AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les gardiens d'Ülgeriin tome 1 sur 1
EAN : 9791094786673
516 pages
Editions Plume Blanche (07/04/2020)
4.29/5   165 notes
Résumé :
Trahison.

Complots.

Voilà que le destin guide les pas de Méliane aux pieds de la Mérilara, ce mystérieux arbre couvert de roses, protecteur et gardien d’une famille royale déchue.

Dans l’ombre, rode la Bête, monstrueuse et redoutable, que Méliane devra apprivoiser pour sauver les siens.

« Il ressemblait à un prédateur. Dangereux, sauvage et il était aussi autre chose. Quelque chose d’indéfinissable. »
Que lire après Les gardiens d'Ülgeriin, tome 1 : Rose éternelleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 165 notes
La Belle et la Bête a été l'un de mes contes préférés étant enfant. Alors quand j'ai vu cette réécriture de l'histoire par Ophélie Duchemin, j'ai immédiatement été séduite à l'idée de pouvoir m'y replonger en tant qu'adulte.
.
Dès les premières lignes la plume m'a happée et projetée dans la salle de bal de cet immense Palais d'Elnead, où le Roi et la Reine donnent une réception grandiose. Pourtant, la Reine n'est pas à la fête et, au détour d'une péripétie, son fils Adrien se dit que si ça rend si triste d'aimer, il n'aimera jamais.
.
Quelques années plus tard dans une ville portuaire du royaume, Mélina, fille d'un marin, se retrouve malgré elle au coeur d'un complot qui met toute sa famille en péril. Elle part alors en quête du château du Roi d'Elnead afin de lui demander son aide…
.
Mais un drôle de charme rend le château introuvable par quiconque n'y habite pas. D'ailleurs, il y a bien longtemps qu'aucun membre de la famille royale n'a pas été aperçue, ce qui commence à générer des envies de prise de pouvoir chez les nobles du coin, et à faire jaser la population : Une étrange bête effrayante aurait été aperçue à plusieurs reprises rôdant dans les parages.
.
Je ne me rappelais pas grand chose de l'original, à part quelques images Disney. Ma critique ne sera donc pas comparative. Ce fut plutôt une bonne chose pour la lecture car j'ai pu apprécier ce roman pour lui-même, et le fait est que j'ai trouvé cette réécriture à la fois moderne et traditionnelle. La romance est parfaitement amenée mais pas au détriment de l'histoire ni des personnages.
.
La plume m'a envoûtée tout de suite. Ensuite les cent premières pages installant le socle du contexte auprès de Mélina et ses aventures m'ont fait trépigner parce que je ne savais plus ce qui était censé se passer pour provoquer LA Rencontre, et je l'attendais avec tellement d'impatience !
.
Mais dès la rencontre au château, je n'ai plus lâché le livre. J'ai trouvé le rythme extrêmement prenant, chaque étape nécessaire : l'auteur nous donne ce qu'on veut, mais pas tout d'un coup. C'est tout en tension, en électricité. On alterne proximité et distance, amour et haine, joies et peines, mais tout en progressant régulièrement dans l'intrigue. L'auteure prend le temps de nous installer des personnages qui tiennent la route, des secondaires qui nous font délicieusement patienter dans les moments de doute entre les principaux, ou quand il est nécessaire de prendre son temps pour que les actes et réactions sonnent vrai, ainsi que des bribes de flash back lorsque les personnages s'approchent trop près d'un étrange rosier…
.
« Aime et sois aimé en retour, ou tu connaîtra l'abysse de la solitude pour toujours. »
.
Eh oui, n'oublions pas la rose, sa robe de pourpre au soleil ; éternelle… ou pas ? Car elle est aussi l'un des personnages de ce roman ! J'aime beaucoup ce qu'en a fait l'auteure. Je tais naturellement l'essentiel de l'intrigue et des personnages, afin de vous laisser le plaisir de les découvrir. En résumé : Une plume envoûtante, des personnages top et autant d'électricité dans l'air que je le souhaitais, j'en sors très satisfaite !
.
Comment ça elle a réécrit aussi La Petite sirène ? Encore un fantastique jeune adulte ? Bon ben, je vous en donnerai des nouvelles…! Cette année 2024 ne ressemble décidément à aucune de mes autres années littéraires. Chaque année, j'explore de nouveaux horizons complètement différents grâce à chacun d'entre vous, et j'adore ça ! Merci à tous ! (Je crois que Chou marmonne aussi « merci, elle n'est plus dans sa période objets littéraires non-identifiés » ^^) (Il me dit aussi que ceux de ma génération ne m'en voudront sûrement pas de ne parler que du Disney et pas du film de Cocteau que je n'ai pas vu^^).
Commenter  J’apprécie          7625
Une réécriture de la Belle et la bête réussie ! Vraiment je m'attendais pas apprécier autant. J'ai notamment beaucoup aimé l'univers développé par l'auteure, il est riche et intrigant. Les personnages sont aussi bien amenés, avec son lot de trahisons et des caractères bien trempés. Et l'histoire est complexe, il y a pas mal d'intrigues qui s'imbriquent les unes aux autres, ce n'est pas aussi simple que dans l'univers de Disney. Par contre les hommes en prennent un peu pour leur grade je trouve : ils sont pervers, narcissiques, violeurs, retors ....Après c'est Belle aussi (enfin Méliane ^^) ! Heureusement on contrebalance un peu ça avec une femme du même acabit....
En tout cas je me suis immergée complétement dans ce récit, n'arrivant pas lâcher le livre ! La plume y est aussi surement pour beaucoup. Je recommande pour les amateurs de réécriture de conte et de romance !
Challenge Mauvais genres 2021
Challenge coeur d'artichaud
Challenge pavés 2021
Commenter  J’apprécie          400
Allez je me lance, moi qui n'avait pas prévu de faire une critique sur le livre à cause de ma flemme intersidérale 👀, me voilà grâce à LaBiblidOnee qui avait fini le livre presque en même temps que moi.

