AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les gardiens d'Ülgeriin tome 1 sur 1
EAN : 9791094786673
516 pages
Editions Plume Blanche (07/04/2020)
4.36/5   117 notes
Résumé :
Trahison.

Complots.

Voilà que le destin guide les pas de Méliane aux pieds de la Mérilara, ce mystérieux arbre couvert de roses, protecteur et gardien d’une famille royale déchue.

Dans l’ombre, rode la Bête, monstrueuse et redoutable, que Méliane devra apprivoiser pour sauver les siens.

« Il ressemblait à un prédateur. Dangereux, sauvage et il était aussi autre chose. Quelque chose d’indéfinissable. »
Critiques, Analyses et Avis (69) Voir plus Ajouter une critique
4,36

sur 117 notes

Une réécriture de la Belle et la bête réussie ! Vraiment je m'attendais pas apprécier autant. J'ai notamment beaucoup aimé l'univers développé par l'auteure, il est riche et intrigant. Les personnages sont aussi bien amenés, avec son lot de trahisons et des caractères bien trempés. Et l'histoire est complexe, il y a pas mal d'intrigues qui s'imbriquent les unes aux autres, ce n'est pas aussi simple que dans l'univers de Disney. Par contre les hommes en prennent un peu pour leur grade je trouve : ils sont pervers, narcissiques, violeurs, retors ....Après c'est Belle aussi (enfin Méliane ^^) ! Heureusement on contrebalance un peu ça avec une femme du même acabit....

En tout cas je me suis immergée complétement dans ce récit, n'arrivant pas lâcher le livre ! La plume y est aussi surement pour beaucoup. Je recommande pour les amateurs de réécriture de conte et de romance !

Challenge Mauvais genres 2021

Challenge coeur d'artichaud

Challenge pavés 2021

Commenter  J’apprécie          400

Repêché par le PLIB suite à une erreur de casting d'un autre ouvrage, « Rose Eternelle » était un titre pour lequel j'avais voté lors des présélections. Quelle a été ma joie quand j'ai constaté son retour dans le classement ! J'adore les contes revisités et j'avais bon espoir que celui-ci me plaise. de plus, je l'avoue, la couverture me faisait forte impression, car elle est à la fois somptueuse et mystérieuse. J'ai donc rapidement plongé dans ce roman mettant en scène Méliane, la fille d'un veuf marchand maritime et la soeur d'un frère un peu brigand et d'une soeur imbue de sa beauté.

Si l'ouvrage s'inspire volontairement de « La Belle et la Bête », cette héroïne diffère tout en étant fidèle à celui de l'oeuvre originale. Ainsi, elle est toujours une femme rêveuse et passionnée de lecture, fait chavirer les coeurs malgré elle, protège sa famille, a de belles valeurs et n'hésite pas à aider autrui ou à se révolter dès que son interlocuteur franchit les limites. Cependant, la demoiselle a bien plus de mordant que la Belle : ses répliques acides déstabiliseront souvent son entourage. Son franc-parler et certains de ses propos m'ont arraché plus d'un sourire ! Il est vrai que Méliane a beaucoup de culot. Elle est également très débrouillarde, douée à l'arc et a des connaissances médicinales. Elle n'entre donc pas dans le cliché de la pauvre demoiselle en détresse, mais plutôt dans celui des héroïnes au tempérament de feu qui se bat pour ses idéaux. Cela m'a ravi, car c'est tout à fait le type de personnage que j'affectionne ! Néanmoins, il est à noter que j'aurais souhaité que l'auteure ne le dise pas sans cesse. En effet, au cours de ma lecture, j'ai constaté que l'on répétait souvent que la jeune femme était très forte, courageuse, entêtée, peu encline à montrer ses émotions et d'une magnifique beauté naturelle. Ces propos reviennent fréquemment et ont commencé par me taper sur les nerfs au bout de la cinquième fois. Je comprends et je constate grâce aux dialogues ou aux actions de Méliane qu'elle est ainsi. Inutile de le redire… Ces répétitions m'ont souvent fait serrer les dents. Heureusement, la plume d'Ophélie Duchemin reste fluide, agréable, dynamique, poétique et sensible. J'ai donc mis de côté cette pointe d'agacement.

