AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de bdelhausse


Je suis très fan de ce genre de dessins. C'est chargé, assez anguleux, dur. Il y a une certaine forme de réalisme outancier dans les visages, les expressions et les mouvements des corps. On a parfois l'impression que même les fusils ou les chars d'assaut sont dotés de vie et semblent se mouvoir de manière élastique, flottant dans l'espace.

Volodia n'a pas eu de chance. Il a été enrôlé et envoyé directement en Tchétchénie, sans passer par la case départ, sans toucher 4000...

Mais peu après sa mère, qui survit dans le métro moscovite en vendant des DVD piratés, découvre que son fils est prisonnier des Tchétchènes. Basaïev proclame qu'il libèrera les fils dont les mères viendront les chercher. Alors la petite mère russe, elle y va. Elle ne sait pas vraiment où elle met les pieds, mais elles sont comme ça, les mères russes...

Basaïev a la réputation d'être entouré d'amazones. Des tireuses d'élites. Anciennes championnes de biathlon. Légende, bien sûr, mais les contingents de femmes soldats font toujours fantasmer, ou cauchemarder, c'est selon.

Un petit dossier en fin de tome explique ces fameux contingents de "collants blancs". Quelques photos et pas mal d'infos, c'est plutôt bien pensé, histoire de voir que la BD n'élucubre pas trop et se base sur des faits (malheureusement) bien réels. Les scènes de dévastation des villes tchétchènes sont criantes de (triste) vérité.

Commenter  J’apprécie          50



Ont apprécié cette critique (5)voir plus