Je tiens à préciser que si j'oublie des infos, c'est normal, je l'ai fini il y a quelque temps et est enchaîné avec plein d'autres livres 👀😅.

Nous suivons Méliane dans une réécriture de la Belle et la Bête. Comme je l'avais déjà dit dans les contes interdits sur le même thème, sans vraiment savoir pourquoi, c'est mon conte préféré. J'avais hâte de découvrir cette histoire !

Méliane est heureuse dans sa famille. Elle est altruiste et n'est pas coquette, elle préfère largement s'occuper des affaires des navires de son père. Bon, c'est normal que l'héroïne sache déjà se débrouiller par elle-même, c'est quand même l'héroïne ! Si elle avait été chiante comme sa soeur, ça l'aurait pas fait. (Oui sa soeur était insupportable au début 👀).

Bien-sûr comme dans la Belle et la Bête, eh bien, il faut à présent la Bête !
C'est le prince Adrian qui l'incarne. Durant les premiers chapitres de son point de vue, je ne comprenais pas grand chose et préférais repasser à ceux de Méliane. Comme presque tout les princes en fantasy, il a vécu les horreurs de la vie par son père qui n'avait aucun scrupule à le fouetter ou à en faire un jouet sexuel. Pourtant sa mère aimait son père sans qu'elle sache ce qu'il arrivait à son fils. Je ne vais pas tout raconter mais j'en viens à Adrian qui s'était juré de ne plus jamais aimer.
Et ABRACADABRA, Bête te voilà. C'était pas exactement ça mais bon 😅.

Comment nos deux protagonistes arriveront ils à se rencontrer malgré leur univers totalement différent ?
En réalité, Méliane a besoin de l'aide d'un membre de la famille royale, je ne vais pas raconter les raisons sinon y aurait plus d'intérêt à lire le livre (et j'ai déjà beaucoup dévoilé 👀🙃).

Le temps de l'histoire était géniale, un bon rythme mais passé les portes du château, le rythme ralenti. Ça forme quelques longueurs un peu pénibles.

J'ai beaucoup aimé la romance, où c'est loin d'être le coup de foudre à la base, ça se rapproche des relations qu'on pourrait tisser. Bizarrement ça soulage le prince d'être remi à sa place 😔 tellement vu et revu. Et il n'y avait pas que les deux protagonistes, Lise et Killian étaient très mignons aussi 😄.

D'ailleurs les personnages secondaires, n'étaient pas inutile. Ils m'ont semblé très sympathiques (sauf la soeur mais elle se rattrape à la fin).

