AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264045010
296 pages
Éditeur : 10-18 (03/05/2007)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 51 notes)
Résumé :
En cet automne 1814, toute l'Europe s'est donné rendez-vous à Vienne. A l'instigation des vainqueurs de Napoléon, un grand congrès va s'ouvrir pour régler la succession de l'Empire et la capitale autrichienne grouille de diplomates, d'espions, de courtisanes et de filous de tous poils aux intérêts les plus divers. Inquiète de cette effervescence, la police se serait bien passée d'un meurtre particulièrement sordide qui éveille les craintes d'un ultime complot napolé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Zippo
  27 avril 2020
Un savoureux roman policier qui se déroule lors du Congrès de Vienne, consécutif à l'abdication de l'empereur Napoléon 1er en avril 1814.
Jean-Christophe Duchon Doris nous immerge, avec talent et précision, dans cette réunion internationale rassemblant l'Autriche, la Russie, la Prusse et l'Angleterre. La France étant représentée par Talleyrand, diplomate émérite, mais d'une moralité et d'une fidélité politique plus que douteuses...
Ce congrès, réuni pour installer la paix en Europe, après une période de conflits quasi continue de 1792 à 1815, soit les campagnes militaires de la Révolution française et du Premier empire.
L'Europe monarchiste n'a jamais vraiment accepté la Révolution française et l'arrivée au pouvoir de Napoléon Bonaparte. le congrès de Vienne a donc pour vraie raison d'être le rétablissement du principe de monarchie absolue.
Brièvement interrompu par les Cent Jours, le Congrès de Vienne va imposer une chappe de plomb autocratique sur l'Europe pour plus de trente ans.
Au cours de ce congrès la Pologne est toujours l'objet du désir de domination de la Russie, de la Prusse et de l'Autriche…
L'Angleterre tire bien son épingle du jeu. La chute de Napoléon après Waterloo, c'est la victoire du mercantilisme anglo-saxon.
L'auteur nous présente une duchesse de Dino aux moeurs surprenantes...peut-être pour les besoins du récit.
Au-delà de son talent diplomatique, Talleyrand a un argument important dans sa stratégie de négociation : le grand cuisinier Marie-Antoine Carême.
Une bonne détente que la lecture de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
emmalivres
  02 janvier 2016
Je dois avouer avoir été un peu déçue par ce roman. A priori il y avait tout ce que j'aime : un héros intéressant, un meurtre étrange qui va l'amener jusque dans les cuisines de rêve d'un château à Vienne, un suspect charismatique et insaisissable, un coupable parfait (dont je ne dirai rien, ni s'il s'agit du suspect évoqué plus tôt !), et un cadre historique plutôt idéal.
C'est étrange car je n'ai pas grand chose à reprocher à ce livre, les scènes de cuisine étaient d'ailleurs très réussies, sans doute ce que j'ai préféré dans le livre, et j'avais très envie d'aimer puisqu'on me l'a très fortement conseillé. Mais j'ai peu accroché, je l'ai lu très lentement, et je me suis même un peu forcée à finir, malgré tous ces ingrédients très bien amenés. Peut-être l'ensemble manque-t-il de profondeur, les personnages auraient pu être plus développés, être un peu plus complexes, à vrai dire ils ont un côté presque faux qui m'a gêné. Je ne me suis pas oubliée dans le livre. Je n'en dirai pas vraiment du mal car je trouve en effet l'ensemble irréprochable sur la forme ; il a peut-être juste manqué ce petit quelque chose qui fait que la magie opère. Je pense que ce roman peut plaire à beaucoup de lecteurs mais je ne pense pas me lancer dans d'autres romans de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Florence94
  14 août 2012
Nous sommes à Vienne en octobre 1814. le congrès de Vienne, qui rassemble toutes les puissances victorieuses de Napoléon, doit décider de l'avenir de la France et de son ancien empire. Tout semble joué d'avance, mais c'est sans compter sur l'émissaire français, le Prince de Talleyrand. Celui-ci va utiliser tout son art de la diplomatie pour intriguer, influencer et manipuler les nations victorieuses. Pour amadouer les plus récalcitrants, il s'adjoindra les services d'un génie de la cuisine, Marie-Antoine Carême dit Antonin.Cependant, le 1er octobre, un homme assassiné est découvert non loin du palais de Schénbrunn dans lequel sont gardés la femme et le fils de Napoléon. Immédiatement, tous les services de police et d'espionnage de la ville sont sans dessus dessous. Janez Vladeski, le policier chargé de l'enquête, découvre très vite que le noeud de l'intrigue se trouve non seulement dans le palais occupé par Talleyrand mais plus précisément dans ses cuisines, dirigées par Antonin. Il va s'établir entre les deux hommes une relation autant faite de respect et d'admiration que de soupçon.J'ai adoré ce livre dont l'intrigue policière laisse souvent la place aux considérations politiques. L'auteur parvient parfaitement à nous faire sentir l'ambiance de cette époque plutôt mouvementée. Les jeux d'influence et de manipulation politique ainsi que les moeurs de l'époque sont bien décrites et rendent le livre vraiment intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lorraine47
  04 février 2012
Vienne, 1814, sur fond de toile du congrès de Vienne un meurtre est commis. L'inspecteur en charge de l'affaire va faire la connaissance du grand cuisinier de Talleyrand: Marie-Antonin Carême.
