les derniers jours de Robert JohnsonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Je n'ai pas trop aimé cette BD malgré la profondeur de son sujet à savoir la vie de Robert Johnson, un musicien noir des années 1930 dans les Etats-Unis de la ségrégation raciale. Il est clair qu'il ne faisait pas bon vivre dans l'état du Mississippi durant cette époque marquée par des lynchages à répétition.

C'est le traitement un peu vagabond de ce personnage qui m'a un peu débouté. Par ailleurs, c'est trop long malgré un graphisme en noir et blanc qui confère à la contemplation. Il est vrai que graphiquement, les décors sont plutôt réussis.

Sur le personnage de Robert Johnson, il avait incontestablement du talent mais il a sombré dans la dépression et l'alcoolisme suite à des coups durs dans sa vie comme la perte de sa mère, un père qu'il n'a jamais connu, et la mort de sa femme et de son bébé lors d'un accouchement.

On va le suivre notamment dans ses derniers jours car il mourra à 27 ans sans connaître la gloire et le succès. Il avait commencé à enregistrer des titres deux ans auparavant au gré d'un vagabondage l'entraînant d'un état à l'autre avec sa guitare acoustique.

C'est un titre que des mélomanes de jazz pourront sans doute plus appréciés que moi afin d'en saisir toutes les subtilités à travers tous ces silences. Un portrait qui rend certainement hommage à une des figures du jazz.
Commenter  J’apprécie          600
Club N°56 : BD non sélectionnée
------------------------------------

Dommage, vraiment dommage.

Le sujet est plutôt intéressant, Robert Johnson, grand joueur de Blues des années '30 et les quelques derniers jours de sa vie.

La couverture donne envie, le format également, mais un scenario assez brouillon avec des aller-retour temporels dans la vie de Johnson entre son enfance et ses derniers jours.

Un dessin très inconsistant qui passe d'un noir et blanc superbe d'atmosphère dans le sud ségrégationniste des États-Unis à des presque brouillons, et une traduction des chansons en Français, font qu'on reste au final un peu en dehors de cette BD.

Greg
------------------------------------

Graphiquement très beau mais contenu confus.

J'ai été vraiment dérangée moi aussi par la traduction des chansons en français.

Myriam
------------------------------------

Belle hommage à Robert Johnson à travers des dessins en noir et blanc.

Il y a en effet plusieurs flashback impactant un peu la fluidité de lecture.

On ressent bien à travers l'ouvrage les tensions raciales de l'époque.

Sam
------------------------------------

Je ne l'ai pas lu mais cela parle du blues.

Et Robert Johnson est une figure du blues (repris par de nombreux artistes) et de mémoire, il n'y a pas de BD sur lui.

Suite à la lecture des avis, je ne trouve pas idiot de traduire en français ces textes.

Au contraire, cela le rend plus accessible.

Les textes de Bob Dylan, J.J. Cale ont bien été traduits et chantés en français.

Au contraire, quand on ne connait pas le bluesman et son histoire, cela est intéressant de lire cette BD.

Peut être la mettre au rayon musique ?

Nol
------------------------------------

Je suis un peu perdu par l'absence de chronologie (il meurt pourtant bien à la fin, non ?!), je me suis dit que c'était la licence artistique choisie par l'auteur (et ça, je respecte).

Et alors ? quel pied d'admirer tous les paysages magnifiés en noir et blanc, et toute cette collection de "olds mobils" superbes, sans parler de ce dynamisme dans la vibration du trait pour dessiner les personnages.

Benoit
------------------------------------

Malheureusement trop confus pour rendre hommage à Robert Johnson.

On ne juge pas un livre à sa couverture, elle, plus réussie...

Vincent
------------------------------------

Magnifique couverture qui donne envie de se plonger dans l'album... mais le contenu m'a beaucoup moins séduit : c'est assez confus et quelle drôle d'idée de traduire les textes des chansons en français !

A lire ou à relire sur Robert Johnson : "Love in vain" de Mezzo (qui s'est depuis penché sur Jimi Hendrix), une vraie réussite.

Clément
------------------------------------
Commenter  J’apprécie          453
Août 1938, Robert Johnson meurt. Lui qui a passé sa vie à la saborder, qui a pleuré sa mère, sa femme morte en couches avec leur bébé, lui qui a cherché son vrai paternel, lui qui a vu dans la musique, l'harmonica puis la guitare, le moyen de mettre de la lumière autour de lui...lui qui disait avoir passé un pacte avec le diable arrive au bout de sa route.

Une route bien accidentée, pleine d'alcool, de souffrances et d'errances entre bagarres et aventures féminines. Après "Le rêve de Meteor Slim" paru en 2008, Frantz Duchazeau retrouve le blues et narre le parcours chaotique d'un des meilleurs guitaristes du genre. Un album que l'on savoure d'autant plus que les 222 planches avaient disparu (pour ceux qui se souviennent de l'appel lancé par Frantz Duchazeau sur les réseaux).