Malgré l'écriture à la troisième personne, on s'attache aux personnages. Il y a un truc que j'ai énormément aimé, c'est que durant un même chapitre le point de vue pouvait changer à l'intérieur même de ce chapitre. Par exemple durant un des premiers chapitres, on commence par Méliane, puis pendant un petit paragraphe on passe au fils du Duc (j'ai pas du tout oublié son prénom 👀😅), puis re à Méliane qui va voir son père, puis au père. Ça fait un peu plan séquence comme au cinéma.

Comme dans toutes les réécritures, c'est amusant de chercher d'autres points communs que les grandes lignes du récit. La Merilara, références à la rose ; la passion des livres ; Tillian me faisait au un peu penser au personnage de Gaston dans le film ; la fameuse et magnifique danse, etc...

Bon c'est un peu le bazar ma critique 😅, je passe ensuite aux nombreux secrets qui entourent le château, qui apportent du Pep's à l'histoire. On découvre des bribes du passé d'Adrian qui font que l'héroïne va se montrer plus cool envers lui. Ils lui parviennent grâce à des rêves que lui envoie la Merilara. Cette dernière aussi est entourée de mystères, avec ses gardiens qui la protègent, on nous explique tout à la fin bien-sûr.

D'ailleurs la fin. Comment dire... Ça se voit qu'elle a été construite pour faire une belle fin bien mouvementée, bien émouvante, bien fin de film. C'est dommage, elle ne m'a pas trop plu à cause de ça.

Ce que j'aime beaucoup aussi dans les romances, c'est les épilogues où les héros sont plus grands avec leurs enfants, leur petite famille heureuse.

Si vous êtes arrivé(e) jusqu'ici, je vous tire ma révérence, j'aurais pas eu le courage 😅. Je crois que c'est ma critique la plus longue et de loin 😅.
Au final (pour ceux qui auraient sauté quelques paragraphes (et pour le reste)), c'est une réécriture de la Belle et la Bête que j'ai beaucoup aimé, la romance, l'écriture, les personnages, rien à redire, seulement quelques petites longueurs mais rien de très embêtant.
Commenter  J’apprécie          235
Lu en l'espace d'une nuit, j'ai été comme envoutée par ce récit que nous propose Ophélie Duchemin.

Il est très rare qu'un livre me maintienne éveillée. Celui-ci a réussi ce tour de force. Sans être un coup de coeur, force m'est de reconnaître que son rythme, ses intrigues, ses personnages ont su me transporter et chasser la fatigue.

Rose éternelle est une réécriture de la Belle et la Bête. On retrouve beaucoup d'éléments du conte. Mais l'autrice a su cependant étoffer ce conte en y associant des vies passées qui sont pleines d'enjeux pour le développement des relations de nos personnages, notamment les protagonistes principaux.

Ces derniers, difficiles de ne pas les trouver attachants. Méliane a un caractère comme on les aime : elle fait fi des convenances, pas superficielle pour un sou, honnête jusqu'au bout des ongles et dotée d'une vive intelligence et d'une langue acérée. On a donc une héroïne courageuse, intrépide et fougueuse qui ne s'en laissera pas compter. Et il faut puisqu'en face on a Adrian. Ah Adrian... Coléreux, impulsif, orgueilleux et possessif, beaucoup de défauts à son palmarès. Et pourtant... On l'aime. Il est droit, très soucieux de ses devoirs et surtout bien cabossé par la vie. La rencontre de ces deux là font des étincelles avec des joutes verbales comme je les adore.
La force de ce récit est aussi les personnages secondaires qui ont un vrai rôle. Lise et Kevrin, Maddy, Nadir, ... Eux aussi on s'attache. Lorsqu'il y a des passages entiers les concernant, on ne les boude pas, tout au contraire!

Pour ce qui est de l'intrigue en elle-même, j'avoue que c'est peut-être là que se trouve un bémol. L'autrice ancre ce conte dans un univers de fantasy et pour cela n'hésite pas à le politiser. Sur le principe, j'adore. Mais j'avoue que la première partie qui sert justement à poser les bases de ces enjeux politiques, je l'ai trouvée un peu longue et bien moins fluide que le reste.
Cependant, arrivée à la deuxième partie, ça y est on est pris dans l'histoire. Quand c'est comme ça, j'ai tendance à anticiper certains passages, signe que je suis vraiment dedans et que je veux l'avaler.