L'enquête policière haletante se double d'un parcours gourmand à travers la ville de Vienne. Une ode à la grande cuisine française!
Commenter  J’apprécie          80
RobertOuvrard
  17 octobre 2016
Si l'on fait abstraction, d'emblée, que le personnage central de ce "roman", ne s'est en fait jamais trouvé à Vienne, au moment du fameux Congrès, dans les cuisines de Talleyrand; si l'on fait abstraction, d'emblée, que l'intrigue elle-m^me n'a vraiment aucun sens (un meurtre dans l'entourage du prince, sans que L Histoire n'en ai gardé trace), alors on peut trouver à ce livre un certain charme, surtout par les descriptions culinaires dont il fourmille et qui semblent être en fait le principal objet de cet ouvrage. Pour bien connaître Vienne, et surtout la Vienne du Congrès, j'ai trouvé, de pages en pages, des descriptions heureuses (même si, à l'époque, le Danube ne traverse pas la ville !!), et les pages sur le Congrès lui-même montre que l'auteur s'est parfaitement documenté aux meilleurs sources. Mais, même si elle eut une réputation que d'aucun diront sulfureuse, pourquoi diantre avoir fait de Dorothée, la nièce de Talleyrand, bien présente elle aussi à Vienne, une gourgandine prête à se livrer à un policier de passage ? Elle pouvait (et put) jeter son dévolu sur un meilleur gibier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NanneNanne   30 juin 2008
Il était l'inventeur des gros nougats, meringues, suédoises, faisait comme nul autre les babas, les timbales, les pâtés chauds de poissons et de légumes, les vol-au-vent et la pâte feuilletée. [...] Il passait, malgré son jeune âge, pour le plus grand cuisinier vivant.
Commenter  J’apprécie          20
NanneNanne   30 juin 2008
Depuis les débuts du congrès, les rues étaient sans cesse un décor d'opérette où les uniformes de toute l'Europe se mêlaient aux tenues légères des filles du peuple, aux habits graves des Autrichiens, à cette population toujours incroyable de Magyars et de Tchèques, d'Allemands, d'Italiens, de Polonais, de Hongrois, de Bohêmes, de Slovaques et de Slovènes, de Serbes et de Croates, [...].
Commenter  J’apprécie          10
Florence94Florence94   14 août 2012
Il allait sur des routes incertaines, sur des chemins boueux, dans le froid et la faim au ventre, mais il voyait le soleil. Il allait crotté et misérable, ses poches étaient crevées mais il se prétendait le plus riche des hommes. Il allait, insouciant et léger, au hasard, il cherchait l'extase dans la fugue et, dans le même temps, portait des deuils écrasants, éblouissants. Il allait, guidé par des fulgurances, où nul autre n'était allé avant lui, et il flottait au-dessus des abîmes. Les mots lui venaient sans qu'il les commande. C'est lui qui l'assure, et, moi, je le crois. Que reste-il de tout cela? Des cendres froides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WictorianeWictoriane   27 septembre 2008
Le moindre reflet prenait sous la buée une consistance magique. Et dans cet univers de vapeurs et de vertiges, les êtres que Janez voyait tourner semblaient des sortes de centaures, piaffant et piétinant les fumées et les flammes.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1974 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..