AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9780374538378
320 pages
Farrar, Straus and Giroux (07/05/2019)
3.5/5   2 notes
Résumé :
Emer is just a woman living in New York City who takes the subway, buys ice cream from the bodega on the corner, has writerly aspirations, and lives with her boyfriend, Con. But is this life she lives the only path she’s on? Taking inspiration from the myth of Emer and Cuchulain and featuring an all-star cast of mythical figures from all over the world, David Duchovny’s darkly funny fantasy novel Miss Subways is one woman’s trippy, mystical journey down parallel tra... >Voir plus
Que lire après Miss SubwaysVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
De David Duchovny, je ne connaissais jusqu'à présent que la carrière télévisée, et notamment ses rôles dans X-Files et Californication. Alors quand son nom est associé à un livre présenté comme de l'urban fantasy, je ne peux qu'être intriguée. Surtout quand le titre dans sa version originale, parle d'un de mes principaux moyens de transport. Où va parfois se nicher la futilité d'une décision d'achat ?
Miss Subways, puisqu'il s'agit de ce livre, nous raconte l'histoire d'Emer, une femme vivant à New York, prenant le métro pour se rendre à son travail et au début de l'histoire vivant avec Con, un bellâtre qui exploite ses talents et son amour pour sa propre gloire. Un accident survient et… Dans une autre vie, Emer est toujours une femme vivant à New York, prenant le métro pour se rendre à son travail, mais elle est célibataire, jusqu'à ce qu'elle revoit Con sur un quai de métro…
À la manière de Neil Gaiman dans American Gods et Anansi Boys, David Duchovny imagine un monde où les différentes vagues de migration aux États-Unis, et en particulier à New York, sont venues accompagnées de leurs divinités, leurs mythes et leurs croyances faites chair. Et c'est ainsi qu'un Bean Sidhe (ou une banshee si vous préférez) venu d'Irlande se retrouve forcé d'endosser l'habit d'un prêtre jésuite pour survivre, que Papa Legba est portier de nuit, que des dragons chinois ouvrent des restaurants avec livraison à domicile, et que des golems de tradition juive s'allient aux alligators blancs des égouts. Dans cet univers, l'auteur nous raconte une nouvelle variation de l'histoire d'Emer et de Cú Chulain issue du folklore irlandais, pour la transposer dans un monde moderne, où les mythes des différents continents se mélangent et donnent naissance à de nouvelles entités. Tout en restant à moitié oubliés derrière les smartphones, les vagues d'indignations morales qui divisent violemment les États-Unis en ce début de XXIe siècle, les nouvelles modes de santé, etc. Dans cette variété, Emer retrouvera-t-elle son Con aimé ? Et si oui, quel prix est-elle prête à payer pour cet amour ? Et la version de son homme sera-t-elle à la hauteur de ses sacrifices ?
Dans Miss Subways, la fantasy se pare donc des atours de la vie quotidienne pour écrire une romance ordinaire, mais peu présente dans la littérature : celle d'une femme en début de quarantaine qui va chercher son bonheur malgré les obstacles. David Duchovny profite de ce roman pour écrire une longue lettre d'amour à sa ville natale et aux auteurs anglo-saxons qui l'ont accompagné dans ses études, mais également dans ses trajets dans le métro entre deux publicités. Il joue sans cesse avec les mots : Con est non seulement le surnom de son personnage masculin, mais également le diminutif de con artist, un synonyme d'escroc. Il multiplie les digressions, change de registre, de style et de vocabulaire, comme un voyageur passe d'une ligne à l'autre au gré de ses trajets en métro. En tant que lectrice, j'ai particulièrement apprécié ces quelques heures à déambuler dans les pas d'Emer, que ce soit à l'air libre dans les rues de Manhattan ou en sous-sol, bercée par le brouhaha rassurant de la rame. À noter que, si vous ne lisez pas en anglais, ce livre est disponible en français dans la collection le Rayon imaginaire sous le titre de la Reine du Pays-sous-la-terre.
Lien : https://www.outrelivres.fr/m..
Commenter  J’apprécie          80
« Un feu d'artifice drôlissime, étincelant de références, de pop culture et de liberté d'esprit » nous dit la 4ème de couverture. Voyons voir.
Cri d'amour pour New-York et la pop culture : clairement. On sent que David Duchovny est un homme de son temps, cultivé, et qu'il adore sa ville. Il jonche son texte de références culturelles et c'est sympa.
C'est aussi facile à lire. Aucune difficulté dans la langue, ni l'écriture. du vocabulaire de base, des tournures assez oralisées parfois, des expressions très courantes. On aurait pu s'attendre à quelque chose de plus travaillé de ce point de vue-là.
Par contre, je ne l'ai pas trouvé drôlissime ce roman. Peut-être n'ai-je pas un sens de l'humour très aiguisé, ou alors n'a t-on pas le même - OK j'ai souri deux trois moins, maintenant de là à s'esclaffer...

Là où le bât blesse vraiment… c'est que c'est vide. Il n'y a pas de fil rouge, et l'essentiel de ce qui est intéressant dans l'histoire figure sur la 4ème de couverture. le roman n'offre pas beaucoup plus que ça. L'auteur ne va au bout de rien, se contentant de jeter quelques idées et pensées ici et là de manière décousue.
J'attendais de l'urban fantasy à la sauce Moonheart ou American Gods. J'attendais aussi beaucoup de cette mythologie dans les rues de NY. Mais… rien. Urban oui, mais fantasy, rintintin. Anansi fait coucou deux trois fois, vous croiserez un nain coup-ci coup-ça, et puis une Reine sur le tard. C'est maigre. le scénario tient en deux lignes, et il y a à tout casser deux trois péripéties qui viennent nous sauver de l'endormissement.

Alors certes, ce n'est pas désagréable à lire. Mais sans fil rouge et avec une histoire résumée en trois lignes, ce qui était censé être waouh ressemble à quelque chose qui fait sploutch.
Beaucoup de blabla pour pas grand chose, et une énorme frustration sur ce récit qui n'a jamais vraiment démarré. On n'est pas dans un roman à histoire ou à intrigue, clairement; il faut plus le prendre comme une déambulation dans les pensées de l'auteur, culturelles, sociologiques, politiques, philosophiques... Pourquoi pas, mais c'est décousu, ne suit pas vraiment de chemin très clair, et finalement le message de l'auteur se noie (enfin, y en a-t-il seulement un, je me le demande).
Je me plains souvent que nombre de bouquins n'explorent pas à fond leur propos, mais là ça n'a jamais commencé…
Assez déçue donc de ce roman au Rayon Imaginaire, je m'attendais à quelque chose de plus solide, construit et consistant que ça. 25 euros pour ce qui trotte en vrac dans la tête de Mulder, je m'en serais passée.
Commenter  J’apprécie          10


Lire un extrait
Videos de David Duchovny (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Duchovny
Retrouvez le premier roman de David Duchovny "Oh la vache !" : http://livre.fnac.com/a9149450/David-Duchovny-Oh-la-vache L'univers de l'acteur sur Fnac.com : http://www4.fnac.com/David-Duchovny/ia189246
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (10) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
11311 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre

{* *}