Bien sûr ce titre étant de la romantasy, je le déconseille pour tout ceux n'aimant pas ce genre. Forcément, la romance est très représentée. Que ce soit la séduction haute en tension , comme la déclaration. C'est simple les derniers chapitres pourraient être illustrés par des coeurs en pagaille, donnant même l'impression d'une succession de fin pour ne pas rester sur le simple final de la Belle et la Bête tel qu'on le connaît.

En parlant du final, le second tome est bien introduit et nous donne l'image d'un personnage doté d'un caractère qui me plaît déjà. Nul doute que je ne vais pas attendre trop longtemps avant de découvrir Murmure de l'océan.
Commenter  J’apprécie          271
Repêché par le PLIB suite à une erreur de casting d'un autre ouvrage, « Rose Eternelle » était un titre pour lequel j'avais voté lors des présélections. Quelle a été ma joie quand j'ai constaté son retour dans le classement ! J'adore les contes revisités et j'avais bon espoir que celui-ci me plaise. de plus, je l'avoue, la couverture me faisait forte impression, car elle est à la fois somptueuse et mystérieuse. J'ai donc rapidement plongé dans ce roman mettant en scène Méliane, la fille d'un veuf marchand maritime et la soeur d'un frère un peu brigand et d'une soeur imbue de sa beauté.

Si l'ouvrage s'inspire volontairement de « La Belle et la Bête », cette héroïne diffère tout en étant fidèle à celui de l'oeuvre originale. Ainsi, elle est toujours une femme rêveuse et passionnée de lecture, fait chavirer les coeurs malgré elle, protège sa famille, a de belles valeurs et n'hésite pas à aider autrui ou à se révolter dès que son interlocuteur franchit les limites. Cependant, la demoiselle a bien plus de mordant que la Belle : ses répliques acides déstabiliseront souvent son entourage. Son franc-parler et certains de ses propos m'ont arraché plus d'un sourire ! Il est vrai que Méliane a beaucoup de culot. Elle est également très débrouillarde, douée à l'arc et a des connaissances médicinales. Elle n'entre donc pas dans le cliché de la pauvre demoiselle en détresse, mais plutôt dans celui des héroïnes au tempérament de feu qui se bat pour ses idéaux. Cela m'a ravi, car c'est tout à fait le type de personnage que j'affectionne ! Néanmoins, il est à noter que j'aurais souhaité que l'auteure ne le dise pas sans cesse. En effet, au cours de ma lecture, j'ai constaté que l'on répétait souvent que la jeune femme était très forte, courageuse, entêtée, peu encline à montrer ses émotions et d'une magnifique beauté naturelle. Ces propos reviennent fréquemment et ont commencé par me taper sur les nerfs au bout de la cinquième fois. Je comprends et je constate grâce aux dialogues ou aux actions de Méliane qu'elle est ainsi. Inutile de le redire… Ces répétitions m'ont souvent fait serrer les dents. Heureusement, la plume d'Ophélie Duchemin reste fluide, agréable, dynamique, poétique et sensible. J'ai donc mis de côté cette pointe d'agacement.

J'ai été ravie de constater que La Bête était également narratrice. Découvrir son passé, sa façon de penser ainsi que ses réactions face à cette étrangère à la fois invitée et prisonnière dans son château fut très plaisant. Voilà une âme tourmentée qui ne laissera pas les lecteurs de marbre ! Ce Prince changé en monstre m'a fait bien meilleure impression que le personnage original. Son background est très intéressant, fort en émotion et bien travaillé ! Il est, à mes yeux, l'un des points forts de ce roman. Par ailleurs, ses sujets furent des personnages que j'ai également pris plaisir à découvrir. Certains ont su me toucher comme Liam, un petit garçon renfermé, ou encore Lise, l'une des confidentes de Méliane. D'autres n'ont, hélas, pas réussi à me convaincre. C'est par exemple le cas de Gabriella, une Lady qui va faire des crasses à l'héroïne tout au long de son séjour. J'aurais désiré un peu plus de nuances chez cette noble qui, malheureusement, se cantonnera à son rôle de peste bourgeoise. du côté la narratrice, on notera d'autres personnages très enfermés dans leur rôle, si bien que leurs agissements ne m'étonnaient pas. (J'avais, par exemple, anticipé le twist du traître.) Et c'est là, pour moi, le point noir de ce titre : les personnages secondaires. La plupart sont très clichés et manichéens ! Ils ne font pas le poids face à des protagonistes complexes, intéressants et bien développés. C'est dommage ! Cela dit, le dénouement de l'ouvrage laisse à penser qu'il y aura une suite… Ce que j'aimerais beaucoup ! Si second tome il y a, j'espère que l'entourage du tandem principal gagnera en profondeur et en nuance.