J'ai été ravie de constater que La Bête était également narratrice. Découvrir son passé, sa façon de penser ainsi que ses réactions face à cette étrangère à la fois invitée et prisonnière dans son château fut très plaisant. Voilà une âme tourmentée qui ne laissera pas les lecteurs de marbre ! Ce Prince changé en monstre m'a fait bien meilleure impression que le personnage original. Son background est très intéressant, fort en émotion et bien travaillé ! Il est, à mes yeux, l'un des points forts de ce roman. Par ailleurs, ses sujets furent des personnages que j'ai également pris plaisir à découvrir. Certains ont su me toucher comme Liam, un petit garçon renfermé, ou encore Lise, l'une des confidentes de Méliane. D'autres n'ont, hélas, pas réussi à me convaincre. C'est par exemple le cas de Gabriella, une Lady qui va faire des crasses à l'héroïne tout au long de son séjour. J'aurais désiré un peu plus de nuances chez cette noble qui, malheureusement, se cantonnera à son rôle de peste bourgeoise. du côté la narratrice, on notera d'autres personnages très enfermés dans leur rôle, si bien que leurs agissements ne m'étonnaient pas. (J'avais, par exemple, anticipé le twist du traître.) Et c'est là, pour moi, le point noir de ce titre : les personnages secondaires. La plupart sont très clichés et manichéens ! Ils ne font pas le poids face à des protagonistes complexes, intéressants et bien développés. C'est dommage ! Cela dit, le dénouement de l'ouvrage laisse à penser qu'il y aura une suite… Ce que j'aimerais beaucoup ! Si second tome il y a, j'espère que l'entourage du tandem principal gagnera en profondeur et en nuance.

Le rythme du récit m'a conquise. Très vite, les chapitres ont gagné en tension, en émotion et en surprise. de plus, le côté fantastique avec les visions de l'héroïne, la métamorphose du Prince, les esprits féériques ou la barrière qui entoure les terres fut un élément fascinant. L'ensemble collait à merveille à cette ambiance mêlant complots, manigances, guerre, jalousie et secrets. En quelques chapitres, j'ai été happée par l'intrigue et par le duo que j'ai adoré voir se rapprocher. La romance fut d'ailleurs agréable à voir progresser. Appréciant les binômes du genre « chien et chat », je me suis régalée en découvrant Adrian et Mel se quereller ! Les scènes de rapprochement m'ont également fait fondre. Je serais curieuse de découvrir l'évolution de leur relation dans une suite, d'autant plus que, d'après les cinquante dernières pages, on découvre un couple complémentaire, amoureux, sincère, complice et touchant. À quand le second tome ?! Vous l'aurez compris : malgré quelques bémols, j'ai vraiment apprécié cette lecture qui, tout en s'inspirant d'un conte célèbre, arrive à se montrer originale, distrayante, émouvante et riche en rebondissements.


Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          194

Rose Eternelle est une réécriture du conte de la Belle et la Bête. Faisant partie de la génération Disney qui regardait les cassettes en boucle, autant vous dire que ce n'est pas la première fois que je me penche sur ce type de réécriture. Celle-ci est particulièrement réussie selon moi.

Tout d'abord, je suis tombée amoureuse de la plume d'Ophélie Duchemin que je trouve soignée, presque poétique sans pour autant être lourde ou inaccessible. Pour moi, son style correspond parfaitement à ce genre littéraire. Alors oui, puisqu'il s'agit d'une histoire dans un univers de Fantasy, l'auteure prend le temps de poser le décor, de développer le contexte et d'introduire ses personnages. Je n'ai pas vraiment trouvé de longueurs et je me suis laissée totalement happer. D'ailleurs, je jonglais entre la version papier et la version audio. La narration d'Alexandra Mori m'a conquise et m'a d'autant plus immergée dans cette histoire. J'ai adoré ses changements de voix pour les dialogues. N'hésitez pas à aller écouter un petit extrait.

Concernant l'aspect réécriture, cette version est plus étoffée mais également très originale. On sait de quel conte il s'agit sans pour autant avoir l'impression de lire une pale copie de l'oeuvre de départ. Sans être spécialiste, je préfère le roman d'Ophélie qui transmet d'autres messages, apporte plus de complexité. Je n'ai pas envie de révéler toutes les subtilités que l'on retrouve dans ce livre, il faut vraiment se laisser surprendre mais je vais tout de même essayer de vous tenter avec quelques aspects qui ont pu me plaire.