Et c'est vrai qu'elles sont magnifiques ces planches en noir et blanc, au trait charbonneux, plantant bien le décor sudiste des Etats-Unis et exprimant fortement la douleur d'un homme perpetuellement en mouvement. Pour New-York et espérer aller en studio, jouer au Carnegie Hall, pour trouver son père, pour éviter la misère...

Ce très beau livre tombe idéalement pour raviver la mémoire et tracer le parcours d'un musicien à la carrière courte mais qui reste une référence pour beaucoup. Il tente également d'éclaircir une mort qui reste mystérieuse... une très belle lecture !
Commenter  J’apprécie          80
Embarquez dans les plantations de coton du Delta-Mississipi où les cris, les appels et les chants de travail avaient pour fonction de rythmer le labeur.

Le bleu profond de la couverture noie et aspire le lecteur. Il invite à l'immersion.

230 pages ...

... de racisme ordinaire, de déboires, de pauvreté, d'alcoolisme et d'errance dans le Sud profond américain dans la première moitié du XXème siècle.

... de rythme syncopé, lancinant vers une fin que l'on sait proche, dramatique et inévitable.

230 pages ...

... d'idées noires, de tristesse, de drame et de fatalisme.

Errements et solitude s'immiscent entre 2 improvisations dans des bouges sordides où prise d'alcool incontrôlée va de pair avec de sublimes improvisations à la guitare. le génie pousse souvent sur du fumier.

230 pages de quintessence de blues...et d'autodestruction.

Telle une allégorie, le dessin noir et blanc transpire le blues et l'amour de son auteur pour cette musique.

Le dessin se fait par moment plus lié, plus courbe empruntant une pointe de naïveté pour finalement revenir sagement vers un dessin remarquablement réaliste.

Ce n'est pas tant la dernière partie de la vie de Johnson, sorte de vagabond dandy, que narre Duchazeau mais une ambiance, un contexte, une impression historique.

Magistral.
Commenter  J’apprécie          70
Et si les derniers jours de Robert Johnson étaient un condensé de sa vie ? Pour Frantz Duchazeau, cela ne fait aucun doute et une bio parfaite, au rythme prenant et envoûtant, comme un bon vieux blues. Comme pour un bon vieux blues, on sait l'humeur et on connaît la fin. On sait qu'elle sera triste, sans trop savoir pourquoi, que c'est écrit et que c'est mieux comme ça. le héros meurt et sa mort brutale fait débat, mais là n'est pas la question. La mort fait partie de la vie, non ? C'est la vie qui fait débat, la vie qui est triste dans l'Amérique des années 1930 pour un noir qui court après son vrai père comme après les jupons... et devant les maris jaloux. Cet album est une histoire de rendez-vous manqués, de trains pris au vol, de routes droites à perte de vue et qui finissent en impasses. Avec Frantz Duchazeau, son trait au scalpel, son noir et blanc cinématographique et son Robert Johnson vagabond dans l'âme et le corps, on pénétre et voyage au coeur de cette Amérique noire et profonde où la lumière du soleil qui brûle les champs de coton vaut parfois mieux que celle des néons de la ville. Une bio hors normes pour un destin hors du commun.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LeMonde
22 février 2024
Coutumier des albums sur la musique populaire américaine (Le Rêve de Météor Slim, Lomax…), le dessinateur passe rapidement sur la légende selon laquelle le guitariste aurait pactisé avec le diable pour mieux peindre, sans l’édulcorant, la vie âpre et violente du sud des Etats-Unis.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Auracan
02 février 2024
Au récit fort bien construit s’ajoute le talent de Frantz Duchazeau qui fait partie des dessinateurs qui transcendent le noir et blanc avec des encrages profonds qui ici renforcent l’ambiance d’une Amérique raciste où il ne fait pas bon être de couleur.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Les morts sont finalement plus vivants que moi.
Commenter  J’apprécie          343
Je suis mort. Ce n’est pas la première fois. Mon pauvre Bob, tu es mort depuis longtemps. Souviens-toi de cette petite lumière. Elle s’est éteinte trop vite. La première fois, c’est lorsque tu m’as abandonné Mama.
Commenter  J’apprécie          20
L’homme est comme un prisonnier qui n’est jamais satisfait !
Commenter  J’apprécie          60
Mummy, grandir chaque jour... c'est comme pourrir un peu plus chaque jour ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Frantz Duchazeau (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frantz Duchazeau
Payot - Marque Page - Frantz Duchazeau - Les derniers jours de Robert Johnson
autres livres classés : mississippiVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (80) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5301 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}