Le rythme du récit m'a conquise. Très vite, les chapitres ont gagné en tension, en émotion et en surprise. de plus, le côté fantastique avec les visions de l'héroïne, la métamorphose du Prince, les esprits féériques ou la barrière qui entoure les terres fut un élément fascinant. L'ensemble collait à merveille à cette ambiance mêlant complots, manigances, guerre, jalousie et secrets. En quelques chapitres, j'ai été happée par l'intrigue et par le duo que j'ai adoré voir se rapprocher. La romance fut d'ailleurs agréable à voir progresser. Appréciant les binômes du genre « chien et chat », je me suis régalée en découvrant Adrian et Mel se quereller ! Les scènes de rapprochement m'ont également fait fondre. Je serais curieuse de découvrir l'évolution de leur relation dans une suite, d'autant plus que, d'après les cinquante dernières pages, on découvre un couple complémentaire, amoureux, sincère, complice et touchant. À quand le second tome ?! Vous l'aurez compris : malgré quelques bémols, j'ai vraiment apprécié cette lecture qui, tout en s'inspirant d'un conte célèbre, arrive à se montrer originale, distrayante, émouvante et riche en rebondissements.
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          214

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Un mur de roses rouges s'élevait jusqu'au ciel. Des pétales délicats voletaient sous la brise du soir et la rosée humide les faisaient parfois scintiller comme des perles. Une odeur entêtante les entourait et embaumait l'air d'un parfum ensorcelant. Même dans l'obscurité, les fleurs semblaient luire. Mais alors qu'on s'en approchait, on pouvait voir la vraie nature de ce qui se dressait, massif, imposant et majestueux, comme s'il voulait atteindre les cieux. L'arbre, entièrement recouvert de ses roses écarlates, devait avoir plus d'un millénaire pour avoir atteint une telle hauteur et épaisseur. Son tronc était aussi large qu'une maison et ses rameaux s'étendaient presque sur toute la clairière où il se tenait.
Pour Adrian, il s'agissait de la chose la plus sacrée du domaine. Aussi, lorsqu'il vit l'ombre de l'intrus s'apprêtait à verser quelque chose sur les racines noueuses qui crevaient le sol, il rugit et bondit.
Commenter  J’apprécie          346
Une silhouette armée se glissa derrière son frère.

- Nick !

- Je t'aime, Méliane !

Elle hurla à s'en déchirer la poitrine, le coeur en morceaux.

- Nick !!

Il disparut de son champ de vision alors que Sher partait au galop. Méliane cria et se débattit. Elle voulait rester, elle aussi voulait se battre. Elle voulait mourir avec eux. Des sanglots de peine et de rage la secouèrent. Tillian tenta de la maintenir contre lui, de la raisonner, mais elle ne l'écouta pas. La jeune femme griffa son bras qui lui enserrait la taille et se pencha sur la crinière de Sher.

- Méliane !

Le cri de Tillian ne l'arrêta pas. Les cheveux sombres de Méliane volèrent sur son visage et l'aveuglèrent. La jeune femme donna un violent coup de hanche et fut éjectée de Sher. Elle tomba au sol avec brutalité et sa tête heurta une pierre. Une douleur intense explosa dans son crâne...
Commenter  J’apprécie          40
La responsable de sa situation et celle qui venait de cogner volontairement dans le seau d'eau sale qui lui servait à nettoyer les dalles du couloir dans lequel ils se trouvaient.
- Oh, pardon, lâcha la blonde, esquissant un sourire hypocrite. Je suis tellement maladroite, je ne vous avais pas vue.
- Ce n'est pas comme si vous pouviez voir autre chose que vous-même, répliqua Méliane entre ses dents. Remarquez, à votre place, moi aussi je regarderais dans le miroir pour espérer effacer mon visage de garce. Dommage que les miracles n'existent pas.
Commenter  J’apprécie          60
Aime et sois aimé en retour, ou tu connaîtras l'abysse de la solitude pour toujours.
Commenter  J’apprécie          120
La joie avait disparu de l'existence de son ami bien avant que son corps ne se couvre d'une fourrure à faire pâlir d'envie toutes les perruquières du pays.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : la belle et la bêteVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (436) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2427 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..