Au niveau des personnages, on retrouve l'emblématique Belle sous les traits de Méliane ainsi que la Bête via le personnage d'Adrian. Tous deux possèdent un caractère fort et ont été profondément marqués par leur passé. Dans cette version, Méliane ne rencontre pas la Bête pour la même raison ni de la même manière. Leurs premiers échanges sont vraiment explosifs ! J'ai trouvé que Méliane était plus présente et se laisser moins faire que Belle. de façon générale, la place de la femme dans ce récit connaît une évolution fort plaisante.

Par ailleurs, j'ai souvent entendu parler du syndrome de Stockholm vis à vis de l'histoire d'amour entre Belle et la Bête. Dans Rose Eternelle, je ne pense pas qu'on puisse faire le même parallèle. La relation entre les deux personnages évolue différemment. On comprend mieux les sentiments de chacun. La malédiction qui touche Adrian n'est pas non plus survenue pour les mêmes motifs. On revient sur son passé ce qui rend le jeune homme plus touchant même s'il garde un caractère de cochon.

Je me suis véritablement attachée aux deux héros mais j'ai aussi beaucoup aimé les personnages secondaires. On rencontre des protagonistes « inédits » tels que le frère et la soeur de Méliane, ou encore certains amis d'Adrian par exemple. On retrouve également des personnages connus comme Madame Samovar, Gaston et bien d'autres même s'ils se nomment différemment et n'occupent pas tout à fait le même rôle.

L'intrigue est vraiment plus fournie et poussée que dans le conte initial. Il existe plusieurs menaces, des complots, des trahisons qui s'imbriquent intelligemment au reste du récit et apportent du suspense et des moments de tension pour parfaire la qualité de ce roman. le seul petit bémol que j'ai noté vient de l'accélération du rythme sur les dernières pages. Certains points sont clôturés/expliqués trop rapidement pour moi.

Enfin, je tiens également à souligner le travail éditorial fourni pour ce roman. Je suis subjuguée par l'illustration de couverture. J'ai adoré les petits détails glissés au sein du livre ou encore la carte proposée pour comprendre cet univers. Une fois de plus, les éditions Plume Blanche proposent un travail incroyable.

Pour les plus curieux, ce tome pourrait se suffire à lui même, cependant, il semblerait que deux tomes soient encore prévus autour d'autres personnages (et donc d'autres contes). On le devine assez bien avec l'arrivée d'un certain prince Eric 😉 La couverture du tome 2 a été dévoilée, je suis extatique !

En bref, je vous recommande chaudement cette réécriture pour la beauté de la plume d'Ophélie, la complexité et l'originalité qui sont proposées.


Lien : https://alexlovebooks.home.b..
Commenter  J’apprécie          210

Ma première impression après avoir reposé ce roman a été : "wahou !"

A travers Rose éternelle, vous allez plonger dans une réécriture de la Belle et la Bête surprenante. En effet, l'autrice est parvenue à mélanger subtilement le conte de Madame de Villeneuve, la version Disney et également le film français avec Vincent Cassel dans le rôle de la Bête et Léa Seydoux dans celui de Belle. Et j'ai trouvé cela juste merveilleux.

J'ai vraiment retrouvé le côté conte de fée à travers la plume de l'autrice et l'intrigue m'a emballé dès les premières lignes. J'ai aussi apprécié que la narration change de personnages au moment opportun, je trouve que cela permet de déjà mieux s'attacher aux personnages principaux et à les rendre plus vivants.

Dans cette version, Belle est juste phénoménale et surtout super badasse avec une langue bien pendu et un caractère bien défini. Pour la Bête, j'ai aimé son côté mystérieux et découvrir petit à petit son passé, l'autrice est parvenue à créer un personnage monstrueux qui cache en fait bien des blessures.

Bref, j'ai été emportée par ce roman et son univers magnifique. J'ai eu l'impression de redécouvrir cette histoire mythique sous un nouveau jour.

L'écriture de l'autrice est juste addictive et ça a été un pur plaisir de la découvrir.

La romance est belle et pure, à tout instant, j'avais envie que les deux personnages s'avouent leurs sentiments. Et lorsque c'est arrivé, vous ne pouvez imaginer la joie que j'ai ressenti, j'avais l'impression d'être redevenue une adolescente devant ses premières romances.

Franchement, je suis passée par une multitude d'émotions, je me suis vraiment attachée aux différents personnages et j'avais quasiment l'impression de vivre l'histoire à travers eux, comme si j'y étais vraiment.

Je regrette simplement le fait d'avoir pu anticiper certains points importants de l'intrigue, ce qui a un peu minimisé mon enthousiasme.

Si vous appréciez l'histoire de la Belle et la Bête et que vous voulez la découvrir sous un nouveau jour, je ne peux que vous recommander ce livre.

Certes, il m'aura fallu pas mal de temps pour lire ce roman mais je voulais en savourer chaque instant et pour cela, je me freinais dans ma lecture. Malgré tout, je suis tout de même arrivée plus vite que prévu au bout des 516 pages de cet ouvrage. Pour le prix, vous pouvez vous procurer ce roman à 20 euros. Bien entendu, vous le trouverez également à un prix plus abordable en ebook.

J'ai adoré ce roman et j'ai passé un moment de lecture exceptionnel en sa compagnie. Malheureusement, le fait que j'ai anticipé certains moments de l'histoire a légèrement diminué mon euphorie. du coup, je donne la note de 8 sur 10 à ce livre.


Lien : http://devoreusedelivres.ekl..
Commenter  J’apprécie          180

Fille d'un modeste armateur, Méliane est très investie dans l'entreprise familiale même si elle préfère surtout se plonger dans les livres. Un jour, elle découvre une anomalie sur une cargaison d'un de leurs navires et décide d'investiguer, en dépit de la mise en garde de son père de ne pas s'en mêler. Or, elle va découvrir que ce trafic cache un complot ourdit par le royaume de Viduyt qui va la mettre en danger de mort, ainsi que sa famille, obligeant même la jeune femme à fuir pour tenter d'alerter les souverains. Seulement, la rumeur raconte que le roi et la reine sont décédés et que le prince héritier est porté disparu. Alors dans ces conditions, comment se fera-t-elle entendre ? Et surtout, y a-t-il réellement une bête qui rôde là-bas ? Coincée de toutes parts, Méliane n'a pas d'autre choix que d'affronter son destin ?

Pour écrire Rose Eternelle, Ophélie Duchemin s'est appuyée sur la version Disney du conte de la Belle et la Bête dont on retrouve, d'ailleurs, de nombreux clins d'oeil à travers certaines scènes mythiques. Mais cette adaptation animée lui a surtout inspiré l'univers onirique de son roman. On y découvre le royaume d'Elnead, accablé par une malédiction qui pèse sur l'héritier de la couronne, laissant le champ libre à des ducs ambitieux et cupides ne rêvant que de pouvoir au détriment du peuple. Toute la féérie du texte réside dans ce domaine royal dissimulé par une forêt enchantée qui semble être capable d'empêcher la moindre intrusion. Derrière cette magie se cachent les gardiens, des êtres protéiformes pouvant autant endosser une apparence humaine qu'animale. Ainsi, ils maintiennent une barrière protectrice autour du palais royal dont la stabilité est intimement liée au châtiment qui pèse sur le prince. En effet, il est soumis à un compte à rebours au terme duquel s'il n'a trouvé personne à aimer et à se faire aimer en retour, il se verra condamné à conserver sa bestialité à jamais.

Sans surprise, on retrouve les trois figures principales du conte, la Belle, la Bête et Gaston même si Ophélie Duchemin a beaucoup travaillé les personnages en leur donnant notamment de la profondeur à travers un passé très étoffé.

Dans le portrait de Méliane que nous brosse l'autrice, on va retrouver les caractéristiques de la Belle puisqu'elle est une jeune femme atypique préférant la compagnie des livres à la mesquinerie des humains. Cela lui vaut la réputation d'être une personne à part qui ne rentre donc pas dans le moule social, au contraire de sa cadette qui illumine la société de sa beauté et oeuvre d'arrache pied pour se trouver un bon parti à épouser. En outre, Méliane fait preuve d'un même sens du sacrifice pour le bien des siens ou d'autrui. Elle est ce genre de femme qui n'hésite pas à affronter les colères de la bête, quitte à les provoquer parfois. Ophélie Duchemin n'a pas hésité à en faire une héroïne frondeuse, indépendante et forte qui rebondit en dépit des situations critiques. Enfin, elle lui a ajouté une dose d'humour faisant d'elle un personnage piquant. Face à elle, la Bête prend les traits de l'irascible Adrian qui s'est approprié sans mal son mauvais caractère. Emporté, bougon et solitaire, on n'est pas dépaysé en renouant avec ce protagoniste. Et pourtant, l'autrice expérimente de l'inédit avec lui en distillant au compte-goutte des révélations explosives sur ses jeunes années qui nous imposent de porter sur lui un regard bienveillant. On est littéralement touché en plein coeur par son histoire, ce qui rend d'ailleurs le lien qui l'unit à Méliane encore plus précieux. Ophélie Duchemin confronte ses personnages à de vraies problématiques familiales entrainant des troubles et des traumatismes psychologiques qu'elle aborde d'ailleurs longuement ici. Quant au détestable Gaston, l'autrice en a fait quelque chose d'intéressant puisqu'elle a disséminé un peu de son odieux caractère dans deux de ses personnages. Sans rentrer plus précisément dans les détails et respecter ainsi le plaisir de la découverte, je ne dirais rien sur leur identité, seulement que l'ignoble peut s'installer dans plus d'un coeur et pousser les âmes aux pires forfaitures.

Plus qu'une très belle romance, Ophélie Duchemin a donné à sa réécriture de conte un angle palpitant qui s'exprime par les nombreux complots gravitant autour des deux personnages principaux. La trahison est le fil d'Ariane de ce récit promettant aux lecteurs de nombreux retournements de situation jusque dans les dernières pages du roman.

Ophélie Duchemin explore bien entendu la puissance de l'amour qu'il soit filial ou sentimental mais soulève également entre ces lignes des questions fondamentales qui touchent à l'emprise familiale, la toxicité relationnelle ou encore l'autodestruction comme mécanisme de défense. Elle est clairement implacable avec ses protagonistes en les plaçant dans des situations volontairement déstabilisantes psychiquement pour mieux les voir surmonter leur détresse. Elle nous parle également de deuil, d'espoir et de courage donnant ainsi à son récit une vraie profondeur et procurant aussi moult émotions chez les lecteurs... plus sur Fantasy à la Carte.


Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation

Une silhouette armée se glissa derrière son frère.

- Nick !

- Je t'aime, Méliane !

Elle hurla à s'en déchirer la poitrine, le coeur en morceaux.

- Nick !!

Il disparut de son champ de vision alors que Sher partait au galop. Méliane cria et se débattit. Elle voulait rester, elle aussi voulait se battre. Elle voulait mourir avec eux. Des sanglots de peine et de rage la secouèrent. Tillian tenta de la maintenir contre lui, de la raisonner, mais elle ne l'écouta pas. La jeune femme griffa son bras qui lui enserrait la taille et se pencha sur la crinière de Sher.

- Méliane !

Le cri de Tillian ne l'arrêta pas. Les cheveux sombres de Méliane volèrent sur son visage et l'aveuglèrent. La jeune femme donna un violent coup de hanche et fut éjectée de Sher. Elle tomba au sol avec brutalité et sa tête heurta une pierre. Une douleur intense explosa dans son crâne...

Commenter  J’apprécie          30

La responsable de sa situation et celle qui venait de cogner volontairement dans le seau d'eau sale qui lui servait à nettoyer les dalles du couloir dans lequel ils se trouvaient.

- Oh, pardon, lâcha la blonde, esquissant un sourire hypocrite. Je suis tellement maladroite, je ne vous avais pas vue.

- Ce n'est pas comme si vous pouviez voir autre chose que vous-même, répliqua Méliane entre ses dents. Remarquez, à votre place, moi aussi je regarderais dans le miroir pour espérer effacer mon visage de garce. Dommage que les miracles n'existent pas.

Commenter  J’apprécie          50

Aime et sois aimé en retour, ou tu connaîtras l'abysse de la solitude pour toujours.

Commenter  J’apprécie          110

La joie avait disparu de l'existence de son ami bien avant que son corps ne se couvre d'une fourrure à faire pâlir d'envie toutes les perruquières du pays.

Commenter  J’apprécie          30

Il ressemblait à un prédateur. Dangereux, sauvage et il était aussi autre chose. Quelque chose d’indéfinissable.

Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : la belle et la bêteVoir plus





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2154 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre